AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 No place for us ?! - PV -

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: No place for us ?! - PV -   Sam 18 Oct - 15:23


Découvrez Saez!


    Nous ne sommes le résultat que d'une suite d'imperfection plus disloquée les unes que les autres. Donc une personne se disant 'parfaitement parfaite' ne serait qu'une horrible menteuse, se croyant au dessus de tout le monde. Vivre. Être incouscient et ne pas se plier à l'autorité. Il ne fallait que peu de chose pour qu'Opale ne cède à tout cela. Son esprit aux aguets, son corps lui dictant que rien n'était mieux que la liberté qu'elle n'avait pu avoir dans son enfance. Et c'était bien pour cette raison qu'elle était sans cesse en retenue, et qu'au fur et à mesure de sa scolarité avait adopté la réputation de quelqu'un qui ne pouvait se taire sur un bon nombre de choses.

    Elles dansaient sans relaches, illuminant de leur douce clarté la sombre chambre où elle était. C’était le calme complet, les clients dormaient tous paisiblement dans leurs lits, ils devaient certainement être encore tous entrain de faire leur minables rêves de gloire et d’ambition, de maître du monde. Que de sottises ! Ils étaient tous à mettre dans le même panier, tous des faibles qui se cachaient derrière des idéologies pour exister. Un léger courant d’air était entrain de visiter l’antre de la vampire. Et venait de la salle bain et avait continué dans les couloirs, où il vint faire frissonner quelques têtes blondes. Il se trouva bien vite dans la chambre d'Opale, accélérant le rythme des flammes qui crépitaient des bougies. On avait l’impression qu’on se trouvait dans un lieu hanté, tout semblait si vide. Pas tant que ça… Sur le lit, recroquevillé sur elle-même, une ombre d’or étrangère au décor venait de bouger légèrement. Mais que faisait-elle là ? Trop de choses bouillonnaient dans son esprit, trop de choses pour une seule personne. Un léger soupir résonnant se vie entendre dans la pièce … Puis elle se leva, et enfila des vetements a la place du pyjama. Elle voulait sortir, à cette heure ci. Telle une ombre de la nuit, elle traversa à grande vitesse les différents couloirs. Une ombre oui, mais à une différence près que sa chevelure d’or la rendait voyante. Une ombre particulière diront nous alors …

    Une fois dehors, elle se faufila toujours aussi furtivement, et elle arriva dans la fameuse cour. Elle voulait vérifier certaines choses, choses qu’elle ne devrait pas, mais après tout depuis toujours elle pris l’habitude de faire tout le contraire de ce qu’on attendait d’elle. Elle aimait par-dessus tout, choquer et provoquer, sauf que par moment son piège se refermait sur elle-même… Une brise de fraîcheur la fit se retourner, comme si il y avait quelqu’un. « Oh non pas déjà, j’ai encore rien fait. » se mis-elle alors à penser. Un nouveau bruit à sa droite cette fois, elle tourna vivement la tête. Une voix horriblement calme se fit alors entendre :

    " A qui ai-je l’honneur ? "

    Un chasseur ? Ou un clients ? Un autre vampire ? Non pas un clients, elle aurait senti la chair frèche des kilomètre et n'aurait pas tarder a lui sauter dessus. Bien, elle avait le choix entre un chasseur -donc s'en débarrasser -, ce qui n’était pas très judicieux car il pouvait très bien avoir envie de faire de même. C’est pourquoi alors elle attendit calmement que son interlocuteur parle. Opale se retourna doucement pour faire face a l'homme derriere elle.
    La surprise était un sentiment qui trahissait sans aucun masque possible le peu de sureté présent au sein de l'individu. Seule la concentration contrecarrait la surprise, car elle seule pouvait à vitesse immense inclure la nouvelle donnée. Opale fut surprise d'apercevoir Caleb qu'elle n'avait pas vu depuis ... longtemps. Une des choses qui lui trotait beaucoup dans la tête.

    " Mais ou étais-tu ces dernier jours ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: No place for us ?! - PV -   Dim 19 Oct - 2:41

    Nuit noire. Les étoiles étaient en grève, ou, du moins, se faisaient discrètes. Tout comme Caleb. Ombre aérienne et silencieuse, il marchait le long d'une sentier. Vêtu de noir et d'une discrétion vampiriquement parfaite, il était invisible, ou presque. Il marchait vite, tout en étant parfaitement détendu. Pressé de rentrer, de pouvoir récupérer de sa précédente escapade. Sur un coup de tête, il avait pris la route, s'était éloigné de Ridgecrest... Pour arriver je-ne-sais-où, une petit village bourré de richtons et de snobinards. Quelle aubaine, pour réveiller le voleur qui sommeille en lui... Mais le revoilà sur la route, dans le sens inverse, cette fois-ci. Étrange pour un garçon comme lui, me direz-vous. Tout à fait, en temps normal, jamais il ne serait revenu sur ses pas. Mais, maintenant -et depuis un certain nombre d'années, même !-, il avait une raison de revenir. Une très, très bonne raison. Une raison prénommée Opale.

    Bientôt, le sentier déboucha sur un portail, fermé. Quel obstacle de taille ! En moins de seconde qu'il en faut pour le dire, Caleb était de l'autre côté, désormais sur le terrain du Wilshire Castle. Ou plus précisement, dans l'une des cours de l'hôtel. Il s'apprêtait à reprendre son chemin lorsqu'un mouvement attira son attention.
    Il se figea, balaya d'un regard suspect les lieux. Le mouvement s'avéra être une silhouette. Presque aussi invisible que Caleb, à la seule différence que lui, il n'avait pas une couleur de cheveux aussi dorés que celle-ci...

    « A qui ai-je l’honneur ? »

    L'instant d'après, un sourire illuminait les traits du vampire. La voix d'Opale. Il se surprit à ne pas l'avoir reconnu plus tôt, lui qui pourtant semblait s'être assez habitué à être en sa présence pour la reconnaître facilement parmi beaucoup d'autres. Plus lentement, le vampire s'approcha, arriva par derrière.

    « C'est moi, Opale » répondit-il simplement, une fois relativement proche.
    La réponse pouvait paraître très vague mais il savait qu'elle le reconnaitrait, dans l'hypothèse où elle ne l'avait pas encore fait. La jeune femme se retourna, lui faisait ainsi face, et Caleb s'immobilisa, à plus ou moins un mètre d'elle. Un grand sourire aux lèvres, incontournable, à son plus grand malheur.

    « Mais ou étais-tu ces dernier jours ? »
    Le sourire du garçon se fit moins extravageant, bien plus stricte et discret, même si il n'avait rien perdu du plaisir de la revoir; après tout, Caleb Edwin, exposer ses sentiments en plein jour ? Il détourna le regard, rien qu'un instant.

      La veille.
    Clac, clac. Les talons aiguilles claquaient sur le sol de marbre, résonnaient tel un cri lancé en pleine montagne. L'écho frappait les murs froids, austères et pourtant si luxueux de l'immense hall. Immense et si vide. La jeune femme perchée sur ces talons était belle, grande et raide comme un piquet. La jeunesse se lisait sur ses traits, parfaits, harmonieux, encadrés par une longue chevelure brune relevée en une haute queue-de-cheval. La vingtaine tout au plus, habillée d'une longue jupe étroite et d'un chemisier d'un blanc éclatant. Le genre de fille qu'on imagine parfaitement traîner en chaussette, vieux pantalon de training trouée de partout et en T-Shirt extra-large dès le seuil de sa porte franchi. Mais non. Pas elle.
    Clac, clac. Le rythme désagréablement régulier accéléra. La jeune femme pressait le pas, lançant ses démesurément longues jambes aussi loin que lui permettait sa jupe droite et serrée. Elle marchait, pressée, formelle, sophistiquée. Pressée par quoi ? Par rien. L'immense demeure était vide. Elle était seule. La journée s'annonçait d'un ennui morbide. Dimanche, jour de repos, jour d'ennui, jour de pluie. Et pourtant, elle, semblait croûler sous les tâches à faire, à en juger par son empressement. Qu'avait-elle donc de si important à faire ? Rapporter un bouquin incroyablement ennuyant à la bibliothèque, livre qu'elle avait juré trouvé magnifique, extraordinaire, inconditionnellement parfait à ses amies snobinardes, la veille même. Histoire de faire bonne figure. Clac, clac. Elle atteignit bientôt l'escalier, qu'elle gravit sans changer l'allure ni étouffer le claquement agaçant de ses talons. Arrivée à l'étage, elle continua tout droit et, enfin, ralentit. Sa main droite, parfaitement manucurée, se porta à la poignée. Grincement peu discret, elle se faufila dans la pièce. Moins grande, plus encombrée, horriblement poussiéreuse comparé à la perfection du reste du manoir. « C'est plus classe »; plus désagréable, aussi. La jeune femme grimaça légèrement; grand exploit face l'impassibilité dont elle faisait preuve à toute épreuve. Bien vite, elle se reprit, comme par peur d'être vue, alors qu'elle était seule. Enfin... Vraiment seule ?
    Elle parcourut du doigt les titres des ouvrages alignés sur une rangée, avançant lentement, le boucan de ses talons étouffés par la moquette bordeaux. Ne trouvant ce qu'elle cherchait, elle fit volte face et étouffa un cri en portant une main à sa bouche. Face à elle, un jeune homme, grand et fin, la tête légèrement penchée sur le côté, ses prunelles teintées d'acier fixées sur elle. Lorsqu'elle croisa son regard, le livre qu'elle tenait s'écrasa au sol. Caleb lui adressa un sourire. Elle commença à reculer, s'arrêta après quelques pas à peine, étrangement empêchée par un je-ne-sais-quoi. Le vampire la rejoignit, murmura un « Bonjour » qui eut pour effet de détendre visiblement la jeune brune. Elle sembla presque d'un coup charmée - c'était le but. Le "jeune" Edwin tendit la main vers elle, elle ne broncha pas. Pauvre petite idiote. Il se figea un instant, puis, détourna le regard. C'était trop facile. Sa main dévia sa trajectoire d'une vitesse vampirique, revint vers la jeune femme armée d'un couteau habituellement destiné à ouvrir les lettres. Son regard glissa lentement de la lame à la jeune femme, qui, enfin, se décida à partir en courant et en criant. Un sourire triste dessina la ligne parfaite des lèvres de l'Immortel. Pitoyable. Tant pis, il s'en contenterait et ne ferait pas durer le plaisir. Il reposa la soi-disante arme sur le bord de la bibliothèque et en un éclair, rejoint sa victime, tapie tout au fond de la pièce. Il l'observa, immobile, presque amusé par la façon dont elle tapait contre le mur en hurlant à la mort. Quelques instants plus tard, Caleb s'approcha brusquement d'elle, la retourna et la plaqua au mur, tenant fermement ses poignets dans ses mains. Elle ouvrit la bouche pour crier, ne parvint à laisser s'échapper d'un très discret gémissement (pas de sous-entendu là dessous xD..). Comme enivrée par l'haleine fraîche du vampire, son regard envoûtant. Le vampire s'approcha de ses lèvres, les effleura, glissa dans son cou.

    Le vampire délaissa un instant la courbe ensanglantée du cou de la belle, pour se reculer légèrement. Il voulait autre chose encore, en plus de son sang, de sa vie. Le plaisir n'était pas le même, sans cette chose. Il voulait voir son regard, terrorisé, affolé. Caleb adorait ce moment, où la victime comprenait qu'elle n'allait pas s'en sortir, malgré le fait qu'elle ne sache pas ce qui lui arrivait. Prise au dépourvue, que pouvait-elle donc comprendre, mis à part le fait qu'elle allait mourir ? Il plongea son regard dans ses prunelles noisettes qui, doucement, s’éteignaient, mourraient. D'un doigt, Caleb parcouru la courbe du manubrium de la jeune femme, remonta le long de sa gorge, effleura sa mâchoire jusqu'à s'arrêter sur ses lèvres, caresse envoûtante et pourtant si douloureuse pour la pauvre fille, prise d'un hoquet de souffrance, d'agonie. Le vampire glissa sa main sur sa joue, un sourire indéfinissable aux lèvres, plantant ses yeux électriques dans les siens, jusqu'à ce que la mort les ternisse, quelques atroces - et pourtant si jouissives ! - secondes plus tard. Puis, il se recula, lâchant les poignets de la jeune femme dont le corps sans vie s'effondra au sol, tourna les tâlons et sortit tranquillement de la pièce, s'emparant des quelques objets de valeur qu'il avait trouvé dans la demeure - princinpale cause de sa venue.
    ___________________________


    « Une vieille envie..., souffla-t-il d'une voix ironique, affaiblie par un brin de mystère, en reposant son regard sur son amie. Pourquoi ? Tu m'as cherché ? »

    Sa voix s'était faite plus sérieuse. Le ton qu'avait employé Opale avait une certaine insistance, lorsqu'elle l'avait questionné sur ce qu'il avait fait ces deniers jours. S'était-il passé quelque chose ? Soudain, le jeune Edwin se rendit compte qu'il n'avait pas pensé à avertir qui que ce soit, avant de partir en douce, quelques jours plutôt. Et si il y avait eu un problème ? Enfin, si Opale avait eu un problème ? Il était parti une fois de plus sur un coup de tête, ce n'était de loin pas la première fois. Il n'avait pas pensé aux conséquences probables de son acte.
    Mais, en même temps, il n'était probablement pas le centre du la vie de la belle Immortelle ! Et puis, elle pouvait très bien se débrouiller seule. D'ailleurs, Caleb se demandait souvent s'il n'était pas plus un poids pour elle qu'autre chose.
    Et même, en cas de problème, elle avait bien Liam, non ?
    Ce fut pour le coup que le sourire du vampire disparut, laissant place à la froideur habituelle. Crétin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: No place for us ?! - PV -   Sam 8 Nov - 19:53

    Un son mélodieux vint jusqu'au oreille de la jeune vampire. Cette dernière se retourna avec sa démarche féline. Habituelle. L'homme en face d'elle avait son sourire, celui collé tout le temps a son visage en la présence d'Opale. Elle ne lui connaissait pas une autre forme de sourire. Caleb ne montrait jamais trop ses sentiments. Mais peu importe. Pour Opale, quelque forme de visage que se soit, elle n'en avait pas besoin pour décripter les sentiments du vampire. Par exemple, elle devinait a son expression, qu'il pensait a un moment plaisant. Appétissant même. C'était bon, de le voir ainsi, sourire.

    " Une vieille envie..., souffla-t-il d'une voix ironique, affaiblie par un brin de mystère, en reposant son regard sur son amie. Pourquoi ? Tu m'as cherché ? "

    Si elle l'avait chercher ? Oui. Quel fou. Quel imbécile. Quel ... Les mots lui venait d'un coup dans sa tête. Mais que lui avait il pris ? De disparaitre encore une fois, sans prévenir. Aucune nouvelle. Aucun message. Pouvait il seulement imaginer l'inquiétude d'Opale. La vampire était passé par le moindre recoin de cet immense hotel à ce faire un sang d'encre. Pendant que Caleb, s'amuser avec une belle inconnu. Pathétique. Débile. Certes, certains evènement lui avait permis d'oublier un peu. Opale avait croisé Liam a plusieurs reprise, avancé dans son plan pour parvenir a tuer ses cibles. Tout de même. La jeune vampire soupira. Voila que le sourire de Caleb c'était effacé. Remplacé par un visage froid. De glace. A la lisière de la méchanceté. Opale détesté se regard. Ce visage là. Et Caleb le savait. Mais elle savait qu'elle ne dirais rien. Elle ne s'énerverait pas. Comme d'habitude, avec Caleb, tout se passait a l'interieur. Pas besoin s'exprimer ouvertement. Il comprendrait qu'elle c'était inquiété et comme toujours, Opale avait peur de sa réaction ...

    " Oh ... murmura-t-elle doucement. Comme pour répondre au mystère. Oui, je t'ai cherché ... "

    Beaucoup. Pensa t'elle a la suite. Elle le scruta un instant. Cherchant ce sourire de tout a l'heure. Interieuremet, elle croisait les doigts de toutes ses forces pour qu'il revienne. Un peu de patience se dit elle. Et sans un mot de plus, ils se regardèrent. Ces moments pouvaient durer longtemps. Cinq, dix minutes. Une heure. Il y a deux formes de silence. Celui qui est pesant. Ou tout votre esprit, votre raison, votre coeur vous dise de bouger, de vous enfuir en courant et d'oublier. De ne pas faire face a ce choix, de briser ce lourd silence. Et celui, qui est agréable. Dont vous ne voulez pas louper une miette simplement parce qu'il vous ait bon de l'écouter.

    Opale se mit a respirer comme une humaine. Elle n'an avait pas besoin mais ce geste lui plaisait.Si elle n'avait pas besoin d'air, elle l'apprécié. A travers lui lui, elle goutait l'air qui l'entourait ; les agrébles particules, l'atmosphère stagnante mélée à un courant légèrement plus frais. Une luxuriante bouffée de soir. Une faible effluve de quelque chose légèrement plus de tiède er de désirable, de quelque chose qui aurait du être humide mais ne l'était pas. Opale aimé savourer ce doux parfum qui émmanait de l'oxygène. Elle aimait aussi celui qui emmanait de Caleb. Inutile de préciser que les deux mélangé étaient très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: No place for us ?! - PV -   

Revenir en haut Aller en bas
 
No place for us ?! - PV -
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Satellite_Heart || Don't stay at her place.
» Mise en place des objets
» [Résolu] disparition de place sur le disque dur
» Chasse aux oeufs ( Place Longueuil ) au profit d'Opération Enfant Soleil
» [Résolu] disque dur plein. Comment faire de la place?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Ridgecrest } ::    » Bâtiment Central ::    » Cour-
Sauter vers: