AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au coeur des contes et légendes [Jillian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Au coeur des contes et légendes [Jillian]   Jeu 26 Juin - 19:29

Le soleil brillait sur Ridgecrest en ce début d’après-midi estival. La plupart des clients de l’hôtel en avait profité pour se promener en dehors de l’hôtel et apprécier les environs, ou pour faire un saut dans la piscine. La bibliothèque était donc bien calme et peu peuplé.

Evelyn, en tant que membre du personnel, avait cependant bien d’autres choses à faire, et n’était de toute manière pas une fan des balades sous le soleil tapant. La connaissant, elle aurait le droit à une insolation en quelques minutes. Bien que depuis une malheureuse aventure de son adolescence elle ne sortait plus sans chapeau, les traces des plaies qu’elle s’était faites en tombant toujours bien visibles sur son genou droit.

Elle préférait donc la fraîcheur de la large pièce dans laquelle des milliers d’ouvrages étaient soigneusement entreposés. L’hôtel accueillait après tout un certain nombre d’hommes d’affaires ou de séminaristes, ou encore des clients sur longs séjours. Un bon livre n’était dans ce genre de cas jamais négligeable, et Evelyn serait la première à vous l’affirmer vu le temps qu’elle y passait.
La pièce était éclairée par de hautes fenêtres orientée en nord, laissant ainsi passer la lumière mais pas pour autant la chaleur, rendant l’atmosphère agréable. La grande table de chêne trônant au centre faisait face à l’entrée principale, une double porte ouvragée. Les meubles aux multiples étagères qui régnaient sur les lieux étaient rangés en rayons parallèles, laissant quelques allées bien délimitées les parcourir. Les ouvrages soigneusement alignés étaient légendés par de petites étiquettes sur chaque étagère, indiquant le type de livres et la liste alphabétique des auteurs dans l'ordre duquel ils étaient rangés.

Elle était actuellement occupée à ranger les ouvrages précédemment consultés qui avaient été laissé à l’écart. Elle en feuilletait distraitement quelques-uns lorsque le titre ou la couverture accrochait son attention, afin d’en mémoriser les références pour les retrouver plus tard, pour sa propre lecture. Le nombre de livres qu’elle avait emprunté ici était considérable et elle connaissait maintenant les lieux probablement mieux que quiconque.

Après avoir rangé l’un des romans de la célèbre romancière anglais Jane Austen, Evelyn se dirigea vers la section des contes et légendes. Elle tira un vieil exemplaire des Contes de ma mère l’Oye de la pile qu’elle portait à bout de bras mais laissa malencontreusement tomber un autre ouvrage dans le mouvement, particulièrement maladroite lorsqu’elle était ainsi chargée. Soupirant, elle passa la pile dans son bras gauche, l’appuyant contre sa hanche pour s’apprêter à s’accroupir et récupérer le livre… mais quelqu’un ne lui en laissa pas le temps…


Dernière édition par Evelyn Nicholson le Dim 29 Juin - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jillian Helsing
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2586
Age : 26
Votre faiblesse : Mon frère, Peter...
Votre force : Mon intuition
Humeur : Tourmentée
Date d'inscription : 23/05/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Au coeur des contes et légendes [Jillian]   Ven 27 Juin - 18:53

    La vie peut prendre un tournant aussi inattendu que bouleversant à tout moment, Jillian en avait fait le douloureux apprentissage à plusieurs reprises au court de sa brève existence. Ce qui ne l’empêchait pas de le vivre aussi mal à chaque fois. Le changement. Parfois il peut être positif si l’on accepte de prendre des risques mais d’autres fois il se révèle catastrophique. C’est pour cela que Jillian détestait le changement. Pourtant vu ce à quoi elle occupait ses journées, elle aurait du y être habituée. Mais non elle le vivait toujours aussi mal même si elle changeait de ville toutes les deux semaines quand ce n’était pas tous les trois jours. Tout dépendait si le vampire traqué se révélait coriace ou non. Au départ, quand elle avait commencé à chasser, beaucoup de scrupules s’étaient emparés d’elle, la culpabilité la rongeait littéralement de l’intérieur. Mais à force de se persuader qu’ils n’étaient que des monstres, elle avait de moins en moins hésité au moment de réduire ces créatures des ténèbres en tas de cendres. C’est plus facile de tuer quand on sait que le vampire en face de vous a perdu toute trace d’humanité depuis plusieurs siècles. Voilà comment Jillian voyait les immortels. Certains d’entre eux avaient détruit sa famille, alors elle empêcherait leurs autres congénères d’en détruire d’autres. Certes ce n’était pas ce à quoi elle rêvait étant petite fille : elle avait eu sa période « poupées barbies »elle aussi, elle se voyait bien mariée au prince charmant avec tous plein d’enfants merveilleux. Elle savait aujourd’hui que sa vie ne ressemblerait jamais à un conte de fée , plutôt même à un long et inépuisable cauchemar. Tout ça la jeune femme tentait de ne pas trop y songer, vivre au jour le jour se montrait plus facile d’emploi. Et puis c’est bien connu, les traqueurs ne coulaient jamais de vieux jours. On trouve toujours plus fort que soi un jour ou l’autre, qu’on veuille bien le reconnaître ou non. Ses parents avaient fait l’erreur de vouloir concilier vie familiale et vie « professionnelle », si chasseur de vampire pouvait être considéré comme un profession, et ça les avaient menés à leur perte…mais avoir des enfants avait aussi été une source de bonheur inestimable, et ça Jill restait peut être encore un peu trop jeune pour le comprendre.

    Bref, tout ce long et barbant discours pour annoncer que miss Helsing séjournait à Ridgecrest, dans le dessein secret de mettre la main sur Ambre Delacours, un vampire qui retenait prisonnier son grand frère Peter je ne sais où. Elle finirait bien par lui mettre la main dessus, et alors elle pourrait tenter de découvrir où elle avait enfermé le dernier membre de sa famille qu’il lui restait. Elle se doutait qu’elle ne se trouvait pas à la bibliothèque, ce n’est donc pas pour cela qu’elle s’y trouvait à l’instant précis. Non en vérité c’était juste sa forte attirance pour les livres qui réapparaissait sans crier gare. Il faut dire que petite, les personnages de roman avaient longtemps été ses seuls vrais amis. Eux ne la jugeaient pas et l’acceptaient telle quelle était, son mauvais caractère compris dans le lot. Mais au lycée elle s’était détournée de la lecture pour un garçon. Logique quand on y réfléchit bien, qu’est ce qui peut nous pousser à changer d’attitude si ce n’est l’amour ? Malgré cela, sa passion pour les histoires contées sur le papier ne s’était pas atténuée avec le temps ou la distance. En arrivant au Wilshire Castle, elle avait entendu qu’une très grande bibliothèque s’y trouvait et c’est donc en véritable bibliophage curieuse qui se respecte qu’elle avait décidé de s’y rendre. Comme souvent dans ce genre d’endroit, personne à l’horizon. Jillian commença à se promener dans les rayons, sans se diriger vers un lieu précis : elle laissait le destin décider à sa place de l’endroit où elle devait se rendre en quelque sorte. C’est ainsi qu’elle se retrouvera au beau milieu de la rangée de livres correspondant à l’intitulé « Contes et Légendes ». Quelle ironie n’est ce pas ? La brunette esquissa un vague sourire narquois, ce genre d’ouvrages avait toujours tendance à enjoliver la réalité. Les auteurs croyaient souvent en savoir beaucoup sur les vampires et autres, alors qu’ils ne faisaient qu’emprisonner tout un tas de superstitions et d’absurdités entre leurs lignes. C’était toujours moins grotesque qu’au cinéma où les versions hollywoodiennes se passaient le mot pour ça : le truc de l’eau bénite et du pieux en plein cœur pour tuer un buveur de sang par exemple, ou encore le mythe du cercueil totalement faux. Le seul moyen que connaissait la jeune femme pour envoyer un Sang-froid dans le monde des morts était de le faire brûler vif. Ce qui compliquait un peu la tache des traqueurs, il faut bien le reconnaître. Elle en était à là dans ses réflexions lorsqu’elle remarqua la présence d’une autre jeune femme, qui fit tomber non loin d’elle un gros livre aux pages jaunies par le passage du temps. Se baissant avait d’en laisser le temps à la belle blonde, elle attrapa l’ouvrage et le tendit à celle ci, un sourire amical aux lèvres.


    « -Tenez »
    lui lança t’elle d’un ton calme et avenant.

    Elle se surprit alors à dévisager son interlocutrice. Elle avait dans son physique quelque chose de particulier qu’elle n’aurait su expliquer…son visage était empreint d’une splendeur inhumaine et dévastatrice, tandis que ses longs cheveux blonds cuivrés réfléchissaient intensément au contact des faibles rayons de lumière, comme si elle eut été placée en plein soleil. Des lèvres rouge sang parfaites aussi, plus éclatantes qu’aucun rouge à lèvres ne le permettait d’ordinaire. Sans parler de cette pâleur extrême, un peu comme celle d'une craie neuve et lisse que l’on n’a jamais utilisée. Une silhouette élancée et gracieuse, comme l’on n’en voyait que dans les magazines montrant des femmes en bikini, et encore celles là étaient retouchées par des logiciels photo ultra perfectionnés. En regardant cette belle femme, n’importe quel mannequin en vogue aurait facilement pu douter sérieusement de sa propre beauté. Si Jillian avait prêté oreille attentive à sa voix intérieure, elle aurait dit qu’il s’agissait sans nul doute d’un vampire. L’impression de fascination qu’elle dégageait, cette beauté trop irréelle pour être humaine : tout y était ! Mais quelque chose dans le regard de la belle blonde balaya cette éventualité aussi vite qu’une feuille morte s’envole sous la force d‘un vent violent. Ses yeux étaient en effet incroyablement doux et…innocents. Le genre de personne à qui on donnerait le Bon Dieu sans confessions. Cela arrangeait bien Jill de se dire que tous les buveurs de sang étaient des êtres vils et ignobles, des monstres sans âme. C’est plus facile de les exterminer ainsi, et puis tous ceux qu’elle avait déjà rencontrés entraient dans ce cas de figure. Georges par exemple, qui n’avait pas hésité à donner en pâture l’amour de sa vie pour sauver sa peau. Elle ne se douta donc absolument pas de la véritable nature de la femme en face d’elle tant elle lui semblait douce et inoffensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au coeur des contes et légendes [Jillian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Ridgecrest } ::    » Aile Sud ::    » La Bibliothèque-
Sauter vers: