AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Step in the dark forest ... [Pv Bella ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Step in the dark forest ... [Pv Bella ]   Jeu 3 Juil - 23:03

« On n’est arrivé il y a peu de temps et je ressent comme un mal à l’aise d’être ici. Bella ne remarque rien pour l’instant … elle à l’air si heureuse … j’hésite à lui révéler que des vampires rodent dans cette hôtel. Je ne veux que son bonheur mais je sens que quelque chose se trame, ce qui me rend passablement irritable … . et puis il y a cette femme, Ambre … je sais plus quoi penser, ni quoi faire, … »



    Il referma son carnet, regardant une jeune femme entrer dans la bibliothèque de l’hôtel. Il pensait avoir un peu de tranquillité, il avait tord. L’intruse ne le remarqua pas sur le moment. Lorsqu’elle tourna la tête pour l’apercevoir, elle sursauta sur place. « Je vous avez pas vue » dit-elle la main sur le cœur. Edward était assis sur le fauteuil, les jambes croisés à la manière des hommes, son carnet dans une main, son crayon de l’autre. Il dévisagea la demoiselle de haute en bas avec indifférence. Il aperçut un rictus de mécontentement sur son visage. Edward n’était pas très agréable sur le coup, elle avait due croire qu’il était l’un de ses riches qui se croyaient supérieure à tous, enfin, quelque chose du genre … Il se leva, rangeant son carnet dans la poche de son manteau posé sur une table, « Ce n’est pas grave, j’allais partir » dit il simplement en esquissant un sourire en coin pour avoir l’air plus agréable mais apparemment le mal était fait car le visage de la jeune femme n’avait pas changer. Il sortie de la pièce, marchant avec son manteau sous le bras. Il marchait sans véritable but, ou si justement … il cherchait un coin tranquille. Il passa devant le salon de relaxation, ses yeux se posèrent sur l’entrée où une magnifique femme en sortie, le tient pâle. Il fut parcourut d’un frisson, accélérant le pas, évitant de rencontrer le regard de la créature. Cet endroit était infesté par ces créatures, la plupart était des femmes … qui craindrait des femmes ? Toute belle, envoutante … Edward se sentait comme piéger, encore une fois. Il continua son chemin traversant l’hôtel, le hall … pour ce retrouvé à la lisière d’une forêt. Il regarda les arbres, les buissons … il y avait quelque chose de familier.

    Edward avait l’impression de retourner chez lui, sa maison était derrière lui encore entière … mais ce n’était une illusion. La forêt avait toujours été son refuge et voilà que ses pas l’amène ici. La nature lui tendait les bras, l’appelait, c’est ici qu’il trouvera la paix. Il se tourna la tête vers le bâtiment luxueux, son regard se posa sur la fenêtre de sa chambre. Il aperçut une ombre derrière des rideaux blanc, c’était peut être Bella ou la femme de ménage. Bella, sa douce Bella … il lui avait dit qu’il avait besoin de se « dégourdir les jambes », expression qu’il utilisait souvent pour dire « J’ai besoin m’isoler ! ». Le jeune Stewart entra dans la forêt, marchant, observant les êtres vivant. Un écureuil passa devant lui pour se refugier dans un arbre. Il avait bien raison de se cacher, ce n’était pas très prudent de rester dans cette région, mieux faut se méfier des étrangers. Les rayons du soleil inondaient les lieux, des taches lumineuses apparaissaient sur le sol contrastant avec les zones les plus sombres, dessinant des ombres grâce aux branches. Cet effet de lumière rendait l’endroit quasi mystique, étrange … ce n’était pas la première fois qu’il voyait ce phénomène. Il continua de marcher droit devant lui, appréciant l’endroit. Comment on appelait cette forêt ? « Dark forest ». Edward ne trouvait pas ses lieux trop sombre, en tout cas pas pour l’instant. Il s’arrêta lorsqu’il aperçut un espace plus éclairé, un lieu où seul un arbre avait réussit à prendre possession. Edward avait trouvé un endroit, loin de tout. Peut être est il au cœur de la forêt ? le jeune homme en doutait, il n’avait marcher que quelque minutes. Il s’approcha du solitaire, s’installa à ses pieds, posant son dos contre écorce. Il jeta son manteau à ses côté, levant la tête vers l’étoile qui brillait avec force.


    Il resta dans cette position jusqu'à ce qu’il sente une douleur au niveau du cou. Il pris son carnet, prés à reprendre ses écris ou pourquoi pas un croquis lorsque une branche craqua … le jeune homme posa son carnet sous son manteau et se releva. La mâchoire serré, le regard braqué sur l’endroit du bruit … ce pouvait être un animal, un humain ou un vampire … pour au moins deux de ses solutions, le jeune homme était décidé à réagir pour faire fuir l’intrus, dans un endroit qu’il estimait déjà être à lui. Face à un vampire, il n’avait aucune chance, mais peut importe ses créatures ne lui fessait pas peur. « Alors vient ! » pensa t’il alors qu’il aperçut une ombre entre les arbres.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Step in the dark forest ... [Pv Bella ]   Ven 4 Juil - 18:27



>
AUTOPLAY



Aile Ouest de l'hôtel. Un bruit de fond, mêlé de murmures secrets, de messes-basses chuchotées avec sensualité, accompagnées de petits bouts de papier chiffonnés finissant dans la poche de l'interlocuteur, rires mielleux, œillades indiscrètes... S'il y avait bien un endroit dans l'hôtel pour mettre Bella mal à l'aise, c'était bien celui-ci. Le minibar. Elle ne se sentait réellement pas dans son élément. Ces tenues, bouts de tissus caressant les hanches des voluptueuses hôtes pour finir au bas de leur cuisse avec raffinement, laissaient un goût légèrement amer dans la bouche de la jeune femme. Non pas qu'elle jalouse ces statuts vivantes au teint de porcelaine -elle aussi avait d'ailleurs la peau aussi pâle qu'un yéti des neiges. Mais plutôt que ces sourires séducteurs et ces charmantes attitudes lui étaient totalement futiles. A Wilshire Castle, la séduction était le maître mot. Un regard papillonnant de la part de la barmaid faisaient tomber plusieurs de ces messieurs, accoudés au bar, certainement plus préoccupés par la donzelle que par leurs boissons qu'ils accumulaient sans vergogne.
Annabel et ce monde à paillètes ne concordaient pas. Elle était une femme qui aimait la solitude, haïssant le moindre bruit qui la dérangerait et la délogerait de ses pensées. Elle n'aimait pas s'ennuyer. Mais elle préférait cela aux amusements que la plupart des clients semblaient profiter avec joie. Lorsqu'elle demanda à la barmaid un jus légèrement alcoolisé, cette dernière papillota de ses cils ahurissants, eut une bribe de sourire affriolant et répondit avec une telle politesse que ça en devenait surjoué. Elle virevolta, attrapa un verre -plus brillant encore que dans les pubs pour lave vaisselle à la TV-, laissant quelques hommes s'étouffer d'admiration avec leurs chopes de bière mousseuse. Une fois que son verre lui fut apporté -avec une habileté de comptesse, les ongles parfaitement manucurés-, Annabel murmura un vague « merci » tout en sirotant sa boisson. Elle resta debout. Durant quelques secondes elle sembla s'enfermer dans une bulle de songes abracadabrants, quand un nom raisonna dans ses oreilles. Elle s'éveilla brusquement, tous ses sens en éveil. Ses oreilles tentèrent de capter le moindre son, le moindre chuchotis. Il fallait qu'elle s'assure qu'elle n'avait pas rêvé. Quelqu'un avait bien prononcé ce prénom. Elle n'était pas folle. Une voix féminine. Mielleuse. Adorable. Irrésistible. Telle que la voix de bon nombre de personnes dans cet hôtel. Avant sa venue ici, Annabel n'avait jamais été confrontée à cela. Jamais elle n'avait côtoyé autant de sublimes personnages qu'ici, dans ce château. Pourquoi diable tout le personnel était-il si captivant? Pourquoi cette voix aux allures de miaulement, pourquoi ces rires aux allures de ronronnement? Ils avaient tous quelque chose. Quelque chose que le genre humain de son passé n'avait pas.

Le nom qu'elle désirait entendre une seconde fois refit son apparition, prononcé derechef par un soprano chantant, fluide et harmonieux. Annabel secoua la tête. Était-il si populaire que ça, à Wilshire Castle? Bien décidée à le retrouver pour lui en toucher deux mots, elle se hâta de terminer sa boisson, et s'éclipsa rapidement vers la sortie, se prenant par mégarde les pieds dans le tapis. Elle avait bien vu laquelle de ces tigresses avait murmuré ce prénom. Brune. Silhouette élancée. Jambes de rêve. Et ces épaules nues. Qu'elle reconnaîtrait entre mille pour les avoir fixé avec mépris durant des journées entière. Amber. Amber Hutcherson.

- Je sors, Bella. Me dégourdir les jambes.
- Je suppose que je saurais où te trouver.

Et en effet, Annabel savait. Quand Edward désirait un petit moment de détente, ou d'isolation, il se rendait là-bas. Là-bas, dans la forêt. Peut-être que c'était en rapport avec leur enfance. Peut-être, sûrement. La forêt, refuge secret peuplé d'innombrables créatures plus mystiques les unes que les autres, antre fantastique et mystérieux de son ancienne famille. C'était dans une forêt semblable que tout s'était joué. Leur rencontre. Aussi étrange qu'incongrue. Un petit garçon taciturne et sauvage, une petite fille bavarde, curieuse et hystérique. Leur nid d'amour. Le lieu de leur crime.


Citation :
Dans la petite forêt de F., un incendie a eu lieu hier soir aux alentours de 20heures. Nous ignorons encore la nature de l'acte. « Il est fort probable que ce soit un incendie criminel, toutefois il nous faut encore expertiser les lieux pour en savoir plus », avait proclamé le maire de la ville. « Je doute fort que ce soit l'acte d'hommes conscients. Cette ville a toujours été très tranquille et aucun élément perturbateur ne s'est jamais manifesté » avait alors renchérit un habitant des lieux. Nous pouvons donc penser que cet incendie est l'œuvre d'une ou plusieurs personnes atteintes de troubles psychiatriques voire de pyromanie. Dans tous les cas, il y a eu plusieurs victimes, selon les experts rendus sur les lieux. « Dans un endroit reclus de la forêt, nous avons découvert plusieurs cendres humaines. Toutefois les victimes semblaient être mortes depuis déjà des centaines d'années. Elles n'ont donc pas été tuées par le feu. » Certaines affaires judiciaires non classées pourraient alors refaire surface et la découverte de ces cendres sera peut-être la clé d'une énigme non résolue. Les enquêteurs commencent d'ailleurs à envisager la possibilité que les deux corps appartiennent à des victimes de la fusillade meurtrière de Seattle dans les années 1800.

Cet article de journal, Annabel le gardait toujours précieusement dans un tiroir de sa chambre d'hôtel. Depuis leur crime, elle n'avait pas cherché à refouler ce sentiment de culpabilité qui l'envahissait chaque seconde de son existence. Sous ses yeux et par sa fautes, les parents de son bien-aimé avaient péris dans les flammes. Si elle n'avait jamais eu l'idée saugrenue d'aller se balader dans la forêt et s'y pointer tous les jours, peut-être n'aurait-elle jamais rencontré Edward et sûrement que celui-ci aurait été vampirisé depuis quelques temps, recevant une éducation ferme de ses parents, se nourrissant de sang humain et n'ayant jamais aucune pensée pour Annabel Rice. Peut-être même qu'elle aurait fini sous ses crocs... Cette idée lui semblait charmante. Les vampires n'avaient jamais effrayés Annabel. Sûrement parce qu'elle n'en avait jamais côtoyé directement. Sûrement parce qu'elle ignorait leur charme destructeur et que le fait de se faire donné le baiser vampirique lui procurait plus de frissons d'excitation que de peur. Elle avait tué les parents d'Edward. Quand bien même ils n'étaient pas des humains, ils étaient des êtres. Des êtres conscients. Cet article de journal, retrouvé dans son tiroir, pourrait former une preuve considérable de sa culpabilité. Mais elle s'en fichait comme d'une guigne que se trimballer avec un article de ce genre pourrait éveiller quelques soupçons. Vraiment. Il lui fallait des preuves concrètes de ce qu'elle avait fait. Elle ne voulait plus chercher à s'éloigner de la vérité. L'enquête avait dû être enterrée pour cause d'affaire stagnante et sans indices.
C'est en repensant à cette histoire, comme la plupart du temps, qu'elle s'échappa de l'hôtel et courut vers la lisière de la forêt. En quelques foulées maladroites, elle atteint les premiers arbres, et se sentit comme oppressée de l'ambiance étouffante qui régnait entre les troncs, alors que le ciel devenait de moins en moins visible, caché par les feuilles épaisses. Dark Forest avait toujours été un endroit capable de faire remonter à la surface toutes les appréhensions de son enfance et de son adolescence. Elle sentait ce feu courroucé à mesure qu'elle marchait sur la mousse verte et humide et s'enfonçait dans la forêt. Les branches se tendaient devant elle, surgissant de nul part, comme des bras désireux de l'attraper. Ils tendaient leurs doigts squelettiques vers le sol, et seuls quelques bourgeons blancs purent effacer cette vision horrifiante des yeux d'Annabel. Que faisait-elle ici, au juste? A chaque fois qu'elle venait, son pouls s'accélérait, son cœur semblait vouloir s'échapper de sa cage thoracique. Ses battements semblaient pouvoir être entendus de quiconque s'aventurerait par ici. A présent, elle ne distinguait plus rien, mis à part des arbres de plus en plus massifs et quelques buissons rocheux. Même la pointe du toit du château colossal avait disparu, caché par les feuillages gigantesques des arbres. Elle cherchait Edward. Elle cherchait Edward parce qu'elle voulait lui toucher deux mots sur Amber. Mais aussi parce qu'à chaque fois qu'elle éprouvait ce sentiment de jalousie, elle avait envie de se réfugier dans ses bras et de ne plus en sortir avant que sa petite crise soit passée. Mais voilà, elle devrait attendre pour pouvoir se laisser aller à des tendresses. Car devant elle, une ombre furtive passa. A une vitesse ahurissante. Elle n'avait entendu aucun son trahissant la présence d'un intrus dans les parages. Aucun bruit de feuille ou de branche cassée. Elle contempla ses pieds. A chaque pas qu'elle faisait, Bella pouvait s'entendre à des mètres à la rondes. L'inconnu devait être rudement discret. Annabel se figea.

- Edward? chuchota-t-elle d'une voix qu'elle voulut assurée.
Non. Idiote. Edward ne courait pas aussi vite. Et Edward ne jouait pas à ce genre de jeu. Cache-cache. Cela faisait des lustres qu'ils n'y avaient pas joués. Il lui semblait même que jamais ils n'avaient eu à s'amuser comme tout autre enfant de la région, se contentant de dialoguer. La silhouette réapparut. Mais derrière elle. En une seconde, elle avait fait le tour de la clairière. Annabel sentait sa présence derrière son épaule. Aucun bruit de pas.

- Sortez de votre cachette. Je vous ai repéré, s'efforça-t-elle d'articuler, modulant sa voix pour qu'elle paraisse la moins apeurée possible. Soudain, en face d'elle, une seconde silhouette. Mais celle-ci était, à contrario de l'autre, très nette et reconnaissable. Elle se tenait debout, contre un tronc, le visage fermé, la mâchoire contractée et les poings serrés.

- Edward ! s'écria Annabel en courant vers lui, son front perlant de sueur.
Mais avant qu'elle ne put le rejoindre en quelques foulées, elle distingua un éclair blanc et frappa contre un tronc. Le choc la heurta de plein fouet et elle se retrouva au sol, endolorie par le coup. Se passant une main sur la poitrine, elle tenta de reprendre une respiration normale et régulière pour éviter de tomber dans les pommes. Le choc avait vidé ses poumons. Elle inspira bruyamment avant de se rendre compte qu'aucun tronc n'obstruait son passage vers Edward. Seul un buisson, minable, se tenait sur le chemin. La bouche de la jeune femme s'entrouvrit et un frisson glacé parcouru son échine.
Elle n'avait pas heurté un arbre. Elle avait heurté l'inconnu.
Un éclair blanc. Elle avait bien vu un éclair blanc. Est-ce que l'intrus était humain ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Step in the dark forest ... [Pv Bella ]   Dim 6 Juil - 20:18



    Le regard figé sur l’endroit supposé du bruit, Edward attendait de voir apparaître sa source. Il sentit comme un nœud au niveau de estomac, c’était souvent le signe que quelque chose de terrible allait arriver. Il avait déjà ressentit cette sensation désagréable, lorsque ses parents lui donnèrent leur réponse concernant Bella. La nouvelle était tombé comme la lame d’une guillotine, de façon sac et brutale, avec la tête coupé en moins. Edward regardait toujours l’endroit avec un rictus d’agacement car l’origine du bruit ne se manifestait pas. Un lapin surgit de derrière des branchages, s’arrêta après avoir fait un bond en avant. Edward resta un moment à observer l’animal, il pencha légèrement la tête de côté, se trouvant tout d’un coup très idiot. La source de son angoisse n’était en fin de compte qu’un petit animal inoffensif aux longues oreilles. Il ne put retenir un sourire en coin, se sentant ridicule. Il se retourna avança de quelque pas lorsque l’angoisse le rattrapa avec force lorsqu’il entendit son noms crié par une voix féminine. Son visage se crispa instantanément. Cette voix si familière était bien celle d’Annabel. Il regarda vers les arbres le corps de Bella tomber derrière un buisson. Elle avait disparut. Edward se mit à courir en direction de Bella, apercevant le corps de celle-ci allongée à terre. Il s’agenouilla près d’elle, mais lorsqu’il ouvrit la bouche pour lui demander comment elle se sentait, une main puissante se posa sur son épaule et le fit basculer vers arrière avec violence. Edward sentait son corps découler de terre et s’écraser contre un arbre. Il retomba comme une poupée de chiffon sur le sol dure. Une douleur passablement désagréable le saisit à l’épaule. Il essaya de se relever lorsqu’il sentit une main ferme lui tirer les cheveux vers arrière. Il aperçut le visage de son agresseur. Annabel n’était qu’à quelque mètre. Edward regarda l’inconnu aux teints pâles lui caresser doucement la carotide avec son ongle. Il ne fallut que quelques secondes au jeune homme pour s’apercevoir avec horreur que c’était bien un vampire. La créature avait des cheveux bruns, des yeux injectés de sang avec des cernes monstrueux. Des dents blanches étaient visibles entres ces lèvres grise. Il avait faim et dans quelque seconde le jeune homme allait être son premier repas. Entre toute probabilité, Annabel serait la suivante sur la liste du menu, une idée qu’Edward ne pourrait jamais accepté. Il sentit sa tête partir vers arrière, la main de l’inconnu serrait avec force ses cheveux. Réussir à battre un vampire, un humain pouvait il le faire ?

    ***


    La journée avait bien commencé, un soleil magnifique, des oiseaux chantant et le bruit choc de deux bâtons lancer l’un contre l’autre. Edward était a avec son père pour son entrainement de Bo-jutsu. Son père s’était remit avec une agilité surprenante à quelque mètre de lui. Edward était frustré de pas pouvoir le toucher, le battre. Robert se tenait près à l’attaque, le bâton vers l’avant. Edward se positionna de la même façon. La voix grave de son père s’éleva dans la forêt comme une sentence.

    « Allez fils … il ne s’agit pas de force, ni de ma condition vampirique mais bien d’être méthodique et concentré. Tu dois te concentré sur un point déterminant qui me mettra chaos … »

    Les arts martiaux dans la plupart du temps, était un art qu’on apprenait pour se défendre. Pour Edward il s’agissait d’apprendre à se défendre contre un autre vampire et à se défendre contre un éventuel chasseur. Il avait à peine dix-huit ans, dans peu de temps, ses parents allaient faire de lui leur égale, un vampire. Il voulait battre son père en tant qu’humain avant d’avoir tout ses pouvoirs. Il voyait cela comme un défi. Le regard du jeune homme se plissèrent légèrement, son esprit était concentré sur le point qui mettrait son père … chao ou disons le tuerai pour de bon. Il s’élança en même temps que le vampire, le choc des bâtons résonnait dans cet environnement boiser. Edward n’était pas aussi rapide que son père, c’est pourquoi ses coups étaient calculés de façon à essayer de toucher son père, ce qu’il n’arrivait presque jamais. Lorsqu’il le touchait c’était souvent par chance ou juste parce que son père se laissait faire, une forme de motivation comme une autre, mais Edward n’était pas dupe. Le bâton d’Edward se mit à exploser en milliers de morceau après que son père donna un coup féroce. Edward profita de se moment pour planter son bâton dans le corps dure de son père. L’instrument s’enfonça dans le ventre du vampire qui lâcha un hoquet de stupeur. Edward ne réalisait pas tout de suite. Il resta un moment contre son père, les yeux ouverts, le cœur battant. Robert susurra dans l’oreille de son fils, avec une petit tape dans le dos.

    « Bien mon fils ! … tu commence à comprendre ! »

    Comprendre quoi ? Edward lâcha le bâton, s’écartant de son père qui le regardait avec un sourire en coin. Du sang perlait à terre. Si son père n’était pas un immortel, Edward se serait rendu coupable de meurtre. Il avait due mal à avaler sa salive, le regard figé sur son crime. Son père enleva le bâton sans grande difficulté. La plait était noir et béante. D’ici quelques minutes, il ne restera plus rien … un simple souvenir.

    ***


    Edward chercha avec sa main quelque chose de pointu sur le sol, quelque chose de suffisamment dure pour se défendre. La dent aiguisée du vampire se rapprocha dangereusement de son cou. Il attrapa un morceau de bois au sol et d’un geste sûr le planta dans l’œil de l’immortel. Le cri déchirant de la créature fit fuir une horde de corbeau. Le vampire lâcha Edward qui se précipita sur Bella qui se tenait debout. Il l’attrapa par la taille, lui criant :

    « Cours et surtout ne te retourne pas ! »

    L’être froid enleva le bout de bois de son œil, un liquide blanc et rouge coulait sur sa joue. Il posa une main sur sa blessure. Son visage était déformé par la colère. La chasse ne fessait que commencer … Edward tenait fermement Bella par la taille, ils faillirent tomber plusieurs fois à terre. Un bruit qui venait de devant, arrêta Edward dans sa course, arrêtant du même coup Bella. Il la poussa contre un arbre, se mettant devant elle pour l’approcher d’une éventuelle attaque. Il tourna la tête vers elle, lui murmurant :

    « Surtout ne fait pas de bruit ! »

    Il ramassa une branche à terre. Ce n’était pas son long bâton de combat mais cela devrait faire l’affaire pour faire reculer la bête. Il avait peur, pas du vampire, ni même pour lui mais pour elle … Il n’avait pas tué ses parents pour la voir se faire sucer son sang par un autre monstre. Tant qu’il sera en vie, le jeune Stewart ne laisserait jamais un vampire, ni personne faire de mal à Bella. Il sentit son ventre le tirailler, lui rappeler ses angoisses avec violence. Cette sensation désagréable était plus forte que la douleur qu’il ressentait dans son épaule. Un éclair passa entre deux arbres. Il serra encore plus fort la branche, des échardes s’enfoncèrent dans sa main, le blessant. Mais ce n’était rien comparait à ce que le vampire pourrait lui faire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Step in the dark forest ... [Pv Bella ]   Mar 8 Juil - 1:55

Annabel n'était pas de nature très sensible. Lorsque qu'Anton, son ancien meilleur ami de lycée, organisait des expéditions en montagne ou de simples randonnées dans la forêt, elle n'était jamais la première à se plaindre de ses douleurs musculaires. Il était vrai qu'Annabel ronchonnait beaucoup. La jeune femme, bien que facile à vivre, avait plutôt sale caractère et se plaindre -du mauvais temps, surtout- était une habitude pour elle. Seulement, à la différence de certains, elle savait prendre sur elle quand il le fallait. Dans des moments ou, par exemple, il ne fallait pas montrer qu'on avait mal. Et actuellement, c'était le cas. Quelque soit l'horrible chose qu'elle avait percuté -ou plutôt qui l'avait percuté, et volontairement de surcroît-, il lui semblait que son instinct de survie lui recommandait de ne pas montrer cette affreuse douleur à la poitrine qui l'empêchait de respirer correctement et saccadait son souffle, déjà très haché.
Elle ignorait l'existence des vampires dans le château et dans ses alentours. Le terme de 'vampire' évoquait pour elle les défunts parents d'Edward. Simplement. Ce simple mot suffisait à évoquer les deux brûlés. Et non pas les potentielles créatures qui continuaient à peupler son quotidien. Et dans cet hôtel, c'était le cas de le dire. Annabel n'eut donc pas la présence d'esprit de se dire : « La chose était blanche. La chose était dure. La chose était rapide. La chose était aussi silencieuse qu'un animal qui attaque. La chose est donc FORCÉMENT un vampire. » Hors, non. Elle ne put avoir un tel raisonnement. Edward avait eut beau lui décrire les nombreuses et fabuleuses capacités de ces êtres au cœur éteint, en ce moment même, rien ne put venir. Le vide, dans sa tête. Il n'y avait que ce cœur qui battait à plein poumons, à n'en plus pouvoir. Sûrement que le vampire appréciait cette chamade qui ne pouvait que le rendre plus fou et assoiffé.
Car oui, c'était le cas. C'était un vampire.
Mais ce mot ne put venir que très progressivement dans l'esprit perturbé de la jeune Rice. Au fur et à mesure que les longs doigts blancs se posaient sur l'épaule forte d'Edward, et resserraient leur étreinte autour de celle-ci, les lettres s'affichaient devant la jeune femme, une à une.
V.a.m.p.i.r.e.
Un frisson parcourut son échine. Edward, par soucis de sécurité, lui avait toujours décrit très précisément les siens. Leur physionomie, leurs particularités, ce qu'il fallait faire si jamais elle en croisait un par inadvertance. Il avait soulevé le détail de leur pigmentation. Leur peau, plus blanche que la peau de n'importe quel habitant sur terre, albinos compris, semblait luire au soleil, comme mouchetée de paillettes. Elle avait une apparence nacrée et rappelait de la porcelaine. Lorsque les ongles s'enfoncèrent dans le tissu du blouson d'Edward, blancs et rigides, Annabel porta sa main à sa bouche pour retenir un cri. Dans un geste instinctif, elle y enfouit son poing, reculant sur le sol couvert de mousse, quitte à salir sa tenue pour de bon.
Elle aurait voulu retenir Edward, s'accrocher à lui pour qu'ils ne fassent plus qu'un et couvrir le visage de l'inconnu de griffures, mais elle ne put que ramper sur le sol, les yeux écarquillés. Car non seulement elle ne pouvait plus contrôler ses muscles, mais en plus de cela elle ne pourrait rien faire contre un vampire, surtout pas lui griffer le visage, à partir du moment ou elle ne le distinguait pas. Seule cette main, vigoureuse, qui tira Edward en arrière jusqu'à le faire tomber et tituber sur le sol. Elle n'avait perçu que cet éclair blanchâtre, vif comme un éclair déchirant le ciel. Si rapide... Elle et lui ne pourraient rien contre lui. Absolument rien. Ils n'étaient qu'humains ! Que pouvaient deux humains contre une redoutable créature au sang-froid ?
Lorsqu'Edward percuta l'arbre et grimaça, Annabel tendit la main vers lui, tentant de le rejoindre. Mais ses membres ne répondaient plus. Elle n'était qu'à quelques mètres, l'une de ses mains posées à terre, l'autre relevée minablement, comme si elle cherchait que quelqu'un l'aide à se relever.
Puis soudain, la silhouette, vive, réapparut. Il faudrait qu'elle se résigne à ralentir l'allure si elle voulait montrer son visage à ses victimes avant de les vider de leur sang, histoire qu'ils s'endorment avec la vision horrifique de son portrait et l'emmènent avec eux dans l'au-delà.
Car oui, le vampire les viderait sûrement sans vergogne, sans même leur laisser cette dernière goutte de sang qui ferait d'eux, deux des siens. Devenir vampire, c'était bien mieux que de mourir là, le corps sec. L'idée était d'ailleurs plutôt plaisante. Edward et elle seraient beaux, formerait le couple parfait, même après leur transformation. Hélas, l'intrus ne leur en laissera pas l'occasion.
Déjà, il se ruait sur Edward, l'attrapant d'une main par les cheveux, et de l'autre, caressant son cou avec avidité.
Son visage était si proche de celui d'edward qu'Annabel crut la fin imminente.
Elle se redressa, ou plutôt se fit violence pour bouger son corps de quelques centimètres, faisant quelques pas pitoyables vers les deux hommes.

- Edward!, souffla-t-elle dans un murmure apeuré.
Et, alors qu'elle se demandait comment elle pouvait les sortir de ce pétrin là, elle se mit debout, les jambes en coton.
Au même moment, un cri déchirant et inhumain traversa la forêt, suivit des battements d'aile d'une ramassée de corbeaux qui croassaient tristement.
Pétrifiée, Annabel recula en titubant, portant les mains à ses oreilles.
Par la suite, les événements arrivèrent avec rapidité.
Edward qui se ruait vers elle, le regard affolé. La créature, les mains sur son visage blanc, rugit de douleur.
Alors qu'Edward se précipitait vers elle et la prit par la taille, elle ne put détacher ses yeux du visage déformé par la rage. Même habité par une haine inassouvie, il était beau. Beau, d'une beauté terrifiante. Irréelle. Subjuguante. Ses pauvres yeux d'humaine restèrent collés à cette vision magnétique.
Le vampire sembla s'en apercevoir. Ses yeux se détournèrent du sol, et il fit pivoter son visage vers elle, un sourire mauvais déformant les courbes parfaites de sa figure. Et elle vit ce liquide rouge et blanc qui coulait sur sa joue...
Un instant elle sembla perdre contenance. Une voix lui soufflait de ne pas perdre conscience maintenant. Ce n'était vraiment pas le moment.

- Cours et surtout ne te retourne pas !

La voix, angoissée et autoritaire d'Edward refit surface, la sortant de sa passagère catalepsie. Son corps mit quelques secondes à lui obéir, et quand enfin il put se décider à se contracter, elle se sentait déjà entraînée dans une course folle, les bras d'Edward autour d'elle. Leur course déchaînée lui parut durer une éternité. Elle ne pensait qu'à courir, peu importe l'air affolé qu'elle pouvait laisser transparaître. C'est alors que les bras d'Edward l'arrêtèrent brusquement, et elle ne comprit pas pourquoi. Se tournant vers lui et lui jetant un regard circonspect, elle entrouvrit la bouche pour l'interroger quand il la poussa brutalement contre un arbre, se postant devant elle les bras écartés pour la protéger. Il fallait qu'il se rende compte d'une évidence qui tiraillait les nerfs de la jeune femme depuis le début de l'affront : contre le vampire, ils ne pourraient rien. Quand bien même ils réussiraient à retarder l'échéance, le vampire réussirait à les faire capituler. Jamais une créature digne de ce nom ne leur laisserait l'occasion de s'échapper. Le visage horrifiant et les pupilles, -lave incandescentes et irrésistibles- de leur bourreau hantait la vision d'Annabel.

- Surtout ne fait pas de bruit !

Annabel acquiesça en silence, se collant contre le tronc, guettant la moindre ombre furtive, le moindre éclair blanc et foudroyant, le moindre cri de douleur d'Edward... qui ramassait d'ailleurs une branche à terre.
Annabel fronça les sourcils, désireuse de l'interroger sur ses intentions, quand l'éclair tant attendu fila entre deux arbres.
Quelques secondes plus tard, la silhouette, élancée et fine, réapparut à quelques mètres d'eux, la démarche féline et décontractée.
Il sembla enfin ralentir l'allure, pensant sans doute que le moment était enfin venu de laisser aux pauvres victimes le plaisir de reluquer son beau visage avant de servir de déjeuner.
A mesure qu'il se rapprochait, à pas lents et surs comme s'il savait que rien ne pourrait désormais contrer son plan, Annabel put distinguer son visage, encore plus précisément qu'avant. Ses yeux étaient grands, captivants, à la douce forme d'amande et aux cils si longs qu'ils lui donnait un air efféminé. Leur couleur était sombre, presque pourpre. Un éclat perturbant brillait dans ses pupilles. Son nez, aquilin, de forme parfaitement dessinée, suivit d'une bouche entrouverte aux dents plus blanches que sa peau. Une chevelure brune, sombre, décharnée. Une allure négligée. Des mains qui se tendaient et se fermaient tantôt, comme s'il s'apprêtait à jouer des poings dans un tournoi de boxe. Et ce sourire, parfaitement irrésistible et effrayant.

- Le parfum de ta petite amie est succulent. Désormais, maintenant que j'ai capté son odeur, je pourrais la traquer à travers la forêt entière s'il le fallait. Je la retrouverai, Sieur. Sois-sûr de ça.

Sa voix. Malgré les paroles inquiétantes qu'il venait de prononcer, Annabel ne put porter sa concentration sur autre chose que sur sa voix. Le ténor était mielleux, profond, enchanteur. Son ton laissait penser qu'il chantait plutôt que proférait des menaces. Tout simplement captivant.

- Inutile de tenter de la défendre. Je te réduirai à l'état de cocktail humain et m'occuperai de son cas ensuite, ronronna-t-il dans un murmure séducteur. Il huma l'air, adoptant l'attitude d'un prédateur en chasse. Délicieux, vraiment délicieux.

Quand il s'aperçut du bâton tenu précieusement dans la main d'Edward comme leur seule chance de survie, ses lèvres s'étirèrent dans un charmant rictus et il éclata d'un rire hystérique, si sombre et agité que les animaux avoisinant détalèrent, comme apeurés par un feu. Un feu...
La seule façon de l'éliminer tenait à un briquet. Mais ils n'allaient tout de même pas incendier la forêt du château ?! Jamais. Ils n'allaient pas recommencer leur crime. Ils se feraient tuer. Simplement.

Sa crise d'hystérie passée, le vampire s'approcha dangereusement du couple, ignorant le bâton.

- Si tu ne te laisse pas faire, j'épargne ta copine et je la prends en chasse. Je lui laisse le temps de s'enfuir en criant, de courir dans les fourrés, de trébucher et se blesser. Je laisserai son sang me guider sur son chemin. Et je lui infligerai des heures, et des heures de souffrance abominable.
Épargnes-lui ça et détends-toi.



{END}
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Step in the dark forest ... [Pv Bella ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Step in the dark forest ... [Pv Bella ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [VX]Dark earth[Stopper]
» Michael Forest
» Thor: The Dark World [11/08/2013]
» Ma poupée Bella " Héléna" de 85 cm
» Dark Shadows

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Ridgecrest } ::    » Ridgecrest City ::    » Dark Forest-
Sauter vers: