AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]

Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Lun 4 Aoû - 17:55


    C'est souvent quand un élément
    se trouve devant notre nez que nous ne le voyons pas....


    La distanciation, le recul pris vis-à-vis de ce qu'on dit, de ce qu'on fait, de ce qu'on montre, mais surtout de ce qu'on voit. Il paraîtrait qu'on serait plus capable de repérer une réalité se trouvant plus loin d'elle que tout près. Prenons pour exemple la présence de chasseurs dans cet hôtel infesté de vampires. Ces gens étaient censés avoir une pleine connaissance de cette espèce, en tuant jour après jour. Or, ils étaient incapables de les repérer alors qu'ils se trouvaient seulement à quelques mètres d'eux. Hilarant ! Mais si réel. C'est quand une chose se trouvait sous notre nez qu'on ne la trouvait pas. Dans la forêt, c'était pareil. Elle était si immense que, se trouvant entre deux arbres, on était incapable de l'admirer. C'était en s'en éloignant qu'on voyait les arbres en entier. Olivia qui était venue dans le seul but de chercher des indices, se trouvant au milieu de nul part ne trouvait rien. Et avait peur en plus. Intérieurement peur. Profondément seule, avec seulement une arme à sa portée. Elle savait quelles choses immondes se cachaient en ces lieux, elle les avait suspecté, en savait plus sur les éléments cachés que quiconque, ayant fouiné dans toutes les archives possibles dans le but de savoir ce qu'elle faisait ici, dans cette région. Et elle avait trouvé deux lieux étranges : la forêt, et le cimetière. Sauf que malgré une peur intérieur, la petite fille sommeillant toujours en elle, la chasseuse redoutable n'ayant pas froid aux yeux, possédait un grand atoût : elle était capable de dissimuler tout sentiment. Et donc, elle était anestésiée, pouvant se battre au lieu de paniquer, guidée par sa rage et sa haine envers cette espèce qui, en plus de massacrer des milliers de personnes, avait massacré sa soeur, la seule personne importante dans sa vie. Ses recherches furent donc pour le moment sans résultats, mais elle se trouvait toujours sur ses gardes. Un chasseur devait toujours être sur ses gardes, se faisant la plupart du temps avoir par surprise. Avant qu'elle entende un son qui ne lui était pas étranger, un craquement de branche. Et oui, se trouvant dans les lieux les plus sordides, elle était capable de reconnaître les sons alertant, démontrant la présence d'une créature machiavélique. A l'affut, son arme en main, elle en vérifia la batterie, tapa du pied pour s'affermir dans ses chaussures un peu dures, pas encore assouplies par la chaleur du sang, son air déterminé, elle se prépara à faire feu ! C'était un instant solennel où on attend le premier coup de feu, où le coeur bat un peu, tandis que le doigt un peu nerveux tâte à tout instant les gâchettes. Mais il ne partit par ce coup ! Les réflexes surdimensionnés de la chasseuse évitèrent à Georges de se retrouver en cendres. Baissant le fusil, elle fronça les sourcils.

    Que faisait cet individu à une heure pareille ? Alors que le soleil était tout juste en train de se coucher ? Dans cette forêt, située à quelques pas de l'hôtel, synonyme de malheur et d'horreur. Se voilant la face, ne voyant pas la réalité, elle n'imagina pas une seule seconde qu'il était bien la créature qu'elle croyait apercevoir. Et donc, les questions ne fusèrent pas, Olivia lui trouvant une tonne d'excuses. Peut-être était-il un touriste, peut-être était-il en train de pique niquer tranquillement, artiste, amoureux de la nature. C'était plus son cas à elle qui fut inquiétant. Ne sachant pas comment elle allait faire pour se sortir de cette situation embarrassante, gênante. Elle était face à lui avec une arme qu'on ne voyait pas n'importe où, à cette heure là. Quelle excuse allait-elle donc trouver ? Elle paniqua devant lui, en essayant de noyer le poisson dans l'eau comme elle le pouvait, avec difficulté, plutôt gaffeuse, souriante, hypocrite.

    Oh ! Excusez moi...j'ai cru que...que vous étiez un vamp...heu...une grosse bête ! Un gibier par exemple. Oui un gibier ! Je suis en pleine chasse haha. Et vous ? je peux savoir ce que vous faites ici ??

    Elle reporta son attention sur lui. Après tout, elle n'était pas la seule à devoir quelques explications. Et puis avouons qu'elle s'était assez fait avoir comme cela, il était inutile d'en rajouter, elle ne pouvait pas faire pire. Maintenant, elle misait sur l'indifférence de l'homme. Il ne connaissait certainement pas l'existence des créatures diaboliques, il ne connaissait pas la jeune femme, peut-être avait-il prévu de la laisser tranquille. Surtout qu'une question à cette réservée risquait de s'attirer ses foudres. Quoi qu'indifférent n'était pas vraiment le mot. Il était inutile de rappeler leur première rencontre, où cette brune sauvage l'avait clairement allumé pour ensuite le rejeter sèchement. C'était son état d'esprit en ce moment ? Non, elle était entre l'inquiétude et la neutralité. Il y avait eu chez elle, une distanciation, et elle avait pu digérer ses faits et gestes ainsi que ses sentiments qu'elle avait décidé de mettre dans une petite boîte qu'elle avait mentalement jeté à l'ocean. C'était d'ailleurs aussi dans ce but qu'elle avait décidée de faire ce qu'elle avait prévu de faire en venant dans cet hôtel : son job, de penser à l'extermination des vampires, sa vengeance par rapport à sa soeur, et donc d'éviter de se plonger dans des problèmes beaucoup moins graves qui la préoccupait. Elle n'était pas venue pour retrouver une vie sociale, loin de là. Et il était selon elle temps qu'elle se reprenne en main. Une autre forme de distanciation donc. L'autre forme pas assez présente. Et oui, puisqu'elle était incapable encore une fois de voir qu'elle avait en face d'elle l'indice recherché, Georges !

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Lun 4 Aoû - 18:45


On ne se rencontre qu'en se heurtant
et chacun portant dans ses mains ses entrailles déchirées
accuse l'autre qui ramasse les siennes.


  • Evidemment, il ne fallait pas prendre cette citation de Flaubert au premier degré, a moins qu'il n'était pas humain, ni même vampire, peut être zombie ou a la limite, créature du docteur frankenstein. Avant d'en venir a la rencontre avec la chasseuse, il fallait bien comprendre ce que faisait le big boss de l'hotel Wilshire dans un bois sombre et presque mort a la tombée du jour. Alors, cela était assez simple, il avait quitté son bureau dans l'apres midi, lassé de voir des membres de son staff lui dirent qu'ils avaient entendu parler de la présence de chasseurs. Il savait parfaitement qu'ils étaient dans la place, mais qu'aucuns d'entre eux ne les avaient repéré. Enfin, c'était assez réciproque car de tous les clients, il n'avait pas pu détecté la moindre anomalie dans leur comportement. Dommage. Bref, il s'était rendu en ville et avait été dans le bar ou on pouvait trouver des gens plutot louche et sans moralité imposante. Il avait passé la soirée a séduire une jeune femme qui venait apparament d'arriver en ville du jour même, qui n'avait aucuns amis, ni boulot et encore moins de famille. Si cela n'était pas une invitation directe pour un vampire, il fallait se demander ce qui l'était. Georges s'était enfiler téquila sur téquila avec la jeune femme, mais contrairement a elle il n'en ressentait même pas les effets. Son métabolisme avait bien changé depuis un demi siécle et la présence d'alcool dans son sang ne lui provoquait meme pas la moindre petite euphorie. Heuresement que les vampires pouvaient s'amuser avec les humains qui eux s'amusaient avec l'alcool. Alors ils étaient sortis ensemble de la taverne, lui tenant la jeune femme qui se pendant a son coup. Elle était encore assez sobre pour se dire qu'elle avait envie de lui, et lui avait envie d'elle mais d'une maniére bien différente. Elle lui demanda si il voulait aller chez elle, et Georges malin comme a son habitude, lui dit qu'il devait rentrer a l'hotel, sans avoir préciser sa fonction. Il lui avait glissé a l'oreille qu'il repassait par la foret et bien évidemment, elle lui avait dit qu'ils auraient pu passer un moment tous les deux la bas. La vie était trop facile pour un vampire ici. Alors qu'ils s'enfonçaient dans la foret, ils commencérent a s'embrasser, Georges déposa ses levres dans le coup chaud de la jeune femme, sentant sa veine palpiter d'excitation. Il n'avait même pas l'intention de coucher avec elle, trop pressé par la senteur de son sang qui bouillonait. Il l'embrassa une derniére fois et mordit avec avidité le coup de la jeune femme. Ces morsures vampiriques avaient le bon coté de ne pas faire mal, mais d'être ressenti comme quelque chose de bon, limite orgasmique d'apres une de ses amie du chateau... Occupé a déguster le précieux liquide qui s'écoulait de sa peau tendre et chaude, il prit la jeune femme qui était en train de s'écrouler dans ses bras. Il ne lui laissa meme pas la vie sauve, le sang avait des aromes d'alcool fort appréciable qui le furent encore plus quand elle rendit son dernier souffle. Cela faisait plus de cinq siécle qu'il fesait cela, il n'allait pas se mettre a avoir des remords tout de même?

    Son entreprise lui avait pris vingt minutes, un véritable festin pour le vampire. Il remarqua que le soleil était en train de se coucher et qu'il faudrait qu'il soit de retour au chateau avant la tombée de la nuit sans cela il n'aurait aucune explication plausible si quelqu'un le trouvait dans les bois. Il hata le pas quand presque une dizaine de minutes plus tard, il entendit un coeur qui battait et du sang qui circulait vite. Un humain était dans cette foret, et la seul autre personne présente était un vampire de la pire sorte qui soit, ou presque. Certains vampires faisaient souffrir énormément leurs victimes. Pas lui. Il arriva a la hauteur de la jeune femme, et caché dans la pénombre, il ne put voir ce que la jeune femme tenant entre ses mains. Il sentit le coeur de la jeune femme battre plus rapidement sous le coup de la surprise surement. Elle lui adressa la parole en premier et ce qu'il entendit avant qu'elle ne se reprenne le fit presque sourire. Un vamp... Il aurait tant aimé qu'elle finisse ce mot et qu'il l'attrape la gorge et la morde afin que la chasseuse lui serve de dessert mais il n'en fit rien. La prudence était la premiere des régles a respecter. Mais il avait comprit : La jeune femme qu'il avait dragué dans la piscine n'était autre qu'une chasseuse. Décidément, il avait le chic pour attirer les problemes.

    - Oula, vous êtes plus dangereuse que dans la piscine...

    L'ironie de la situation était franchement énorme et si elle ne pensait pas qu'il était un vampire, il comptait bien continuer a la faire penser comme cela. Il fit bien expres de montrer qu'il regardait vers son arme avec des yeux comme des balles de golf et se recula prudemment d'un pas. Quel belle comédie mais si il fallait jouer cela pour être pris pour un humain des plus banal, il n'hésiterait pas.

    - Bizarre votre arme pour de la chasse... Moi je revenais du village, on m'avait dit qu'un client avait fait du grabuge au bar, et une promenade n'est pas de refus lorsque vous passez votre temps dans un hotel.

    Il s'était invienté bien évidemment une excuse bidon, quelque chose qui n'avait aucun sens dans la mesure ou il aurait pu envoyer quelqu'un d'autre mais cela était suffisant pour convaoncre la chasseuse. Il en avait découvert une, mais ne comptait pas le dire aux autres, apres tout, elle pouvait lui être utile pour en trouver d'autres. De plus, si elle se faisait attaqué en pleine nuit, elle comprendrait vite que c'était sa rencontre de la foret qui l'avait vendu. Oui, Vamp... même sans la fin du mot était assez clair. Pour continuer a prendre sa défense, il se décida a lui dire quec'était lui le directeur de l'hotel. Apres tout, dans la piscine, il n'avait appris que le prénom de la jeune femme, mais elle ne savait rien de lui. Pour le moment.

    - En fait, je suis le directeur de l'hotel.

    Il redescendit son regard sur l'arme que la jeune femme tentait maintenant de tenir le long de son dos. C'en était presque pathétique. Il repensa a la piscine, s'il avait couché avec une chasseuse, et vice versa évidemment, cela aurait été une honte pour le camp mutuel, le destin avait été avec eux apparament. Il plongea son regard dans celui de la chasseuse, s'attendant a une reaction, moins étrange que la derniere fois il l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Mer 6 Aoû - 20:47


    Un peu de sincérité est chose dangereuse ;
    beaucoup de sincérité est absolument fatal.

    La sincérité, cette qualité d'une personne qui exprime ses sentiments réellement éprouvés, qui ne cache pas ses pensées, ses actes. Olivia ne la connaissait que trop bien. Elle savait dire les choses, quelque soit les circonstances. Elle préférait encore la souffrance plutôt qu'un gros mensonge qui serait selon elle une preuve de lâcheté, de faiblesse, contre en plus l'opposition à la force; ne servant qu'à accumuler une certaine forme de culpabilité. Un homme qui tromperait sa femme, qui aurait ce lourd secret de dévoilé, et qui, au final, la perdrait alors qu'il aurait pu être pardonné. Il aurait en clair tout perdu, et gagné cette culpabilité et ce malaise moral l'ayant parcouru le long de cette trahison. Trahison qui insupportait, dégoutait profondément cette passionnée, qui, se donnait à fond dans chaque relation qu'elle possédait, et donc, encore une fois, il était important de le préciser, qui haïssait toute forme de faiblesse. Brave même dans les relations humaines, peut-être grâce à son passé et à son ancien lien avec sa mère, néanmoins, toute aussi faible, prenant la fuite à chaque fois qu'une chose devenait sérieuse et faite de sentiments, son tabou, toujours une grande contradiction qui faisait qu'on ne savait guère qui était la chasseuse. Une femme sincère et passionnée, qui était donc brave dans ses relations humaines, ou la petite trouillarde à moitié faible qui ne savait que partir en courant. Peut-être était-elle les deux au fond. Ou peut-être que seulement l'intérieur comptait, et que donc sa faiblesse ne se manifestant pas si souvent que ça dans ses comportements la définissait mieux. Que des suppositions. Mais intéressons nous à sa sincérité présente en elle. Passionnée, faible ou même forte, cet adjectif la définissait d'une manière continue, cette fois là, aucune contradiction.
    Sauf que la sincérité n'était pas seulement une qualité. Cela pouvait être un petit défaut, si on ne se basait pas sur la morale mais sur les conséquences de ses actes, ne pensant qu'à sa propre personne. Parce que oui, en disant la vérité, on ferait une bonne chose, on serait fort, on se sentirait bien en retour. Cependant, on se prendrait énormément de claques, les conséquences étant bien souvent négatives, moins bon donc qu'aucunes conséquences. Bien que l'acte rempli de moral l'emporte au final. Et Olivia s'en était pris des claques. Aussi bien enfant, adolescente qu'adulte.

    Los Angeles, 2001


    Une journée ordinaire sur Los Angeles, si ce n'était que pour Olivia, elle était décisive, effrayante, marquante. Je ne rappellerai pas que la jeune femme réservée, petite louve sauvage, avait très peu d'amis. Et que lors de ses relations, elle se donnait entièrement. Hé bien c'était le cas avec une jeune fille avec qui elle avait eu un lien similaire à celui avec Jennifer, excepté que ce lien avait vite était rompu. C'était les premiers amours d'adolescence, c'était les premières bétises, plus nombreuses et dramatiques de la part de la jeune fille brune qui se faisait souvent reprendre par les petites blondes semblables à des anges sans histoire. Les ébats étaient pour elle nombreux, mais les sentiments moins. Elle accumulait les aventures d'un soir. Ainsi, bien souvent, plaisant par son physique avantageux et son fort caractère, elle avait plus de touches que ses copines. La situation s'annonçant n'était donc pas rare et exceptionnelle.
    C'était très simple, un garçon, un coeur emballé, et puis une fille pleine de désir séduite. L'amie était l'amoureuse, Olivia la séduite. L'individu célibataire, la brune pulpeuse n'avait pas perdu du temps et était allée à la chasse. Et elle avait gagné le gros lot. Elle savait qu'il n'était pas mentalement libre, mais l'avait fait quand même, l'ayant toujours fait et ne pouvant pas changer ses mauvaises habitudes. Sauf que malgré son défaut qui était son coté volage, elle avait sa qualité, la sincérité. Elle était donc en train d'avouer ses faits et gestes à la jeune fille blonde qui prit mal les choses, un coeur brisé.

    Voilà, Matthew m'a raccompagné et...

    A tel point qu'Olivia n'étant pas à sa première bétise engendra un comportement inattendu, agressif, ce coeur réellement brisé, et se fit cracher à la figure, et dire des choses qui la firent réfléchir.

    Tu me dégoutes !

    Olivia qui n'était pas quelqu'un qui se laissait marcher sur les pieds sur le coup ne dit pas un mot, rien du tout, ne bougeant plus. Pas une gifle, pas une bousculade, juste un désarroi profond et une haine de soit qui se faisait encore une fois sentir. Le garçon était célibataire, mais elle avait trahie l'amie qui en était amoureuse. Elle avait donc mentalement fait quelque chose de mal, avait pensé à elle avant de penser aux autres. Et elle avait su que ce cracha était mérité, elle le concevait, et se contenta d'accepter, la tête baissée, tentant avec énormément de mal de digérer. C'était pire que tout voir son amie dégouté de sa propre personne, mais c'était encore pire de penser à ses actes scandaleux. Elle aurait pu très bien éviter tout cela en n'avouant rien, mais ne l'avait pas fait. Ainsi, une chose était sûre, c'était que ce n'était pas une mauvaise personne. Mais ça, elle ne le perçut pas...

    Fin du Flashback...


    Cette scène aurait pu pousser Olivia à prendre le chemin d'une menteuse professionnelle, pourtant non. Peut-être que le passé ne forgeait pas le futur. Sauf que malgré le fait que la jeune femme avait toute sa vie fuit la trahison et le mensonge, détestant ce genre d'attitude complètement lâche, contraire de la passion, s'engageant à fond dans une relation, elle se donnant pleinement en amitié, ne se donnant pas assez en amour et donc n'ayant jamais eu d'histoire sérieuse qui l'avait conduit à avouer un écart, et quiconque avait ce genre d'attitudes du menteur type se faisait aussitôt exclure de son cercle social, bien que ce cercle n'était pas particulièrement rempli. Malgré cela, aujourd'hui, à l'heure où j'écrivais ce message, elle était en train de mentir. Et sa vie actuelle était en quelque sorte basée sur le mensonge, les secrets. Sa mission étrange ne lui permettant pas de la dévoiler sans risquer de se faire interner, et de courir des risques. Mensonge donc involontaire, mais mensonge tout de même, celle qui préférait la souffrance et le conflit au fait d'être malhonnête se retrouvant là au pied du mur. Et par conséquent, elle était mauvaise menteuse, on pouvait tout de suite lire dans ses yeux qu'elle baratinait, faisant un geste avec lequel elle n'était pas d'accord, se retrouvant perturbée, stressée, refusant mentalement de se montrer faible et traitre. Et Georges d'ailleurs n'avait pas tardé à tout découvrir. Ainsi, elle bafouilla, ne pensant pas spécialement être découverte, comme hypnotisée par le vampire, la distanciation ne fonctionnant pas, ne se doutant pas une seule seconde qu'il avait un lien avec les créatures qu'elle combattait, qu'il était au courant d'un quelconque élément en rapport avec celles ci, mais toujours en conflit avec elle même. Son deuxième réflexe fut d'être fidèle à elle même, employant la technique de la séduction, de l'humour, redevenant Olivia, la femme qui se moquait de tout, qui fonçait.

    Dans la piscine ? Oh je pourrais pas être plus réceptive de toute façon. Quoi que je pourrais mais...oubliez !

    Lui répondit-elle, son coté libéré reprenant le dessus, qui faisait qu'elle osait faire des allusions sexuels, bien qu'elle n'avait pu chassé son malaise en rapport avec des sentiments naissant, et cette incapacité à avoir des aventures d'un soir sans penser à une seule personne. Elle prit donc cela à la rigolade, ayant pu tout de même un peu digéré, parallèlement se moquant profondément des excuses trouvées par Georges qu'elle ne considérait pas comme fausses et inventées, ne se doutant toujours pas...

    Oui on me le dit souvent. Une promenade. Intéressant...

    Le stress était toujours présent, Olivia pas d'accord avec ses actes, mais également angoissée à l'idée qu'on la découvre. Cependant, Georges prenant la parole, la neutralité semblait être revenue. Et la conversation devint assez habituelle, banale, bien que la surprise était au rendez-vous. Car la chasseuse n'aurait jamais pu deviner, chauffant la créature dans la piscine de l'hôtel, qu'il n'était personne d'autre que le gérant. Aurait-elle était moins réceptive ou au contraire plus réceptive ? A vraie dire, elle n'aurait pas pour autant changé de comportement. Ce qu'elle avait à gagner, c'était l'argent du blondinet. Or, elle n'était pas vénale, et se moquait de ses revenus tantôt modestes, tantôt moins, lorsqu'une mission était réalisée avec plus de succès. Il ne l'impressionnait donc pas, et elle avait été habituée à traiter tout le monde de la même façon. Elle était juste légèrement étonnée, celui ci paraissant si jeune, et en fit part à Georges. Car majoritairement, lorsqu'un garçon très jeune était à la tête d'une si grande entreprise, c'était un héritage.

    Le directeur ?! Si je m'attendais à ça !! Une affaire familiale ??

    Et la jeune femme pleine d'humour et de répartie, énergique refit son apparition. L'humour est ce dont elle se servait souvent lorsqu'elle était mal à l'aise, ou lorsqu'elle voulait cacher ses sentiments. Bon il fallait le dire, il faisait aussi partie de sa personnalité. Olivia n'était pas seulement une femme sinistre, c'était quelqu'un qui avait souffert, mais qui pouvait aussi être drôle et sensible. Elle profita donc de la situation pour reprendre ses affaires en main, très ambitieuse et demandeuse, ayant la tchatche en quelque sorte. De plus, ne s'entendant pas du tout avec ses groluches qu'étaient les employés, elle lui en ferait bien part...si seulement elle pouvait savoir qu'elles étaient des vampires. Peut-être que c'était d'ailleurs inconsciemment pour cela qu'elles n'étaient pas les meilleures amies du monde. Qui sait, son instinct de chasseuse était peut-être surdéveloppé. Si on cherchait bien, même adolescente, elle avait été capable de dire que le petit ami de Jennifer n'était très louche. Alors on pouvait ainsi croire au destin. Elle était faite pour cette mission...d'ailleurs, elle n'était douée que dans ce domaine.

    Ca tombe bien il fallait que je vous vois. C'est abusif cette interdiction de fumer devant la cours extérieure. Vous devriez revoir votre personnel aussi. Ah et j'allais oublier...si j'avais une chambre plus confortable...bien que je l'avoue, je passe pas souvent mes nuits dans la mienne. Heu ça aussi c'est à oublier.

    Et, voulant absolument faire cesser cette conversation et donc cet éternel embarra, elle lui dit, subtilement, hypocritement, comme si elle pensait à Georges avant de penser à sa propre personne, chose fausse, elle s'en moquait pas mal. Elle pensait seulement à son envie qu'il s'en aille.

    Je ne vais pas vous retenir plus longtemps, vous avez sûrement pleins de trucs à faire à l'hôtel.

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Jeu 7 Aoû - 16:54

  • Toutes les vérités ne sont pas bonnes a dire...


    Cette phrase avait le mérite d'être vrai, mais pas dans toutes les circonstances. Il y en avaient qui l'exigeaient, d'autres ou c'était plus l'égo ou tout autre forme d'orgueil qui parlait. Prenons parle exemple quelqu'un vous disait qu'il avait réussi professionellement, qu'il gagnait une petite fortune par mois alors que c'était l'abruti que vous ne supportier pas de voir lors de vos années de lycée, vous aviez immédiatement envie de rétorquer que vous étiez devenu votre propre patron avec des employés a vos ordres, histoire de respecté toujours cette hierarchie qui était en vigueur des années plus tot. C'était un mensonge, mais peu importait car vous vous sentiez supérieur et vous ne reverriez pas de sitot la personne en question. Il y avait aussi les mensonges par omissions, ceux la était généralement plus traitres, et il fallait se méfiez de ceux qui les disaient. Il en existait de toute sortes, prenons encore un exemple vous demandiez a un vampire si dans la foret ou vous vouliez aller chasser, il y avait du gibier. Le vampire vous répondait que oui, il y en avait, sans en préciser la nature, sachant en lui que vous seriez son gibier. Une omission pareille vous coutait facilement la vie. Puis il y avait une derniere forme de mensonge qui venait en tête lorsqu'on évoquait les vérités ainsi que leur contraire : Les mensonges que l'on disait sans gravité: Non je ne parle pas des parents racontant a leur enfants qu'il éxistait un pére noel qui leur donnait des cadeau le 25 décembre mais plutot du genre " Chéri tu as réparé la gaziniére? " " Oui... bien sur que je l'ai fait " et deux mois apres on apprenait aux nouvelles qu'une maison avait explosé tuant un couple avec ses deux enfants. Les mensonges avaient été créer par la fénéantise humaine et la peur de se faire reprocher un acte répréensible. Que faisait en général un coupable avant d'avouer, il niait et mentait. Que faisait un vampire pour attirer sa proie? Il séduisait et mentait.

    Alors pourquoi toutes ces vérités n'étaient pas bonnes a dire? Il y avait une différence tout de même visible entre taire une vérité et prononcé un mensonge. Georges s'était présenté comme le propriétaire et directeur de l'hotel, ce qu'il était. C'était il fallait bien l'avouer un boulot qui prenait du temps mais qui rapportait pas mal. Quoi qu'en fait, il n'en avait pas vraiment besoin d'argent, la fortune accumulée avec les siécles n'avait jamais été prise par le gouvernement avec des droits de succession vu qu'elle était toujours entre des mains expertes, autrement dit, les siennes. En toute sincérité, pourquoi un vampire aurait il dit a une chasseuse armée jusqu'au dent qu'il était de cette race si spéciale qu'elle aimait tuer? Cela aurait été un suicide pur et dur et la jeune homme espérait encore vivre jusqu'a fêter son premier millénaire et souffler ses bougies. Enfin, si tenté qu'on soufflerait encore des bougies...

    La capacité de survie d'un vampire allait de paire avec l'autre capacité qui était celle de mentir adroitement sans eveiller les soupçonc autour de vous. Il y en avait bien entendu des tas d'autres, comme ne jamais s'attacher a quelqu'un d'humain par exemple. Il y avait bien évidemment des explications simples pour chaque cas, car si vous vous faisaiez un humain comme ami, au bout de dix ans son visage prenait obligatoirement quelques rides, veillissant peu et peut et s'approchant de la décrépiture alors que celui d'un vampire dégageait toujours la même jeunesse et le même charme. Cela risquait d'attirer les soupsçons non? Au fil des époques, il avait bien fallu trouver des excuses vraisemblable, mais au vingt et uniéme siécle, il pouvait aisément expliquer pendant une quinzaine d'année comment un visage pouvait rester sensiblement sans changements : Le botox était une invention formidable quoi que pour un homme ce n'était pas une des meilleures excuses...


    Flash Back.

    1879, Londres.

    Le londres de la fin du dix neuviéme siécle était en plein dans cette mode de décadence si chére aux francais. Il n'avait pas fallu longtemps pour que cela s'importe en Angleterre, et a vrai dire, le style dandy allait plutot pas mal a Georges. La nuit était fraiche car le printemps venait tout juste de commencer et les saisons n'étaient pas le même que pres de deux siécles plus tard. Il y avait encore des hiver tres rudes et des étés non caniculaires. Minuit n'avait sonné depuis pas bien longtemps et le vampire se savait repéré par un chasseur de la pire sorte : un tenace. Apparament, il n'avait pas apprécié ce qu'un vampire avant fait a sa femme et depuis il s'était lancé contre eux, bref une histoire bien commune. Georges s'était faittrahir par son physique : Plus de quinze ans auparavant, il était a Londres et une femme se rappelait bien de lui, surement un de ses anciennes conquêtes, et elle avait juré que c'était lui qui n'avait absolument pas changé. Pas un trait de veillesse, toujours des reflexes surnaturels et ce coté presque mystique. Un chasseur était présent dans l'audience et le vampire n'eut aucun mal a comprendre qu'il était démasqué.

    Il avait pris la fuite dans les rues mal famées du faubourg londonnien. Le genre de longues rues infestées par des prostituées de bas étages et des coupes gorges qui n'hésitait pas a vous tuer pour quelques malheureuses piéces de monnaie. Il entra dans une église, l'endroit ou un chasseur du dix neuvieme siécle ne penserait jamais a entrer pour trouver une créature de la nuit comme on disait. Tous ces mythes et ces légendes étaient totalement faux, les vampires n'avaient rien contre la religion, bien que la quasi totalité n'y croyait plus depuis bien longtemps. S'il y avait un dieu qui faisait la justice sur terre, pourquoi certain pouvaient ils vivrent éternellement en tuant des gens?

    Le prête vint a sa rencontre. Malgré les années qui avaient passées il se souvenait parfaitement de l'air qu'il avait, étrangement calme pour quelqu'un qu'on venait de reveiller a travers la nuit. En un claquement de doigts, il se retrouvait derriere lui, et la minute suivante, il avait pris sa vie. Les hommes d'église navaient pas un gout plus savoureux mais contrairement a son habitude, il débarassa le cadavre de la nef de l'église et attendit patiemment que le chasseur retrouve sa trace. En une demie heure, il était devant le vampire qui avait revetu la soutane du pére décédé. Il lui souria ironiquement :

    - C'est la fin pour l'un d'entre nous...

    Le chasseur pensait réellement qu'il allait avoir un vampire qui avait deja plus de trois cent ans aussi facilement, mais non. Le suceur de sang avait eu le temps d'aller reveiller un peu de monde de maniére a ce qu'une fois le chasseur amené devant l'autel ou reposait le cadavre, il put attirer du monde en criant :

    - Au secours! Il a tué le pére! C'est un vampire! Brulez le!

    Parfaitement crédible dans son role, des gens arrivérent et se saisirent du chasseur. Finalement, c'était lui le chassé, et il avait péri par le même moyen qu'il reservait aux vampires. D'apres ses cris, cela devait êtr franchement douloureux, mais pendant toute la durée du brasier, Georges avait eu un grand sourire jusqu'a entendre le coeur du chasseur cessé de battre. Le lendemain matin, il prenait un bateau pour Paris.

    Fin du Flash Back.



    Alors la jeune chasseuse savait qu'elle ne devait rien révéler de ses activité et le vampires savait que cela allait être fun d'admirer les efforts qu'elle allait faire pour s'extirper de cette situation. Olivia, oui oui il connaissait son prénom a présent, lui recommanda d'oublier l'épisode de la piscine. A vrai dire, il ne l'oublierait pas de sitot pour se rappeler que s'ils avaient été plus loin, il aurait couché avec une chasseuse, chose qui aurait été aussi honteuse pour lui que pour elle. D'un autre coté, ça aurait été une premiere fois car en général, il fuyait ou tuait les chasseurs et chasseuses qu'il croisait. Pour une certaine Jillian, il aurait mieux fait de la tuer plutot que de la fuir mais on ne changeait pas le passé.

    L'allusion fit en tout cas sourire le jeune homme mais n'y répondit pas. Cela n'aurait pas servit a grand chose de toute maniére. A l'instant présent, il focalisait son esprit sur le fait qu'il ne fallait absolument rien dire qui aurait pu faire comprendre a Olivia que le gibier qu'elle chassait dans cette foret, c'était lui. Elle se focalisait sur le fait qu'elle ne devrait plutot rien évéler non plus, mais si elle pensait qu'il était un humain, elle pourrait tout aussi penser qu'il ne comprendrait rien a son attirail de chasse. Laissons le quiproquos pour le moment.

    - Familiale? Oui en quelques sortes...

    Non bien évidemment, il n'avait jamais hériter ce chateau de son grand oncle Dracula. Celui ci n'existait pas, et pour autant que Georges se souvienne, il n'avait pas de Grand Oncle. Le vampire le plus connu au monde n'était qu'une divagation d'un alcoolique irlandais qui rapportait une fortune chaque année a ses héritiers. La transylvanie n'était pas un endroit plus prisé que Paris ou Londres pour les vampires, et bien au contraire. C'était plus facile dans les grandes villes de faire des victimes car elle apparaissait moins facilement aux yeux des gens. Alors pourquoi affaire familiale? Parce que le saff composé uniquement de vampires était en quelques sortes un genre de clan ou même de famille. Ils n'avaient qu'eux et se faisaient confiance un peu comme un genre de mafia. Peut être cela est il dur a comprendre mais il avait leurs histoires, leurs codes, et leur comptes de problémes ou de joies comme dans toutes les familles.

    La jeune femme commença a se plaindre de l'interdiction de fumer, de son staff adoré et du confort des chambres. Ok en tant que bon direteur d'hotel, je suppose qu'il devait bien y faire face, mais au crépuscule et dans une foret, ce n'était pas le genre de choses auxquelles il s'attendait. Il se passa une main sur la nuque et souria faiblement a la jeune femme. Jue le jeu Georges, joue le jeu. Il se disait cela pour éviter de penser aux flammesle brulant s'il ne se comportait pas comme sa fonction lui indiquait. Il réfléchit a sa réponse et répondit a la chasseuse. Joue le jeu Georges, joue le jeu.

    - A vrai dire, ce n'est pas moi qui fixe les interdictions, c'est la loi, mais si vous fumez, je pense que personne ne vous dira rien tant que vous ne mettez pas le feu a l'hotel.

    Il marqua une courte pose et reprit concernant son staff. Peut être le fait qu'il était uniquement composé de personel féminin lui posait probleme, mais il ne restait pas énormément de vampires homme dans le monde. Enfin pour Georges, cela ne le dérengeait pas le moins du monde.

    - Qu'avez vous contre mon personnel? Ils veillent a vos moindres désirs et sont toujours la en cas de besoin non?

    Il prit le petit air renfrogné du directeur d'hotel qui n'aimait pas qu'on critique son établissement, avant de sourire. Il s'en fichait éperdumment et savait que son staff préférait largement les hommes se rendant seul ici, comme ca ils avaient de petits rendez vous gastronomique la nuit...

    - Concernant votre chambre, je verrais ce que je peux faire en rentrant, mais je ne vous conseille pas trop de rester dans ce bois, d'apres ce qu'on m'a dit, le gibier est ... féroce.

    Il s'amusait clairement faire des jeu de mots complétement grotesque. Féroce, c'était le moins que l'on puisse dire concernant les vampires et il ne pouvait pas assurer la jeune femme qu'elle n'aurait aucun ennuis car la nuit commençait a tomber. De plus, il ne voulait pas voir la jeune femme s'enfoncer plus dans le bois car a environ cinq cent métres, elle tomberait surement sur la victime de Georges et la, il en serait fini de sa couverture.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Lun 11 Aoû - 0:01



    "Si le feu brûlait ma maison, qu'emporterais-je ?
    J'aimerais emporter le feu..."


    Le feu est un phénomène consistant en un dégagement de chaleur et de lumière produit par la combustion vive d'un corps. Il fait en quelque sorte partie de la nature, de notre quotidien. Or, pour beaucoup de gens, il est beaucoup plus que cela. Il est symbolique. Il représente un caractère dangereux. Le feu, ça brûle, ça fait du mal, ça fait souffrir. Il y a certains qui s'en éloignent, synonymes de prudence, et puis, il y a ceux qui jouent avec, synonymes d'imprudence. Olivia vous l'aurez deviné faisait partie de ces personnes qui jouaient avec, qui menaient une vie à risques. Se brûler ne lui faisait pas peur, en aucun cas. Risquer de passer une nuit en prison après un vol à l'étalage n'était pas un soucis, tout comme risquer de pénétrer dans le couloir de la mort après confrontation avec une créature. Elle aimait le feu, et le feu semblait l'aimait également, puisque jusque là, elle s'en était plutôt bien sortie. Elle s'était salie à plusieurs reprises, avait commis des actes impardonnables et n'était pas toujours capable de se regarder dans une glace, mais elle était en vie. Et en pleine forme. On pouvait aussi constater que le feu l'aimait, puisque le feu l'incarnait. Ses yeux couleurs charbons, son regard de braise, avaient souvent la force d'anéantir n'importe quel individu, n'importe quelle créature. Parce que le feu était mauvais, et Olivia semblait mauvaise. Ses répliques mordantes, son agressivité tantôt verbale, tantôt physique, son éternelle élégance et sa réserve de chat en liberté possédant des griffes comme première arme impressionnaient tout le monde, effrayaient tout le monde. Et on disait d'elle qu'elle avait du feu dans les yeux. Simple apparence, vérité ? Telle était la question. D'un air à la fois amusé et mystérieux, d'une femme dont on ignorait la valeur morale, elle répondit au jeune homme, entrant dans son jeu, se faisant mener en bateau sans le percevoir, ou alors ne voulant pas le percevoir. Qui sait, peut-être que malgré ces apparences trompeuses, la jeune femme n'appréciait pas la violence. Peut-être en avait-elle assez. Ainsi, fatiguée, elle se mentait à elle même pour cette raison. Ou peut-être qu'il n'en était rien, et que c'était seulement son inconscience qui lui jouait des tours, ou même les pouvoirs mentaux du vampire qui faisaient effet, celle ci plus ou moins sous son emprise au fond, comme hypnotisée, la vérité étant là, mais impossible à saisir. Cela aurait été beaucoup trop simple après tout.

    Attention quand on parle de moi on dit souvent que j'ai du feu dans les yeux...vous feriez bien de vous méfier.

    Répondit-elle, faisant de véritables jeux de mots face à Georges sans s'en douter une seule seconde. Et c'est là qu'on pouvait observer que le feu n'était pas si mauvais. Que cette chasseuse n'était pas si mauvaise. Car malgré certains dégâts, malgré certaines apparences, il sauvait autant de vies qu'il en détruisait. Le feu étant la seule arme capable d'exterminer un vampire. Ainsi, cette phrase prononcée pouvait sonner comme menaçante face à la créature. Olivia semblait comme au courant de son essence, et pourtant...non...réelle coïncidence. Son sourire provocateur installa une atmosphère plutôt pensante, inspirant une forme de confrontation. Comme si elle avait fait exprès de dire une telle chose pour dire à Georges : tu es subtile, mais je sais tout, ignorant que la seule fonction de cette réplique avait été de le provoquer mais au niveau plutôt de la séduction, la jeune femme ayant son humour à elle très charmeur. Remplie aussi de confusion, car le vampire ne pouvait être sûr de la sûreté d'Olivia, de ce qu'il en était. Et ne pas savoir était pire que tout dans tout ça, vraiment frustrant. Toujours dans le même état d'esprit de diablesse amusée et provocatrice, elle lui répondit une nouvelle fois avec un sourire un peu dragueur en coin, se passant la main dans les cheveux avant de le regarder intensément. Non pas qu'elle voulait quoi que ce soit avec lui, ses sentiments n'avaient guère changés depuis la dernière fois et tout rapport avec un homme autre qu'un certain chasseur l'étouffait, celle ci à la fois tourmentée et désorientée, ne sachant pas ce qu'elle voulait mais ne pouvant se résoudre à se jeter sur le premier venu, mais plutôt parce que cela faisait partie de sa personnalité, elle était charmeuse, elle était drôle, elle était énergique. Elle avait encore un lourd secret à cacher mais la conversation les ayant amené à parler d'autre chose, elle n'était plus stressée, angoissée par une possible découverte. Après tout, comment un jeune homme lui paraissant ordinaire devinerait que les vampires existeraient et qu'elle les chassait ?

    Disons qu'ils sont un peu trop hystériques et coincés à mon goût !

    La sincérité reprit le dessus, et la brune pulpeuse qui n'avait jamais peur d'aller de l'avant, de dire ce qu'elle pensait, se moquant des conséquences et des futures vexations s'était lâchée. Plutôt ouverte en général, libérée, bien que petit à petit, on découvrait que c'était sa carapace, il allait de soit que les gens remplis de mépris, d'hypocrisie, ne sachant pas se lâcher de temps en temps l'horrifier. Elle avait tant entendu de reproches et de paroles blessantes à son égard que les personnes contraires à elle ne lui plaisaient pas spécialement. Alors qu'elle avait prétendu s'en moquer ? Etonnant ! Encore une chose qu'il ne fallait pas entièrement croire. Elle évoquait donc son désagrément par rapport au personnel, bien qu'au fond, elle s'en moquait complètement, ayant trouvé ce prétexte pour placer une de ses répliques mordantes. Parce que oui, les femmes telles que Faith et October, prenant leurs grands airs et s'occupant d'elle et de ses affaires l'énervaient au plus haut point, celle ci étant profondément solitaire et ne souhaitant recevoir aucun ordre de personne, se faire dicter sa conduite, mais au final, elle les envoyait promener et n'y penser plus. Elle n'allait pas faire sa vie avec. Ne se doutant toujours de rien, même si les paroles de Georges étaient quelque peu suspicieuses, elle commença à se préparer pour prendre la route, se tenant bien droite, prête à marcher, faisant signe au vampire de la suivre, quelle ironie. Elle ne pourrait probablement pas continuer à suivre la route qu'elle s'était fixé sans faisant planer un doute chez cet homme ordinaire, ou plutôt inordinaire.

    Féroce ! Dans ce cas là...je vous raccompagne jusqu'à l'hôtel ?? Je ne voudrais pas qu'il vous arrive quelque chose...depuis quand c'est les hommes qui protègent les femmes ? Les temps ont changé.

    Répliqua t-elle, toujours aussi charmeuse et dynamique. Envisageant de protéger un être qu'elle pensait comme innocent des horreurs qui se déroulaient dans la nuit. Ne songeant pas que c'était lui qui provoquait les horreurs. Le feu n'étant alors vraiment pas mauvais...

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Dim 28 Sep - 22:14

  • L'ironie d'une situation peut échapper a quelqu'un qui ne se rend pas compte de ce qu'il est en train de vivre. C'était excatement ce qui était en train de se passer pour les deux protagonistes. Enfin tout du moins pour Olivia. Elle qui devait être une chasseuse redoutable ne se doutait pas le moins du monde qu'en face d'elle, elle avait un vampire de la même espéce qu'elle aimait tant a chasser. Son attitude professionelle se voyait parfaitement dans ses gestes, ceux par lesquels elle essayait de cacher le fait qu'elle était en possession de matériel qui ne pouvait que tres difficilement être explicable. Pour un humain, tombé sur quelqu'un avec des armes si spéciales ne pouvait être que suspect. Pour un vampire, c'était tout autre, c'était dangereux quoi que son orgeuil le poussait a se dire que dans un duel avec sa rencontre forestiére il aurait le dessus. Orgueil et masculin et vampirique...

    La réplique qu'il venait de faire a propos du feu dans l'hotel était sortie toute seule, sans même qu'il s'en rende compte, montrant a quel point il ne faisait pas attention a ce qu'il disait et se reprit mentalement en se disant d'être plus prudent. Souvent, c'était les moindes petits mots ou attitudes qui vous trahissaient. A présent, Georges espérait qu'elle ne releverait rien. Ce ne fut visiblement pas le cas, mais il n'y avait pas de quoi relacher l'attention. Il se devait de réagir comme tout être humain, comme n'importe qui tombant sur quelqu'un lourdement armé dans une foret noire a la tombée de la nuit. Mais le plus important était qu'il ne devait pas laissé partir la chasseuse dans la direction d'ou il venait. De qui ou de quoi aurait il l'air si Olivia tombait, litteralement parlant, sur sa victime?

    De ce qu'il était réellement, un vampire assoifé de sang et de tranquilité dans la Transylvanie ou il était venu s'installer pour assuré ses deux soifs.

    - Du feu? Rien que cela? Je n'avais jamais entendu cette expression...

    Pourquoi quitté ce petit jeu de séduction? Cela faisait partie de lui, et depuis longtemps. Les années lui avaient accordé le bénéfice d'avoir en lui une confiance en soi presque totale. Il était relativement rare de rencontré quelqu'un de vingt quatre ans avec sa confiance, son assurance et son orgeuil, mais cela n'était qu'une apparence physique ces vingt quatre ans. En lui, il avait l'expérience de plus de cinq siécle passés. Il aurait pu dire cinq siécle et demis mais il ne considérait pas vraiment son existence humaine comme une vie, mais une survie. Les conditions de l'époque étaient affreuse au point que mené la vie d'une famille aujourd'hui relevait de la vie de la bourgeoisie. Il n'était pas malheureux d'avoir vu tout ces changements, mais le probleme était qu'ils avaient aussi eu un effet sur lui. Il avait été trop sur de lui a une époque, et s'était fait prendre par Jillian et n'avait presque pas hésité avant de li donné Ambre. A présent, il regrettait, enfin éprouvait un sentiment de remords tres curieux pour un vampire. Mais égal a lui même, il était tres probable qu'il ne le montre jamais a personne, il était le chef des vampires, pourquoi passé pour un faible alors qu'il n'avait commis qu'une bétise que personne ne savait? Dont tout le monde ignorait l'existence?

    Il ne fallait pas se montrer faible car les vampires parmi eux étaient aussi féroce. Evidemment, il y avait une certaine solidarité mais quand on apprenait que l'un d'entre eux avaient fait du mal a un autre de leur espéce, cela se passait aussi mal pour lui qu'une rencontre avec un chasseur. Le feu, les flammes et le bucher, toutes les conséquences d'un seul actes, les lois étaient dures et il était primordial de ce fait que le petit secret entre Ambre et Georges le reste. De plus, il connaissait certains vampires qui apprécieraient particuliérement le fait de pouvoir enfin prendre sa place. Même une qui était sa maitresse, c'était pour dire a quel point la confiance pouvait être précaire quand il s'agissait de pouvoir.

    Les sentiments ne devaient jamais intervenir dans l'argent, le travail et le business. Il savait bien qu'en couchant avec Léo et Cherryl, il finirait par créé une mini guerre entre ces deux femmes la, mais temps que cela ne scindait pas l'hotel en deux clan, cela pouvait aller. D'ailleurs, elles se haissaient deja, mais il ne pouvait rien y faire, et sourtout ne voulait rien changer. Ce qui pourrait bien tout bouleversé était le fait que Ambre pourrait bien réapparaitre a l'hotel qi Jillian ne l'avait pas tué comme il se l'était laissé dire. Cela fairait surement tout basculé a moins qu'il soit assez fin stratége pour éviter une guerre entre deux clans. Pour cela, il n'avait encore aucune idée, c'était assez compliqué a concevoir que Ambre soit dans la nature avec l'envie de revoir Georges et de retrouver leur relation passée. Il s'imaginait plus a quel point elle devait le hait mais a présent, le passé était derriére et le mal était fait.

    - Hystérique et coincé? Hum j'ai un gros doute sur cela mais bon, si vous le dites ^^

    Il revoyait certaines images de partie de jambes en l'air avec Cherryl et Léonore de ce fait, il avait un peu de mal a voir en elle le caractére coincées dont parlait Olivia, mais c'était distrayant au moins. Quand a L'hystérie, Georges ne voyait pas trop de quoi la chasseuse voulait parler. En tout cas, pour lui dire cela, il voyait bien que la jeune femme avait complétement adhéré a son role de directeur de l'hotel et ne soupçonnait pas du tout qu'il était un vampire de la pire espéce : Limite cruel, affamé de sang et tres intelligent. Etait il le plus vieux? De l'hotel, oui sans aucun doute mais de son espéce, il ne savait pas. Peut être. Apres cinq siécle sans avoir été tué, on pouvait clairement le considéré comme quelqu'un de doué et qui a assez d'expérience pour avoir la place de chef, mais en dehors de cela, il pensait toujours qu'il y avait plus vieux que lui et de vivant sur cette bonne vieille terre. Sans cela, imaginer l'égo que cela peut provoquer...

    - Les temps ont changé, c'est incontestable mais je pense que je connais mieux ce chemin, depuis le temps que je l'emprunte...

    Les temps ont changé, il pouvait clairement le dire, il les avai vu changé, avait assisté a plusieurs révolution, des régimes politiques différents, des progres industriels et techniques, des salons puis fêtes particuliéres, avait connu des genres littéraires et des écoles entiéres, avait vu la mode évolué, il était un témoin de tout ce qui c'était passé en cinq cent ans. Il ne l'avait pas dit d'un ton plus reveur ou soucieux que cela, ne laissant pas a sa nouvelle amie le temps de se dire que si il disait cela, c'était qu'il avait vécu, même si quelques chose était passé dans son regard bleu azur, surement un fantome du passé...
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Sam 4 Oct - 23:52

    Olivia n'était pas d'une nature très naïve. La plupart du temps, elle avait une si grande goule qu'elle fonçait même tout droit sur les personnes n'ayant pas pour but de lui nuire. Eternellement méfiante. Oh elle n'était pas sans arrêt loin de la vérité, puisqu'elle était également réputée pour être très instinctive. Elle percevait lorsque les hommes avec qui elle passait la nuit étaient mariés. Elle avait perçu le fait que l'homme avec lequel Jennifer entretenait une relation n'était pas net, avait quelque chose de spécial, était un vampire. Cela l'avait d'ailleurs conduit à se brouiller avec elle. Mais étrangement, elle était incapable de percevoir que l'hôtel dans lequel elle demeurait était infesté par ces créatures. Que l'individu avec qui elle avait failli avoir une aventure d'un soir dans la piscine publique en pleine nuit, avec lequel elle était en train de parlait était diabolique et venait de commettre un crime des plus atroce. Quelle ironie, quelle humiliation !! Incompréhensible...c'était comme si la jeune femme était ensorcelée, elle avait la vérité sous son nez et était impuissante face à elle, incapable de la déchiffrer. Elle avait comme tout refoulé dans son esprit. Georges et ses alliés avaient un pouvoir extraordinaire sur ces chasseurs pourtant réputés. Possédant comme atout un entrainement physique intensif et un passé affreux qui avait pour avantage une énorme motivation. Ceux là décidés à oublier leurs maux intérieurs tuaient pour sauver la population, bon et aussi pour se venger d'un ancien crime commis ayant pour conséquence la perte de la vie d'un être cher. Olivia était donc toujours face au démon lorsqu'il lui lança une réplique qui eu une réaction qui semblait toujours aussi absurde, la chasseuse ne s'apercevant même pas de ses sous entendus qui pouvaient encore une fois inquiéter Georges.

    Jamais entendu cette expression ?? Vous venez de la vieille époque ou quoi ??

    Et elle continua sa lancée au fond pleine d'imprudence, faisant maintenant allusion au personnel de l'hôtel avec qui elle n'avait pas une grande affinité. Si elle savait à quel point ces demoiselles n'étaient pas coincées...si elle savait qu'elles faisaient en fait partie de sa liste des parasites habituels. Le mot parasite, désignant un organisme animal ou végétal qui, pendant une partie ou la totalité de son existence, se nourrit de substances produites par un autre être vivant sur lequel ou dans les tissus duquel il vit, lui causant un dommage, était bien employé c'était le cas de le dire. Puis ayant pour objectif ensuite de se concentrer sur le caractère mystérieux de cette forêt. Un jeune homme seul dans un tel endroit, ça n'annonçait rien de bon. Un lieu naturel brillant par son coté "vide" et sauvage. Bon de plus, la légende en disait long. Et Olivia n'était pas là par hasard, on lui avait annoncé la présence de faits étranges et foudroyants. Chose étonnante, car du coup, avec cette réputation, personne n'avait le courage de trainer par ici. Et pourtant...et pourtant Georges le faisait très bien. Elle lui en fit donc la remarque, sans arrières pensées pourtant, sur le coup plutôt naïve et ensorcelée.

    Vous inquiétez pas de toute façon les parasites je m'en débarrasse très rapidement ! Un habitué de ce genre de lieux...Vous êtes bien imprudent, cette forêt est réputée pour être particulièrement énigmatique et dangereuse. Bon...je vous suis...

    La chasseuse reprit donc la route aux cotés de la créature, se montrant à première vue plutôt ailleurs et silencieuse, déjà mal à l'aise par rapport à une certaine nuit dernière, n'ayant pas pour habitude de passer du temps avec ses conquêtes ou même non conquête pour cette fois là. Excepté avec Aaron...là était d'ailleurs toute son inattention encore une fois, celui ci occupant secrètement ses pensées quotidiennes. Pensées habituelles qu'il n'était pas nécessaire d'évoquer, Olivia paraissant différente des autres jeunes femmes, mais ne l'étant peut-être pas tant que ça. Quand le coeur s'emballe...Il n'y avait rien d'embêtant là dedans, ceci lui permettait quelque part de penser à autre chose qu'à ses problèmes, bien que le non positif était qu'elle était trop transportée ces temps ci pour bien se concentrer sur sa mission. Et alors que Georges avait au raison de laisser ses craintes de vampire calculateur derrière lui, la Olivia pleine d'entrain revint à la charge, troubler ce moment de soulagement en changeant brutalement d'avis. Elle avait généralement un bon sens de l'orientation, de nature indépendante, ayant appris à se débrouiller elle même, et Georges avait l'air de prendre une direction opposée. Désirs mesquins ou direction secrète...elle s'arrêta net en pleine marche et le regarda en fronçant les sourcils, comme si elle se doutait de quelque chose. Or, il allait de soit qu'il n'en était rien.

    Hum...on aurait pas du passer par là si on voulait sortir de ce coin paumé ?

    Elle reporta ensuite son regard sur l'endroit que Georges voulait éviter en lui faisant un signe de main...

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Dim 5 Oct - 22:18

  • Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas… Le problème dans cette chanson était qu’a présent, les loups n’infestaient plus les forêts comme dans les temps reculés comme le dix huitième siècles. A cette époque la crainte des loups affamés enragés était surement fondée, mais de nos jours, cela sonnait plutôt fou et faux. Ce qui trainait dans les forêts était toujours un genre de prédateur, sauf qu’il était tantôt de genre humain, ou de genre vampirique. Le premier était bien plus courant que le deuxième. Combien de fois aux informations était signalé qu’un cadavre avait été retrouvé dans un sous bois ou qu’une jeune femme s’était faite violée dans un bois sombre ? Avant de prendre les vampires comme signe absolu du mal, il fallait bien veillé à savoir s’il n’y avait pas pire qu’eux. Les créatures de la nuit, appelées comme cela car les historiens et autres conteurs croyaient que les vampires avaient peur du jour, étaient non seulement beaucoup plus rare et plus difficile a tuer. Il n’y en avait plus beaucoup, grâce aux chasseurs qui avaient plutôt bien fait leur boulot durant les siècles précédents. Au début de l’existence de Georges, les vampires pullulaient, ne prenant aucunes précautions pour se cacher de ceux qui ne voulaient rien d’autre que leur mort. Les temps étaient différents, les peurs plus mystiques que réelles. Aujourd’hui la science expliquait toutes les anciennes craintes mais les vampires étaient toujours la. En petit nombre mais toujours présent. Ils devaient leur survie a quelques uns d’entre eux, ayant été assez intelligent pour comprendre que se terrer pendant quelques dizaine d’années et ne pas boire de sang humain était la clé pour passer du climat de guerre a l’accalmie. Ils avaient bien compris que contrairement a eux, les chasseurs n’étaient que de simples mortels plutôt malins, au bout de soixante ans, ils rendaient l’âme et ne trouvaient pas de successeurs faute de vampires à exterminer.

    Mais a présent, il y avait a peu prés autant de vampires que de chasseurs. Pourquoi ces derniers étaient ils redevenus aussi nombreux ? Car les vampires avaient tués pas mal de monde en ne prenant pas la précaution d’exécuter les proches ou alors de cacher les corps de manière a ce qu’il ne soit absolument jamais redécouvert. Cela semblait tout bête mais dans la précipitation et surtout le bonheur d’avoir bu le sang d’un humain jusqu'à l’arrêt de son corps, un vampire pouvait quelque fois perdre son coté malin, jusqu’au moment ou il avait de nouveau envie de boire de ce même sang ou alors qu’il tombait sur un chasseur. Commencer a boire du sang était surement la chose la plus douce pour la renaissance d’un homme dans la condition de vampire. Il fallait ôter la vie de quelqu’un, entendre son cœur battant la chamade pendant la minute précédente au moment où celui-ci s’arrêterait de battre a jamais. Même si ce coté gore de film actuel était nécessaire à un vampire pour s’assurer une existence éternelle, il pouvait évidemment se nourrir uniquement d’animaux, ou encore boire du sang mais s’arrêter avant la mort de la victime. Mais dans ces deux techniques, il y avait deux cotés du tempérament des vampires qui n’étaient pas vraiment prises en compte, la première était que les animaux étaient bien inférieurs aux humains, et les humains aux vampires, alors ces derniers n’appréciaient pas vraiment cela et c’était compréhensible. Ensuite, un suceur de sang, encore une fois selon l’expression, était dans les légendes, cruel, et dans la vie, aussi. Pour une fois que les mythes avaient raison. Laissez la vie a quelqu’un, même si aujourd’hui il existait des drogues qui permettait d’oublier, était presque inconcevable tant cela faisait ressortir la pitié humaine que tout vampire voulait exterminer en lui.

    Georges pouvait être la pure incarnation de ces caractères. Depuis le temps qu’il trainait sur cette terre, il pouvait vraiment dire qu’il maitrisait ce qui était vampirique. Le boss de l’hôtel s’était pendant longtemps documenté sur ses semblables, durant le temps ou il se croyait seul quand tous ses anciens « amis » avaient été exterminés. Curieusement, il semblait que les humains étaient attirés par les vampires. Les histoires qu’ils racontaient avaient toute un point commun, une sorte de charme magnétique de ceux de l’espèce de Georges vis-à-vis des personnes plus normales. Quand on voyait le patron du Wildshire Castle et son staff, on comprenait bien pourquoi. Dans leurs yeux se lisait quelque chose de spécial dont on n’aurait pu clairement identifier l’origine. Peut être était ce l’effet du temps qui passait et de leurs nombreux souvenirs de temps immémoriaux ? Leur peau aussi blanche que le nacre ou encore le fait qu’ils avaient une classe supérieure en tout circonstance ? Un mélange de leur tout qui séduisait apparemment. Georges l’avait bien des fois remarqué au cours de sa vie, se retrouvant avec une femme des plus séduisantes à chaque fois qu’il le souhaitait. Etre piégé dans une jeunesse éternelle n’avait vraiment rien de mauvais.
    Face a la remarque de la jeune femme, Georges lui lança un regard désapprobateur et soupira :

    -Ce n’est qu’une expression…

    Il était bien plus âgé qu’elle mais le jour ou elle l’apprendrait, elle le tuerait, de ce fait il ne comptait rien lui indiquer. Et puis c’était mal élevé de demander son âge a quelqu’un non ? Ce qui était légérement surprenant chez les chasseurs était le fait qu’ils ne prenaient jamais vraiment le temps de bavarder avec les vampires avant de les tuer. A la rigueur, ils les torturaient, mais ne discutaient pas avec, préférant de loin leur envoyé piques verbales et matérielles. De quoi avaient ils peur ? De devenir jaloux de leur existence sans fin ? De voir les avantages de leur race ? De se rendre compte qu’ils n’étaient pas tous aussi méchants qu’ils le parraissaient ? Olivia était elle ce genre de chasseresse ou avait elle un genre bien a elle ? Meme si Georges se posait ces questions, il espérait ne jamais avoir la réponse. Il se considérait bien plus malin que cela, et avait une confiance en soi qui pourrait bien lui être fatale tot ou tard malheursement.

    - L'énigme n'est peut être pas dans la foret meme, mais plutot dans ce qu'on dit qui y habite...

    Les deux jeunes gens, enfin jeunes physiquement pour l’un des deux, prirent la route pour rentrer au château. L’espace d’une seconde, Georges pensa au fait que si il y avait une chasseresse dans son hotel, cela voulait certainement signifier que ses craintes étaient justifiée. Il ne se voyait que tres mal finir sa vie dans un feu de braise qui se transformerait en feu de joie pour les chasseurs. Les flammes emportant le château dans son intégralité, tuant de ce fait tous ses congénéres. Il ne pouvait meme pas imaginer de voir sa race s’éteindre de cette maniére alors il se dit que perdre Olivia entre guillemets dans la foret n’était pas une si mauvaise idée apres tout. Au lieu de tourner, il continua vers le centre de la foret, mais pas dans le sens ou il avait laissé sa victime vide de sang. Malheuresement pour lui, la jeune femme semblait s’y connaitre. Il était relativement rare de voir quelqu’un se repérer dans ces bois si dense que chaque année, on déclarait bon nombre de disparition. Evidemment dans celles-ci il fallait faire la part des choses avec les victimes de nos amis vampires, n éammoins, il y en avait tout de meme pas mal. Il sentit le sang bouillonnt d’Olivia tourner plus vite dans ses veines alors qu’elle lui indiquait son erreur. Georges n’avait pas d’autres choix que de jouer la carte de l’oubli face a la jeune femme. Il s’occuperait d’elle une autre fois, si elle résidait dans son hotel, cela n’aurait rien de difficile.

    - Probablement, le jour tombe et j’ai du confondre le coin…

    Il se passa un main sur la nuque, la massant légérement et fit un sourire géné a la prédatrice. L’erreur était humaine, et lui n’était pas humain. Il s’engagea sur un sentier qui n’était pas vraiment le plus court pour rentré au château et avait la particularité d’être relativement écarté du parc de l’hotel. La nuit étai bien installée, des bruits de branches craquaient dans la pénombre mais tout ce sur quoi le vampire était concentrée était la senteur du sang de la chasseuse qui avait du s’écorchée avec une branche. Faisant une pose face au clair de lune qui éclairait a travers les feuilles des arbres bien fourni la parcelle de peau sur son coup ou elle était blessée.

    - Vous êtes blessée ?
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   Ven 17 Oct - 23:50

    La vie d'immortel. On aurait pu croire que celle ci n'était pas totalement floue aux yeux d'une chasseuse, ayant pour première fonction d'éliminer ces créatures sans humanité que ça soit du coté du physiologique voire même du psychologique. Pourtant, ce fait était totalement incorrect. D'abord, il fallait savoir qu'Olivia ne s'était jamais intéressé à la culture, que ça soit au niveau scolaire ou même au niveau du quotidien. Les romans à l'eau de rose à la Shakespeare avaient le don de l'endormir, il en était de même pour un bon trailer, malgré sa faim d'action. Quelle était la cause de cette passivité ? La jeune femme était justement trop active, préférant la réalité à la fonction. Les romans à l'eau de rose ne la passionnaient pas parce qu'elle préférait le vivre pour de vrai, intérieurement enflammée, ayant au fond toujours rêvé au prince charmant. Bien qu'émue secrètement par certains passages qu'elle parvenait à lire. Ceci elle ne l'avouerait pas. Bien que barbée avec trois pages supplémentaires. De plus, pour ainsi dire, elle préférait privilégier la pratique à la théorie. Ne pas lire le roman d'aventure mais vivre cette aventure. Ne pas être spectatrice et voir Clark Kent zigouiller Lex Luthor mais le zigouiller elle même. D'un coté, le manque d'assiduité de la chasseuse n'était donc pas condamnable mais valorisant. Puisque peu de personnes possédaient de telles ambitions, un tel courage, un caractère de fonceuse qui traçait son chemin sans se poser de questions. Bien que cette qualité commençait à partir en fumée à cause ou même grâce à un certain jeune homme.

    Olivia n'avait donc pas passé sa misérable existence dans les livres ou dans le domaine de la connaissance. En tant que chasseuse, elle avait cependant eu le devoir de recevoir un apprentissage intensif à propos de cette race. Seulement, son formateur a jugé que dans son cas, c'était inutile. Probablement désespéré d'avance. A moins qu'il la pensait capable de s'en sortir sans. Admiratif. Après tout, on apprenait beaucoup plus soit même, sur le champ de bataille. Olivia avait donc peut-être un point de plus que les autres chasseurs. Ou de moins, cela dépendait du point de vue dans lequel on se plaçait. Ce qu'elle pouvait retenir de son expérience, c'était "tue sans te poser de questions". En effet, elle n'était donc pas le genre de chasseuse qui parlait pendant des heures avec un vampire avant d'en finir. Elle se jeter sur lui sans tarder, le ruer de coups étant sa priorité. Le besoin constant de violence en était la cause. Mais aussi le fameux drame de la mort de sa soeur. Elise et Olivia, c'était le jour et la nuit. L'aînée était la délicatesse incarnée, la cadette était bourrin, celle là était douce, l'autre était brutale, Elise semblait préférait la tranquilité, Olivia avait un amour démesuré pour l'instabilité, le changement, l'action. Et c'était sûrement cette grande différence qui avait conduit l'aînée à sa perte. Une chasseuse trop calme, trop douce, trop posée ne faisait pas l'an feu dans ce parcours du combattant. Elle se faisait manger toute crue au final.

    Cette jeune chasseuse ne connaissait donc rien à la psychologie des vampires. N'en savait strictement rien sur leur différenciation, sur leurs émotions, états d'esprits, ambitions. Ces sortes d'hommes qui n'en étaient pas, lui étaient inconnues. Mais la gente masculine plus dans la normalité non. Pas du tout. Ceux là, elle les avait étudié. Et elle n'avait pas lu des manuels. Elle avait aussi appris sur le terrain. En fait, elle pourrait même écrire elle même ce fameux manuel. Comment voyait-elle les hommes en général ? Comme des ordures. Celle ci ayant passé la majeure partie de sa vie à se salir, à se faire humilier. Tantôt des hommes mariés profitant d'elle, tantôt des célibataires endurcis qui ne connaissaient au bout de l'acte même pas la couleur de ses yeux. D'après elle, l'homme ne désirait que plusieurs choses : le sexe, le sexe, et le sexe. Quitte à utiliser la force pour arriver à leurs fins de sales petits pervers. Rien que repenser à ces pauvres types posant leurs pattes sur elle la dégoutait profondément. Ce n'était pas un jeu non pour elle. Elle tuait sa propre personne lorsqu'elle se livrait à ces activités. Et à présent...les choses avaient changées. Elle avait trouvé sa perle rare en quelque sorte. Ce prince charmant qu'elle attendait secrètement depuis si longtemps. Celui ci avait sur elle un effet quelque peu envoûtant. Depuis qu'elle s'était abandonnée à lui, imaginer un autre homme la toucher la faisait hurler. Ainsi, face à Georges, elle eu des aprioris. Ne sachant toujours pas qu'il était un vampire, ne s'y connaissant peut-être pas assez sûrement, bien que d'autres facteurs pouvaient jouer. Et passant peut-être aussi trop de temps à se dire que chaque homme n'attendait qu'une chose : le sexe. La situation devenant louche, Georges s'aventurant vers une direction qui ne semblait pas du tout être celle de l'hôtel, elle eu donc cette première pensée : qu'il avait prévu de profiter d'elle par la force. Elle se comporta donc comme la Olivia impulsive, et alors qu'il parlait de la forêt, continua de l'interroger mais cette fois ci très violemment d'une façon verbale, avant que cela devienne physique et que écorchée par une branche, elle le pousse brusquement lorsqu'il osait s'approchait d'elle.

    Ce qui donne en clair ? Ne t'approche pas de moi !! Si tu crois que j'ai pas compris ton petit manège. Qu'est-ce que tu es ? Une sangsue ?? Un mâle en puissance qui a prévu son coup depuis le départ ?? Sache que je ne suis pas à vendre ou plutôt déjà vendue ! Fais un pas de plus et tu vas regretter d'être venu au monde.

    Ses paroles n'étaient pas forcément blessantes, du moins pas autant qu'à son habitude. Un changement voyant le jour. Cependant, elles avaient été dites sur un ton qui aurait pu effrayer n'importe qui. Quoi que peut-être pas un vampire aussi réputé et expérimenté. Sauf que même si le ton d'Olivia n'avait eu aucun effet sur lui, peut-être que la première allusion si. Une sangsue...ce mot avait été prononcé sans connaissance de cause. La chasseuse ne connaissait pas réellement la vraie nature de Georges. Néanmoins, à ses yeux, tout homme était une dénommée sangsue. Elle les considérait comme des vampires vous gâchant la vie. Ils n'infligeaient pas le même genre de souffrance, mais infligeaient une souffrance tout de même. Bien que la mort d'Elise n'était pas comparable à un Ethan tentant de vous mener vers le mauvais chemin. Olivia avait seulement fait un transfert. Avait pendant quelques secondes était hors de elle en rendant la gente masculine responsables du malheur infligé par les créatures sanguinaires. Se rendant compte qu'elle prenait une nouvelle fois les choses trop à coeur et se ridiculisant devant ce jeune homme qu'elle ne croyait pas spécialement mauvais, elle se calma presque aussitôt, prenant même le soin de lui présenter des excuses, se préparant à rebrousser chemin, se contentant juste de passer une main dans son cou qui fut aspergée de sang. Aucune réaction, elle avait connu bien pire.

    Je suis désolée je ne sais pas ce qui m'a pris...je suis un peu sous pression ces derniers temps.

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le mystère se transforme en exactitude...[Georges]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un autre mystère
» Ma voiture se transforme en hélicoptère
» Coupure gps quand on appuie sur Système
» Mon lecteur DVD se transforme en lecteur disquette
» quand on est en DT Alicebox faut-il repasser par FT pour BBox en DT ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Ridgecrest } ::    » Ridgecrest City ::    » Dark Forest-
Sauter vers: