AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 36 DAYS. {Olivia W.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
John Highfield

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1224
Age : 25
Humeur : Tout dépend de qui je croise sur le chemin...;)
Date d'inscription : 30/09/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: 36 DAYS. {Olivia W.}   Sam 1 Nov - 20:26


Découvrez Hawk Nelson!


    Cet endroit est juste magnifique et gigantesque.
    Il a ce pouvoir de nous rendre nostalgique mais de nous sentir tout de même bien, terriblement bien. Je m'assois sur le bord de la fontaine et je regarde l'eau coulant machinalement, et à cette vue je me sens apaisé. Étrange, n'est-ce pas? Comme si un simple objet accompagné d'un mouvement répétitif pouvait me permettre de me calmer. Me calmer de cette pulsion, d'avoir envie de tuer. Oui, d'exterminer chaque vampire. Cela fait bien une vingtaine de jours que je n'ai tué un buveur de sang et je ressens un certain manque, qui me dégoute. Au final, ne suis-je pas si différent de ses vampires, drogués au sang humain? Je soupire, las de cette situation, blasé de cette vie. Pour une fois, j'ai la subite envie de tout plaquer, chercher Eva et partir loin de tout ça. Je m'allonge à côté de la fontaine, me moquant éperdument que le sol soit sale ou non, j'espère uniquement que cette position me fera changer d'avis. Bien que tout cela soit reposant, je ne peux m'empêcher de bouger dans tous les sens pour attraper mon téléphone portable, que je trouve au bout de quelques secondes. Je me décide d'ouvrir le dossier « Images »





    J'inspire profondément, me sentant immédiatement mal à la vue de cette photo. La douleur est présente, mais je ne change pas de photo pour autant: un de mes doigts passe même sur l'écran de mon portable pour caresser son visage, comme si je pouvais ainsi me rappeler la douceur de sa peau. Je me rappelle alors qu'elle refusait tout le temps que je la prenne en photo, elle disait qu'elle n'était pas là pour ça. Alors, pour avoir un petit bout d'elle sur moi, je devais me contenter de la prendre en photo endormie, ce qui au final ne me déplaisait pas: elle avait l'air d'un ange, air qu'elle n'a pas du tout avec moi habituellement. Oui, elle n'a jamais été très douce avec moi.



    UNE FORÊT QUELCONQUE, IL Y A QUELQUES MOIS.



    Je traque depuis plus de deux mois une buveuse de sang plutôt puissante, et j'ai établie une tactique parfaite pour l'avoir. Pourtant, celle-ci ne servira à rien vu que la vampire a décidé d'attaquer une pauvre humaine avant de mettre en place mon plan, et je me dois alors d'improviser. Par chance, je vois que la femme brune se défend plutôt bien et je peux alors réfléchir d'avantage. J'enflamme une lame de couteau et je tente d'être rapide en vain: je fais tout de même attention de vérifier si la jeune femme s'en sort et je souris quand je vois qu'elle est coriace. L'arme prête, je me dépêche de courir vers le monstre et enfonce dans son cœur la lame brulante, ce qui fait reculer cette dernière. Alors que je regarde la mort de la créature de l'Enfer, la victime me pousse violemment et semble terriblement en colère. Je me tourne vers elle, étonné de sa réaction.
    Non mais pour qui tu te prends ? T'as voulu te la jouer super héros? Non mais tu voyais pas que je m'en sortais très bien et que je n'avais ABSOLUMENT pas besoin de ta stupide aide?
    A présent, je comprends alors qu'elle est aussi une chasseuse de vampires, je soupire, légèrement vexé de sa réaction, m'attendant plutôt à des remerciements accompagné d'un regard admiratif. Je me décide à danser sur le même pied qu'elle, et je fronce alors les sourcils.
    - T'en sortir très bien? Tu galérais plutôt oui! Si je n'étais pas intervenu, tu serais déjà morte.
    - Crétin!
    - Idiote!
    - Imbécile!
    - Espèce de....De manchot avec ton couteau de pédale!
    - Gamine!
    - Pédoncule!

    Je ne saurai dire ce que je fais, mais je la plaque alors contre un arbre, l'embrassant avec fougue. Elle aussi semble aussi tordue que moi, car elle répond à mon baiser et elle prend les devant en passant ses mains sous mon tee-shirt et...


    LA COUR DE L'HÔTEL, 15H09.



    Je souris en repensant à notre rencontre, plutôt atypique et qui a finit aussi étrangement qu'elle a commencé. Nous avons toujours partagé une relation étrange, Olivia et moi, et à présent je me demande comment j'ai pu imaginer une seule seconde qu'elle pouvait être amoureuse de moi. Pourtant, je n'ai aucun regret, car je sais que je n'aurai pu tenir d'avantage. Je ne pouvais contenir mes sentiments ne serait-ce qu'une nuit de plus.

    Est-ce que je l'aime encore ? A vrai dire, je n'en sais rien. Elle restera toujours dans mon cœur, c'est certain, car elle est mon premier amour.



[post bâclé, j'voulais le finir avant d'aller manger ><. Et j'ai pas trouvé d'image avec Eliza dormant ><.]

_________________

    &you would say anything, you would try anything,
    To escape your meaningless, and your insignificance.
    You're uncontrolable, and we are unloveable.


Dernière édition par John Highfield le Sam 22 Nov - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: 36 DAYS. {Olivia W.}   Dim 2 Nov - 0:42



    Cet endroit était magnifique, en effet, et bien qu'elle ne l'avouerait jamais à personne, c'est ce qui cette nuit avec conduit Olivia jusqu'à celui ci. Parce qu'il reflétait l'atmosphère féérique des contes de fées. Si on l'écoutait, elle prétendrait que ces histoires fantastiques sont pour les gamins, qu'il faut vraiment être une fillette et une pauvre fille pour les aimer, pour s'en imprégner, pour vouloir les vivre. Or, secrètement, elle en raffolait. Qu'est-ce qu'elle aurait souhaité se plonger dans un passé imaginaire, se retrouver dans ses draps enfantins et d'avoir pour mère une douce jeune femme lui contant ces histoires merveilleuses, l'endormant de sa voix paisible. Au lieu de ça, elle avaitt eu pour mère une ivrogne utilisant la manière forte pour la mettre au lit. Quelqu'un de glacial qui lorsqu'elle avait peur du noir refusait de lui mettre une veilleuse qui était un signe de faiblesse et qui quand sa petite fille hurlait lui mettait la tête sous l'eau lorsqu'elle avait un petit peu exagéré avec la bouteille. Oui, Olivia avait secrètement rêvé au prince charmant, à celui qui lui ferait oublier cette vie de misère, qui l'emmènerait avec elle et avec qui elle formerait un couple de parents idéaux. Qui mettraient une jolie veilleuse, qui raconteraient ensemble des histoires à leurs enfants, qui leur chanteraient même des berceuses. Et elle ne pouvait plus nier penser à cela, puisque son rêve inconscient était en train de se réaliser. Elle l'avait rencontré cet être idéal qui ferait probablement un père et un mari exemplaire. Qui était-ce ? John en personne ? L'éternel amoureux ?

    Et non...tel était le problème à ce moment présent où elle s'avançait direction la fontaine dans le but de se ressourcer. Ce n'était pas le fait d'avoir choisi Aaron qui la tracassait, elle semblait l'aimer et ne pouvait pas lutter contre ou le regretter. Ce qui la tracassa fut que lorsqu'elle arriva à destination, un homme était déjà à la place qu'elle prenait habituellement, les soirs de réflexion intense, lors de ses minutes silencieuses de la journée. Elle faisait comme lui, elle venait prendre un grand bol d'air, allongée à cette place paradisiaque. Etrange coïncidence de trouver en ces lieux une personne qui partageait ses mêmes activités nocturnes. Qui avait eu la même grandeur d'âme du moment en quelque sorte, qui lui ressemblait sur au moins un point. Légèrement confuse et gênée de troubler l'intimité du chasseur qui était pour le moment à ses yeux un inconnu, de dos par rapport à elle, elle se contenta de le saluer poliment. Oui poliment, même son caractère désagréable avait disparu ces derniers temps, Aaron ayant vraiment le don de la poser. Elle entama donc premièrement la conversation sur un ton neutre...

    Bonsoir ! Je suis désolée je pensais pas qu'il y avait quelqu'un...ça ne vous dérange pas si je m'installe aussi ?

    Vouvoiement en plus, alors qu'il devait avoir environ son âge, c'était la meilleure. Ce Aaron en avait vraiment fait une sainte ! Mais pourquoi pensait-elle à lui lorsqu'elle était en compagnie de John ? C'est la question qu'elle se posa lorsque celui ci se tourna vers elle dans le but de lui répondre, et que le petit tracas se transforma en véritable choc. John !! C'était John !! Elle pourrait vivre cent années sans voir ce visage et ces traits si parfaits qu'elle le reconnaitrait lorsqu'elle tomberait dessus. C'était un atoût pour le jeune homme, au moins elle se souvenait de son prénom et de son visage, contrairement avec ses autres conquêtes qu'elle oubliait si facilement. Et oui il y avait une différence...John avait pris soin d'elle lors de leurs ébats, il l'avait aimé. Pour la première fois de sa vie un partenaire avait fait attention à elle, elle n'avait pas été une simple Marie couche toi là, elle avait compté. Il avait en fin de compte était son premier Aaron. Mais pourquoi donc elle n'avait pas succombé à son charme, à tous ses gestes attentifs ? Quelle était la supériorité du père de famille sur l'homme célibataire ? Les sentiments ne se contrôlaient pas hélas. Il arrivait sans vous prévenir, ils vous désarmaient. Olivia aurait donc bien pu rejeter Aaron comme elle avait rejeté John, ce jeune chasseur n'avait donc rien fait de mal pour se provoquer ses griffes au lieu de ses baisers. Il n'en était en aucun cas responsable de son échec. Olivia généralement ne s'attachait pas, refusait de s'attacher. C'était un simple oiseau de nuit qui n'était pas à l'aise avec les sentiments humains, qui les fuyait. Ainsi, à la vue de John, elle devint sur la défensive, incontrôlable, le fusillant du regard et se relevant en vitesse, presque menaçante.

    Qu'est-ce que tu fou là ?? Tu m'as suivi ?? C'est ça tu m'as suivi jusque ici ! Mais tu es malade il faut te faire tout de suite interner ! Qu'est-ce qui t'a fait croire qu'en te comportant comme un chien tu parviendrais à me séduire ?!! Tu comprends pas quand on te dit non ??!!

    Ses propos étaient d'une méchanceté extrême, pouvaient devenir blessants pour le chasseur, seulement ce qu'il fallait percevoir, c'est qu'elle ne le détestait pas vraiment. En fait, au fond d'elle, il lui semblait même qu'elle l'aimait bien. Et c'était ça tout le problème. Pas assez pour avoir une relation amoureuse, peut-être que non, mais peut-être pour s'attacher un peu tout de même. Ce qui clochait aussi c'est que lui montrait un intérêt pour elle qui se détestait éperdument. Elle ne méritait pas son attention, il était trop bien pour se faire charmer par une briseuse de coeur, c'était certain. Cette solitaire ne l'admettait pas non plus.

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Highfield

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1224
Age : 25
Humeur : Tout dépend de qui je croise sur le chemin...;)
Date d'inscription : 30/09/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: 36 DAYS. {Olivia W.}   Dim 2 Nov - 2:53

    Je me sens terriblement bien, allongé ainsi et pouvant entendre sans difficulté le chant des oiseaux, preuve du silence de cet endroit. Pourtant ce silence ne dure pas longtemps lorsqu'une femme le brise. Elle s'excuse ce qui m'empêche de la détester pour le crime qu'elle vient tout juste de commettre. Je n'écoute plus ce qu'elle dit, me contentant d'examiner sa voix, sachant immédiatement dès le premier son de qui il s'agissait. Pourtant, j'ai beau être persuadé qu'il s'agit d'Olivia, je ne peux y croire et d'ailleurs, je n'y parviens pas. Pour confirmer ce que je refuse de croire, je me redresse légèrement et j'ai alors vu sur les magnifiques jambes dénudées de la jeune femme: ses jambes, je pourrai les reconnaître entre toutes, mes mains les ayant parcouru tellement de fois que je connais par cœur l'emplacement de ses grains de beauté. Ma tête continue de se redresse et ses longs cheveux bruns me rendent nostalgiques: j'ai toujours adoré ses cheveux et je ne saurai expliquer pourquoi. J'ai envie de lui dire combien elle est toujours aussi jolie et lui faire remarquer qu'elle n'a pas changé, mais je me retiens. Car malgré les anciens sentiments à son égard, je ne peux m'empêcher éprouver une certaine rancœur et haine envers elle: je sais pertinemment que je ne devrais pas, Olivia n'étant pas du tout responsable de tout ceci, mais je continue à penser qu'elle aurait pu le dire avec plus de délicatesse.

    Remarque, la délicatesse n'a jamais été son fort et c'est cela qui m'a fait craquer. Constatais-je, alors que je me relève du sol pour être au même niveau qu'elle. Je reste du marbre, ne voulant pas lui montrer combien sa présence en face de moi me fait souffrir, me rappelant plus de mauvais souvenirs que de bons, pour dire vrai. Oui, je me demande après sa soudaine disparition, combien de jours je suis resté cloitré dans ma chambre à me demander pourquoi. Pourquoi ne voulait-elle pas de moi, alors que j'avais été tout au loin de nos relations sexuels un parfait partenaire. Peut-être avait-elle déjà un autre homme dans sa vie. Peut-être me détestait-elle tout simplement et sa brutalité m'était exclusive, et ne faisait pas partie de son caractère. Je me rappelle l'époque où je fis de nombreuses suppositions, mais ce n'est qu'au bout de quelques semaines que je compris que c'était inutile de faire des hypothèses, car cela ne changerait strictement à la situation: elle était définitivement partie sans me dire au revoir. Mais est-ce une raison pour se morfondre à présent? Non, et de toute façon je me le refuse: il est temps pour moi de tourner la page, et il faut que j'arrête de paraître sentimental.


    On se connaît....? Hah, Adriana, c'est ça? Non non, ce n'est pas ça, j'en suis sûr. Pamela...Ornella...Cassandra...OLIVIA! Oui, c'est ça, c'est Olivia. Cela fait un bail dis donc.

    Dis-je, étant juste un homme puéril. Bien sûr que je n'ai jamais oublié son prénom. Bien sûr que je suis idiot à vouloir blessé son égo, juste parce qu'elle a blessé le mien à tout jamais. Bien sûr que je suis pitoyable, à avoir dit cela. Mais bien sûr que oui, ça m'a fait du bien, de lui montrer que je m'en moque éperdument d'elle, bien que cela soit très loin de la réalité. Elle se met alors à me crier dessus, comme lors de notre première rencontre, ce qui me fait décrocher un sourire: elle n'a pas changé, toujours autant sur la défensive. Je parviens facilement à rester encore une fois de marbre, bien que ses paroles me blessent profondément, encore une fois. Malgré ses mois écoulés, elle parvient toujours autant à avoir un contrôle sur mes sentiments, chose agaçante, il faut l'avouer. Je croise les bras, pour insister sur le fait que je me moque de ce qu'elle pense et soupire, comme pour l'arrêter dans son accusation.

    Tu n'as pas l'impression d'être quelque peu égocentrique ? Il faudrait que tu fasses comme moi Olivia, que tu tournes simplement la page.


    A nouveau un mensonge, et à un nouveau, j'avais la sensation d'agir comme un enfant. Mais n'est-ce pas ce que l'on désir plus que tout? Simplement rester un enfant. Oui, avec Olivia, j'ai toujours été un gamin, avec les plaisirs de la luxure en plus.


_________________

    &you would say anything, you would try anything,
    To escape your meaningless, and your insignificance.
    You're uncontrolable, and we are unloveable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: 36 DAYS. {Olivia W.}   Mer 12 Nov - 23:25

    La délicatesse, ce caractère de ce qui est fin, léger, qui se démarque par sa grâce, Olivia ne l’avait pas en elle, John avait raison. C’était très simple, au lieu de faire preuve de sang froid et de faire taire la mauvaise personne en elle, elle privilégiait son expression. Elle la laissait prendre le dessus chez elle. Pourquoi ? Il n’y avait aucune raison visible à cela, c’était tout simplement un trait de caractère. Peut-être avait-elle un esprit sadique, se moquant éperdument de la souffrance qu’elle provoquait chez les autres, que ça l’amusait même. Il existait bien des insensibles, le taux de mortalité en était la preuve. Et les meurtriers n’étaient pas seulement des vampires mais également des êtres humains. Pouvait-on mettre la jeune femme dans ce lot là de personnes totalement cruelles et machiavéliques ? Probablement que non…peut-être était-elle une grande masochiste. Quelqu’un constamment à la recherche de conflit. C’était envisageable, elle n’avait connu que cela dans sa petite vie. Rares avaient été les moments de joie, et bien souvent, alors qu’elle les avait en compagnie de sa sœur et de son père, sa mère arrivait avec sa bouteille pour tout gâcher et rendre la petite partie inoubliable, dans le mauvais sens. Entre une mère alcoolique, violente, passant la majeure partie de son temps à la rabaisser et un père étant devenu fantôme, s’étant tiré, on pouvait dire qu’Olivia avait été habituée au conflit. Et la perte tragique de la seule personne essentielle à sa vie avait accentué cela. Sa vision que rien ne pourrait empirer sa situation, qu’elle était condamnée à rester solitaire et à souffrir. Seulement elle aimait cette vie de solitaire, cette souffrance, elle s’en était imprégnée au fond, elle s’était habituée. Et plus elle connaissait le bonheur en compagnie de son amant, et plus elle réalisait que suite à ça, il y avait le néant. Une vie pleine d’action, de changement, de risques et de fougue semblait donc être dans ses priorités. Ainsi, elle blessait oui. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle ne cachait pas une coquille. Celle-ci se manifesta d’ailleurs face au comportement de l’homme qui se trouvait en ce moment face à elle. John lui faisait croire qu’elle ne représentait plus rien pour lui, qu’elle n’avait jamais rien représenté au final. Une chose qui aurait bouleversé une femme amoureuse. Sauf qu’Olivia n’était pas amoureuse de lui. Elle ne l’avait jamais été. Le serait probablement jamais, quoi qu’il ne faut jamais employer ce mot, les sentiments évoluant vite. Elle l’appréciait, et encore…n’avait pas passé assez de moments avec lui pour cela, ne s’était pas livrée comme elle s’était livrée à l’autre chasseur obsédant généralement ses pensées. Alors pourquoi il parvint à la blesser dans son attitude de jeune homme indifférent ? Parce qu’en plus d’avoir un sale caractère et un goût pour la démesure, cette chasseuse était orgueilleuse ! Manquait au fond de son être de confiance en elle. Il la toucha. Cependant, bien entendu, elle fit comme si de rien était, des mimiques de femme joueuse et charmeuse se dessinant sur son visage angéliquement démoniaque.

    Elle lui lança donc son regard de femme fatale aguicheuse, plongeant ses yeux de couleur noir marqués par la pénombre, se rapprochant de plus en plus de lui, maintenant debout face à elle. C’est avec son coté sauvage qu’elle s’empara violemment de son cou pour l’embrasser. Non, pas pour l’embrasser ! Seulement pour le narguer car ses lèvres ne se posèrent pas sur les siennes. Elle les effleura. Non pas parce qu’elle voulait rester fidèle à son brun ténébreux…bien que si finalement. Une de ses qualité principale était sa loyauté. Etrange quand on est une fille facile mais c’est bien là le problème, il ne faut pas se fier aux apparences. Mais en plus de l’amour naissant ou même concret qu’elle ressentait pour un autre homme, elle voulait se prouver que celui qui était à ses cotés près de cette magnifique fontaine ne l’avait pas oublié. N’avait pas oublié la professionnelle avec qui il avait passé toutes ces nuits brûlantes. Souhaitait avant tout le troubler, le mettre mal à l’aise, s’amuser. C’est donc à quelques centimètres de ses lèvres, son bassin se rapprochant du sien brutalement qu’elle commença son petit discours débordant par une voix à la fois intense et sensuelle. Le forçant à s’exprimer, ou même s’exprimant à sa place. Geste osé et irréfléchi. Quoi que pas si irréfléchi que cela. Car en plus de sa délicatesse tant reconnue par son entourage, elle avait tout de même quelques petits pois dans la tête, plutôt maligne, si on ne voulait pas prononcer le mot chipie.

    Ah bon alors tu as vraiment tout oublié ? Mon prénom…ma voix…mes baisers…nos nuits ? Là maintenant tu n’as pas envie d’exprimer ton coté animal et de commettre un acte totalement irréfléchi ? Tu as toute ta raison là à quelques centimètres de mes lèvres ?


    Elle se trouvait toujours dans le même esprit rempli de séduction et dans ce moment toujours aussi charnel lorsque soudainement, son coté de femme mystérieuse imprévisible resurgit. La bête resurgit. Elle le poussa un grand coup, le faisant reculer de plusieurs petits mètres. Une façon de se protéger d’une éventuelle attirance ou une façon de continuer de s’amuser avec lui et de lui faire du mal ? Ca pouvait être plusieurs choses à la fois, sauf qu’à cet instant, elle avait juste envie de monter en haut de l’échelle. Elle n’ayant pas oublié cet homme ? N’ayant pas tourné la page ?? Qu’est-ce qu’il était absurde ! La page n’avait pas eu à être tournée pour la simple et bonne raison qu’à ses yeux, le livre n’avait jamais été ouvert, et elle lui expliqua avec une hargne digne d’elle et avec même un sourire moqueur aux lèvres. Se défendant contre ses accusations. C’était la meilleure, c’était elle qui le provoquait, qui lui avait brisé le cœur, et c’était bientôt à lui de lui présenter ses excuses. On pouvait voir Olivia dans toute sa splendeur de dégénérée. En face à face, elle lui adressa donc un regard flamboyant avant de lui lancer un signe de main accusateur. Révoltée !

    Non mais ça va pas ?? Comment t’as pu penser une seule seconde que tu me plaisais ? La page n’a pas eu besoin d’être tournée pour la simple et bonne raison que le livre n’a jamais été ouvert ! Ouvre les yeux monsieur le séducteur. Je suis pas une de tes bombe que tu mènes en bateau ! Et puis je suis fiancée !

    Beaucoup d’exclamations tout ça, et à une vitesse inévitable. Cependant, la chasseuse s’arrêta net lorsqu’elle prononça sa dernière phrase. « Je suis fiancée ». C’était bel et bien une phrase qu’elle ne se serait jamais vue prononcer. En particulier devant quelqu’un du sexe masculin qui avait la réputation de pouvoir attirer n’importe quelle femme dans son lit, un homme particulièrement séduisant et charmant. Tout d’un coup, elle se sentit donc assez troublée. Encore surprise face à ce changement soudain, face à ce revirement de situation. C’était rien, un simple rejet, mais pour Olivia ces temps ci, n’importe quel acte était inhabituel et bouleversant. Et ça, elle le gardait pour elle. Car s’il y avait une chose qui ne changerait jamais, ça serait sa réserve et son besoin de sa minute de silence, passée en solitaire.

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Highfield

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1224
Age : 25
Humeur : Tout dépend de qui je croise sur le chemin...;)
Date d'inscription : 30/09/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: 36 DAYS. {Olivia W.}   Dim 23 Nov - 14:04

    Je crois que ce que j'éprouvais pour elle s'est amèrement transformé en haine, et je sais que c'est compréhensible. Je ne me sens pas coupable, non, en aucun cas, car dans l'histoire, je ne suis qu'une victime. Victime qui a été frappé par l'Amour, et qui a présent s'en est relevé. Du moins, c'est ce que je croyais, car à présent que je suis en face d'elle, j'ai mon cœur qui bat étrangement et mes mains sont moites. Mais cette fois-ci, je ne craquerai pas, non. S'il y a bien une chose que j'ai retenu, c'est que je ne peux être amoureux de quelqu'un, et surtout pas d'Olivia. Elle ne semble pas blessé par ma puérilité, ce qui au final, me blesse moi plus qu'autre chose. Mais je reste de marbre, je ne veux transparaître aucun sentiment, qu'ils soient positifs ou non. Et dire qu'il y a quelques mois de cela, j'étais prêt à décrocher la lune pour Elle. J'étais déjà devenu un autre homme, chose pour moi qui m'avait été difficile, car passer de l'homme solitaire et sans sentiments à un homme fou amoureux et attentionné, cela fut difficile. En réalité, je pense que c'est tout simplement elle qui m'a changé, ou plutôt mes sentiments amoureux envers elle: God, ce que je peux être idiot quand je suis amoureux. Du moins, quand j'étais amoureux. Il est vrai que je souffre, car la cicatrice est profonde et alors qu'elle commence à guérir, voilà que je la croise, ce qui a le don de faire sauter un point de suture: soit, je me refuse de finir loque comme j'étais après son départ. Et bien que mon cœur ne veuille qu'une chose, c'est-à-dire partir avant de mourir définitivement, je préfère la contempler encore et encore, m'enivrer de son parfum que je ne suis jamais parvenu à oublier.

    Pourquoi elle me regarde alors comme ça? En tout cas, cela fait son effet car je me sens à nouveau faillit, étant tout simplement un homme faible face à cette brunette. En quelques instants, ses lèvres sont presque contre les miennes et je ne sais quoi faire, je me retrouve dans une situation plus que délicate: dois-je écouter mon coeur ou ma raison? Elle s'approche encore plus de moi, et nous sommes à présent collés l'un à l'autre. L'envie de poser mes mains sur ses hanches afin de les caresser avec sensualité me prend, mais il faut que je sois fort. Que je me retienne, bien que cela soit trop difficile. Mon dieu, je pourrai dire qu'elle n'est juste qu'une tentation, je mentirai. Car je sais qu'une autre femme pourrait être aussi proche de moi, je ne me sentirai pas ainsi. Lorsqu'elle prononce ses mots, je comprends alors qu'elle a tenté de me manipuler, ce qui a le don de me refroidir complètement. Je la rejette immédiatement après cette constatation, et je lui fais même dos. Son prénom, sa voix, nos baisers et nos nuits? Bien sûr que non, je ne les ai pas oublié, ils sont même gravés dans ma mémoire, et je pense qu'ils seront là tout le long de ma vie. Elle veut jouer avec moi, encore une fois, et c'est la seule chose que je dois retenir. Il faut que j'oublie tous ses souvenirs, mes sentiments ressentis. Il faut juste que je me souvienne combien elle me manipule, combien elle est mauvaise avec moi. Je lui tourne toujours le dos, et c'est quand je croise les bras que je me décide de lui répondre.

    Oui, j'ai menti. Je n'ai rien oublié, et tu sais très bien pourquoi. Je t'aimais Olivia, et tu es partie sans daigner me regarder. Soit, ça a été dur à admettre, mais à présent, tout cela est terminé. Tu n'es plus qu'un mauvais souvenir.

    Dis-je, jouant la carte de la franchise. J'ai finalement décidé de ne pas répondre à ses deux derniers questions, car elle et moi savons très bien qu'elle a un pouvoir incroyable sur moi, et que je meurs d'envie de la plaquer contre un mur pour l'embrasser avec fougue tout en déchirant ses foutus tissus qui m'empêchent de caresser sa peau, si douce soit-elle. Je soupire, sachant que je ne m'aide pas à tenir en m'imaginant de telles choses. Sans que je comprenne trop pourquoi, elle me pousse alors avec brutalité et je constate qu'elle n'a pas changé: elle est juste un petit bout de femme incompréhensible. Elle me fixe, et semble d'ailleurs plus que énervée: ma présence lui est si désagréable pour qu'elle fronce autant les sourcils?

    A ses premiers mots, je pense immédiatement qu'elle ne peut me faire plus mal mais finalement je me trompe, vu que la dernière phrase m'achève tout simplement. Un regard d'incompréhension se dessiner sur mon visage, et ne sachant que dire, tout étant encore trop flou dans mon esprit, je m'assoie au bord de la fontaine, les mains tremblantes. Alors le problème venait tout simplement de moi. J'ai à nouveau été idiot: pourquoi étais-je donc persuadé qu'elle avait juste peur de s'engager? Apparemment, ce n'est absolument pas le cas, vu les mots qu...Qu'elle...Bordel, c'est trop dur. Tous ses jours à tenter en vain de penser à autre chose, à vouloir ne plus songer à elle. Pour rien, ils n'ont été qu'une perte de temps. Je ne sais quelle réaction je me dois d'avoir, si j'ai le droit de me lever en retenant mes larmes pour la secouer en lui demandant pourquoi, à l'insulter pour cacher ma peine, ou bien me contenter de la féliciter pour l'heureux événement. Et pourtant, il y a peine deux minutes, je n'aurai jamais imaginé qu'il y avait un autre homme dans sa vie, vu la sensualité avec laquelle elle a prononcé ces mots, et avec la douceur avec laquelle elle a posé sa main sur mon cou. Alors elle se moquait éperdument de moi, tout simplement. Je n'étais qu'un objet purement sexuel, et je me suis moi-même monté la tête à imaginer un Elle moi pouvaient donner un nous. Un nous fort, atypique, et passionné. Un nous pimenté, amoureux, et compliqué. Le pire dans tout cela, c'est que je ne parviens à lui en vouloir, me sentant comme l'unique coupable.

    « Je suis fiancée ». Bordel, que cette phrase tourne en boucle dans mon esprit, et je donnerai n'importe quoi pour que cela s'arrête. Voulant me faire encore plus de mal, je tourne le regard vers sa main et c'est avec surprise que je constate qu'elle n'a pas de bague: ment-elle? Non, sûrement pas, non. Car à présent, cela apparaît évidemment qu'elle songe à quelqu'un d'autre que moi. Oui, Olivia semble folle amoureuse, et je suis le seul qui n'ait pas tourné la page: du moins, qui doit tourner une page vu qu'elle est inexistante de son côté. En vérité, elle a détruit ce qu'il avait de plus beau en moi, elle n'a pas voulu entendre mon cœur qui ne bat que pour elle, et m'as pris sans rien en échange. J'ai mal, et je suis perdu. Je suis seul, et j'ai peur. Car au fond, j'avais gardé espoir qu'elle et moi redevenons amants, bien la soudaine apparition d'Eva dans mon cœur.

    Et bien...Félicitations..

    J'avais finalement choisi l'option la plus facile et la plus hypocrite. Mais n'est-ce pas un bon début pour l'oublier définitivement?


_________________

    &you would say anything, you would try anything,
    To escape your meaningless, and your insignificance.
    You're uncontrolable, and we are unloveable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 36 DAYS. {Olivia W.}   

Revenir en haut Aller en bas
 
36 DAYS. {Olivia W.}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Midori Days
» Olivia Ong : Fly me to the Moon
» Je suis Schizophrène ? Et alors ? =D
» Jessica Lowndes
» OMG... des jumelles... | Olivia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Ridgecrest } ::    » Bâtiment Central ::    » Cour-
Sauter vers: