AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   Dim 19 Oct - 18:20

18H52. Liam tombe sur Jillian Helsing en train d'enguirlander son chauffeur de taxi alors qu'il la pensait morte.

Un éclat d'émerveillement fugace vînt s'éprendre du regard de notre jeune traqueur déambulant. Ebahi, cette lueur d'espoir étouffée par la fuite du temps se remis à étinceler, le laissant dans un premier temps planté tel une statue de marbre derrière la porte de l'hôtel qu'il s'était empressé de franchir. Incroyable. Surréaliste. Cette situation était-elle donc possible ? Cette femme aux formes voluptueuses haussant le ton sur son chauffeur pouvait-elle réellement être celle qu'il avait tant aimé jadis ? L'homme plissa les yeux avec un brin de concentration. Il l'observait. L'assurance de sa mort l'empêchait d'être objectif et par conséquent de la reconnaître. Il s'appliquait à mettre le doigt sur le moindre petit détail lui confirmant qu'il s'était bel et bien trompé mais une chose non négligeable freinait son élan, une chose qui ne lui mentait pas. Une chorale dans sa cage thoracique le tiraillait d'angoisse amoureuse. Son coeur battait la chamade. Il le brûlait. Il le torturait.

Jamais auparavant ce jeune chasseur n'avait ressenti de telles sensations. Les mots manquaient pour les décrire, elles étaient inexplicables. Le fait était qu'il pensait dévisager une sorte de fantôme du passé dont il n'avait pu se détacher, une sorte d'hallucination enclin à lui rappeller que tous ces évènements qu'il s'efforçait d'enterrer restaient malgré tout très présents. Du remord me direz-vous ? Certainement. Liam l'avait aimé. Il lui avait tout donné puis déconné jusqu'à tout lui retirer. Sa double vie pris le pas en dépit de cette dictée que lui proposait son coeur, le contraignant à ne jamais se retourner. Il s'était mis en tête de la protéger, c'était pour lui ce qui l'avait tué. Il ne cessait de remuer ce passage de son histoire, se torturant toujours plus. Il se persuadait qu'il aurait pu empêcher ça, il lui aurait simplement suffit d'être là. C'était peut-être également cette culpabilité qui le poussait à ne pas vouloir admettre la réalité qui se tramait juste devant lui.

Alors que la demoiselle s'appliquait à contredire les propros du conducteur, Liam sombra dans de délicieuses pensées synonymes d'acceptation. La stupeur s'évanouissait peu à peu au profit d'un doux réconfort lié à une joie indescriptible. Il s'imaginait se diriger vers elle avec une belle dose d'assurance, la tête haute et le regard illuminé. Il se ferait généreux avec le chauffeur puis le renverrait froidement, aspirant à un face à face. Il lui prendrait la main délicatement puis lui caresserait le revers de celle ci comme pour s'assurer qu'elle était vraiment là. Il lui effrolerait ensuite la joue du bout des doigts tout en les remontant avec indolence avant de plonger le brun de son regard dans ses yeux noisettes, la laissant lire ses sentiments comme elle lirait un livre ouvert. Pour le bouquet final, il lui emprisonnerait les lèvres avec passion, ranimant cette flamme qui entrenait autrefois leur amour d'adolescents. Il rêvait de son pardon ainsi que de passer outre les explications. Seulement, la vie s'avérait bien plus dure que dans nos rêves, celle de Liam ne ferait certainement pas exception.

Lorsqu'il revînt se percuter au monde réel, sa dulcinée s'était éclipsée. Perdu dans son utopie, il ne s'était même apperçu qu'il l'avait laissé lui filer entre les doigts comme ce fût déjà le cas. Il vînt donc à la rencontre de l'automobiliste avec une idée bien précise : connaître le lieu de destination qu'elle lui avait fixé. Habitué à la mentalité de l'endroit, il arma sa main droite de quelques dollars :


- L'adresse de la jeune femme. lui ordonna t-il tout en le laissant reluquer la verdure des billets.

Ni une ni deux, celui ci s'exécuta, ayant sensiblement envie d'arrondir ses fins de mois. Seulement, un véritable problème se posa : il lui donna l'adresse de l'hôtel, or, elle n'avait pas pénétré les lieux. Liam fut à la fois désabusé et soulagé. Il avait tellement désirer la savoir en vie et la prendre dans ses bras ne serait-ce qu'une dernières fois. Mais, il y'avait toujours un mais, il n'était pas certain de pouvoir l'affronter. Il l'avait abandonné malgré l'affection qu'elle lui avait témoigné, cet acte se devait d'être réprimandé et les excuses non négociables. Indéci, le jeune homme parti s'asseoir sur l'un des fauteuils situés dans le hall d'entrée avec pour seule compagnie une place vide. Il l'attendait le regard rivé vers la porte sans savoir si elle la franchirait. Chamboulé, il fixa son regard sur l'horloge, ne se rendant plus compte du temps qui passait...


22H11, bar de l'hôtel

Assis au comptoir, le chasseur mirrait son verre de whisky d'un air égaré. Immunisé du monde qui l'entourait, Liam semblait seul face à son verre, se demandant s'il devait ou non l'assécher comme il savait si bien le faire dans le passé. L'image de Jillian ne cessait de le tourmenter et il avait du mal à faire face. Il y'a encore quelques heures, il pensait que la jeune femme avait péri sous les dents d'un caïnité par sa faute, d'où son état d'esprit. Certes, le coupable de l'histoire venait d'apprendre qu'il avait une mort en moins sur la conscience, et pas des moindres, mais la savoir en vie était encore plus pénible que de la penser décédée. Liam avait affronté un premier deuil, s'il était amené à la croiser, il devrait certainement en affronter un deuxième d'un tout autre genre. Il se confondait peut-être avec l'égoïsme même mais l'imaginer avoir refait sa vie était un fait quasi insupportable. Seulement, Liam ne pouvait s'en prendre qu'à lui même. Et pour que cette peine s'amenuise, il cessa d'hésiter et descendit son verre avant d'en éxiger un deuxième. Le tenant fermement de sa main droite, il l'observa amèrement :

- Pathétique...

Le portant à ses lèvres, il ajouta :

- Allez mec, à ta médiocre p'tite vie de solitaire !

Heureusement, demain serait un autre jour...
Revenir en haut Aller en bas
Jillian Helsing
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2586
Age : 26
Votre faiblesse : Mon frère, Peter...
Votre force : Mon intuition
Humeur : Tourmentée
Date d'inscription : 23/05/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   Dim 19 Oct - 21:12

    C’était une journée ordinaire, comme l’on en vit tant dans l’année. A la différence que ce matin là Jillian s’était réveillée dans des draps de satin blanc dans un hôtel de luxe, ce qui n’était quand même pas offert à chaque simple mortel de base. D’ailleurs la brunette n’avait pas vraiment l’habitude de ce genre d’endroits non plus, elle y consommait actuellement toutes ses économies pour retrouver Ambre, une immortelle qui retenait captif son grand frère Peter. Tant pis pour le prix que tout cela coûterait, Jill était prête à se retrouver sur la paille s’il le fallait. Si au moins elle était sure qu’il fut encore en vie…non elle devait se contenter d’incertitudes et c’était ce qu’il ya avait de pire. Peut être était-il en train d’agoniser, peut être mourrait-il de faim et de soif pendant que cette chère Delacours méditait sur sa vengeance. Vengeance totalement légitime quand on repensait à la trahison de l’ancien amour de sa vie, Georges. Quel genre d’homme était-il pour lui avoir offert sa compagne sur un plateau d’argent ? Certes il n’était plus humain depuis presque quatre siècles mais ça ne pardonnait pas tout. La seule vraie différence avec les autres terriens c’est qu’il n’avait pas à craindre le couperet de la mort. Toute notion d’humanité l’avait donc quitté ? Jillian avait un jour lu que la mort était plus forte que la vie, mais que l’amour était plus puissant que les deux réunis. Visiblement Georges n’en avait jamais entendu parler. Au fond il n’avait sûrement pas aimé Ambre. Contrairement à lui, Jill savait ce qu’était qu’aimer quelqu’un si fort qu’on pourrait sacrifier sa vie pour épargner la sienne et pour cela elle enviait le beau blond d’un certain côté car s’il ne connaissait pas ça, il ignorait probablement ce que signifiait la souffrance. Stanford était le genre à ne se soucier que de sa misérable existence de buveur de sang, un égoïste un vrai, sûrement encore plus depuis qu’il avait accédé à l’immortalité, ce cadeau aussi tentant qu’empoisonné.

    L’amour avec un grand A, la chasseuse l’avait déjà connu une première fois avec Liam Oxford. Elle l’avait rencontré au lycée et ils avaient filé le parfait amour pendant presque quatre ans. Enfin ça c’était l’image qu’ils reflétaient à l’époque car en réalité tout n’avait pas été si rose. Jillian se souvenait très bien de la période où il fumait et buvait plus que de raison, comme si ce qui était arrivé à son père à cause de l’alcool ne lui avait pas servi de leçon. A la différence que la belle brune restait persuadée qu’il n’aurait jamais levé la main sur elle. Mais apparemment cet amour était à sens unique, ou tout du moins il l’était devenu vu la manière dont cela s’était terminé entre eux. Il avait fini par lui annoncer qu’il ne voulait plus d’elle, qu’elle ne lui apportait plus rien de bon . Les premiers jours après leur rupture, elle avait été profondément meurtrie, elle éprouvait un chagrin indescriptible...aujourd’hui cette souffrance s’était transformée en vive colère. Elle lui en voulait terriblement pour lui avoir fait perdre son temps, parce que tous les efforts qu’elle avait fait pour s’accrocher à lui même dans sa phase « difficile »s’étaient trouvés vains. Sans compter qu’à l’époque elle venait d’apprendre qu’elle était enceinte. Jill avait rapidement avorté, elle ne se sentait pas prête à affronter le regard des autres ni à expliquer plus tard à son enfant comment son père s’était volatilisé. Heureusement d’ailleurs quand on sait que quelques mois plus tard des vampires s’étaient invités dans sa demeure pour massacrer sa famille et que maintenant elle se « baladait »de ville en ville à la recherche de ces sangsues. Est ce qu'elle reverrait Liam un jour? Elle l'avait longtemps espéré au fond d'elle, mais aujourd'hui elle savait que ça n'arriverait pas. Et puis est ce qu'elle y tenait réellement? Non pas vraiment. Pour apprendre qu'il s'était marié et avait déjà trois gosses, merci bien.

    Bref, aujourd’hui, Jillian avait donc décidé d’aller patrouiller dans Ridgecrest, en dehors de l’hôtel. Tout un tas de légendes urbaines racontaient que des vampires hantaient la forêt, et elle souhaitait donc vérifier d’elle même les rumeurs bien qu’elle soit assez septique à ce sujet. Elle s’y rendit seule, car depuis quelques temps elle préférait éviter la présence de James. Comme elle s’en doutait, elle ne trouva rien à signaler au milieu des grands arbres centenaires mis à part de l’humidité et de vilains insectes. Au bout de deux heures de recherches, elle se décida à rentrer, un peu épuisée par sa marche. Sauf qu’elle refusa de rentrer à pied comme tout à l’heure, vu l’état du ciel il allait pleuvoir d’une minute à l’autre. Il fallait s’y attendre, le temps de la Transylvanie ne ressemblait pas à celui de la Californie, l’endroit où elle se trouvait avant de débarquer dans cette ville, enfin plutôt ce village vu le nombre d’habitants. Ce qui ne lui déplaisait pas tant que ça en fait, «trop de soleil tue le soleil »comme elle avait l’habitude de dire. Une fois sortie du bois, elle sortit donc son portable et appela un taxi, heureusement qu’il y avait un peu de réseau par ici. Elle aurait tout aussi bien pu appeler James mais l’idée de le déranger la gênait. Et puis il était capable de se ramener avec John, qu’elle ne tenait pas à croiser non plus. Le chauffeur possédait un accent un peu bizarre, si bien qu’elle ne comprenait pas un mot sur deux. Et puis il avait tardé pour venir la chercher quand même, un peu plus et elle était bonne pour rentrer trempée comme une soupe.


    « -Fallait pas vous presser surtout ! »marmonna t’elle d’une voix acariâtre, mais tellement bas que le chauffeur en question n’avait sûrement rien entendu. Bah oui elle n’avait qu’en même pas envie de le vexer pour se retrouver seule sur le bord de la route. Au bout d’une petite dizaine de minutes, le taxi s’arrêta enfin devant le château reconverti en hôtel. Jillian ferma un peu brusquement la porte, sortit puis ouvrit celle de la place à côté du conducteur. Lorsque le chauffeur lui annonça combien ça allait lui coûter, elle crut qu’elle allait s’étrangler. 50 $ pour un malheureux petit tour !Il la prenait pour un pigeon ou quoi ? C’était de l’arnaque pure et simple, et cet idiot allait l’entendre !

    « Hein ?! Vous plaisantez j’espère ? Parce que si c’est une blague c’est pas drôle, vous allez pas me dire que le prix de l’essence a augmenté à ce point là, vous m’avez même pas promené 10 minutes ! » lâcha t’elle en colère avec une soudaine envie de commettre un truc débile du genre donner un grand coup dans le taxi du Monsieur.

    « Et puis articulez je comprends rien à votre charabia là ! »

    Au final, Jillian constata qu’aucune discussion n’était possible avec lui, elle sortit donc son porte-feuille en soufflant bien fort pour montrer son mécontentement puis elle lui lança les billets au visage.

    « -Gardez la monnaie ! Et croyez moi je suis pas prête de remonter dans un de vos engins ! »

    C’est vrai que sa réaction était peut être un peu démesurée mais ça avait toujours fait parti de son caractère, elle avait souvent tendance rapidement à s’énerver pour un rien. Impulsive, vous avez dit impulsive ? Et puis le fait qu'elle soit d'une humeur massacrante aujourd'hui n'arrangeait rien. Jillian réalisa alors qu’elle n’avait aucune envie de rentrer dans l’hôtel broyer du noir, tant pis s’il pleuvait : le ciel entier aurait pu lui tomber dessus que ça lui aurait été égal en fin de compte. La jolie brunette s’engouffra donc dans le taxi qui venait tout juste d’arriver derrière, hors de question de remonter dans le même taxi, elle allait visiter un peu la ville, et vu la taille de cette dernière elle se doutait qu’elle en aurait vite fait le tour. Miss Helsing ne s’était évidemment pas rendue compte de la présence d’un vieil « ami »près de l’entrée de l’hôtel.

    Deux petites heures plus tard, la chasseuse était rentrée de son expédition. Comme elle s’y attendait, elle n’avait rien trouvé de bien intéressant…les rares villageois lui filaient clairement la frousse d’ailleurs, un peu plus et on se serait presque cru dans le remake d’un mauvais film d’horreur, vous savez ceux avec la ville à moitié déserte avec seulement quelques ploucs complètement dérangés qui feront tout pour vous envoyer dans la gueule du loup. Dès son arrivé elle monta directement dans sa chambre prendre une bonne douche, rien de mieux pour se remettre les idées en place. Effet un peu raté car juste après Jill entreprit de libérer le bar de sa chambre de tout son contenu. Elle commençait à avoir un réel problème avec ça, même si elle se refusait à l’avouer, depuis qu’elle s’était rendue compte qu’un verre d’alcool n’a pas son pareil pour vous faire oublier tous vos soucis. Elle se rendit cependant vite compte qu’il ne lui restait plus qu’un vieux fond de bouteille en réserve, il ne lui restait plus qu’à aller au bar de l’hôtel… Quelques minutes plus tard, la jeune femme avait entre les mains un verre de vodka…qui ne tarda pas à se briser en mille morceaux sur le sol lumineux du Wilshire Castle Bar, attirant à cause du bruit tous les regards sur elle. Liam Oxford. Voilà ce qui lui avait fait lâcher sa coupe et lui coupa littéralement le souffle. Lui ?! Ici ?!! Comment c’était possible, comment…Jillian arrêta vite ce flot de pensées qui ne rimaient à rien et elle le dévisagea intensément un instant pour être sure que c’était bien lui, et non un effet pervers de son imagination ou bien la faute à l’alcool du minibar de sa chambre qu’elle avait vidé plus tôt. Elle restait interdite, ne pouvant prononcer le moindre mot de peur de tout gacher et de se réveiller dans sa chambre en se rendant compte que rien n'avait existé: si c'était un rêve alors elle voulait en profiter un minimum. Elle ne fit même pas attention au serveur qui s'affairait près d'elle pour nettoyer le désastre, elle n'entendait plus rien autour d'elle si ce n'est son coeur qui battait à tout rompre dans sa poitrine. "Toujours aussi beau", voilà ce qui passa par l’esprit de la brunette après cet « examen ». Même bien plus, le souvenir qu’elle avait gardé de son physique n’était pas tellement fidèle à la réalité en fin de compte. Elle sentit la plaie au milieu de sa poitrine qui s’était refermée plus ou moins bien après leur rupture se fissurer lentement, et à mesure que le chagrin qu’elle avait ressenti quand il l’avait quittée refaisait surface, la colère arrivait également…et paradoxalement un immense bonheur l’envahissait, elle n’aurait même pas su décrire ça précisément tellement ses sentiments étaient contradictoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   Lun 20 Oct - 19:57

Liam ne se souciait plus de ce qu'il adviendrait s'il dépassait son quota de verres, sûremement une question d'habitude bien qu'il l'avait quelque peu perdu. N'en n'ayant pas ressenti le besoin, le jeune homme ne s'était pas retrouvé assis sur le comptoir d'un bar depuis belles lurettes comme diraient les anciens. Depuis l'acquisition de son rang de chasseur de vampires, la boisson et autres stupéfiants avaient été bannis. Mais, la surprise du jour ne lui ayant pas réellement convenue, s'enivrer était le seul moyen qu'il s'était dégoté pour décompresser. Un moyen qu'il utilisait d'ailleurs autrefois sans modération au péril de son couple. Les mauvaises habitudes étaient si simples à retrouver...comme si elles ne vous avaient jamais réellement quitté. Dommage qu'il n'en soit pas de même pour les résolutions, la vie serait tellement plus facile...

Le parfum qui s'échappait de son récipient cristallin lui rémémorait ces quelques souvenirs cauchemardesques qui y étaient associés, le tiraillant d'avantage à chaque georgée. Il revoyeait son père sous les projecteurs le bras armé vers son visage, la haine s'étant appropriée son regard autrefois bienveillant. Il pouvait même ressentir cette douleur qui, au fond, ne lui avait jamais vraiment sembler s'être dissipée. Il revivait ce cauchemar qui malgré les années ne s'était toujours pas amenuisé et continuait de le ronger. La souffrance ne se liait pas au répit, Liam l'avait appris à ses dépends. Le jeune homme avait beau avoir fêter ses vingt et un ans et couper chacun des liens qui le retenait à son ancienne vie excepté ceux qu'il entrenait avec sa jumelle bien aimée, il avait parfois l'impression d'être encore ce petit garçon battu par son père qui se recroquevillait sur lui même, tentant du mieux qu'il pouvait d'encaisser les coups tout en priant pour que ça s'arrête. Le chasseur ne croyeait pas en Dieu, il n'y avait d'ailleurs jamais cru. Il suppliait, c'était tout.

Sa mémoire était sans nul doute son plus grand ennemi. Son existence n'avait rien de rayonnante et le chasseur n'en savait déjà que beaucoup trop sur la cruauté que pouvait offrir la vie. Petit garçon ayant grandi trop rapidement, homme enfermé dans le corps d'un gosse, ses déboires ont forgé son expérience trop vite, lui donnant cette impression d'avoir absolument tout vécu. Ce fut cet apprentissage donneur de leçons qui le mena sur le rude chemin de la prédiction. Connaissant les effets néfastes de l'alcoolisme, il s'était juré de ne jamais toucher à cette pourriture qui non seulement vous gâchait la vie mais qui ruinait en plus celles de vos proches et amis. Son père, il l'avait maudit et le maudissait encore aujourd'hui, marcher un jour dans ses traces était indainiablement sa plus grande phobie. Seulement, promettre et s'engager est un acte on ne peut plus simple, s'y tenir est déjà plus difficile. Liam était faible. Trop faible...L'alarme lui annonçant le commençement de sa vie d'adulte l'avait assourdi et le chasseur décida de se rebeller pour la mettre en sourdine. Le beau parleur s'était hissé dans un rôle bien hypocrite, s'accablant d'une honte qui vînt une nouvelle fois à sa rencontre, tenant compagnie à ce verre de whisky qu'il portait à sa bouche. La copie du père Oxford ne lui était cependant pas tout à fait conforme, l'intégration de la violence ayant été oubliée. Le jeune homme buvait jusqu'à ne plus pouvoir marcher mais n'avait jamais fais preuve de la moindre once d'agressivité. C'était d'ailleurs le seul réconfort qu'il avait pu éprouver lorsque Jill vivait encore à ses côtés. Porter la main sur celle qu'il aimait était un acte qu'il ne se serait pas pardonner...

Alors qu'il terminait son verre, une cliente maladroite laissa le sien filer entre ses doigts. Celui ci s'écrasa à terre sans crier gare dans une centaines d'éclats. Le bruit fit que la totalité des regards présents dans la salle se détournèrent sur cette jolie brunette, celui de Liam ne faisant bien sûr pas exception. Lorsqu'elle réhaussa légèrement la tête, se détachant de cette poussière cristalline qu'elle avait involontairement provoqué, celle du jeune homme changea radicalement de couleur. Son coeur se mit à lui cogner la poitrine sans retenue. Elle était là, si proche de lui, tellement...tellement accessible...Elle. Jill. Jillian Helsing, celle qu'il avait jadis considéré comme la femme de sa vie. Son premier amour. Son seul amour. Liam essquiva son regard, ne sachant décidemment pas comment lui faire face. Il fixa son verre avec peine. Jillian ne comprendrait pas. Elle ne l'avait jamais compris. Pourquoi buvait-il ? Le spectacle offert par son père ne lui avait-il donc pas suffit ? Le chasseur était-il redemandeur ? Bien sûr que non, Liam était tout sauf avide de ce genre de tragédies. Il ne s'enivrait en aucun cas pour calquer la seule figure paternel qu'il connaissait depuis son dixième anniversaire, il ressentait simplement la nécessité d'oublier et il ne pouvait la combler qu'en se noyant dans l'alcool et autres extravagances. L'affliction était trop intense pour être supportée par quiconque, ce fut donc sa porte de sortie. Mais il était le seul à pouvoir saisir la raison de sa dérobade, ce qui le poussa donc à pousser son verre un peu plus loin sur le comptoire (juste au cas où...). Il ne souhaitait pas que cette jeune femme "reprenne contact" avec ce Liam qui lui avait causé tant de soucis. Il était soucieux de lui dévoiler cette autre facette de sa personnalité, à savoir, l'invulnérabilité. Seulement, le chasseur n'en avait pas encore conscience mais ce ne serait certainement pas pour ce soir...

Liam ne la regardait pas de peur qu'elle ne le surprenne à la dévisager tel qu'il l'avait fait plus tôt dans la soirée. Il hésitait. Devait-il empoigner son courage et lui balançer un puéril et riddicule "hé, ça faisait longtemps" où pousser cette porte décorée de ce cette jolie plaque annonçant "issue de secours" ? Ah le courage...Une de ses qualités et d'ailleurs pas des moindres, du moins, lorsqu'il s'adonnait à son activité. Se dresser face à l'une de ses nombreuses créatures porteuses d'immortalité s'avérait être un sacré jeu d'enfants à côté de ce à quoi il tentait vainement de se préparer ! Liam avait peur. Peur qu'elle ne l'écoute pas. Peur qu'elle ne le pardonne pas. L'idée qu'elle lui présente sa famille et leur petit caniche abricot l'effrayait également, peut-être même plus que tout. Il n'y avait aucun doute, Liam l'aimait encore et ne pourrait se faire à l'idée d'avoir tout gâché. Fuir la réalité étant toujours plus simple que de l'affronter, le jeune homme, finalement, préféra de loin ne rien savoir et pris donc l'initiative de n'en prendre absolument aucune. Ne sachant comment briser la glace, il ne ferait pas le premier pas. Certes, c'était un acte très lâche mais pour lui totalement justifié. Suite à ce qu'il lui avait fait dans le passé, il n'était plus en droit de l'approcher, Jillian n'avait déjà que trop souffert. Regrettant amèrement son choix pourtant remédiable, le chasseur se resaisit de son verre avant d'en avaler le contenu cul sec malgré cette tête qui commençait à sérieusement tourner. Pitoyable...

Sur ce, le barmaid vînt s'accouder tout près de lui. S'appliquant à essuyer une pinte d'un torchon blanc, il lui dit tout bas sans prendre l'indiscrétion en considération:


- Il y'a une demoiselle qui semble très intéressée, vous devriez peut-être aller lui parler.

Le regard de Liam s'obscurcit. Il n'appréciait guère que l'on se mêle de ses affaires et comptait bien le lui démontrer. Relevant légèrement le regard vers son interlocuteur, il se contenta de faire glisser son verre dans sa direction :

- T'es pas payé pour tapper la causette aux clients Cupidon, contente toi de m'en servir un autre. lui dit-il séchement.

N'ayant guère le choix, celui ci s'exécuta, laissant Liam profiter d'un tête à tête avec monsieur Désarroi...

Revenir en haut Aller en bas
Jillian Helsing
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2586
Age : 26
Votre faiblesse : Mon frère, Peter...
Votre force : Mon intuition
Humeur : Tourmentée
Date d'inscription : 23/05/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   Mer 22 Oct - 21:46

    La sensation qu’elle ressentait aurait facilement pu être comparée à une chute vertigineuse de plusieurs étages…sauf qu’elle restait vivante, désespérément vivante. Une boule au ventre terrible la tiraillait de toutes parts et la clouait a sol. Une peur paralysante. Non, elle ne pouvait se résoudre à lui faire face. Pas encore. On raconte que le meilleur moyen de vaincre une peur, c’est de l’affronter. Pour ça il aurait déjà fallu que la jeune femme connaisse l’ennemi. Cet homme non loin d’elle n’était pas celui dont elle était tombée éperdument amoureuse, il était seulement son image, il ressemblait physiquement à Liam mais il avait sans doute énormément changé depuis leur dernière rencontre, assez pour devenir une sorte d’étranger pour elle…peut être même était-il un effet vicieux de son imagination. Non il ne pouvait pas être réel. Impossible. Le meilleur moyen de s’en rendre compte aurait été d’aller vers ce mirage mais même vu sous cet angle là, elle ne pouvait s’y résoudre. Ses jambes ne daignaient plus lui obéir de toute manière, son corps obéissait totalement à son esprit. Elle aurait pu aller vers la sortie, en sens inverse, mais curieusement ça non plus elle n’y arrivait pas. Jillian ne s’était pas préparée à ça, elle avait fini par se persuader qu’elle ne reverrait plus jamais Liam. A leur rupture elle avait cru mourir mais elle s’était aussi rendue compte qu’elle pouvait y survivre, qu’elle avait en elle plus de force qu’elle ne l’aurait jamais imaginé…la Terre avait continué à tourner sans attendre que la jeune femme s’en remette et elle avait été obligée de reprendre le rythme. Mourir d’amour, ça aurait été tellement romantique dans un sens ! Mais n’est pas Roméo ou Juliette qui veut. La brunette le scrutait à présent de ses grands yeux noisettes, persuadée que la plupart des personnes dans cette salle devaient la prendre pour une folle à rester plantée sans bouger, sans même s’excuser auprès du serveur pour le verre cassé. La dernière fois que Jill avait vu Liam autre part que sur le papier glacé d’une photographie, c’était lorsqu’il avait rompu avec elle, le genre de souvenir qu’on préfère oublier mais qui pourtant reste gravé dans un mémoire. Combien de chances y avait-il pour qu’ils se retrouvent dans le même hôtel, dans un coin perdu de la Transylvanie ? Une sur mille peut être et encore. C’est sûr elle délirait complètement là, elle allait bientôt se réveiller…à moins qu’elle n’ait été droguée mais elle voyait assez mal l’intérêt de faire une telle chose pour ensuite la laisser errer comme une âme en peine dans l’hôtel. A moins qu’elle ne soit morte, et qu’elle hante les lieux en fantôme. Oui c’était ça forcément…mais ça n’expliquait toujours pas la présence de Liam, à moins qu’il soit mort lui aussi. Rien qu’à cause de ce dernier point, elle espérait plus que tout que sa dernière hypothèse soit totalement erronée. Sans compter que Dieu, le paradis, l’enfer…elle n’y avait jamais cru…ces deux lieux sont sur Terre, « grâce » à Liam elle en avait fait l’expérience. Jillian n’envisageait en revanche pas un seul instant que la présence actuelle de son ex petit-ami soit réelle, non ça ne pouvait tout simplement pas l’être. Si la jeune femme avait su que l’abus d’alcool répété pouvait provoquer des hallucinations de ce genre, elle aurait sans aucun doute commencé plus tôt.

    Lorsque Liam détourna vivement son regard du sien, la brunette réalisa cependant vite que cela partait assez mal pour un rêve mais que cela débutait à merveille pour un cauchemar. Elle aurait trouvé ça tout aussi étonnant qu’il se jette dans ses bras mais de là à avoir un accueil aussi glacial…Elle avait l’impression que leur rupture datait de la veille, c’était comme si elle avait déjà vécu cette scène : Liam en tête à tête avec un verre de whisky, en ignorant son regard désemparé face à un tel gâchis. Sauf que si à l’époque elle aurait pu lui donner des leçons de morale en lui reprochant son mode de vie chaotique, aujourd’hui elle ne pouvait plus étant donné qu’elle était sans doute devenue encore pire que lui à ce niveau là. Il y a bien longtemps il lui avait démontré par A+B qu’ils n’étaient pas faits l’un pour l’autre, qu’il serait mieux sans elle, et dans un sens il ne faisait qu’ « honorer » ses paroles d’antan. Jillian avait beau y repenser, elle se demandait si elle méritait un tel mépris, une telle indifférence. La chasseuse constatait à quel point elle était encore dépendante de lui, de son approbation…à quel point elle n’était pas parvenue à tourner la page. Telle une enfant capricieuse, Jill se sentait littéralement bouillonner de rage et de frustration. Elle envisagea même un moment de commander une nouvelle coupe pour en déverser le contenu sur sa jolie tête blonde. Tout aurait été bon pour capter enfin son regard. Plus jeune, elle n’avait jamais cherché à attirer l’attention sur elle, au contraire elle aurait donné n’importe quoi pour devenir invisible aux yeux de tous. Son frère adorait d’ailleurs la taquiner à propos de ça en la traitant d’asociale. A cet instant précis elle aurait pourtant vendu son âme au Diable, quoique ça c’était déjà fait depuis son pacte avec Ambre tout bien réfléchi, juste pour qu’un homme, un seul, daigne enfin la regarder. Devait-elle aller vers lui malgré tout, ou bien l’imiter en faisant comme si elle ne le connaissait pas ?

    Il y avait également la solution de la fuite qui s’offrait à elle : en à peine trois pas elle pouvait très bien se retrouver dehors et feindre de n’avoir jamais croisé le beau blond dans le bar de l’hôtel. Peut être même réussirait-elle à se persuader que cette rencontre fortuite n’avait été qu’un songe, seulement un délire de son imagination auquel s’était livré son esprit pendant son sommeil. C’est sûr elle pouvait…mais en avait-elle vraiment envie ? Non. Elle avait beau savoir qu’il ne voulait plus d’elle, ne plus y croire depuis bien longtemps elle avait besoin d’un instant avec lui, même si sa raison lui soufflait de fuir le plus loin possible. Juste une explication, savoir pourquoi il avait disparu du jour au lendemain. Ensuite elle passerait à autre chose, elle ferait son deuil…elle essaierait en tout cas. Pourtant Jillian était incapable d’aller lui dire ses quatre vérités en face. En fin de compte, elle manquait terriblement de courage, d’audace. Il la rejetterait c’est sûr, elle en aurait donné sa main à couper. Quand Liam l’avait quittée, elle n’avait rien fait pour le retenir. Elle l’avait regardé sortir de sa chambre d’un air passif, persuadée que ce n’étaient que des mots en l’air, que le lendemain tout serait oublié, qu’il viendrait lui demander pardon. Elle s’était sentie lasse de toujours lutter pour percer sa carapace, épuisée de toujours devoir l’aider à vaincre les vieux démons de son enfance, de le faire toujours passer avant elle pour entendre ensuite « Tu ne peux pas comprendre. ». Lorsque Peter l’avait abandonnée, elle n’avait pas énormément réagi non plus, du moins pas assez pour le convaincre de rester. On dit souvent qu’on ne se rend compte d’à quel point on aime quelqu’un qu’une fois qu’on l’a perdu et par deux fois c’est exactement ce qui était arrivé à Jillian. Bien sûr à la fin de sa relation avec Liam, tout n’avait pas été rose et parfois elle aussi avait eu envie de rompre, d’abandonner…mais malgré tout elle était restée parce qu’elle croyait en leur avenir commun, qu’elle était persuadée qu’ils surmonteraient tout ça, que rien que le fait d’être près de lui et de savoir qu’il l’aimait malgré tout lui suffisait…lui en avait décidé autrement, c’était son droit après tout. Ce qu’elle ne comprenait pas c’est son attitude aujourd’hui. Qu’il ne l’aime plus, certes mais de là à l’ignorer totalement ? Avait-elle autant changé physiquement ? Non pas assez pour que lui ne la reconnaisse pas.

    Pour une fois, Jillian décida de ne pas choisir la solution de facilité. Elle s’avança donc vers la place libre à côté de Liam, toujours passionné par la contemplation du fond de son verre. Sans même lui demander la permission, elle s’installa sur le siège vide. De toute manière, il aurait tout aussi bien pu prendre la parole pour lui annoncer que la place était libre elle se serait assise malgré tout. Il aurait même pu lui dire que le siège était réservé à son épouse, avec qui il passait ici sa lune de miel qu’elle n’aurait pas cillé bien que la simple idée qu’il ait pu avoir fondé une famille avec quelqu’un d’autre qu’elle la faisait frissonner. Sans lui jeter un seul regard malgré sa grande proximité avec son ancien amour, elle commanda une coupe au serveur.


    « - Ne la cassez pas celle là… »

    Jillian faillit lui lancer une remarque acerbe en réponse seulement elle n’avait pas le temps pour ça et surtout son stock de venin semblait épuisé étrangement…elle allait pourtant avoir un grand besoin de sa légendaire répartie vu la situation. Le regard noir qu’elle lui lança suffit toutefois à éloigner le serveur d’eux. La chasseuse cherchait vainement quoi dire à Liam mais rien ne venait, c’était comme si tout son cerveau était vidé. Elle avait l’impression d’être à nouveau une gamine de six ans, incapable de se défendre lorsque les gros durs de l’école s’en prenaient à elle. Cette fois elle ne pouvait pourtant pas espérer que son grand frère vienne à son secours. Jill s’était dit qu’en s’asseyant juste à côté de son ex petit ami, ce dernier finirait par lui parler mais c’était une illusion : il restait enfermé dans son mutisme, comme si la jeune femme à côté de lui n’avait été qu’une vague inconnue et non son premier amour. Au jeu de qui garde le silence le plus longtemps, elle savait qu’il serait le plus fort, elle n’était pas de taille face à un tel adversaire. Ainsi après avoir pris une profonde inspiration, la brunette entreprit enfin de briser la glace :

    « -Je me suis demandée si je devais t’imiter et faire comme si je ne t’avais pas reconnu. Mais faut croire que je suis nettement moins douée que toi pour ignorer mes ex. Pathétique, non ? »

    Etonnement, la voix de miss Helsing n’avait pas tremblé, elle n’en revenait pas d’avoir réussi à maîtriser aussi bien son ton alors qu’elle était morte de trouille à l’intérieur. « Mes ex ». Comme si elle en avait eu des centaines. En réalité elle n’avait eu qu’une seule relation digne de ce nom, et avec lui en plus. Elle ne se décidait toujours pas à le regarder, elle n’avait pas envie qu’il lise toute sa souffrance dans ses yeux…elle préférait qu’il croit qu’elle l’avait totalement oublié, qu’elle se portait mieux sans lui. Les apparences, toujours les apparences…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   Dim 26 Oct - 12:40

  • Lorsque Jillian daigna prendre place à ses côtés, Liam ne conssentit pas à poser les yeux sur elle. Trop lâche. Trop coupable. Son médiocre regard n'était pas en droit de croiser l'innocence autrefois gravé dans le sien. Tel un enfant omnubilé par son jouet, la présence de l'adulte ne semblait en aucun cas le perturber. La tête basse, les yeux rivés vers son verre qu'il effleurait du bout des doigts, le jeune homme semblait s'être enfermé dans une bulle impénétrable. Mais bien conscient qu'il ne pourrait aucunement jouer l'autiste bien longtemps, il élaborait quelques phrases toutes faites qu'il avait dans l'intention de lui dévoiler pour briser cette indifférence dont il paraissait faire preuve à son égard. Liam ne l'ignorait pas, il ne savait simplement pas quoi lui dire et là se trouvait toute la nuance. Seulement, son esprit bien vide et hors de portée ne lui permit pas de conclure sur des paroles satisfaisantes. Le jeune homme avait déjà bien du mal à concevoir le pardon, lui faire part d'une série d'excuses sans queue ni tête n'aboutirait à rien de concret et ne ferait qu'empirer son cas qu'il pensait alors irrécupérable. Puis, au fond, s'excuser de quoi ? D'avoir eu la volonté d'épargner son existence ? Etait-ce réellement sensé ? Pour sûr, Jill restait persuadée que son histoire s'était terminée parce qu'elle n'avait rien de la femme parfaite. De ce fait, elle exigerait des explications mais celles ci ne seraient que mensonges. Cette demoiselle était tout ce qu'il avait toujours espérer, lui offrir la liste de ses défauts ayant conduit à la rupture ne rimerait à rien excepté s'il voulait la faire souffrir d'avantage. Alors pourquoi ne pas simplement déposer cartes sur table et faire enfin preuve d'honnêteté ? Mouais...il planait toujours le risque qu'elle ne le comprenne pas...C'était tout de même un sacré morceau qu'il lui fallait avaler "hey bébé ! je m'éclate à exterminer les vampires ! Géniale non ?". Après reconsidération, toutes les vérités n'étaient peut-être pas bonnes à dévoiler...Changement de tactique. Liam déposa son regard sur le barmaid qui portait la commande de la jeune femme. Dans ses mains se tenait une coupe qui ne contenait aucunement du soda. Tiens, depuis quand s'était-elle mise à boire sur les comptoires ? Etait-ce là un héritage laissé par cet alcoolique qui partageait autrefois sa vie ? Si tel était le cas, Oxford regrettait de l'avoir noté sur sa petite liste en compagnie du notaire. Bref, il n'en dit rien, continuant de se terrer dans un silence qui commençait à devenir quelque peu inquiétant. Il ne fit découvrir le son de sa voix que lorsque celui ci déposa les bulles face à Jillian histoire de faire preuve d'un peu de savoir-vivre :

    - C'est pour moi.

    Le premier pas franchit, la jeune femme lui laissa profiter de cette douce voix qui la qualifiait tant, bien que cette suite de mots ne soit formée que pour lui faire des reproches qui au passage étaient plus que bien mérités. Le chasseur s'était en effet engouffré dans un jeu bien puéril. Quelle preuve d'immaturité que de fuir ses problèmes de la sorte. Quelle preuve de lâcheté également...Liam eut l'impression de tomber bien bas et, pour tout vous dire, il ne pouvait pas se retrouver dans un lieu plus profond qu'il ne l'était déjà puisqu'il venait tout bônnement de toucher le fond. Et bien, quelles charmantes retrouvailles ! Monsieur Oxford faisait impression ! Dommage que celle ci ne soit pas aussi bonne qu'il l'avait espérer dernièrement. Le flot d'images qui lui était parvenu plus tôt dans la soirée alors qu'il observait Jillian devant le taxi avaient été bien plus agréables que cette foutue réalité. Il était certain que le numéro "explosion de joie" était tout de même plus fameux que celui du pauvre autiste auquel il s'était adonné. Enfin, quoi qu'il en était, la machine à remonter le temps n'existait toujours pas et Liam devrait s'en tenir là. Puis voyons le côté positif de la situation : il était côte à côte avec son premier amour d'adolescent qu'il croyait pourtant mort et enterré. Il y'avait déjà de quoi sourir non ?

    Alors qu'il réfléchissait à une bonne réplique, un petit mot qui dans un autre contexte que celui ci paraîtrait bien riddicule vînt à le perturber. Mes ex ? Mes ? La jeune femme avait-elle eu tant de succès ? Et bien, pour une soit disant morte elle semblait avoir sacrément profiter des plaisirs de la vie. Avait-il donc été si facile à oublier ? Tant d'années pouvaient-elles être effacées en si court laps de temps ? La page était tournée...Dans le fond, Liam n'avait que ce qu'il méritait. C'était lui qui avait mis fin à leur histoire et non le contraire, la demoiselle était en droit de faire de nouvelles rencontres et ce, même si cette pensée le passait sous un rouleau compresseur. N'ayant jamais pu l'oublier, le simple fait de la penser dans les bras d'un autre était déjà inconçevable alors s'imaginer une queue d'abrutis attendant leur tour avec un numéro en main...Bref, il valait mieux pour lui qu'il ne visualise pas la suite. Si seulement il lui avait été possible de lui clouer une pancarte décorée d'un joli "propriété privée" en lettres capitales...Et en rouge pour bien marquer l'interdit, cela allait de soi. Dommage que la simplicité n'existe pas...
    D'un élan bien décidé, le chasseur termina son verre son cul sec puis entreprit de lui donner réponse tout en daignant enfin la transperçer de ses sombres yeux clairs :


    - Tu manques juste d'un peu d'entraînement...

    Liam n'était pas certain du réel sens de sa réponse. En fait, suivant les oreilles dans lesquelles elle tombait elle pouvait en avoir plusieurs. D'une, elle lui balançait un "j'en ai également vu plusieurs défiler et je me débrouille comme un chef pour leur accrocher l'étiquette ~fille oubliée~". De deux, elle pouvait avoir la forçe de terminer cette tentative de discussion immédiatement de part ce "t'as pas capté que je voulais plus de toi" que l'on pouvait y trouver. Seulement, elle ne signifiait ni l'un ni l'autre. Le chasseur n'avait pas eu l'occasion d'offrir beaucoup de numéros et la présence de la jeune femme était tout exceptée indésirable. Il s'était malgré lui quelque peu vengé de ce vulgaire possessif qu'elle avait positionné devant le mot "ex". Du moins, il voulait danser sur un même pied d'égalité; sûrement un symptôme du chromosome Y...Et comme le dernier des imbéciles, il se débattait pour garder la tête hors de l'eau avec de plus en plus de difficultés, espérant encore se dégoter une bouée. Mais peu importait puisque le temps des regrets ne surviendrait que le lendemain matin...Détournant son attention sur le barmaid, il lui fit signe d'un simple "Hey !" pour que celui ci lui remplisse de nouveau son verre. Ne cherchant plus à jouer ouvertement l'indiscret, il se retira pour aller sécher quelques pintes tout en feintant l'indifférence bien que son oreille restait grande ouverte...Mouais...il n'y avait pourtant pas de quoi faire un scoop...Une bonne histoire à raconter entre copains réunis autour d'une table de poker peut-être...Ne parvenant décidemment pas à lui faire face, casser en mille par ces propros qu'elle avait eu à son égard, le chasseur baissa de nouveau la tête pour rester fixer sur son verre empoigné par sa main droite qu'il considérait comme une sorte d'échappatoire...
Revenir en haut Aller en bas
Jillian Helsing
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2586
Age : 26
Votre faiblesse : Mon frère, Peter...
Votre force : Mon intuition
Humeur : Tourmentée
Date d'inscription : 23/05/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   Mar 28 Oct - 0:15

    Après avoir enfin brisé la glace, la seule crainte qu’il lui restait était qu’il s’obstine à garder le silence. Elle ne se voyait pas continuer son monologue, ni le supplier de parler, de la regarder enfin. S’il ne prenait pas la parole dans les deux minutes qui suivaient, elle prit la décision de quitter la pièce et de tout faire pour oublier ce qu’elle avait vu. Une part d’elle même voulait qu’il se taise, l’autre qu’il parle…elle ne savait plus. Jillian ignorait dans quel état d’esprit elle se trouvait, à vrai dire elle attendait qu’on veuille bien le lui dire. C’était comme si elle flottait au dessus de son corps et qu’elle observait la scène d’en haut, en témoin passif qui à défaut d’agir ne peut que subir. Pourquoi avait-elle le don de tout rendre compliqué ? Peut être qu’elle réfléchissait trop et que la vraie solution était de lâcher prise. Peut être que la chute serait rude mais certainement pas autant que de tomber péniblement étage par étage d’un immeuble s’élevant jusqu’à l’infini. A chaque nouveau malheur, elle croyait avoir touché le fond mais la suite lui démontrait toujours le contraire. Cette fois ci encore elle était sûre que cela pouvait encore être pire, et la phrase de son ancien petit ami lui donna raison.

    La réplique de Liam eut l’effet d’un grande claque en pleine figure. Elle l’avait cherché cependant, elle ne pouvait le nier. Jillian se sentait franchement stupide d’être allée lui parler. A quoi s’attendait-elle au juste ? A ce qu’il s’excuse, à ce qu’il lui donne des explications ? Il ne ferait ni l’un ni l’autre. C’était comme si elle venait elle même de lui donner un bâton pour qu’il la frappe. Cette fois ci elle ne put s’empêcher de se tourner vers lui pour plonger son regard dans le sien. Ce serait mentir que de vous dire que la jeune femme lut quoi que ce soit dans ses yeux, si un jour peut être elle avait vaguement réussi à connaître ses pensées en un simple coup d’œil alors aujourd’hui cette époque était révolue, et leurs connections télépathiques coupées depuis longtemps. Savoir qu’elle n’était pas la seule « victime »de Liam aurait peut être dû la réconforter mais vous vous doutez qu’il n’en fut rien. Elle se souvenait de son prof de maths qui avait un jour lancé à un élève fier de n’avoir pas été le seul à se tromper honteusement à une question : « C’est pas parce qu’on est deux qu’on est mieux. », et elle mesurait aujourd’hui tout le sens de cette affirmation. Jill ne pouvait pas jouer à l’étonnée, et surtout elle ne pouvait rien lui reprocher. Après tout ce qu’elle avait ressenti, ou cru ressentir, pour James ces derniers temps elle n’en avait pas le droit. L’idée que ces deux hommes puissent cohabiter dans son esprit à cet instant lui parut soudain atroce, à la limite de l’intolérable. Elle avait l’impression d’être écartelée, déchirée, comme si elle habitait dans deux univers parallèles, comme si deux personnes totalement différentes habitaient son corps et que pour que l’une vive, elle doive tuer l’autre. C’est impossible pourtant, on ne peut pas aimer autant deux personnes à la fois, n’est ce pas ? Pendant un instant, elle avait oublié James. C’est donc qu’elle était capable d’oublier, et avec beaucoup plus de talent qu’elle ne l’aurait cru. Elle avait tendance à assimiler Liam à la souffrance, et James à la sécurité. Entre souffrir et être protégé que choisiriez vous ? La réponse peut sembler évidente mais pour une raison inconnue, ça ne l’était pas pour la jeune femme. Elle essaya alors de chasser le deuxième de ses pensées, au moins pour le moment : la situation était déjà assez difficile ainsi, sans avoir à la compliquer plus.


    « C’est vrai que tu as du devenir un expert dans la matière depuis le temps…c’est pas les proies qui manquent ! »répliqua la jeune femme d’un ton vif qui ne masquait pas le fait qu’il l’ait blessée. « C’est bon ne confirme même pas Liam, j’aime autant ne rien entendre… » ajouta-elle avec un signe de main faisant écho à ses paroles.

    La belle brune venait d’avouer à demi-mots que le fait qu’il ait pu refaire sa vie ne la laissait pas de marbre mais en vérité ce qu’il pouvait bien penser d’elle lui était maintenant égal. Jouer à celle qui n’en avait plus rien à faire de son premier amour ne lui vaudrait décidément pas un grand prix d’interprétation. Il devait la trouver minable, à s’accrocher à lui comme ça alors qu’il lui avait bien démontré quelques minutes plus tôt qu’elle ne représentait plus rien pour lui. Elle préféra ensuite retourner à la contemplation de son verre, qui avait au moins l’avantage de ne pas partager un passé amoureux douloureux avec elle. La chasseuse envisagea un instant de prendre la porte de sortie pour couper court aux « retrouvailles »mais elle n’y parvenait pas. Jill se rendait compte que même si à l’évidence, Liam n’en avait plus rien à faire d’elle, elle préférait cela au néant. La brunette n’ignorait pas que le lendemain, peut être même plus tôt, il aurait disparu de sa vie à nouveau alors elle pouvait bien supporter son indifférence encore un peu. Elle se trouvait toutefois assez pathétique, elle réalisait à présent à quel point elle en voulait toujours à Liam, à quel point il l’avait faite souffrir. Pendant des années, elle avait pu penser à tout autre chose mais avec du recul…Elle aurait donné n’importe quoi pour retourner huit ans en arrière, pour prévenir à l’adolescente qu’elle était…pour lui dire qu’elle allait rencontrer au garçon qui lui briserait le cœur en tellement de morceaux qu’on ne pourrait jamais tous les rassembler à nouveau, pour lui dire qu’elle perdrait ses parents de la manière la plus horrible possible, pour lui dire que son frère serait mis en danger par sa faute et qu’elle rencontrerait un garçon auquel elle s’attacherait inévitablement mais qui comme le premier ne voudrait pas d’elle. Elle aurait voulu changer le passé mais on ne retourne pas en arrière. Tout ce qu’elle pouvait essayer de faire c’est aller de l’avant mais comment faire si tous ses anciens démons ressurgissaient sans crier gare ? Elle n’avait plus envie de dire à Liam à quel point elle avait souffert, ça ne l’aiderait pas à avancer, et ça ne la soulagerait pas. Ce qui est fait est fait, elle souhaitait juste tourner la page à présent, juste oublier. Mais même cette dernière consolation ne lui était pas permise. Peut être bien que l’on ne guérit jamais de ce genre de deuil, on apprend seulement à vivre avec et la douleur, sans disparaître, s’atténue au fil du temps.

    Si seulement Jillian avait su que sa vie prendrait un tel tournant en allant se chercher un livre dans une bibliothèque, elle aurait pris ses jambes à son coup ce fameux jour et elle aurait déserté ce genre d’endroit jusqu’à la fin de sa vie. Ou bien elle aurait soigné sa maladresse, au choix. Si seulement elle n’avait jamais croisé le beau regard clair du jeune Oxford…mais elle l’avait fait et depuis ce jour il avait emprisonné son cœur. Elle repensait à ces amnésiques qui ne se souviennent même plus de leur mari ou de leur femme, parfois le sentiment amoureux qu’ils avaient éprouvé revient, d’autres fois il disparaît jamais…à croire que même un amour que vous pensiez éternel peut se volatiliser. Jill aurait voulu faire partie de cette dernière catégorie là. Peut être devrait-elle penser à l’hypnose, elle avait lu quelque part que cela pouvait se révéler très efficace dans ce genre de cas. N’empêche qu’à moins d’avoir un hypnotiseur, qui ne soit pas Liam au passage, dans les parages elle était pour le moment obligée de garder sa mémoire, et tous les peines et les regrets qui allaient avec. Il lui restait toutefois un moyen pour moins se torturer : le verre posé devant elle, et aussi accessoirement le fait qu’elle n’ait jamais très bien tenu l’alcool. Elle avala le contenu de son verre d’un coup, avant de faire elle aussi signe au serveur de la resservir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   Mer 29 Oct - 0:13

    D'un geste imperceptible, un fin sourir vînt s'éprendre des lèvres du chasseur sensiblement content de cette réponse. Ces quelques mots, selon lui, signifiaient un grand nombre de choses, des choses qui eurent le don de le ravir. Liam était parvenu à atteindre le coeur de sa cible et ce, sans le moindre mal. La jeune femme paraissait agacée à l'idée que son ex petit ami ait pu être aux premières loges d'un défilé de jolies donzelles. Autrefois, il aurait pu lui donner la preuve qu'il flirtait avec d'autres demoiselles quand bien même il sortait avec elle qu'elle ne l'aurait pas cu. Pour tout dire, Oxford n'avait jamais été un homme à femmes et ne l'était toujours pas à l'heure d'aujourd'hui. N'ayant guère l'envie de perdre du temps avec des amourettes puériles, le chasseur était de ceux qui faisait rimer le verbe aimer avec éternité. Liam était un homme fidèle qui ne se lançait point à l'aveuglette. Il croyait en l'âme soeur et c'était en cette jeune femme assise tout près de lui qu'il l'avait trouvé. Même si sa fierté masculine en prenait pour son grade, vous conter ses relations serait un bien vilain mensonge. Oh pour les histoires d'un soir il en était tout autrement, le jeune homme ne pouvait plus les compter sur les doigts depuis un sacré bout de temps mais c'était à ses yeux sans la moindre importance. Ce genre de fantaisies ne sont que des distractions qui conduisent aux portes de l'oubli. Dans les bras d'une femme, aussi futile soit-elle, Liam parvenait à laisser son activité de côté ne serait-ce que le temps d'une soirée. Après tout, il était humain et comme tous ceux de son espèce il ressentait quelques besoins. Puis, ce type de relations ne pouvait être lié à la trahison puisque le mot "amour", dans le plus poétique de ses sens, y était inexistant. Pourquoi parler de traîtrise me direz vous...Et bien, son coeur ne battant que pour cette douce et délicate demoiselle qui lui faisait la conversation, éprouver de pareils sentiments à l'égard d'une autre personne le tiraillerait de culpabilité. Sa liberté lui avait été retirée ce fameux jour où il prit conscience que le coup de foudre n'avait rien d'une légende urbaine pour ne plus jamais lui être restituée.

    Mais, pourquoi donc se réjouir du mal qu'il venait à priori de lui faire ? Et bien parce qu'un mal n'allait jamais sans un bien. Si Jillian se sentait incapable de faire face au nombre de conquêtes de son ex partenaire c'était sans nul parce que, tout comme lui, elle n'en avait pas encore terminé avec le passé. Au fond, à en croire sa réaction, ses sentiments, bien qu'ils ne soient certainement pas restés intacts, étaient toujours omni présents. Cette femme qu'il ne connaissait plus et qui ne le connaissait plus l'aimait encore, cette constation n'était pas négociable. Du moins, elle se raccrochait à ce Liam du passé qui avait malheureusement bien changé. L'image qu'elle gardait de lui avait semblablement alimenté cet amour brûlant qu'ils partageaient autrefois. Cette flamme passionnelle qui les unissait l'un à autre fut entretenue malgré cette fuite du temps qui les avait séparé. Se surprendre à tant d'espoir était un fait qu'il avait jusqu'à aujourd'hui pensé inaccessible. D'une, elle était suposée morte. De deux, quand bien même elle aurait survécu, elle aurait eu toutes les raisons du monde de le hair. Liam l'avait traité avec tant de mépris...Comment pouvait-il être possible d'accabler la seule femme que l'on a jamais aimé de pareilles souffrances ? C'était tout bonnement écoeurant. Impardonable. Mais au diable toutes ces mauvaises pensées ! Jillian était là, il pouvait la sentir et même s'il voulait, la toucher de ses mains de musicien émérite.

    Etrangement, le jeune homme ne répliqua pas. Il ne la regardait même pas. Le regard piégé par l'attrait que lui portait son verre, il continuait de fuir cette réalité qu'il venait de prendre en pleine face. Encore une fois, ce don qu'il avait de réfléchir avant d'agir le poussait à élaborer chacune de ses phrases avec rigueur et clarté. Seulement, le jeune homme réfléchissait trop. Beaucoup trop. Il réfléchissait tellement qu'il en perdait parfois le fil de l'histoire. Cette qualité défectueuse le prenait d'assaut sans crier gare dès lors que le degré d'importance donné à une situation quelconque devenait trop intense. Soucieux d'exprimer ses pensées avec exactitude, il en oubliait par moment cette fausseté qu'il avait dans l'attitude dès lors qu'il les exprimait. Le problème étant que son esprit était imbibé d'alcool, il dû se résigner à cesser cette activité pour oser l'improvisation. Alors, lorsque le barmaid s'appliquait à reservir son invitée surprise, Liam daigna perçer sa bulle :


    - Tu sais qu'à ce petit jeu ta victoire est peine perdue ? J'ai beau me voiler la face, je crois qu'il y'a des habitudes qui ne se perdent jamais...

    Sur ce terrain, la jeune femme était une pauvre vietnamienne sans nulles grandes défenses que sa voix et Liam le soldat américain ayant depuis fort longtemps perdu ses valeurs au même titre que son humanité. Pour faire bref, elle ne gagnerait pas. L'alcool, c'était son terrain et ce depuis la puberté. Le jeune homme ne savait guère de quoi il était question. Que cherchait-elle ? Au premier qui se bourre la gueule et qui se rétame sur le plancher ? Boire jusqu'à ce qu'il leur soit facile d'exprimer l'un envers l'autre toute cette panoplie de ressentis qu'ils contenaient depuis ce qu'il leur paraissait être un semblant d'éternité ? Si telles étaient ses intentions, qu'elle sache que Liam, bien qu'il n'aurait pas la démarche certaine, serait celui qui la ramasserait à la petite cuillère. Dans ses souvenirs, Jillian et l'alcool n'avaient jamais fait bon ménage. Mais qui sait, peut-être que cette facette de son métabolisme s'était métamorphosé. Après tout, ce n'était qu'une question d'habitude. Une fois dépendant, atteindre le point de non retour était chaque jour plus difficile, nous contraignant à boire d'avantage et des liqueurs toujours plus fortes. Non pas qu'il la pensait alcoolique, ne nous méprenons pas. Seulement, il ne la connaissait pas. Toutes les suppositions étaient bonnes à considérer, celle là y compris bien que ça restait son domaine de prédilection.

    La prise de risques était au rendez-vous. Quelque peu conduit par l'euphorie engendrée par ses verres de whisky, le jeune homme laissa ses sentiments le submerger et laissa s'éffacer toutes ses limites. Il s'était dit qu'il n'y avait plus rien à perdre et prit la décision de se jeter corps et âme dans l'antre du loup. Il redonna sa liberté au tabouret sur lequel il était installé puis se dressa face à la jeune femme, son regard la dévorant intégralement. Délicatement mais sûrement, il glissa l'une de ses mains sur son visage avant d'emprisonner ses lèvres qu'il embrassa amoureusement. L'espace d'un instant Liam s'était de nouveau hissé dans la peau de cet adolescent sobre et passioné qui se vouait au bonheur de sa bien aimée...Il se retira non sans peine avec une touche d'absolue félicité puis, la transperçant d'un regard envoûtant et hypnotique dont il était le seul détenteur, il lui chuchotta :


    - Je n'ai pas la carrure d'un chasseur...

    Avec ces quelques mots, Liam démentait ce pique qu'il lui avait envoyé en pleine figure. Il excellait peut-être dans la chasse aux vampires mais cette qualité leur était réservé, que les femmes aillent se faire voir, Liam n'était pas un coeur à prendre ! D'un élan bourré d'audace, il avait ressenti le besoin de le lui avouer et ce fut donc chose faite. Puis, se sentant maintenant comme pris au piège, ne désirant pas savoir ce qu'il en était pour elle, Liam prit l'initiative de prendre la fuite, espérant au fond qu'elle ne fasse pas la même erreur qu'autrefois : le laisser détaler sans même tenter de le rattraper...
Revenir en haut Aller en bas
Jillian Helsing
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2586
Age : 26
Votre faiblesse : Mon frère, Peter...
Votre force : Mon intuition
Humeur : Tourmentée
Date d'inscription : 23/05/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   Mer 5 Nov - 11:44

    Liam avait raison. Au jeu de qui tient le mieux l’alcool, il serait déclaré vainqueur sans l’ombre d’un doute. Ce n’était pas pour remporter un stupide défi que Jillian enchaînait les verres depuis le début de la soirée. Qu’aurait-elle à gagner de toute façon ? Elle n’aurait pas de quoi en être fière. Heureuse d’avoir battu son ex petit ami alcoolique sur son propre terrain. Non tout bien réfléchi elle n’en retirerait aucune gloire. Qu’est ce qu’elle cherchait donc alors ? Juste un échappatoire. Juste la consolation que l’alcool aurait raison d’elle avant que la situation n’empire. La remarque du beau blond avait au moins le mérite de mettre en évidence le fait qu’il ne la connaissait pas. Ou plutôt qu’il ne la connaissait plus. Il n’était pas le seul, même elle ne se connaissait pas totalement. Elle avait parfois des réactions si imprévisibles qu’elle se demandait souvent ensuite si elle n’avait pas été possédée, c’était parfois comme si elle s’observait d’en haut. La jeune femme regarda un instant son verre avant de se détourner son regard vers Liam. Elle se pencha alors presque jusqu’à effleurer ses lèvres, un sourire sarcastique accroché aux lèvres. Contrairement aux apparences, Jillian n’envisagea pas une seule seconde de l’embrasser. Peut être un peu par peur du rejet mais surtout parce qu’elle n’était pas masochiste à ce point là. Le contact de sa peau contre la sienne, elle l’avait oublié depuis bien longtemps et elle ne tenait pas à faire revenir cette sensation. Pour regretter encore plus ce qu’elle avait perdu par la suite ? Très peu pour elle.

    « -Je t’en prie Liam, tu étais plus malin que ça autrefois. Tu crois vraiment que je bois pour remporter le concours de l’alcoolique le plus accompli de la soirée ? Tu es presque insultant là. »

    Aussi vite que la jeune s’était approchée de lui, elle se recula pour avaler une nouvelle gorgée. L’odeur de l’alcool l’enivrait presque autant que celle de son ancien compagnon, et c’est en se faisant cette réflexion que Jillian réalisa qu’elle était devenue comme lui en l’espace de quatre ans. En regardant Liam, en voyant à quel point il était au fond resté le même être dépravé que celui qui l’avait quittée, elle avait l’impression qu’on lui renvoyait sa propre image en pleine figure. Peut être que c’était pour cela qu’elle buvait autant. Pour se rapprocher de lui. Pour enfin comprendre le personnage. Elle avait cherché un moyen pour le retrouver, pour à nouveau être proche de lui et voilà tout ce qu’elle avait trouvé : s’abriter dans le refuge adoré de son ancien amant. Dégoûtée par cette révélation, elle repoussa le verre loin d’elle. Elle devait arrêter là le massacre, cesser de courir après un amour qu’elle avait idéalisé. Il paraît que l’espoir fait vivre. Dans son cas, l'espérance l’avait plutôt détruite. Oh elle ne jouait pas au Calimero. Ce n’était pas seulement sa faute à lui, ils étaient deux fautifs et elle commençait à assumer sa part de responsabilité. Mille fois elle aurait dû fuir, mille fois elle aurait pu s’éviter toutes ces souffrances. Au lieu de ça elle avait joué à l’autruche, elle aurait pu voir la vérité en face bien avant leur rupture mais non elle avait préféré enfoncer la tête dans le sable. Elle n’avait pas pu se résoudre à l'abandonner. Si elle avait pu revenir en arrière, elle savait qu’elle aurait fait exactement les mêmes erreurs, et avec encore plus d’assiduité qu’auparavant. Dans le fond ce n’était pas vraiment à lui qu’elle en voulait, mais à elle même.

    Lorsqu’il se leva de son siège, elle ne réagit même pas. Elle savait que ce moment devrait arriver tôt ou tard, elle s’était résignée à ça. Elle planta toutefois son regard dans celui de Liam, souhaitant garder gravée dans sa mémoire l’image de ce dernier, aussi détestable soit-elle. Un éclat nouveau, synonyme d’une résolution, éclaira alors sa prunelle, laissant la jeune femme dubitative. Jillian cherchait en vain à quelles occasions elle avait déjà aperçu cette flamme dans les yeux du jeune Oxford. Elle devait s’imaginer des choses, un des effets secondaires de l’alcool sans doute. La belle brune ne s’attendait ainsi absolument pas à ce qu’il l’embrasse, et pour cause il était sensé ne plus rien ressentir pour elle. Pourtant c’est ce qu’il fit. L’intensité du baiser lui fit perdre totalement pied, la chasseuse avait oublié à quel point ses lèvres étaient douces et chaudes. Un bref instant, elle eut la sensation que rien n’avait changé, qu’elle était toujours l’adolescente pour qui il avait eu le coup de foudre. Elle restait pourtant incapable de profiter totalement de cet instant, incapable de lui rendre son baiser. La foule de questions qui envahissaient son esprit l’en empêchaient. Pourquoi ? Pourquoi alors que depuis le tout premier instant où il s’était aperçu de sa présence il avait tout mis en œuvre pour lui confirmer les propos tenus lors de leur rupture ? Pourquoi ressentait-elle un tel bien être associé à une immense culpabilité vis à vis de James ? La brunette aurait voulu pouvoir distinguer le vrai du faux, le bien du mal, mais elle en était tout aussi incapable que quatre ans plus tôt. Elle ne pouvait cependant plus croire que Liam n’avait plus de sentiments pour elle. C’est lui qui rompit le baiser, laissant une vive brûlure sur les lèvres de la jeune femme. Elle avait l’impression qu’un acide irradiait sa peau, la torturant lentement. Incapable de prononcer le moindre mot, elle se contentait d’attendre un quelconque élément de réponse. La seule phrase que daigna lacher Liam fut « Je n’ai rien d’un chasseur. » Vraiment ? Elle peinait à le croire. La confiance qu’elle lui portait s’était évaporée depuis bien longtemps mais malgré tout cet aveu suffit à la rassurer. L’idée de ne pas être un simple numéro inscrit sur le glorieux tableau de chasse d’Oxford était bien plus agréable que la situation inverse, vous en conviendrez.

    Le fait que Liam prenne la fuite ne l’étonna pas. Vous dire que si aurait été hypocrite. Il avait toujours fui. Le plus souvent il l’avait fuie, elle. Peut être qu’après avoir passé toute son enfance à affronter un père violent, à le provoquer pour prendre les coups à la place de sa mère et de sa sœur il avait cherché à rattraper tout ce temps où il n’était pas lâche. Deux options s’offraient à Jillian : soit elle restait à se morfondre devant son verre et demain tout reprendrait comme avant, soit elle lui courait après et faisait preuve du courage qu’elle n’avait pas su avoir lorsqu’il l’avait rejetée. Cette fois ci elle n’eut pas à réfléchir longtemps pour savoir ce qu’elle avait à faire : d’un bond elle se leva de sa chaise et rattrapa Liam, déjà hors du bar de l'hôtel. Tant mieux elle ne tenait pas à ce qu'il y ait une foule de témoins. La chasseuse attrapa avec force le poignet de l’homme au regard clair, le forçant à se retourner pour la regarder. De sa main libre, Jill ne put s’empêcher d’envoyer une claque à son ancien amant. La seule manière qu’elle avait trouvée pour lui montrer sa colère. A cet instant là, elle lui en voulait terriblement. Plus pour la rupture mais pour ce qu’il venait de faire. Lui redonner espoir, la faire à nouveau entrer dans le jardin d’Eden pour lui claquer aussitôt la porte au nez avant de la faire replonger dans les entrailles de l’enfer. Il ne pouvait pas l’embrasser ainsi pour ensuite s’échapper. C’était…inhumain.

    « -Alors c’est tout !? Tu m’embrasses et puis tu disparais ? Tu prends la fuite, exactement comme il y a quatre ans ?! Qu’est ce que tu cherches au juste ? A te rendre inoubliable ? A me torturer encore un peu ? Mission accomplie ! T’a pas le droit de faire ça Liam ! Tu m’entend ?! T’a pas le droit. Bon sang t’es le pire égoïste que j’ai jamais connu ! Tu m’a assez fait souffrir comme ça. Tu ne peux pas jouer avec mes sentiments comme ça, tu ne peux pas m’aimer pour me rejeter la seconde d’après…Tu…tu…tu ne… »

    La jeune femme interrompit son flot de reproches, pour rouer de coups le torse de Liam. Juste pour provoquer une réaction, peu importe laquelle. Elle s’arrêta cependant assez vite, et au lieu de garder le contrôle d’elle même comme elle se l’était jurée en s’asseyant à côté de lui quelques minutes auparavant, elle éclata en sanglots. De rage et de tristesse à la fois. Minable, voilà comme elle se sentait. Peu importe, sa crise n’aiderait sans doute pas le beau blond à dormir l’esprit tranquille ou au contraire elle le conforterait sur le fait qu’il n’avait pas perdu grand chose en l’abandonnant mais pour une fois dans sa vie elle avait ressenti le besoin de lâcher prise. Il fallait bien qu’à un moment donné cela arrive, elle ne pouvait pas garder toute cette souffrance enfouie en elle éternellement. Cela n’avait été qu’une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pri$oner Of Pa$t #PV Jillian#
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» jillian, mad world.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Ridgecrest } ::    » Aile Ouest ::    » Hôtel Wilshire Castle Bar-
Sauter vers: