AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Folkin' Around {Faith K.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
John Highfield

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1224
Age : 25
Humeur : Tout dépend de qui je croise sur le chemin...;)
Date d'inscription : 30/09/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Folkin' Around {Faith K.}   Dim 5 Oct - 12:51




Découvrez Panic At The Disco!



    Les premières notes de cette chanson me font soupirer: elle dégage tellement de joie à cause de ce petit air de country que cela me donne envie de vomir. Alors pourquoi, pourquoi je l'écoute en boucle depuis trois heures, alors que je suis en train de courir sur une sorte de tapis roulant, très high tech ? Sans doute parce que je suis idiot, et il n'y a pas d'autres explications à ça. J'ai beau faire du sport depuis huit heures du matin, je ne suis absolument pas fatigué, bien que les gouttes de sueurs dégoulinant sur mon torse démontre exactement le contraire. Je décide finalement de m'arrêter quelques secondes afin de m'hydrater. Je profite de cette pause pour retirer les écouteurs dans mes oreilles, et de me séparer de cette musique trop euphorique à mon goût. Je prends alors de l'eau et en bois doucement, étant légèrement essoufflé. J'attrape la serviette non loin de moi qui me permet de m'essuyer mon torse (nu, évidemment) de toutes cette sueur: certaines personnes disent que c'est hyper sexy, moi je trouve cela tout simplement ignoble! Par chance, ma sueur n'a jamais eu vraiment une odeur répugnante et...Et si on arrêtait cette conversation, qui me donne encore plus envie de vomir que la chanson en boucle?

    Mine de rien, ce tapis roulant, ça tue. Mes jambes en tremblent et cela me fait sourire: allons voyons les copines jambettes, ce n'est pas la première fois que vous subissez un si grand effort! Je m'étire en plein milieu de la salle, ne voulant en plus avoir des courbatures: ce serait le comble. Cela fait quelques jours que nous sommes dans cet hôtel, et je n'y suis pas pour autant habitué: je ne me sens absolument pas à l'aise. Est-ce peut-être dû au fait que cela soit Jilian qui est choisi ce lieu qui me sort par les yeux (le lieu ou Jillian? Les deux!). Pourtant, je devrais pourtant être ravi: j'ai à disposition une salle de sport spacieuse et à la pointe de la technologique, des femmes magnifiques, des chambres confortables...

    Finalement, je décide d'arrêter de faire du sport pour aujourd'hui, mais ce n'est pas pour autant que je rejoins ma chambre pour me doucher: non, je préfère m'allonger un banc de sport afin de me reposer, ou plutôt faire le vide dans ma tête: c'est aujourd'hui. Cela fait quatre ans que j'ai quitté ma ville natale afin de poursuivre ma mission. Des regrets? Aucun. Mais je ne peux m'empêcher de me demander ce que devient mon père, ou bien si celui-ci est mort, à cause des litres d'alcool qu'il ingurgite. Et peut-être qu'il souhaite me reparler? Est-il à ma recherche? Je me mets à rire, ironiquement sûrement. Un père qui n'a jamais été présent pour son fils durant toute son enfance et son adolescence, ce serait finalement décidé à se faire pardonner, de nombreuses années plus tard?

    Conscient de mon absurdité, je remets ça sur cette musique, qui m'a tout simplement cramé le cerveau. Car penser que mon père peut souhaiter me revoir est bien la preuve que je délire complètement.


_________________

    &you would say anything, you would try anything,
    To escape your meaningless, and your insignificance.
    You're uncontrolable, and we are unloveable.


Dernière édition par John Highfield le Dim 26 Oct - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith Kennedy
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 930
Age : 27
Votre faiblesse : Je marche à l'Instinct
Votre force : Je suis sans aucun doute la plus cruelle ici
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 05/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   Dim 5 Oct - 20:08


I thought if only I could try and change
That all my pain would be in yesterday


Une goutte de pluie... Puis deux. Puis trois.
Très vite le nombre de ces dernières commencent à se multiplier sur les carreaux de la salle de Sport, plongeant Ridgecrest dans une pénombre assez déroutante. Du moins à l'extérieur, parce que dans l'hôtel c'était tout le contraire, la lumière inondait les lieux grâce aux néons assez moderne des différentes salles, créant ainsi une ambiance assez chaleureuse. Et pourtant, dans ce cas précis les apparences étaient bien trompeuses, cet hôtel n'avait rien d'un nid douillet dans lequel se lover en attendant que l'orage passe ! Non bien au contraire, si les clients étaient capable de voir au delà de tous ces bien matériels derniers cris, de ce staff au sourire parfait, de cette architecture contemporaine absolument parfaite de cette ambiance conviviale et joviale, ils pourraient voir que leur sang est la seule monnaie de payement ici.

Oui... Les apparences étaient bien trompeuses, et cela Faith le savait pertinemment, en jouant et en abusant même. C'était pour elle une sorte de jeu inévitable qui retardait, et évitait peut être même la chute de l'épée menaçante qui ne tenait désormais plus qu'a un fil au dessus de sa tête. Oui qui aurait pu se douter, une heure plus tôt que cette jeune femme à la chevelure blonde était complètement détruite et si cruelle ? Qui aurait pu croire que la vie s'était tellement acharnée sur cette jeune demoiselle qu'elle en avait un véritable monstre ? Personne. Parce qu'en locurrence, Faith ressemblait à un ange.

Les apparences...

C'est donc d'un pas assuré que Faith poussa la porte de la salle de sport, portant un petit survêtement rose qui, même si sa propriétaire paraissait angélique, ne laissait entendre qu'une chose : il était tout le contraire, le diabolisme même. En effet, moulant parfaitement la belle blonde, il laissait penser à une seconde peau, mettant en valeurs les nombreux atouts physique de la belle. Quelques clients masculins se retournèrent d'ailleurs au passage de la créature, ne pouvant s'empêcher de pousser un petit soupirer d'excitation. Cela avait le don d'agacer la vampire au plus haut point, ne supportant pas d'être considérée comme de la vulgaire marchandise. Ces hommes mortels ne comprenaient ils donc pas qu'elle était un luxe qu'ils ne pouvaient pas se permettre ? Ce serait avec un plaisir non dissimulé qu'elle leur ferait comprendre, en leur cassant les phalanges unes par unes par exemple, les obligeant à regarder... Voir dans leur yeux cette peur de mourir serait tellement orgasmique pour elle esquiva un léger frisson. Elle avait déjà eu un repas aujourd'hui, plus que copieux d'ailleurs, il ne fallait pas être trop gourmande. Soupirant légèrement elle commença à monter sur un de ces merveilleux tapis high-tech qui coûtait une fortune, et le mit directement au niveau supérieur, elle était une grande sportive, une véritable guerrière, alors pourquoi s'embarrasser d'un niveau intermédiaire. Appuyant sur le bouton play de son i-pod, elle eu la mauvaise surprise d'entendre une chanson qui lui rappelait son état d'esprit du moment. L'épée de damoclès était plus proche que jamais, mais il était hors de question de craquer. Pas maintenant. Pas demain. Jamais.

Au fur et à mesure que Michelle Featherstone, continuait à chanter Faith sentait ses poings se serrer un peu plus sur les poignées du tapis roulant, son rythme cardiaque augmentait, la chanson semblait interminable, les paroles raisonnant dans son esprit, et explosant comme une bombe qu'elle ne pouvait désamorcer.

I thought if only I could try and change
That all my pain would be in yesterday

But it’s true
I’m still blue
But I finally know what to do
I must quit, I must quit, you


C'était tellement plus facile à dire qu'à faire, comment abandonner un souvenir qui la hantait désormais depuis des années, un souvenir qui lui enlevait à chaque secondes qui passait un peu plus de son humanité déjà bien restreinte ? Au fur et à mesure que ces questions existentielles défilaient dans la tête de Kennedy, elle allait un peu plus vite, ne transpirant pas énormément pourtant, c'était l'avantage d'être un vampire et qui plus est une grande sportive ! Une heure plus tard, Faith se rendit compte qu'elle était toujours sur le tapis, et que la chanson avait passé en boucle dans ce stupide engin... Décident de faire une pause, elle descendit d'un pas tremblotant de la machine, espérant que personne le l'avait vu dans cet état la. Faith prit place à coté d'un jeune homme assez bien bâtit, mais n'y porta pas plus attention que cela, elle se concentra plutôt sur l'apparence qu'elle laissait entrevoir d'elle, faisant en sorte de paraître toujours inaccessible, et d'oublier ce stupide accident qu'elle venait de vivre. Se rendant compte qu'elle avait une petite soif, elle s'adressa à son voisin :


-Je peux ? Dit elle en montrant du doigt une bouteille pleine qui traînait à coté de John.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Highfield

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1224
Age : 25
Humeur : Tout dépend de qui je croise sur le chemin...;)
Date d'inscription : 30/09/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   Lun 6 Oct - 10:24


    Qui n'a pas aperçu la magnifique femme, vêtue d'un survêtement rose bonbon, qui a le don de insister sur ses plus belles formes ? Je n'ai pu l'admirer d'avantage, trop occupé à faire mon sport du matin (et oui, bien que si une belle demoiselle se présente, je continue ce que je fais!). Mais à présent que je suis allongé sur le banc, je peux profiter de la vue: oh arrêtez de penser que je suis un pervers, je suis avant tout un homme, et même un moine ne se retiendrait de poser ses yeux sur la jolie blonde! Décidément, cet hôtel est un vrai refuge à belles femmes ce qui m'arrive à cette question: ne suis-je pas en train de rêver?

    Elle est impassible, et ne semble même pas souffrir de courir sur le tapis, sur lequel elle court à une vitesse incroyable. Pas une goutte de sueur, à peine essoufflée et je suis alors en pleine admiration devant elle. Sa petite taille lui donne du charme, tandis que ses cheveux longs et blonds lui donnent un air angélique. Mais il suffit de tenter de contempler ses yeux pour savoir qu'elle n'est pas un ange: ou peut-être cache-t-elle ses ailes derrière une énorme carapace. J'arrête de tenter de savoir qui elle est, préférant contempler ses formes plus que généreuses: le mouvent de ses fesses lorsqu'elle court est tout simplement craquant et j'en ai même des chaleurs, bien que je ne pratique plus de sport à ce moment là. Elle n'a aucune réaction à ses efforts, on pourrait presque croire qu'elle est morte, et sa peau pâle n'aide pas à l'imaginer autre que dans cet état. Elle s'arrête subitement de courir ce qui me pousse à ne plus la contempler et continuer d'avoir l'air d'une loque sur ce banc de sport. J'entends alors des pas, et j'imagine tout de suite que c'est elle. J'aimerais la retenir, mais ce n'est pas mon genre de paraître pour un dragueur du dimanche.

    Par chance, c'est elle qui fait le premier pas: enfin, on peut dire ceci comme cela, mais elle ne souhaite que boire. Sans aucune hésitation, je me relève de mon banc et je m'y assois tout en lui disant qu'il n'y a pas de problèmes, qu'elle peut boire. C'est drôle, on peut dire que je suis deux personnes. L'une, la véritable, celui qui aime la solitude et puis l'autre qui se fait sympathique et doux juste pour mettre une fille dans son lit. La définition d'un salaud, vous dites? Oh croyez-moi, j'en suis loin. Très loin. Je ne veux la laisser partir ainsi, ceci étant trop tôt. Alors je me décide de la regarder avec insistance.


    Je vous regardais faire du sport, et vous êtes plutôt impressionnante, sincèrement. Du si peu que j'ai regardé, vous avez toujours gardé le même tout le long de ce que j'ai aperçu en tout cas. Apparemment vous êtes une grand sportive.


    Dis-je, un léger sourire aux lèvres. Étonnamment, je n'ai aucune envie de la mettre dans mon lit, je veux juste apprendre la connaître: oui, vous avez bien lu, cet hôtel me rend étrange, presque sentimental. Je me lève alors du banc, les jambes légèrement engourdies, ayant été trop longtemps allongé. A nouveau, je m'étire mais je ne quitte pas pour autant mes yeux de la blondinette: elle est tout sauf mon genre, mais je la trouve simplement intrigante. A présent, je peux admirer ses yeux sans paraître pour un psychopathe: ils sont si vides, et bien que je n'ai jamais été expert pour comprendre les gens, il faisait sans aucun doute que la jeune femme planté devant moi allait mal. Mais cela ne me regardait pas, nous avons tous nos problèmes et je me dois de ne pas me mêler de ça.


    Vous êtes à l'hôtel en tant que cliente ou vous y travaillez?


    J'ai conscience qu'elle peut m'envoyer balader suite à cette question, digne d'un dragueur. Mais qu'importe, je n'ai jamais eu peur du ridicule et encore moins de l'aventure, alors sa réponse ne m'inquiète absolument pas.


_________________

    &you would say anything, you would try anything,
    To escape your meaningless, and your insignificance.
    You're uncontrolable, and we are unloveable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith Kennedy
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 930
Age : 27
Votre faiblesse : Je marche à l'Instinct
Votre force : Je suis sans aucun doute la plus cruelle ici
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 05/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   Lun 6 Oct - 22:26


-NON !

C'était comme une évidence, une fatalité du destin contre laquelle Faith avait fait de son mieux pour lutter depuis des jours. Mais rien n'y avait fait, elle s'était démenée comme une diablesse pour rien. Elle était désormais tenue par trois hommes bien en chairs contre lesquels elle essayait d'user de sa force de vampire. Mais une femme, bien qu'immortelle contre une foule en délire n'avait guère de chance de remporter la victoire, elle devait donc se contenter de regarder un spectacle bien plus que déplaisant, une scène qui promettait de rester gravée dans sa mémoire à jamais.

-Lâchez moi ! LAISSEZ LE ! dit elle en donnant des coups par ci par la, sentant un des hommes relâcher son emprise pour tenir sa poitrine, elle décide d'en profiter pour lui faire payer cet affront. D'un simple coup au visage elle le met a terre, bien que toujours tenue par les deux autres, elle a désormais un sacré avantage sur l'assemblée : elle tient la vie de l'un des leurs entre ses mains. Et oui, désormais le pied de Kennedy se trouve sur le visage du mortel, il ne lui suffirait plus que d'appuyer pour que celui ci ne soit plus qu'un souvenir. Mais ce serait idiot de se débarrasser de sa dernière chance de survie, de leur dernières chances de survie. D'un simple regard elle vérifie que le bûcher n'est pas encore allumé, non dieu merci. Néanmoins, son amour est bel et bien attaché au poteau qui pourrait s'enflammer d'une minute à l'autre si le bourreau voulait bien allumer la mèche. Elle lui lance un petit sourire en coin, comme pour le rassurer, mais le visage de son bien aimé reste complètement figé, semblant presque déçu de l'attitude de la vampire ? Que voulait il donc ? Mourir ? Être séparée d'elle à jamais ? Était ce donc tout ce qu'elle représentait pour lui ? Un fardeau qui allait s'achever sous peu ? Non c'était impossible. Elle ne pouvait pas croire une telle infamie, et ce n'était vraiment pas le moment pour se poser tellement de questions... Elle lui ferait une scène plus tard, il fallait tout d'abord agir. Un sourire sadique aux lèvres elle lança à l'assemblée d'un ton qui laissait comprendre qu'elle avait en quelque sorte gagné.

-Alors mes jolis ? Vous avez toujours envie de nous tuer ? Non parce que je sais pas si vous avez remarqué qu'il me suffit d'un clignement d'oeil pour me débarrasser de votre collègue ici présentdit elle en désignant de la tête celui ci qui poussa un gémissement étouffé par le pied de la vampire, alors ce serait peut être plus judicieux de revoir vos positions et de nous laisser partir... Dans le cas contraire je me ferai un plaisir de lui éclater son joli visage !

Sentant l'emprise sur elle se relâcher, la vampire comprit qu'elle avait peut être véritablement sauvé la mise, ces humains étaient ils donc si pitoyables à capituler aussi vite ? Faisant signe a un des chasseurs de détacher son bien aimé, celui ci se dirigea vers elle d'un pas lent... La tête baissé.

-Faith... Arrête c'est inutile lui murmura t'il à l'oreille.
-Pardon ? Ils vont te tuer, et après ce sera mon tour espèce d'idiot, allez on peut partir on a un otage !
-Non... C'est le moment pour moi d'arrêter, et tu le sais très bien.

Sans prévenir elle le gifla : -Comment peux tu dire un truc pareil dit elle les larmes aux yeux.

-Je t'aime Faith, mais j'ai fais trop de mal autour de moi, nous n'avons pas le droit de disposer des mortels à notre guise ! Comme de vulgaires pantins, il est temps pour de payer l'addition. Non pas à travers la mort... Non, ce sera de ne plus être à tes cotés qu'il sera le plus difficile. Faith. je vais me saisir de cet homme, et tu vas t'enfuir tu m'entends ? Cours aussi vite que tu peux, ne t'arrêtes plus, ne te retourne pas.
-Mais... Je ne comprends plus, dit elle d'un ton assez enfantin, la femme fatale qu'elle incarnait quelques secondes plus tôt semblait bien loin devant l'écroulement de son univers.
-Va... Je ne t'oublierai jamais. Je t'aime tant termina t'il d'un ton assez distant, comme pour se retenir de pleurer lui aussi.
-N...
mais avant de pouvoir ajouter quoi que ce soit, il l'embrassa, un baiser qui avait tout d'un au revoir. Un baiser interminable. Et pourtant si furtif à la fois. Quel idiot il était, mais elle savait qu'elle ne pouvait pas le faire changer d'avis, non il était bien trop borné. C'était la fin, la fin de tellement de choses, d'un amour. De deux êtres. Le regardant une dernière fois dans les yeux, elle retint ses larmes, ce regard avait tout d'une longue conversation, ils arrivaient à se faire comprendre tellement de choses à travers celui ci, c'était cela le secret d'un couple parfait. Il lui murmura quelque chose à l'oreille. Une chose qu'elle ne pourrait jamais oublier. Puis elle se retourna, lâchant le pauvre homme qu'elle avait prit en otage.

La course folle commença, dieu seul sait à quelle vitesse la vampire avait pu courir cette fin d'après midi la. Poussant à quelques mètres toute personne qui pouvait se mettre en travers de son chemin elle quitta la réalité, ne pensant plus à rien, elle n'était plus qu'une carcasse vite qui devait à tout prix partir loin d'ici. Plus vite elle courrait, plus loin elle laissait ses problèmes derrière elle. Mais plus vite elle courrait, plus vite la distance la séparant de son amour se faisait importante. Peu importait désormais, elle ne se rendait plus compte de rien. La nuit tombait, elle se rendit compte qu'elle était sans doute à des dizaines de dizaines de kilomètres. S'arrêtant au beau milieu d'un champ, elle commença à reprendre sa respiration, bien qu'un vampire, une telle prouesse physique demandait tout de même de récupérer. Mais il était clair que la fatigue n'était rien comparé au souvenir du moment terrible que Kennedy venait de vivre. Les paroles de son bien aimé raisonnant en boucle dans son esprit, elle s'écroula au sol, à genoux, vidé. Une larme plus que glacée coulant sur sa joue.

Elle avait encore tellement de choses à lui dire.
Tellement plus.

Salle de sport.

Ce souvenir provoqué par l'écoute de la chanson avait eu pour effet de troubler Faith, la déstabilisant plus que jamais. Personne ne s'en était sans doute rendu compte, pourtant la seule envie qui prenait à la gorge de la vampire à ce moment précis était de tuer chacun des témoins de la scène. Un certain self contrôle s'imposait, de toute façon elle avait reprit le contrôle, tout ce qui l'importait désormais était de se défouler et de faire des prouesses sportives.

Tellement accaparée par cette putain de chanson, la belle blonde n'avait pas sentit le regard de John sur elle pendant qu'elle courrait. Pourtant, désormais assise à coté de ce belle homme à la musculature plus qu'avantageuse, elle pouvait ressentir une certaine excitation de la part de celui ci, c'était imperceptible pour les simples mortels, mais dans son cas précis elle pouvait à l'aide de ses sens développés capter quelques émotions. Aimant plaire, la sportive ne se plaigna pas, de toute manière il ne semblait pas vraiment intéressé par autre chose que par une conversation, du moins pour l'instant, un parfait gentleman en d'autre terme. C'était impossible pourtant, les hommes humains étaient tous les mêmes, des porcs n'écoutant que leur désir d'exulter. Restant sur ses gardes, elle but une ou deux gorgés de l'eau gentiment offerte par son compagnon de banc et elle esquissa un léger sourire gêné pour lui répondre :

-Oh... Des années et des années de pratique ça aide pas mal je suppose. Mais bon, je suis persuadée que vous êtes tout aussi doué.

*Être un vampire ça aide pas mal aussi*

Pendant un dixième de seconde, la vampire s'imagina en train de torturer l'homme dans les sous sols, mais pour la première fois depuis bien longtemps, l'idée ne l'emballa pas plus que cela. Elle devait vraiment être fatiguée. Saisissant sa propre serviette elle s'épongea le front d'une sueur pratiquement inexistante, puis se décida enfin de répondre au jeune homme, adorant faire attendre les hommes, les laisser lui courir après...

-Je bosse ici... Depuis une éternité, dit elle en ne croyant pas si bien dire d'ailleurs, par contre vous, vous êtes un client si je ne m'abuse ? Je suppose que vous vous plaisez ici, elle ajouta en le taquinant un peu, du moins je l'espère, sinon je pourrai me fâcher.

Fixant intensément John, la vampire attendit sa réponse avec une patience déconcertante ,ne bougeant pas d'un cil devant un homme sur lequel beaucoup d'autres s'extasieraient comme des gamines. Un mur les séparait, pourtant le chasseur semblait plutôt costaud, arriverait il a se débarrasserait de ces briques et percer la carapace de la créature de la nuit ? Qui sait ? Ou alors il se brûlera les ailes en essayant, comme tous les autres. Et finira en repas pour vampire.

Et pourtant. Ce n'était pas l'envie qui lui manquait.
Mais elle ne pouvait pas. Plus. Pas encore ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Highfield

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1224
Age : 25
Humeur : Tout dépend de qui je croise sur le chemin...;)
Date d'inscription : 30/09/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   Sam 11 Oct - 0:44


    Découvrez Michelle Branch!


    AVEC LA PARTICIPATION D'OLIVIA WOOD.


    Je ne sais pourquoi je me remémore à cet instant ce moment de ma vie, qui m'a brisé de l'intérieur. Peut-être est-ce que je ressens le besoin de m'en rappeler lorsque je croise le regard de Faith, qui a l'air plus que nostalgique. Oui, je ne peux oublier combien j'ai souffert ce jour là.

    C'était en plein milieu d'une nuit, une de ses nombreuses nuits où Olivia et moi nous nous donnions. Malheureusement et seulement au bout de quelques nuits, je me suis épris d'elle, et bien qu'elle était sans aucun doute mon premier amour, je savais déjà qu'elle serait ancré à moi à tout jamais. J'étais naïf et idiot, mais je m'en moquais éperdument, tant que je ne pouvais faire qu'un avec elle une nuit. Mes sentiments étaient trop durs à cacher, surtout que j'avais du mal à me retenir de lui souffler que je l'aimais, après nos ébats. Je me souviens encore de la tempête qui s'abattait sur la vie, et malgré les fenêtres fermés, on pouvait entendre sans trop de difficultés la pluie qui tombait sur les trottoirs. Je me rappelle qu'elle se levait du lit, pour se revêtir et j'ai su, au fond de moi, que c'était le moment. Le moment de la retenir de partir comme une voleuse, de me laisser encore une fois seul, repensant à la douceur de sa peau qui me manquait déjà au bout de quelques secondes. Je m'étais levé à mon tour et avait fait le tour du lit, afin d'être près d'elle. Elle ne semblait pas réagir, et je m'étais alors décidé de me glisser derrière elle pour poser mes mains sur ses hanches tout en déposant des baisers sucrés sur sa nuque. C'était la première fois que je me montrais aussi affectueux envers elle, et c'était plus qu'agréable. A ce moment là, je me sentais tout simplement heureux. Je n'avais pas envie qu'elle s'en aille à nouveau, dans l'espoir secret de la recroiser bientôt. Non, cette fois-ci, elle restera toute la nuit. C'est pourquoi, mes bras ont enlacé son ventre et je l'ai rapproché de moi et je continuais mes baisers, qui s'étendaient cette fois ci vers son cou, remontant jusqu'à son oreille. Il était évident qu'il ne s'agissait en aucun d'habituels baisers de désirs, non. Il s'agissait là de baisers amoureux et tendres.

    Je me montrais affectueux, et plus cela allait, plus Olivia semblait soudainement moins réceptive. Elle était ailleurs, son regard plus concentré sur le plafond que sur le blanc de mes yeux. Je ne pu savoir ce qui se passa dans sa tête à ce moment précis. Mais à sa réaction suivante, je devinais qu'il n'y avait rien là de très glorieux. C'est à peine après une demi minute qu'en pleine action, elle me poussa violemment, attrapant son pantalon dans le but de quitter le lieu. Surprit et déboussolé, je ne pu m'empêcher d'essayer de la rattraper. Et là était toute mon erreur...je lui dévoila mes sentiments à son égard.

    J'en ai assez Olivia, je veux plus que du sexe. Je...Je crois que je me suis beaucoup attaché à toi. Énormément. Peut-être même beaucoup trop que normalement...Tu...C'est bête à dire, mais tu m'as ensorcelé, je ne cesse de penser à toi chaque seconde et notre relation concentrée sur le sexe ne m'intéresse pas du tout. Moi, je te veux...Toi.


    Seulement elle se braqua presque aussitôt. Et ses yeux noirs semblèrent m'envoyer des éclairs. Sa voix n'était plus celle d'un ange mais celle d'une femme comme possédée par un démon. Sa langue fourchue ne cessant de m'envoyer des serpents au visage. Pendant un moment, je me mis à regretter mon attitude et à penser avec nostalgie que je la préférais silencieuse et mystérieuse. Ou étant en contradiction, pensant que quelque chose la tourmentait, ne pouvant pas m'empêcher de vouloir l'aider. Elle ne pouvait pas être si mauvaise.

    Quoi ?? Oh non c'est pas vrai je suis face à lourdo qui s'attache. Écoute moi bien mister glue ! Toi et moi c'est du vent. Je suis avec toi pour prendre mon pied et rien d'autre. Je couche juste, je ne m'attache pas. Alors à moins que tu veuilles m'amener au sixième ciel et rien d'autre on a plus rien à faire ensemble.


    Quand j'étais plus jeune, je rêvais toujours de la suite des évènements, après lui avoir avouer mon amour: à chaque fois, sa réponse était différente, mais toute était positive. Je n'avais jamais imaginé une seule seconde qu'elle m'aurait rejeté: j'étais persuadé que mes sentiments étaient réciproques. Et l'entendre me considérer seulement comme un objet sexuel me faisait tomber des nues. Et à ce moment là, mon cœur pleurait comme il pleuvait sur la ville, mais je ne voulais montrer combien j'étais effondré, ayant un minimum de fierté. Je ne fis même pas l'effort d'insister, car je savais qu'à nouveau je taperais contre un mur. Encore sous le choc par ses mots, je me pose sur le lit, le regard vide: elle m'avait littéralement briser le cœur. Pourtant, au fond de moi, je gardais un espoir. Un espoir qu'elle revienne. Je n'osais plus la garder, ayant peur de souffrir d'avantage en la voyant plus belle que jamais.

    Si...Si tu changes d'avis, la porte sera toujours ouverte.


    Murmurais-je, car ma voix ne me permettait que cela si je ne voulais pas craquer. Pourtant, elle entendait quand même, et si j'avais su que c'était la dernière phrase que je lui aurais prononcé, la dernière fois que je pouvais contempler son visage...Alors...Alors, j'aurai gardé bien au fond de moi mes sentiments, juste pour continuer de la voir. Ce serait mentir de dire que je ne pense pas à elle quelques fois, mais elle m'a brisé. Elle m'a rendu différent, et je ne saurai dire si cela a été bénéfique pour moi.

    Est-ce la réalité? Suis-je la tête baissée et les poings serrés devant la charmante demoiselle? Apparemment oui, et j'ai l'air d'un véritable idiot. Pire que ça, un sentimental, chose qui me terrifie secrètement, d'ailleurs. Je tente de revenir à ma conversation avec la femme, et j'essaye par la même occasion de me souvenir de ce qu'elle vient de me dire: par chance, cela ne fait pas longtemps et pensera-t-elle sûrement que mon moment d'absence est dû à une réflexion, quelque chose d'anodin.


    Doué? En réalité, je l'ai jamais vraiment été. J'ai juste eu la volonté et j'ai surtout été épaulé, aidé. On m'a appris beaucoup de choses.

    Je ne saurais dire moi-même de quoi je parle en cet instant: de mon entraînement à être un véritable sportif ou bien mon entraînement à être un bon chasseur. Quoique, on peut dire que les deux sont inévitablement liés. Elle saisit sa serviette et s'éponge le front, et immédiatement, je mordille la joue intérieurement: est-elle obligée de faire un truc aussi sexy devant mes yeux? Veux-t-elle tester ma capacité à tenir face à un canon comme elle? Elle ne répond pas tout de suite, ce qui me fait souffler. Pas d'impatience, et encore moins de lassitude, seulement avec ce silence elle semble à nouveau plus désirable. Plus intrigante, peut-être même. Finalement, elle se décide à me répondre ce qui me permet de tenter de me calmer.


    Vous avez vu juste, un tout nouveau client. C'est vrai que je ne me sens pas vraiment à l'aise, je compte même bientôt partir de cet endroit pitoyable, cela m'est insupportable de rester d'avantage...
    (Je la vois surprise, et je ne peux alors m'empêcher de sourire) Je vous taquine. Je souhaitais juste vous voir fâchée, mais finalement je viens de me remémorer vous sur votre tapis, et je comprends qu'il faut finalement pas que je vous cherche!

    Plus sérieusement, qui ne peut pas se plaire dans ce luxueux hôtel? Si j'avais le choix, je resterais toute ma vie ici, mais cela ne sera malheureusement pas le cas.

    Elle me fixe intensément, et je fais de même, une sorte de défi dans ses yeux: elle n'a pas de chance, je suis du genre borné et quand je désire quelque chose ou qu'on me tente à quelque chose, je le parviens toujours d'une façon ou d'une autre. Alors qu'elle prenne garde la jolie blonde!


_________________

    &you would say anything, you would try anything,
    To escape your meaningless, and your insignificance.
    You're uncontrolable, and we are unloveable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith Kennedy
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 930
Age : 27
Votre faiblesse : Je marche à l'Instinct
Votre force : Je suis sans aucun doute la plus cruelle ici
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 05/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   Lun 13 Oct - 21:22


L'ambiance dans la salle de sport était étrangement lourde. On pouvait sentir comme une sorte de nostalgie. Un malaise était palpable, autant chez Faith que chez John, comme si leur rencontre provoquaient en eux une reminessence de souvenirs profondément enfouis. Mais ce qui était encore plus étrange, c'est que les deux individus semblaient reprendre un peu plus d'assurance au fur et à mesure que leur souvenirs défilaient dans leur esprits bien trop tourmentés. Comme si ils prenaient conscience du chemin qu'ils avaient parcourus depuis leur naissance, comme si ils réalisaient le nombre d'épreuves qui les avaient ébranlé. Pourtant ils étaient toujours la, debout, fort et prêt à en découdre. Bon le temps avait laissé des séquelles inévitables, mais c'est bien connu. Ce qui ne tue pas, rend plus fort. Pourtant Faith avait bien cru que ces nombreuses épreuves l'auraient achevé sous peu.

Flash Back

Combien de temps s'était écoulé depuis que la vampire s'étaient enfuis de la foret ou son bien aimé et elle auraient du périr ? Seul dieu pouvait le savoir. Des heures, des jours peut être même des semaines. Tout ce que Faith savait, c'est qu'elle était restée la, prostrée, a genoux au beau milieu de ce champ lugubre. Luttant contre elle même. Tentant de repousser le désespoir qui l'envahissait un peu plus à chaque seconde. Oui, elle pouvait sentir le goût acre et amère de la peine effleurer sa gorge, tel un poison coulant directement jusqu'a son coeur. Oui elle luttait. Mais en vain. Elle n'avait plus rien, il ne lui restait plus que des souvenirs, des magnifiques souvenirs certes. Lorsqu'une énième nuit tomba, elle se décida enfin à ouvrir les yeux, oui elle avait eu la délicate attention de les fermer, pour éviter de pleurer. Mais surtout pour éviter de voir le monde qui l'entourait, si elle ne le voyait pas, peut être que tout ceci n'aurait été qu'un cauchemar lorsqu'elle les rouvrira ? Oui peut être bien que son bien aimé allait l'appeler d'une minute à l'autre lui disant qu'il était l'heure d'aller se coucher. Mais il fallait se rendre à la raison, ca n'arriverait jamais. Elle était désormais seule.
Tellement seule.
Lorsqu'un corbeau eut la stupide idée de s'approcher d'elle dans l'espoir de la mordre, croyant avoir à un cadavre, elle ouvrit les yeux d'un coup sec, tournant sa tête vers l'étrange volatile :


-Je ne suis pas morte... Sale bête grâce à sa vitesse de vampire elle put le saisir à temps, le tenant par le cou, par contre dois je en dire autant de toi ? Elle attendit stupidement une réponse de l'oiseau qui se contenta de croisser à en faire vriller les tympans les plus patients de la planète. La colère commençait à se lire dans le regard de la vampire, s'impatientant elle commença à hurler, pourquoi ne réponds tu pas ? Oui pourquoi ne veux tu pas me répondre, tu m'abandonnes toi aussi ? Avant même de me connaitre ? Tu as choisis toi même le destin qui t'attendait ! Elle l'acheva, jetant la carcasse de l'animal à quelques mètres au loin. Elle ne jeta pas un regard a la victime de cet acte purement et simplement barbare. Non elle se contenta de se relever, vidée de toutes émotions. Elle avança dans les ténèbres, l'esprit remplit d'images horribles. Elle les voyait, les chasseurs, en train de rouer de coup son amour, avant de le faire brûler, oui dés que la première flamme prit vit, elle sentit la douleur qui avait envahis son bien aimé. Elle souffrit avec lui. Hurlant comme une idiote dans le champ. Si quelqu'un passait, il l'aurait sans doute prit pour une folle, mais pourtant, la douleur était belle et bien la. Si forte qu'elle en perdit connaissance, s'étalant dans un petit chemin de terre. Le coté droit du visage face à un sol démesurément froid, aussi glacial que le coeur de la vampire désormais.

Mais étrangement, pendant ce sommeil, déjà que bizarre de par le contexte, Kennedy ne fit pas un cauchemar. Dieu seul sait qu'une personne normalement constituée aurait rêvé de la terrible journée qu'elle venait de passer ! Mais l'immortelle fut au contraire envahie d'un sommeil paisible. Diaboliquement paisible. Elle était désormais dans une étrange chambre d'hôtel, qui lui était encore plus étrangement familière, pourtant elle n'y avait jamais mis les pieds. Elle en était certaine, sa mémoire ne la trahissant jamais ! Ce rêve était d'autant plus bizarre puisqu'elle avait comme l'impression de contrôler ce qu'elle faisait. Elle se souvenait de la journée et de tout ce qu'elle venait de vivre. Mais pourtant elle était paisible. Si paisible qu'elle s'étonna elle même, se demandant dans son esprit de vampire sadique :


*Putain mais qu'est ce qui se passe maintenant !*

Un objet sonna sur la petite table de nuit en métal rose qui était disposé a coté de l'immense lit, de son immense chambre. Machinalement, elle se dirigea vers le téléphone, et décrocha, tel un robot bien réglé, finalement elle ne contrôlait peut être pas si bien la scène que cela ? Elle n'était qu'une spectatrice impuissante, prisonnière dans son propre corps. Une voix se fit entendre à l'autre bout du fil.

-Faith... C'est moi. Il faut qu'on parle.
-Ah bon ? Tu veux me parler maintenant ? Plus essayer de me tuer ? Car sache que si c'est le cas je t'attends de pied ferme, et je ne t'épargnerai pas cette fois ! Elle était froide, mais pourtant ça sonnait faux, on voyait bien qu'elle disait cela pour se protéger, comme pour se barricader derrière un mur bien ébranlé déjà.
-Oh et puis zut. Faith. Je t'aime, et j'arrive te le prouver.


L'homme était étrangement sincère, si bien qu'il raccrocha immédiatement, sans doute en route pour rejoindre la belle blonde. Une mine surprise pouvait désormais être lisible sur le visage de la femme, comme si elle avait attendu ce moment depuis des jours et des jours. Et c'était bien le cas, Faith Kennedy avait bien attendu que cet homme se décide à l'accepter telle qu'elle était depuis plusieurs jours, et il semblait que c'était vraiment le cas. Il n'était pas du genre à mentir pour lui tendre un quelconque piège, non il était bien trop franc et fièr pour cela. Et puis, lui aussi n'était vraiment pas indifférent à cette belle vampire dans le fond ! La Faith du passé ne comprenait bien sur rien à ce rêve, et se contentait d'en profiter, après tout, cette pause, ce répit était tellement bien venu ? Pourtant, elle avait bien du mal à croire qu'elle avait pu refaire sa vie avec quelqu'un d'autre que celui qui avait périt sur un bucher parce que c'était un suceur de sang ! Oui, leur amour était aussi immortel qu'eux pourtant, ce n'était pas un simple amour de petits humains tellement banals qu'ils en étaient immondes, non ils étaient liés à vie. Et elle osait trahir cela pour un autre homme ? Impossible. Et pourtant ! L'immortelle se dirigea machinalement dans la salle de bain pour se regarder dans la glace, son visage était beau, légèrement pale à cause de la race à laquelle elle appartenait, mais cela ne la rendait que plus belle. Était elle dans le futur ? Ou dans le fruit de son imagination ? Tout commençait à s'entremêler dans sa tête, mais très vite, un bruit de toque ment venant de la porte lui fit reprendre pied. Tremblant, elle courra vers la porte, puis hésita à l'ouvrir, puis elle se décida enfin. Il était la. Son homme. En face d'elle. Elle savait qui il était, mais ne distinguait pas son visage, il était comme floutté. Sa voix rauque résonna à ses oreilles. Aucuns des deux ne savaient quoi faire, ils étaient comme deux enfants gênés qui venaient de faire une bêtise. Puis un sourire sadique s'empara de l'homme dont le visage commençait à se dessiner un peu plus à chaque seconde.


-Vampire, tu pensais pouvoir jouer avec moi !

Et il la poussa brutalement sur le lit, sans qu'elle ne puisse réagir, comment pouvait il lui faire ça ? Mais pourquoi ? Il l'aimait, ça ne faisait aucuns doutes ! Elle poussa un gémissement pour qu'il s'arrête de la brutaliser, mais il a pointait désormais avec une espèce de lance flamme.

-Alors, qu'est ce que ca fait de perdre ? Tu as joué avec moi, et pourtant la mort te guette, ce n'est plus qu'une question de seconde.
-Pourquoi ?
-Parce que c'est mon job ! Si au moins tu avais été sincère
, il fit une pause, il ne semblait pas croire à ses propres paroles, oui si seulement tu l'avais été. Mais maintenant tu es seule, tu n'as plus d'amis. Plus d'armes. Oui plus rien. Qu'est ce qui peut bien te rester ?
-Moi
répondit elle simplement, puis sans prévenir elle usa de toute sa vitesse pour se retrouver derrière le chasseur et le désarmer. Une vampire redoutable ne se laissait pas piéger aussi facilement, bien qu'elle soit amoureuse ! Poussant l'homme a l'autre bout de la pièce, elle monta a califourchon sur lui, le regardant avec dégoût.

-Je vois que tu as fais ton choix. Juste une chose, j'ai toujours était sincère. Alors qu'est ce que ça fait de perdre ?

S'apprêtant à lui donner le coup fatal, il l'embrassa, la soulevant et la déposant sur le lit. C'était vraiment du n'importe quoi ! Pourtant il lui murmura :

-Je n'y arrive pas. Je ne peux pas te tuer. Je t'aime.

Et cette fois ci, ils s'embrassèrent. Leur deux corps ne formant plus qu'un sous la puissance de ce baiser.

Devant cet étrange souvenir, Faith tenta de rester impassible pourtant, bien qu'elle était dans la salle de sport, elle voulait à tout prix se remémorer qui était l'homme dont elle avait rêvé. Qui lui était désormais tellement familier. Mais ce n'était pas le moment de passer pour une folle devant un client, qui plus est un homme plutôt charmant ! Potentiel victime ou pas, Faith devait garder toute sa grandeur devant lui. Lui souriant face à sa remarque au sujet de l'aide qu'il avait apparemment reçu, elle n'imagina pas une seule seconde qu'elle avait a faire à un chasseur, tout comme le camp adverse n'imaginait pas avoir à faire à une suceuse de sang :


-Vous êtes bien modeste . Et si je testais votre endurance par moi même, dit elle d'un ton assez énigmatique qui aurait sans doute laissé place à l'imagination de beaucoup d'homme à quelques pensées assez explicites, puis très vite elle désigna un petit box destinée à la boxe, ou on pouvait trouver un punching ainsi que deux paires de gants de boxes.
Bien sûr, Faith étant une combattante hors paire, elle pourrait faire une bouchée de John, néanmoins elle tenait à tenter le coup, puis elle l'épargnerait pour ne éveiller trop de soupçons quand même, bien qu'il faudrait mettre sa fierté de côté ! Puis il plaisanta au sujet du fait que l'hôtel n'était pas à son goût, ce qui surprit assez Faith, heureusement, il se rattrapa très vite :


-Vous me rassurez. ! Car croyez moi, sur le tapis j'aurai pu passer pour un ange comparé à ce qui aurait suivi si vous aviez été sérieux, elle fit une petite pause, non je plaisante aussi ! Mais dites moi donc... Qu'est ce qui vous amène à Ridgecrest ? Si ce n'est pas indiscret. Bien sûr.

Curiosité quand tu nous tiens. Pourtant quelque chose de bien plus important que la réponse qu'allait donnait le chasseur, elle venait de réaliser qui était l'homme dont elle avait rêvé par le passé.
Il s'agissait tout simplement de John.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Highfield

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1224
Age : 25
Humeur : Tout dépend de qui je croise sur le chemin...;)
Date d'inscription : 30/09/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   Ven 17 Oct - 19:37

    Avez-vous déjà eu la sensation qu'une personne que vous venez de rencontrer ne sera pas qu'une connaissance, qu'elle se bien plus que cela?
    Car c'est ce qui m'arrive à présent avec la blondinette, et cela m'intrigue énormément, car je ne saurai dire si notre futur commun sera bon ou mal. Fort ou pathétique. Mais qu'importe pour le moment voulez-vous? Laissons le temps faire son travail afin de mettre en place tout ce que la destinée souhaite. Et si j'arrêtais de me remémorer le passé? Car croyez-moi, je préfère largement contempler la jeune femme se trouvant devant plutôt que remuer le couteau dans la plaie. Elle a des lèvres plus larges mais pourtant pincées, et admirer sa bouche me donne envie de la caresser avec deux de mes doigts, pour savoir si elle est aussi douce qu'elle en paraît. Je remonte mon regard vers son nez que je trouve tout simplement mignon car il est légèrement pincé. Je continuer d'avancer pour arriver à ses yeux, mais lorsque je les croise je détourne le regard: non pas qu'il soit repoussant, mais ses yeux sont trop....Trop tout. J'arrête de la détailler d'un regard, ne voulant aucunement provoquer une certaine gêne entre nous deux: il y a deux sortes de femmes, celles qui adorent qu'on les regarde ou les autres, qui au contraire, détestent ceci, trouvant ça comme un acte d'irrespect, et je ne connais pas assez la blonde pour savoir dans quelle catégorie elle se trouve.

    « Et si je testais votre endurance par moi même »
    Je ne rêve pas, elle fait une blague osée. Ou alors, c'est moi qui est l'esprit mal placé mais en tout cas, sa phrase a eu le don de provoquer de légers frissons dans le bas du dos tandis que j'essaye de cacher ma surprise derrière un rire plutôt gêné. Mais il est rapidement remplacé par un rire franc et très sincère lorsque qu'elle me désigne le box. Ce quiproqui ne me gêne absolument pas, mais ce n'est pas pour autant que je lui dirai ce à quoi j'ai imaginé, pensant que nous ne sommes pas encore assez proche pour faire ce genre d'avoeu. Finalement, j'accepte ce défi, mais sachant déjà que je ne jouerai pas totalement le jeu: il est inutile de prouver ma force, qui avouons-le, est au dessus de la moyenne. Cela n'attirait que les regards et que je refuse qu'on imagine que je suis un agent secret venu pour faire exploser l'hôtel rien qu'avec mes muscles (Quoi? Moi prétentieux et qui ne dit que de la merde? Vous avez complètement faux!). Nous avançons ensemble alors vers le box, et elle continue à me parler, ce qui n'est pas pour me déplaire: sa voix est douce et même apaisante, et l'entendre s'intéresser à moi est un réel plaisir. Elle me demande alors pourquoi je suis ici, et je me vois très mal répondre que je suis là pour zigouiller des vampires. Le problème étant que je n'ai pas encore imaginé une réponse à sa question, et étant très mauvais menteur, je ne sais que répondre. C'est alors, qu'hésitant, je me lance dans une réponse, qui sera .... la vérité.


    Je n'ai absolument rien à cacher, alors n'hésitez pas à poser des questions, cela ne me dérange absolument pas. Et bien, c'est le travail qui m'envoie dans cette ville, car, croyez-moi, si j'avais le choix je ne serai pas ici. Bien que, bien sûr, l'hôtel me plaît. Enfin, ne nous écartons pas du sujet. Je suis donc ici pour le boulot, je dois...Je dois m'occuper de vampires, les exterminer.

    Est-ce la réalité ? Est ce que je viens de dire exactement la vérité? Au lieu de réfléchir sur la bêtise que je viens de faire et ne voyant pas de réaction à cette "boutade", je me force à rire pour lui faire comprendre que ceci n'est qu'une blague, et j'espère qu'elle me croira. Car oui, cela peut paraître difficile à avaler en sachant les rumeurs (qui sont sûrement vraies) qui se passent en ce moment dans cette ville. Je ne saurais dire pourquoi ai-je dis ceci, cela semble tout simplement fantastique. Mais il faut avouer que parfois, le cœur parle à la place du cerveau et il m'arrive d'être naïf, ayant une confiance aveugle en les gens: et entre nous, la jeune femme n'est qu'une employée modèle et très belle, pas une buveuse de sang. Pour cacher ma gêne, je monte dans le box ce qui me permet d'être dos à la jeune femme. Tout en reprenant mon calme, je me remets alors face à elle, un sourire aux lèvres.

    Non, je suis juste ici pour le travail.Et vous? Pourquoi travaillez ici ?


_________________

    &you would say anything, you would try anything,
    To escape your meaningless, and your insignificance.
    You're uncontrolable, and we are unloveable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith Kennedy
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 930
Age : 27
Votre faiblesse : Je marche à l'Instinct
Votre force : Je suis sans aucun doute la plus cruelle ici
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 05/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   Lun 27 Oct - 1:43



Le secret d'un bon comédien, ou plutôt d'être un très bon comédien repose en un seul et unique point. Oublier la personne qu'il est, pour pouvoir être celle qu'il veut incarner. Mettre de côtés sa vie, ses émotions, son passé... Et surtout son présent. Croyez vous qu'un acteur pourrait convaincre toute une assemblée dans le rôle d'un coureur de jupons si il pense sans cesse à sa femme qui vient de le tromper ? Non, il ne sera qu'a demi crédible. Et qui est à demi crédible, est à demi perdu. Cela, la vampire l'avait parfaitement comprit, sa vie ne reposait que sur la comédie, rare étaient les instants ou elle était parfaitement sincère. Et la, dans cette salle de sport, dans cet endroit luxueux remplit d'engins high tech pour s'entretenir, le plus fin des observateurs pourrait observer la belle blondinette en train de faire un effort énorme sur elle même pour mettre de côté celle qu'elle était, c'est à dire un mélange entre un monstre sans pitié et une femme détruite, pour paraître tout simplement ordinaire. Mais la situation en locurence ne se prêtait guère à la facilité, oui Faith venait de se prendre en seulement quelques secondes une double décharge d'informations déplaisantes, la déstabilisant un peu plus encore, manque de pot pour le chasseur, son adversaire était une acrobate hors paire, aussi bien au sens propre qu'au figuré !
Avançant sans changer d'expression faire le box, Faith passa sensuellement sa main sur une machine à poid, le contact froid de l'acier eut un effet assez revigorant sur la belle créature. Du moins en apparence, car derrière son léger sourire, son regard fixe et sa démarche sure, la vampire se posait mille et une question !
Comment avait elle pu rêver d'un homme qu'elle rencontrait a peine il y a des dizaines et des dizaines d'années ? Un heureux hasard ? Peut être se trompait elle après tout ? Non c'était impossible, Faith ne se trompait jamais ! Elle était bien trop sûre d'elle pour douter un instant de ses souvenirs, elle s'y fiait plus que tout au monde ! Non elle ne pouvait expliquer pourquoi elle avait rêvé de cela, après tout peu importait, Kennedy marchait beaucoup plus à l'instinct qu'a la réflexion. Advienne que pourra !
Mettant ses gants de boxe, Faith en envoya une paire à John lui accordant un léger clin d'oeil :

-On va voir ce que vous savez faire... Je vous conseille de ne pas retenir vos coups sous prétexte que je suis une fille, dit elle en plaisantant.

Elle était sûre et certaine que John pensait dans son fort intérieur qu'elle ne faisait pas le poids, et pourtant elle pourrait l'écraser en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, ses capacités de vampires, et ses capacités de femmes sportives réunies pouvant venir à n'importe quel bout de rois de la gonflette ! John commença à frapper dans le punching ball pendant que Faith tenait ce dernier, il avait de la force, beaucoup de force pour un humain en tout cas. Pourtant, quelques secondes plus tard, elle ne pensait plus du tout à cela. Recevant comme une décharge suite à l'annonce du travail de son adversaire.
Un chasseur.
Un putain de chasseur. Comment osait il ne serait ce que lui adresser la parole ? Il devrait ramper devant elle, en lui suppliant de le pardonner ! De le pardonner pour ce que les siens lui avaient fait subir ! Pire encore, il osait prétendre vouloir exterminer tous les vampires ? Il n'était donc vraiment pas différent de ceux de sa race, il était aussi pitoyable que tous les autres, il ne méritait qu'une chose, la mort ! Mais une mort aussi longue que douloureuse ! Cachant toute la rage qu'elle éprouvait à l'égard de son interlocuteur, Kennedy fit même semblant de rire, un rire cristallin. Elle fixait intensément John pendant qu'il s'énervait contre le punching ball, imaginant toutes tortures qu'elle pourrait lui faire subir. Le battre à coup de fléau, durant des heures. Eviter les organes internes pour ne pas qu'il meurt trop vite, c'était tout un art qu'elle maîtrisait si bien. A sa colère se rajouta que l'homme essayait de lui mentir, il avait fait une gaffe qui n'avait pas échappé à Faith, c'était un piètre menteur. C'était pitoyable, oui tellement qu'il fallait qu'elle le fasse souffrir, c'était désormais sa seule aspiration. En venir à bout, elle n'avait pas peur de lui, après tout elle avait un gros avantage, elle savait qu'il était un chasseur, et lui ne savait rien sur sa véritable identité.

-Oh, j'aime bien le coin... Puis on se sent bien dans le staff, alors ca me va très bien. La paye est assez... généreuse. Et il nous arrive d'avoir des clients, assez... elle le regarda de haut en bas sur un ton assez provocateur qui signifiait qu'elle le draguait gentiment... intéressant.

Elle prit son tour à taper dans le punching ball, et retint légèrement ses coups pour ne pas éveiller les soupçons du chasseur. Oui, comme je vous le disais, Faith était une parfaite comédienne, qui n'était pas prête d'arrêter de jouer la comédie avec ce misérable mortel.

-Alors vous êtes un chasseur, ca explique que vous allez l'air si sportif... C'est mignon l'embetta elle, puis elle lui murmura comme pour le rassurer, bien sur elle jouait toujours la comédie, vous inquiétez pas, je ne le dirai à personne !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Highfield

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1224
Age : 25
Humeur : Tout dépend de qui je croise sur le chemin...;)
Date d'inscription : 30/09/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   Mar 28 Oct - 20:52

    Ne vous inquiétez pas, à part un sport régulier pour la santé, on ne peut pas dire que j'excelle dans ce loisir. Alors quand je vais donner de mon mieux, vous allez penser que je ne donne pas le meilleur de moi-même.

    Dis-je, un léger sourire aux lèvres. Certes, mes paroles ne sont que mensonge et illusion, mais est-ce vraiment mauvais de protéger son identité? Surtout quand celle-ci n'a que pour but de protéger les humains comme vous et moi? Non, je ne pense pas que cela soit mal. Autant il m'arrive parfois de culpabiliser en tuant des vampires, mais le fait de mentir ne m'atteint pas. Jamais de remords pour ce genre de choses, bien que parfois, j'aimerais être un peu plus sincère avec les gens, surtout avec ceux que j'apprécie et que je perds, généralement à cause de mes nombreux mensonges. Par chance, elle semble avoir compris que ma phrase précédente n'était qu'une petite blague (...ou pas) et je me sens alors léger, pouvant profiter de cet instant alors comme il se doit. Du moins, peut-être pas vraiment. Je commence à frapper contre le punching-ball, mais je n'arrive en aucun cas à y trouver du plaisir: il faut avouer qu'être en compétition contre une jolie demoiselle est une activité trop rare pour imaginer exceller dans ce domaine.

    Lorsqu'elle commence à parler, je m'arrêter de frapper afin de l'entendre sans trop de difficultés. Est-ce moi où elle me drague ouvertement? Cela pourrait se limiter à des paroles, et dans ce cas-là j'aurais pris cela pour de l'humour, mais son ton, qui, il faut l'avouer, est plus que provocateur me prouve que, en effet, elle me drague. Et sans surprise, cela est loin de me déplaire: qui serait contrarié contre une jolie jeune femme entreprenante? De plus, il est inutile de préciser que depuis son arrivée, je ne cesse de la regarder, la trouvant sans aucun doute à mon goût. J'enlève alors mes gants de boxe que je laisse tomber par terre et m'approche près de la blondinette avec sensualité. Quoi? Que dites-vous? Dragueur du dimanche? Je n'en doute pas une seconde, et croyez-moi, je me moque de mon côté Don Juan. Après tout, je sais très bien que je ne finirai jamais avec quelqu'un, ayant une vie trop spontanée et désordonnée pour y trouver un bonheur avec une femme et je reste un homme, qui aime les jolies choses, dont cette femme en fait inexorablement partie. Je croise les bras et la regarde. Je l'imite en utilisant le même air qu'elle mais j'accompagne avec celui-ci un léger sourire.


    Et pourquoi pas plutôt quitter ce box pour faire quelque chose de plus...Distrayant? Comme aller boire un verre.


    En guise de réponse, elle prend mes gants et se met à son tour à taper dans le punching ball, et cette « réponse » me décroche un léger rire: cette indifférence voire cette ignorance fait de la blondinette une femme deux fois plus attirante, et je suis déjà excité à la connaître d'avantage. Je me mets devant l'objet qui sert de souffre douleur afin de retenir son attention et j'évite les coups de poings avec mes deux mains: bien qu'elle soit très forte, je parviens à ne pas être touché. Je me redresse étrangement lorsqu'elle prononce le mot « chasseur ». Lorsque l'on ment sur sa vie et que la personne en face de nous découvre notre secret, croyez-moi, on se sent très drôle: on se sent mis à nue, sensation plus que désagréable. Mais heureusement, et c'est cela qui me fait reprendre de l'assurance, elle ne sait pas quel est mon métier, bien trop atypique et fantastique pour qu'elle s'imagine ceci. Lorsqu'elle s'approche de moi pour me murmurer qu'elle gardera cela pour elle, je frémis immédiatement, étant à présent brulant de désir: elle a un pouvoir sur moi plutôt incroyable, bien que celui-ci n'ait absolument rien à voir avec ce lien partagé avec Eva. Oui, maintenant je n'ai qu'envie d'emmener la magnifique femme dans ma chambre pour qu'elle se donne à moi et mon regard qui se pose sur elle traduit bien cette envie. Je ne souhaite pas lui répondre sur ce quoi elle me taquine, ne désirant pas en parler d'avantage afin de ne pas faire de gaffes (et me connaissant..).
    Je me contente alors de faire comme elle, approcher ma tête de son oreille pour lui susurrer au creux de l'oreille, non pas pour murmure des mots doux, trouvant cela réservé pour des amoureux, mais uniquement pour insister.


    Alors? Intéressée pour aller boire un verre?


_________________

    &you would say anything, you would try anything,
    To escape your meaningless, and your insignificance.
    You're uncontrolable, and we are unloveable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Folkin' Around {Faith K.}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Folkin' Around {Faith K.}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Ridgecrest } ::    » Aile Est ::    » La Salle de Sport-
Sauter vers: