AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Visite Surprise [PV Olivia]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Sam 27 Sep - 6:47

À la suite de la réplique d'Aaron à propos du fait qu'il aurait à prendre un numéro, la jeune femme se mis à parler d'une conquête quelconque qui devrait être remis à un autre soir pour lui-même. Chaque fois qu'elle ouvrait la bouche, soit Aaron devenait furieux, attristé ou bien amusé. Là, c'était plutôt de l'agacement qui s'emparait de lui. Que tentait-elle de lui prouver? Il n'était pas un homme à femmes et ne cherchait pas à la rendre jalouse, pas plus qu'il ne cherchait à faire quelconque compétition avec elle. À sa réponse, il s'était contenté de rapprocher son visage du sien pour l'embrasser tendrement, maintenant son visage près du sien du bout des doigts qui tenaient son menton. Peut-être finirait-il par enterrer sa femme et son enfant, finalement. Non. Il était bien trop tôt pour penser à ce genre de choses. Il ne répondit pas à sa petite pique et la laissa terminer ses paroles avec quelque chose dont il ne voulait pas parler, mais qu'il savait essentiel avant de terminer leur 'entretient' . Elle se mit à lui dire qu'elle ne connaissait que très peu de lui. Elle n'avait pas tord, en fait, mais le hic c'était qu'elle ne voulait pas savoir le reste et que lui ne voulait pas le lui apprendre. C'était une question de principes. Que ferait-elle si elle apprenait qu'il était veuf, chasseur de vampires -créature qui n'existait pas d'ailleurs pour la plupart des gens- et qu'il avait déjà été père d'une petite fille et aspirait à une petite famille aggrandie un peu plus tard? Sans doutes prendrait-elle peur, ne voudrait-elle plus lui parler, le prendrait-elle pour un fou, pour quelqu'un qui allait trop vite. Venant d'une fille qui passait sa vie à changer de lit, Aaron se doutait qu'il se ferait mépriser par la jeune femme. Et il la comprenait. Ce n'était pas tout le monde qui comme lui avait rêvé de cette petite famille typique. Lui était fou amoureux de cette vie et les filles faciles ne l'avaient jamais intéressé depuis cette fameuse nuit où il avait vu Sarah. Pourtant, il eut une grosse surprise lorsque la jeune femme termina sa phrase : elle ne voulait plus de relations sans lendemain? Il se figea, voulu répondre, mais ce fut à ce moment que la femme arriva. Il laissa donc tomber, se faisant cajoleur un instant avant d'enfiler son boxer et de sortir son porte-feuille, sans même remarquer la photo qui était glissée. Il alla payer la femme qui emmenait le chocolat et en emmena une barre avec lui, revenant et regardant Olivia, la lui tendant.

Parcontre, en lui donnant le chocolat, il réalisa quelque chose. Les photos. Il y en avait dans le tiroir, une bien en vue sur le lit et le visage d'Olivia peignait une expression qu'il devinait, était dûe au fait qu'elle savait tout, ou du moins qu'elle croyait tout savoir. C'était leur première photo de famille qu'il traînait toujours ainsi. Emmy était encore toute petite sur la photo et Sarah était magnifique, comme d'habitude. Ses yeux s'embrouillèrent à la vue de l'image et il se retourna, ne voulant pas qu'on le voit. Il entendit Olivia dire sur un ton sec, dûr et certainement en colère, qu'elle n'avait pas faim. C'était normal. Il regrettait à présent. Il regardait l'image et réalisait son geste, ne remarquant pas que la jeune femme se rhabillait. Heureusement, puisqu'il le lui aurait peut-être demandé. Il se sentait si mal à ce moment-là, ne sachant que dire et que faire, restant simplement silencieux jusqu'à ce que ses épaules soient secouées par les sanglots. Parce qu'il pleurait à présent. Aaron était faible, lorsqu'on s'attaquait à son point faible. Il murmura avec difficulté, sans aucun sanglots, qu'il ne voulait pas en parler. Phrase difficile à dire, mais il le pensait. Pourtant, Olivia elle ne sembla pas de cet avis. La rage au coeur, elle parlait derrière son dos avec une fureur digne d'une femme faite cocue. La seule femme qui était cocue, à ce moment-là, c'était Sarah. Sarah qui ne serait jamais là pour se défendre, qui ne saurait peut-être jamais, qui ne serait jamais là pour l'engueuler, lui crier dessus, pleurer, le faire dormir sur le canapé parce qu'il était le pire des salauds. Non, à la place il était coincé avec Olivia qui était persuadé que Sarah était toujours vivante. Si seulement c'était vrai. Il serait toujours au lit à ce moment-là, avec elle, probablement à faire l'amour. Il ferma les yeux à cette vision et une larme coula sans qu'il ne puisse l'arrêter. Il resta silencieux à partir de ce moment-là, tremblant à cause des sanglots, mais n'arriva pas à prononcer un seul mot. Bien entendu il se doutait qu'elle reprendrait sa crise bientôt, elle était une femme, mais il voulait profiter du répit. Il devait se reprendre en main, il ne pouvait pas pleurer ainsi, il devait se contenir. D'ailleurs, c'est pour cette raison qu'il resta muet lorsqu'elle lui cria littéralement, furieuse contre son attitude, qu'elle lui parlait. Il le savait qu'elle s'adressait à lui. À qui d'autre pourrait-elle crier ces questions. Il était le fautif, le traitre dans cette histoire. Celui qui l'avait poussé à l'impardonnable, bien qu'elle ne savait pas que ses gestes n'étaient pas réellement mauvais, que ce n'était que sa faute à lui, et qu'en fait, il y avait tout simplement malentendu puisque Sarah était décédée. Il ne se sentait pourtant pas apte à lui en parler.

C'est d'ailleurs pour ça qu'en premier lieu, lorsqu'il la sentit se rapprocher de lui, se coller finalement à lui, même, il ne dit d'abord rien du tout. Il préférait la laisser faire, tenter de comprendre quelle serait la prochaine réaction excessive de la jeune femme, puis il soupira lorsqu'elle ne fit que prononcer son nom interrogativement, se demandant probablement ce qui se passait avec lui ou bien peut-être même qu'elle voulait simplement savoir s'il l'écoutait. Car ça où il l'écoutait. Il se sentait d'ailleurs comme le pire con de l'histoire depuis qu'il était dos à elle, au pied du mur pour raconter son histoire. Il finit par murmurer, la voix faiblarde à cause d'avoir pleuré :


"Je t'ai dis que tu ne faisais rien de mal parce que c'est vrai. La seule personne à qui tu fais du mal en venant ici, c'est à moi, parce que tu me rapelles Sarah. Ce n'est pas une tentative pour te rendre jalouse, contrairement à ce que tu as peut-être compris."

Il saisit une photo dans le tiroir de la table de chevet. Une des dernières prises, datant de la journée avant la mort de sa femme et sa fille. Sarah attachait les lacets d'Emmy qui semblait protester de sa mine d'impératrice, typique d'un enfant de cet âge-là. Il pointa chacun des visages et commenta au fur et à mesure.

"La petite fille s'appelait Emmy. Et la femme, si tu n'as pas encore compris, Sarah. Et je ne suis pas le parfait salaud qui abandonne sa famille comme tu le dépeinds si facilement, désolé de te décevoir."

Il se leva et s'éloigna d'elle, ramassant ses choses, ramassant le chocolat et attrappant les menottes, les donnant à Olivia assez brusquement. Changement de situation, Aaron se montrait maintenant farouche et désagréable. Il refermait sa coquille habituelle, la plaisanterie avait assez duré. Haussant le ton un peu trop fort, il termina ses paroles sur un ton sec, brusque, un peu méchant avant de disparaître dans la salle de bain sans avoir oublié sa bouteille de whisky.

"Tu veux vraiment savoir ma vie Olivia? Il y a six mois, j'avais une femme magnifique, une fille adorable. Je projettais d'avoir un ou deux enfants de plus si possible, trois si j'en avais la chance, et maintenant je n'ai plus rien. Pourquoi? Parce que je ne sais pas quelle espèce de saloperie a massacré ma famille à quelques mètres de moi à peine pendant que je dormais. Et moi je m'en suis tiré. Maintenant que tu sais tout à propos de ma venue ici, tu peux foutre le camp. J'ai l'habitude d'être le méchant dans l'histoire, de toute façon."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Dim 28 Sep - 0:22

    Olivia était de nature très peu prévoyante. Elle ne pensait pas à prévoir des vêtements plus adaptés pour la chasse, un parapluie stupide en cas de mauvais temps, une fin en cellule après une grosse bêtise. Et bien qu'elle ne s'en plaignait pas habituellement, aimant le fait de vivre dans le présent et seulement dans le présent, elle aurait peut-être aimée sur ce coup ci avoir un aperçu de ce qui l'attendait avec Aaron. Parce qu'elle venait tout simplement de se prendre des multiples poignards en plein coeur. Elle aurait peut-être pu se préparer psychologiquement et être plus apte à digérer ces mots envoyés en pleine figure. Or, il n'en était rien. Elle obtenait ses réponses à ses questions, entourant toujours l'homme avec ses bras, voulant certainement le rassurer et le calmer, et pourtant, elle n'avait pu être soulagée. Ces mots la tuaient de par leur contenu, déçue de ne pouvoir jamais compté pour le chasseur, déçue du fait que ça ne soit peut-être pas lui en fin de compte son premier amour. Parce que oui, cette femme passant son temps à se salir avait retrouvé un espoir, espérant aimer et être aimée en retour, voulant inconsciemment se stabiliser. En plus de la déception, il y avait la culpabilité aussi. Elle venait de saccager Aaron en faisant irruption dans sa vie, en évoquant son passé, elle avait couché avec un homme qui n'était pas au fond totalement libre. Et ça, elle le réalisait lorsqu'elle avait les yeux fixés vers cette si belle petite fille. Et puis bien entendu profondément peinée pour lui, voir choquée. Son coeur était en apparence en pierre, mais intérieurement en or. Et en tant qu'être humain, entendre de telles choses l'avaient remué cela allait de soit. Parce que ses propos étaient significatifs, il parlait des femmes de sa vie en utilisant le passé. Elle comprit sur le coup que les mots ne pourraient pas le réconforter. Et elle se tut. Son premier réflexe étant de lui tenir la main pour lui montrer qu'elle était là. Mais il ne lui laissa pas l'occasion et s'éloigna d'elle très froidement. Aussitôt, Olivia sentit son coeur qui se serra encore plus qu'à la fois précédente. Il la fit se sentir coupable. Elle l'avait jugé très facilement, oui c'était vrai. Elle l'avait mis dans le même panier que les autres membres de la gente masculine. Ce n'était pas de sa faute, il avait été bien trop silencieux à l'égard de son passé. Et puis la jeune femme n'avait jamais eu de relation en dehors du conflit avec les hommes, coucher et apprécier c'était une nouveauté. Comment aurait-elle pu lui faire totalement confiance alors qu'elle ne le connaissait pas tellement, et alors qu'elle s'était faite mal traitée par tous ses anciens partenaires ? Regrettant d'avoir posé toutes ces questions, de l'avoir ramené dans ces douloureux souvenirs, et le voyant l'abandonner comme tout le monde l'avait abandonné, les larmes continuèrent de monter à son tours. Et c'est en tentant de se contrôler qu'elle essaya de lui montrer à quel point elle regrettait sa maladresse, l'interrompant avec beaucoup de mal.

    Aaron...je suis désolée. Pour ta femme, ta fille, et pour ce qui s'est passé entre nous. Si j'avais su je...

    Seulement elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'il continuait déjà sa lancée. Continuant ses révélations foudroyantes, qui semblaient comme des lames de couteaux, qui la transperçaient. Une petite fille et une femme tuées par une créature inconnue. Ces mots étaient prenant, et lorsqu'on était chasseuse, il ne fallait pas plus d'une seconde pour se faire une idée. Et Aaron ne le su pas, ne le saura d'ailleurs probablement jamais vu l'ampleur de la situation. Tout comme elle ignorerait peut-être sa mission. Peut-être ignorerait-il également ses pensées la traversant, le fait qu'elle était prête à accepter son passé, à accepter son coté d'homme ne désirant qu'une seule chose : former une famille, à le soutenir qui savait, l'aider, et puis...à aimer pour une première fois. Il semblait la juger sans même essayer de voir ce qui était vraiment en elle. Même pire que cela, il semblait s'en moquer éperdument. Ce qui était des plus blessant. Elle l'avait vu désagréable, mais jamais à ce point. Elle attrapa les menottes et les chocolats qu'il lui jeta comme au visage. Jamais elle ne l'avait considéré comme impardonnable. Jamais elle avait pleuré pour un homme Et pourtant...là les larmes montaient. Se sentant chassée, d'ailleurs l'ayant entendu la chasser, elle le regarda commencer à aller direction la salle de bain sans un mot au premier abord. S'étant dit que la situation était dure à supporter pour son coeur qui payait cher, mais que de toute manière, partir était la meilleure chose à faire. Elle aurait probablement du mal à se faire à l'idée qu'elle ne serait plus confrontée à lui, mais elle ne souffrirait plus comme elle souffrait. Et puis...il y avait aussi son coté de femme qui venait de voir un homme lui livrer tant de choses le rongeant, des choses inqualifiables. Sa réaction était excessive, mais probablement liée à la souffrance. Et la chasseuse avait au final gardé son âme d'enfant prête à sauver une âme qui lui était chère. Elle tenta donc de contrôler ses nerfs qui lâchaient. Mais elle ne pu contrôler l'expression de son ressenti. Partir sans lui avoir avouer toutes ses choses en elle, sans avoir tenté d'arranger les choses et de savoir ce qu'il en était réellement entre eux deux. Elle se mit donc à le retenir, une dernière fois...posant les objets tenus sur le lit subitement et courant vers le jeune homme pour le tenir par le bras.

    Attend stp ! Fais pas comme les autres, ne m'abandonne pas comme ça, ne me tourne pas le dos...si tu savais comme je me sens coupable ! Pour t'avoir mis dans le même panier que les autres hommes mais aussi pour t'avoir tenté et ramené à des choses douloureuses. Je n'ai jamais voulu jouer avec toi, j'ai cru que...pendant un moment je me suis dit que quelque chose était possible, j'ai même cru vraiment tenir à toi et être apte à changer, j'aurai fait n'importe quoi pour t'aider...je suis peut-être trop optimiste ou complètement folle mais je refuse de te laisser me chasser comme ça. Je ne m'en irai pas. Laisse moi t'aider.

    Lui dit-elle droit dans les yeux, se retenant de s'approcher davantage, des larmes semblant vouloir s'échapper qu'elle continuait de retenir, d'une voix d'individu à la fois déterminé, sensible et souffrant. Probablement anéantie par l'attitude du chasseur à son égard, mais pas totalement, voulant encore tout sauver. Olivia venait encore une fois de réagir comme elle ne réagissait pas habituellement, de se montrer assez surprenante et compréhensible, et même moins dans sa réserve, jouant le tout pour le tout, allant jusqu'à se révéler. Après tout ils étaient partis dans la sincérité. Prête à tout également pour sauver sa seule relation qui importait à ses yeux. Relation peut-être pas sincère dans les deux sens. Elle ne pouvait pas penser réellement qu'il tenait à elle comme elle semblait commencer à tenir à lui, surtout après une telle violence verbale de sa part. Peut-être pas tout à fait sentimentale aussi, Olivia ne pouvait être totalement amoureuse d'un homme qu'elle n'avait pas encore pu explorer. Mais relation qui lui donnait de l'espoir et la passionnait. Ca on pouvait le dire. Pour cela, pour garder ce bien précieux, elle était prête à mettre son égo de coté et sa souffrance entre parenthèses dans le but d'améliorer la situation et de venir à la rescousse de quelqu'un qui était tout de même si glacial, voir effrayant. Il y avait aussi une chose à savoir, c'était que même si Aaron était de nature colérique avec un caractère fort, particulièrement lorsqu'il souffrait, il avait en face de lui une fille très bornée et aussi remontée qui pourrait rentrer dans son jeu éternellement...Olivia était comme lui. Et quand elle appréciait quelqu'un, elle se donnait entièrement. Et là, elle pourrait se battre avec lui des heures et des heures s'il le fallait, pour en venir à bout. Quitte à même rester dans cette pièce avec lui alors qu'il ne le désirait pas, quitte à se faire renvoyer par la force et revenir ensuite même en risquant de prendre encore plus cher qu'à la fois précédente. Après tout, étant donné qu'elle avait l'air de ne plus rien avoir, elle ne pourrait avoir que davantage dorénavant.

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Mer 1 Oct - 1:14

Il savait qu'il avait été affreusement méchant au plus profond de son être. Il ne se l'admettait pourtant pas puisqu'il avait peur de savoir pourquoi il agissait ainsi avec Olivia. Peur d'oublier sa vie d'avant s'il s'ouvrait totalement à elle, s'il lui racontait chacunes de ses faiblesses qui faisaient de lui tout au fond de sa carapace un semblant d'homme aussi larvesque que névrosé. Il se montrait dûr pour ne pas souffrir, mais pourtant il ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il ne pouvait pas fonctionner comme ça avec Olivia. Qu'être dûr et méchant avec elle, ce ne serait pas comme avec les autres, qu'elle récidiverait, tenterait à nouveau de se rapprocher de lui autant qu'il tenterait de s'enfuir d'elle. Plus il se ferait méchant alors, peut-être lui briserait-il le coeur, mais il devinait qu'il devrait s'y prendre assez curieusement pour briser le coeur de la demoiselle toujours repoussée qui lui avait été dépeinte. Bouteille à la main, il la quittait donc cette même demoiselle, se disant qu'il n'aurait plus jamais affaire à elle. Ni à personne d'autre, il devinait qu'elle raconterait tout à tout le monde. Il ferait peut-être mieux de faire sa valiser ce soir, peut-être valait-il mieux quitter tout de suite. Il passa devant la jeune femme en vitesse, toujours cet air mi-furieux et mi-triste, puis il sentit quelque chose l'arrêter. Une main chaude s'était agrippée à son bras et semblait le supplier de s'arrêter, alors il le fit. Il se tourna vers ce qui s'avéra être encore une fois Olivia qui comme prévu tentait de ramener les choses sous son contrôle. Elle prit la parole et quelque chose dans ses mots fut tout simplement trop douloureux pour lui. Elle s'excusait, laissait tomber sa fierté pour lui. C'était touchant, et lui l'imbécile voulait la chasser. Un trémolo dans la voix, cette allure piteuse, il se sentait face à elle comme le type sans sentiments qui se moquait bien de cette belle jeune femme qui pourtant avait l'air de pouvoir se donner corps et âme que pour lui. Elle disait qu'elle n'aurait pas dû le mettre dans le même panier que les autres mais c'était lui le fautif, lui qui n'avait jamais voulu lui avouer son histoire. Il connaissait sa biographie en entier, mais elle ne connaissait rien de lui. Elle n'avait pas pu deviner. La voir si triste le fit réagir. Il jeta la bouteille sur le lit et posa une main sur la joue d'Olivia, parlant soudainement doucement, calmement. Comme il n'avait jamais parlé auparavant, juste pour elle. Il n'avait jamais parlé de cette façon à Sarah, elle n'avait jamais eu besoin sans doute d'être rassurée comme il se devait de le faire avec Olivia. Il se rappelait sa nature incertaine et le fait qu'elle se mettait littéralement à nue devant lui le dévastait. L'armure venait de tomber, il déposa délicatement ses lèvres sur son front pour un baiser avant de murmurer, contre son visage, qu'il s'excusait. Au fil de ses paroles, il éclata en sanglots, sans même prendre la peine de se retenir.

"Je ne te chasse pas Olivia. Mais tu peux partir si tu ne me crois pas. Si tu penses que je suis un tueur. Je ne veux pas te laisser tomber. Je ne suis pas comme les autres, Ok? Je m'excuse moi. C'est moi l'imbécile. Si j'avais tout dit dès le début, ce ne serait même pas un problème. Seulement.. Je préfère toujours ne pas en parler, parce que je passe pour un fou à chaque fois. Ici, je suis en paix, personne ne me connaît donc on ne juge pas. Chez moi, les gens me dévisagent. Ils pensent que c'est ma faute. Tu penses que je suis fou, Olivia? Que je les ai tuées? Que j'aurais été assez cruel pour tuer ma femme et ma fille? Eux ils le croient. Ils pensent que je la trompais, que je voulais en finir. Qu'elle voulait divorcer et que je ne pouvais pas m'y faire. J'ai pas envie que tout le monde ici sache que je n'ai rien pu faire... Que j'ai laissé Sarah et Emmy se faire tuer quand moi je suis encore en vie."

Il s'éloigna d'elle un instant, tentant de reprendre le contrôle de lui-même, puis se retourna vers la jeune femme pour l'embrasser, subitement, sans dire un mot. Il démontra une tendresse rare chez lui dans son geste.

"Ne le prends pas comme une insulte. Tu me rapelles Sarah, c'est tout."

[Haan j'fais que des posts de merde ces jours-ci TT]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Ven 3 Oct - 22:24

    Olivia n'avait pu prévoir la réaction violente du chasseur ainsi que la souffrance ressentie suite à cet acte, mais elle n'avait pas pu non plus prévoir sa réaction remplie de tendresse la suivant. Et cela avait eu l'effet pour elle d'une magnifique surprise. On lui avait toujours enseigné qu'il n'était pas bon de mettre son coeur à nue, de se dévoiler, de pleurer, de montrer un quelconque sentiment rempli de faiblesse. Or, elle n'avait pas pu empêcher cette révélation soudaine. Et étrangement, elle n'avait pas reçu de gifle mais un baiser posé sur son front. Peut-être parce qu'elle était face à une personne normale, avec un minimum de sensibilité, ou peut-être que l'homme qui se trouvait maintenant près d'elle avait lui même fait tomber sa carapace. Aaron en possédait une alors ? Oui, et bien qu'Olivia l'avait secrètement perçu depuis longtemps, elle ne s'était pas attendue à être celle qui soulèverait son masque. Et pourtant...pourtant c'était le cas. Elle ne savait pas ce qui se passait réellement entre eux, tantôt un lien basé sur le mépris, mais suite à ça, celle ci ne pouvant pas s'empêcher de l'embrasser, un espèce de jeu sans fin. Mais ce qui était sûr, du moins pour elle, c'était que c'était fort, et plutôt unique. Plusieurs sentiments l'occupaient donc : un sentiment de satisfaction, Olivia ayant réussi à sauver ce qui lui restait d'une relation, peu importe le caractère de celle ci, et puis la chasseuse se trouvait touchée aussi, sentant son coeur se serrait alors qu'elle n'avait les lèvres du chasseur qu'à plusieurs centimètres des siennes. Ressentant à ce moment là une envie enivrante de l'embrasser, ses excuses et sa douceur commandant sa conduite. Et puis peinée par rapport à lui. Il n'y avait rien de pire que d'observer un homme pleurer. Et que d'entendre de telles atrocités...Elle l'aurait probablement pris dans ses bras si elle en avait l'occasion, l'aurait embrassé avec un but qui n'était pas seulement d'assouvir ses désirs mais de le consoler, de l'appuyer. Seulement...seulement en plus du fait qu'Aaron commençait à s'éloigner d'elle pour se reprendre, Olivia se mit à sentir un sentiment de gêne la parcourir. Trop de sentiments d'un coup ! Trop de révélations ! Elle se trouvait bien trop réservée pour ne pas être perturbée. Elle se conduit donc en lâche et se contenta de se montrer silencieuse face à lui, un besoin de faire revenir sa froideur. Sauf qu'elle ne tint pas longtemps. Le voir comme ça la torturait, et elle finit par parler au bout d'une bonne demi minute. D'une voix de jeune femme toujours aussi déterminée et rassurante. Soufflant un bon coup, secrètement avant d'intervenir, parlant donc dans son dos, chose plus facile à vrai dire, surtout lorsqu'une larme coula sur son visage angélique.

    Mais je me fou de ce que pensent les gens ! Ils parleront toujours et tu le sais. Ce qui importe pour moi c'est que j'ai confiance en toi. Je sais que tu n'as pas pu faire de telles horreurs. Et puis je t'interdit de culpabiliser durant ne serait-ce qu'une seule seconde. Le seul responsable dans cette histoire c'est cette...chose. Et puis tu n'as pas besoin de toujours être fort. Surtout face à moi.

    Bien sûr elle lui montrait qu'elle avait toujours la volonté de l'aider, qu'elle le soutenait, mais à aucun moment elle ne prévu de lui faire part de son ressenti, à propos de cette explosion mutuelle trop présente. A propos aussi du fait qu'elle ne se sentait pas assez forte elle même pour deux. Elle avait déjà elle même à surmonter la perte de sa soeur, à accepter sa faiblesse intérieure, à s'assumer. Comment pourrait-elle aider alors quelqu'un qui se trouvait dans le besoin. Elle qui avait en plus tout au long de sa petite vie connue que le mot égoïsme et indépendance. Il y avait donc une part de mensonge, bien qu'aussi une grande part de vérité. Celle ci voulait changer, évoluer, et voulait vraiment être là pour le chasseur. Elle ne lui avoua donc pas ce genre de pensées négatives, l'épargnant. Il était toujours de dos par rapport à elle quand il l'embrassa d'une manière subite et qu'il obtint ses lèvres par surprise. La jeune femme aurait pu le rejeter, toujours aussi submergée, mais ne le fit pas. Le désir l'emporta, et lorsqu'il se justifia, elle ne répliqua même pas. Tentant d'oublier ses mots douloureux et le réembrassant à son tours d'une manière d'abord très douce qui lui montrait qu'il était impossible de continuer à se mentir aussi longtemps. Car cette façon de faire reflétait tout l'intérieur de la chasseuse, son intérieur de jeune femme tourmentée qui montrait à Aaron que ses émotions avaient pris le dessus chez elle, et bien entendu qu'elle était loin d'être indifférente à son égard, pleine de tendresse face à lui. Ce baiser dura d'ailleurs si longtemps qu'elle s'arrêta seulement parce que sa respiration était coupée. C'est d'ailleurs là qu'elle essuya les larmes de celui ci, l'embrassa partout sur le visage et murmura à son oreille...

    Je te promet que je te ferai oublier tout ça.

    Mais les choses ne s'arrêtèrent pas là. Respiration reprise, elle se jeta sur lui une nouvelle fois pour lui donner un nouveau baiser, ayant décidé de jouer les prolongations. Et cette embrassade ne fut pas aussi tendre qu'à la fois précédente. Elle se fut plus fougueuse, passionnée, sentimentale, sa langue se joignant à la sienne. Olivia s'agrippa carrément à l'homme, afin de se coller à lui, de se retrouver dans ses bras, bien à sa hauteur. Le désir montait, les sentiments montaient, plus le temps passait plus elle avait l'impression de commencer à aimer. Et elle cru même ne jamais avoir autant envie de lui qu'à cette fois ci. Peut-être que ce retournement de situation incontrôlé était du à cette fusion d'émotions encore une fois, les deux pleins de larmes s'étant quelque part rapprochés plus encore. Elle fit partager son sentiment au chasseur en prenant quelques secondes pour le regarder droit dans les yeux en lui disant tout simplement.

    Aaron...

    Il n'était pas nécessaire de terminer sa phrase, elle continua sa lancée aussitôt. Quand soudainement, elle fut ailleurs..."Tu me rappelles Sarah". Cette phrase avait été dite bien avant qu'elle prenne le dessus sur la situation, et pourtant, il n'y avait que maintenant qu'elle réagissait intérieurement, le désir quelques minutes avant ayant empêché au drame de se produire. Connaissant l'histoire du chasseur, elle le comprenait éperdument. De plus, les choses entre eux n'étaient pas réellement concrètes et elle l'avait pas à se montrer jalouse. Il était certain que celui ci aimerait toujours sa femme. Sauf qu'Olivia se sentant tout de même offensée par ses paroles. Il ne pouvait pas l'embrasser et penser à une autre, c'était inconcevable. Et malgré le fait qu'elle tenait à lui, elle n'était pas assez naïve pour se laisser mener par le bout du nez et avoir le rôle d'une roue de secours, d'une remplaçante. Dans les relations, chez elle, c'était souvent un : tout ou rien. Ainsi, elle lui laisserait qu'une solution : l'accepter pour elle même. Autrement bien entendu, elle le mettrait de coté, même avec du mal. Il y avait aussi un autre coté : son autre coté qui lui dictait encore une fois de risquait le tout pour le tout au lieu de tout perdre. Il sous entendait qu'elle ne lui plaisait pas vraiment, ou qu'elle lui plaisait par rapport à son épouse. Néanmoins, Olivia commençait à être persuadée qu'il y avait quelque chose de plus fort à explorer. De plus, elle ne se trouvait aucun point commun avec cette Sarah qui était d'après elle bien supérieure à elle même. Elle fut donc décidée à lui faire cracher le morceau, tentant une nouvelle fois de tout sauver, et le mit directement au pied du mur. Soit il se passait quelque chose avec elle même et non elle transformée en Sarah, ou soit il n'y avait que du vent et dans ce cas ils ne seraient jamais rien d'autre que des amis, ou des connaissances. Désirant toujours Aaron, elle s'était arrêtée nette, frôlant ses lèvres. Et c'est toujours à seulement quelques centimètres de celle ci, se retenant de l'embrasser avec difficulté qu'elle lui dit, avec une intensité dans la voix et dans le regard, comme le poussant à la désirer plus encore et à le garder près d'elle...

    C'est tout ? C'est vraiment tout ?? Regarde moi dans les yeux et dis moi que je ne suis pour toi rien d'autre qu'une sorte de copie, que je ne suis rien de plus à tes yeux qu'une ressemblance, alors qu'elle, elle est belle et que moi je suis une épave, qu'elle est blonde et que je suis brune, qu'elle est douce alors que je suis une brute. Dis moi qu'il ne se passe rien entre nous...que tu ne ressens rien de ce que je ressens en ce moment. Dis le moi...et j'accepterai qu'on ne franchisse plus la zone rouge.

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Dim 5 Oct - 19:36

    Elle était dos à lui, ne pouvait donc pas le voir pleurer comme une madeleine. Il était faible, avait tout oublié de sa fierté, de tout cet orgueil mal-placé dont il était habituellement paré. Il n'était à ce moment-là qu'un pauvre imbécile qui pleurait devant une femme qui n'avait rien à voir dans cette histoire. Il fermait les yeux, tentait de se maîtriser, de ne plus pleurer et avait arrêté de raconter ces frustrations, ces plaies béantes qui semblaient ne jamais vouloir guérir sauf lorsqu'il buvait trop. Il savait qu'elle le jugerait, tout le monde le jugeait. On le croyait meurtrier et cette simple idée lui faisait excessivement mal, trop mal pour qu'il puisse s'en remettre. Aaron était capable de supporter de nombreuses choses mais que le meurtre de sa fille et sa femme lui soient remis sur le dos le tuait littéralement. Comme s'il était un tel monstre, et il sentait le regard d'Olivia se planter dans son dos, l'accusant aussi de ce crime irréaliste. Et il ne pouvait pas supporter de savoir qu'elle devait y croire elle aussi. Il ne pouvait pas être traîté en monstre par elle, il l'aimait trop. Car plus il y pensait, plus il se croyait amoureux d'elle. Quelque chose de fort s'émanait d'elle à chaque fois qu'il la voyait, et il ressentait chez lui quelque chose d'aussi fort qu'il avait pu ressentir au début avec Sarah. Pourquoi tout revenait toujours à Sarah? Il ferma les yeux et prit une grande respiration pour se maîtriser, il commençait à être épuisé du retour en force permanant de son épouse dans cette nouvelle vie qui n'était plus la leur. Il expira bruyamment en entendant parler Olivia, puis resta immobile, réfléchissant à ce qu'elle lui disait. Il fallait l'avouer, ses paroles le touchaient énormément. Elle lui racontait que les gens parleraient toujours, mais qu'il fallait s'en moquer. Elle n'avait pas tord, mais il était difficile de vivre en sachant qu'on vous soupçonnait du meurtre de votre femme et votre fille. C'était particulièrement difficile pour Aaron qui lui orgueilleux de nature tenait à passer pour un homme juste et droit. Car il était juste et droit, avait changé depuis toutes ces années de débauche. Et là encore, il n'avait jamais pensé à tuer qui que ce soit. Il trouvait les meurtriers lâches. Olivia lui avait dit qu'elle l'interdisait de culpabiliser pour ne serait-ce qu'une seconde. Il culpabilisait tout de même. Elle ne pouvait pas s'imaginer à quel point il culpabilisait, comme elle culpabilisait sans doute à propos de sa soeur décédée. Aaron ne voulu pourtant pas s'immiscer dans cette histoire et resta dos à elle, ne voulant pas la faire souffrir, après tout il n'était pas là pour lui évoquer des souvenirs douloureux, il savait lui-même trop ce que c'était que de les revivre. D'autres part, quelque chose vint le préoccuper quelques secondes. L'hésitation lorsqu'elle lui dit que c'était la faute de cette 'chose' . Comme si elle savait de quoi il s'agissait. Comme si elle connaissait l'existance de ces satanés vampires. Il fallait qu'il arrête d'imaginer des trucs. Elle ne devait pas y croire, elle lui semblait trop terre à terre pour croire à de telles conneries. Lui même n'y avait pas cru avant d'en tuer un. Le fil de ses pensées s'inversa lorsqu'elle lâcha le dernier morceau. Il n'avait pas à se montrer toujours comme quelqu'un de fort. Comme s'il n'avait pas besoin de ça. Toujours dans sa vie il avait ravalé et tenté de canaliser. Il ne pouvait pas du jour au lendemain devenir une lavette parce qu'Olivia ne voulait pas qu'il ait toujours l'air fort et tout puissant. Encore moins face à elle. Aaron ne pouvait pas se voir fléchir devant elle, après tout il était persuadé de devoir tout lui prouver pour qu'elle l'apprécie. L'instinct typiquement mâle, sans doute, bien que ridicule. Il était toujours à réfléchir lorsqu'il se sentit fléchir et qu'il pivota, se retrouvant penché sur le visage de la jeune femme, l'embrassant comme ça, par pure impulsion. Il était en train de tomber amoureux d'elle. C'était clair.

    Pourtant, les seuls mots qu'il put bredouiller furent qu'elle lui rappelait Sarah. Il crut d'abord la blesser mais elle l'embrassa de plus belle et il ne refusa pas ses lèvres. Même qu'il eut comme premier réflexe de mettre une main sur sa taille, l'autre se glissant sur la joue de la jeune femme et pendant qu'il l'embrassait, il lui semblait qu'ils recommençaient à zéro leur jeu de tout à l'heure. Après la crise, la réconciliation. Comme lorsqu'il haussait un peu trop la voix avec Sarah. Une larme, minuscule mais traître de ce qu'il ressentait, jaillit du coin de son oeil. Il voulu l'essuyer mais Olivia fut plus rapide. Elle balayait son visage de ses lèvres et Aaron tentait d'embrasser tantôt son menton, tantôt son nez, alors qu'elle faisait pareil. On aurait dit qu'ils se dévoraient mutuellement, mais à ce moment là il n'aurait pas arrêté pour rien au monde. Elle lui murmura finalement qu'elle lui ferait oublier ça. Aaron l'embrassa de plus belle, à cette idée. Touché par la volonté de cette jeune femme qui à l'habitude se montrait bagarreuse et qui décidait de le consoler lui et son coeur de mauviette. Elle voulait qu'il oublie toute cette souffrance mais avait-elle seulement idée de ce qu'il pouvait endurer. Les regards accusateurs, la police, les déclarations à celle-ci. Tout le temps qu'il avait erré comme un fou, ne se souvenant de rien. Que s'était-il passé durant tout ce temps-là? Trou noir. Il ne voulait dans un sens plus oublier. Parce qu'il savait que s'il oubliait encore, il ne se rappelerait plus. Et même si peut-être Olivia aurait espéré qu'il ne sache plus rien à propos de sa vie d'avant, il voulait garder un souvenir, le moins altéré possible, de feu sa femme. Il allait lui dire quelque chose, enfin prendre la parole, mais quelque chose l'en empêcha. Olivia venait de se jeter encore dans ses bras et l'embrasssait à nouveau, avec cette douceur et cette fougue simultanée qui eurent pour réflexe d'Aaron de reculer, s'appuyant contre le dos du canapé. Une de ses mains se logeait sur la nuque de la jeune femme tandis que l'autre, par pure pulsion, se logea sur la cuisse d'Olivia, la plaquant contre lui, rageusement. Les larmes étaient passées, il les refoulait à nouveau. C'était à son tour à elle d'avoir le visage humide d'émotions. Il l'embrassait toujours tendrement, fougueusement, puis elle murmura son nom.

    Ensuite, plus rien. Elle semblait s'être refroidie comme un glaçon, ne se montrant plus joueuse. Ne voulant pas la gêner, Aaron la lâcha, la laissant faire ce qu'elle voulait. Il ne voulait pas la brusquer, ce n'était pas son genre. Il n'était pas encore au point de forcer les femmes à faire ce qu'il voulait. Elle frôlait simplement ses lèvres puis prononça finalement ce qu'elle avait en tête. Aaron resta coi. Elle semblait exploser, s'exprimant sur tout ce qui la tracassait. Et lorsqu'il eut en face les faits qu'elle lui exposait, il resta un instant froid, renfermé avant de devenir soudainement calme et de lui sourire. Il la rapprocha de lui et l'embrassa sur la tempe avant de descendre dans son cou, et de lui murmurer, doucement, ses mains se logeant dans son dos :

    Je n'ai jamais dit que tu n'étais rien. Et tu es belle, tu sais. Vous êtes si différentes, elle était si fragile et toi tu es si forte. Je n'ai jamais dit que tu n'étais qu'une simple ressemblance. Sarah était mon premier amour, essaie de comprendre. Mais ce n'est pas une raison pour croire que tu ne vaux rien pour moi.

    Il avait terminé sa phrase en la regardant dans les yeux, et l'embrassa doucement avant de la pousser sur le lit, s'allongeant contre elle et l'embrassant sur la joue. Il monta sur elle et plongeant son regard dans le sien, il l'embrassa, murmurant contre ses lèvres, glissant sa main sous son haut :

    Tu sais quoi? T'as raison. On s'en moque, les autres peuvent aller au diable. Et si on foutait le camp en quelque part? Juste toi et moi. J'ai pas envie de rester ici indéfiniment et j'ai pas envie non plus de te donner raison. Tu me laisses pas indifférent comme tu le crois tu sais. Même que j'ai pas envie de partir d'ici si tu pars pas avec moi. Tu viendras avec moi. Je vais vendre ma baraque pour éviter les souvenirs et surtout t'éviter de vivre parmis les fantômes de Sarah et on déménagera en quelque part de sympa, il paraît par exemple que le Maine est très bien pour élever des enfants. Tu voudras bien des enfants, non? J'me trouverais un nouvel emploi, tu en trouveras un aussi et on se fera un ménage. J'ai envie de recommencer à zéro.

    Il l'embrassa à nouveau et posa une de ses mains entre ses cuisses, sur le pantalon de cuir qui lui nuisait, et il reprit la parole, cette fois-ci plus calme, paraissant plus logique dans ses paroles. Toutefois, on ne pouvait toujours pas savoir s'il blaguait ou non lorsqu'il parlait de partir.

    Tu n'es pas une copie et pour ce qui est des sentiments, je pense qu'ils sont partagés. Comprends par contre que si pour toi l'engagement n'est pas dans tes idéaux, ça ne marchera pas. Tu sais quoi, même que plus j'y pense, j'ai envie qu'on se marie. Ça peut paraître un peu fou, je n'ai pas de bague ni rien pour toi, mais Olivia, est-ce que tu veux m'épouser? On fera ça discrètement si tu veux. Tout ce que je veux, c'est que tu sois à moi, juste à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Lun 6 Oct - 23:27

    Et encore une fois, Aaron avait su trouver les mots justes pour rassurer Olivia. Le seul qui semblait exactement savoir comment s’y prendre pour l’amadouer, qui savait tenir le bol de lait tendu à ce chat égaré sans le faire fuir en courant. Fuir en courant…telle était la première prédiction de la chasseuse face au revirement de situation effrayant. Dans leurs élans, le chasseur venait de passer de l’excitation et de la froideur à la douceur extrême. Au fond elle l’avait cherché. Elle avait ressenti un besoin soudain de réponses, du fait d’être rassurée à propos de leur relation, qui était de plus en plus importante à ses yeux. Ce n’était plus une simple aventure, elle n’en était pas à décider si elle reverrait l’homme avec qui elle avait sauté le pas une nouvelle fois afin de satisfaire ses pulsions, à se demander quelle serait la réaction de sa femme si par hasard elle découvrirait la trahison. Elle se demandait tout simplement pourquoi des sentiments entraient en jeu alors qu’elle faisait tout pour s’en éloigner, s’ils étaient réciproques, si elle devait partir ou se rapprocher d’Aaron. Et pire que cela : si elle avait en elle le pouvoir de changer. De changer pour devenir une personne respectable. Quelqu’un qui ne serait pas constamment en manque de cocaïne, toujours sobre, ne changeant pas de lit chaque nuit. Il la transformait…jamais elle n’avait réussi confier ses maux à quelqu’un si ce n’était à lui, jamais elle n’avait dit de mots gentils à un individu en dehors de Jennifer, mais c’était différent. Jennifer était sa seule amie, et puis une femme sensible qu’elle se devait de protéger, une sœur de cœur. Il n’y avait rien de mal à changer et devenir quelqu’un de droit, or, changer était une tâche difficile, affolante. Le chasseur la conduisait droit vers la difficulté. Et c’était ce coté là qui faisait qu’elle avait pour première réaction une réaction de panique. Allongée sous lui, l’élan d’excitation et de tendresse la transportant dans leurs baisers et caresses venait de disparaître. Et les mains du chasseurs effleurant les endroits les plus sensibles de son corps ne lui faisaient plus d'effet. A tel point que face à ses dernières paroles, la chasseuse le poussa assez violemment, se soulevant et allant se poser vers le rebord du lit. De dos par rapport à lui. Les petites scènes devenaient une habitude entre eux deux. Sans arrêt en désaccord. La jeune femme eu un long moment de silence, éloignée du demandeur. Les choses s’annonçaient réellement mal. Cependant, il ne fallait pas sous estimer Olivia, imprévisible née. Elle profita donc de cette minute solennelle pour plonger dans une profonde réflexion. Plutôt inquiétude en fait. Il y avait un millier de raisons de refuser sa proposition. D’abord ils ne se connaissaient pas assez. Raison déjà suffisante. Puis, Aaron avait encore beaucoup de choses dans la tête, un passé chargé, un deuil à faire. Et puis elle également dans cette lancée. Sans compter qu’elle était certaine de ne jamais être la femme idéale recherchée par Aaron. La petite blonde mère au foyer qui aurait le temps et l’envie de lui préparerait de bons repas avant qu’il rentre du travail, de panser ses plaies et de raconter une histoire en tant que maman poule, éternellement délicate et douce. Elle n’était pas comme ça, n’était pas certaine de pouvoir le devenir. Et de vouloir le devenir surtout. Renoncer à sa vie d’indépendante, de solitaire, de femme libre, profitant des divers plaisirs de la vie sans engagement, sans comptes à rendre. La minute de silence était passée, et elle rentra dans une colère monstrueuse, se retournant dans le but de regarder Aaron et de se révolter, lui lançant des regards accusateurs et particulièrement pénibles à supporter quand on commençait à avoir des sentiments à son égard. Etrangement, elle se comportait comme elle s’était comportée avec un certain John. Est-ce que cela exprimait le fait qu’elle avait le même genre d’affinité ? Peut-être pas…

    Tu me demandes en mariage ??? J'y crois pas tu me demandes en mariage ??!!! T'es complètement fou ! Pourquoi tu veux tout gâcher comme ça ?? J'ai jamais appris à m'occuper de quelqu'un d'autre que ma propre personne !! Pourquoi tu tiens tant à me changer ? Je te déteste laisse ma vie comme elle est !!

    Et encore une fois, sa réaction fut surprenante puisque totalement contradictoire. Complètement chamboulée et désorientée, elle explosa et se mit à pleurer d’une manière légère mais remarquable. Pendant quelques secondes, elle se cacha le visage. Ne sachant pas quoi faire, quoi répondre. Une demande en mariage ne se prenait pas à la légère. Elle n’arrivait pas à prendre cette proposition à la légère et à foncer comme elle l’aurait fait habituellement. Elle voulait continuer à luter, continuer à le rejeter et à se protéger, protéger sa vie, mais pourtant…pourtant les sentiments étaient bien là, et elle ne pouvait pas se battre contre eux indéfiniment, résister. Parce que ses aprioris étaient infondés, ils laissaient place à un désir bien plus profond que ça. Olivia n’avait pas entièrement la même réaction qu’elle avait eu avec John. Du moins pas d’une manière définitive. Parce qu’elle aimait Aaron, du moins commençait à l’aimer sincèrement. Et bien qu’elle avait ses doutes, ses craintes, en elle se trouvait le désir de réussir à changer, malgré les épreuves, réussir à se stabiliser. Car sa vie était libérée, c’était vrai, mais aussi dangereuse et pleine de souffrance. La solitude n’était pas un avantage, au contraire, elle la détestait au fond d’elle éperdument, malgré les apparences trompeuses. Et elle voulait bien se stabiliser, former une famille avoir une vie bien plus tranquille. Elle était valorisée face à lui et ceci ne la déplaisait pas. Incapable au final de s’occuper d’elle-même, il allait de soit qu’elle avait besoin d’un homme comme Aaron. Elle se voyait donc dans sa tête être cette femme parfaite dont elle rêvait secrètement et filait le parfait amour avec cet homme qui faisait battre son cœur pour la première fois de sa vie. Une petite maison dans un endroit tranquille, des enfants, un mari à aimer et sur qui compter, c’était tout ce dont elle avait toujours rêvé. Tout ce qu’elle avait refoulé dès son plus jeune âge. Oui, elle en avait rêvé du prince charmant. Maintenant face à lui, des larmes toujours pleins les yeux, elle sembla se calmer. Et se livra d’une manière plus sérieuse, sincère, tendre…

    Non je te déteste pas je...j'ai peur...Je déteste pleurer j'ai l'air d'une fleur bleue.

    Puis vint une autre chose qui vint l’apeurer, comme si elle n’avait pas assez de craintes. Sa mission bien entendu. Elle ne comptait pas l’abandonner, du moins pas tant qu’elle serait toujours sur l’étude de son éventuelle mission. Elle semblait pouvoir s’adoucir face à la haine profonde qu’elle ressentait envers la race des vampires, mais lorsqu’elle faisait une chose, elle la terminait. Elle ne pouvait pas se résoudre à accepter sa demande sans le mettre au courant, sans lui avouer qu’elle passait ses nuits dans des cimetières, des ruelles ou dans des forêts. Seulement elle était aussi anxieuse qu’Aaron à ce sujet. Il y avait des chances pour qu’il la prenne pour une folle, pour qu’il la fuit et pour que sa demande ne soit plus valable. Un cœur déchiré. Elle commença donc à jouer au jeu de la sincérité, la voix tremblante, le stress montant, lorsqu’elle changea subitement d’avis. Et que dans un élan incontrôlé, elle accepta sa proposition avec son cœur, et non avec sa tête. Ca y est son coté de fonceuse amoureuse avait reprit le dessus. Et elle se rapprocha petit à petit d’Aaron, finissant par lui attraper la main, son regard se plongeant dans ses yeux bleus océans, partant dans son délire de femme heureuse. En oubliant même les détails ennuyeux. Lui prouvant certainement qu'ils pouvaient dépasser leurs conflits, que leur relation pouvait ne pas se résumer à ça. Qu'ils pouvaient ensemble être heureux et trouver un équilibre, être en accord. Peut-être pouvaient-ils avoir plus de points communs qu'on pensait au niveau de leurs voeux de famille...

    Aaron il faut que je t'avoue quelque chose d'important. Je...la cuisine et moi ça fait deux ! C'est simple je met tout dans une casserole et j'attend le désastre. Et puis n'attend pas que je devienne la femme parfaite au bout de seulement quelques semaines. Il faudra du temps pour que je me débarrasse de mes mauvaises habitudes. Je vais avoir besoin de toi. Et puis la maison je veux qu'elle ne soit pas trop éloignée de la ville, je ne garderai pas les moutons avec toi. Quand aux enfants, pour le moment je veux une petite fille. Brune aux yeux bleus comme toi. Autrement, j'aimerai qu'on ne se précipite pas trop non plus...Et puis l'essentiel : n'oublie pas de m'offrir une jolie bague.

    C’est ensuite qu’elle devint beaucoup plus réceptive et qu’elle se jeta sur lui, le plaquant d’abord sur le lit et l’embrassant comme elle ne l’avait pas embrassé depuis de bonnes minutes. Puis le désir remontant, laissant un caractère à la fois passionné et non catholique, elle le retourna dans le but d’être en dessous de lui et lui saisit le coup pour un baiser encore plus fougueux. Ses deux bras l’entourant avec force, comme pour le pousser violemment à rester près d’elle, à ne pas l’abandonner une nouvelle fois. Puis, elle lui chuchota à l’oreille…lui faisant un aveux pouvant prouver qu'en sortant de cette pièce, elle n'aurait plus la même vision des choses. Qu'elle ne pourrait peut-être plus éprouver un désir de s'approcher des autres hommes.

    Autre chose : je suis déjà à toi !

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Lun 13 Oct - 1:01

    Il croyait l'avoir calmé, la rendre heureuse en lui annonçant ses propositions qui auraient rendu n'importe quelle femme folle hystérique, mais elle ne semblait plus réagir. La moindre de ses caresses ne semblait plus affecter Olivia. Elle ne frémissait plus, elle restait de marbre à ce qu'il tentait de lui administrer. Comme si elle avait peur de ce que sa demande en mariage voulait dire. Il tenta de l'embrasser sur la tempe et allait lui murmurer un «je t'aime» définitif lorsqu'elle le repoussa brusquement, brisant les espoirs soudains d'Aaron. C'était pire que de prendre une douche froide, elle le repoussait, repoussait donc ses avances. Elle ne l'aimait pas, en fin de compte. C'était peut-être bien un piège, elle avait simplement voulu savoir sa vie, qu'il craque. Désillusionné, il ne put qu'écouter les mots qu'elle prononçait avec indifférence. Il était bloqué. Sous le choc en quelque sorte, en transe, mais à l'extérieur, il venait à nouveau de se refermer. C'était assez, il ne pouvait plus se permettre d'oublier son masque. Il ne pourrait pas supporter une fois de plus de se faire massacrer comme ça. Aaron entendait les mots mais leur signification lui étaient illogiques. Olivia lui criait qu'il était fou de la demander en mariage, comme s'il était le dernier des cinglés d'être amoureux d'elle. Elle prétendait qu'il allait tout gâcher, alors que lui était persuadé qu'au contraire, il faisait la bonne chose. Il espérait qu'elle se reprenne en main, qu'elle réalise l'impact de ses paroles. C'était à peine si elle ne le disait pas fou, quoi qu'en quelque sorte il l'était, il était fou d'elle. Le regard bleu d'Aaron se baissa sur les couvertures enchevêtrées de leurs ébats du matin et il l'entendit bientôt sanglotter, ce qui lui fit lever les yeux. Il eut un pincement au coeur et ne put s'empêcher de s'approcher d'elle. Il posa une de ses mains sur son épaule alors qu'elle restait éloignée et se cachait le visage alors qu'elle pleurait. Il la laissa faire, il comprenait sa réaction. Sarah en avait eu une semblable, mis à part qu'elle ne le détestait pas. Il attendait maintenant simplement que la jeune femme se calme, veuille discuter calmement, même s'il était terrifié à l'idée qu'elle fiche le camp et claque la porte. Ce fut seulement après de longues secondes qu'elle se retourna enfin, les larmes aux yeux encore, et lui disait qu'elle ne le détestait pas. Ah bon? Elle prétextait avoir l'air d'une fleur bleue. Aaron s'en moquait bien, il l'aimait peu importe qu'elle ait l'air d'une fleur bleue ou non.

    Tout comme Olivia, Aaron avait une mission. Une promesse qu'il avait faite à Sarah. Il devait se débarasser des vampires, ces ordures qui avaient brisé sa vie. Il ne pouvait pas tout de suite en parler à Olivia, elle le prendrait pour un fou s'il lui disait qu'il tuait des vampires. Il ne pouvait pas non plus abandonner. Il devait continuer en secret de massacrer ces salopperies, il n'en avait pas le choix même si le fait de cacher à Olivia ses petites histoires lui faisaient mal au coeur. Il ne pouvait plus lui cacher de choses, il s'était littéralement mis à nu. La jeune femme lui prit la main et se rapprocha de plus en plus de lui, finalement, et reprenant son sérieux elle se mit à lui parler de choses banales mais qui le firent sourire, amusé soudainement par l'excitation et la visible inquiétude vis-à-vis du mariage. Elle se mit à lui raconter toutes sortes d'histoires, qu'elle était mauvaise cuisinière et qu'elle ferait une très mauvaise mère de famille par ce cas-là. Elle n'avait jamais appris à s'occuper de quelqu'un. Ce n'était pas très grave, il serait là pour l'aider. D'ailleurs, il l'aiderait à se débarasser de ses problèmes de drogue. Il y comptait, il ne voulait pas que leur couple soit saboté à cause des travers de la future ancienne vie de sa fiancée. Elle lui demanda ensuite qu'ils n'habitent pas trop loin de la ville, et elle décida qu'elle voulait une fille, brune aux yeux bleus 'comme les siens' . Il esquissa un petit sourire à cette demande et à la dernière, celle qu'elle désirait avoir une jolie bague. Il se mettrait à la recherche de celle-ci dès qu'il en aurait l'occasion, il se le promit. Après son petit discours, la jeune femme se jetta sur lui et se mit à l'embrasser avec fougue, puis les rôles furent soudainement inversés. Il était au dessus et elle était au dessous. Il l'embrassa tendrement après qu'elle lui eut dit qu'elle était déjà à lui et frissonna en sentant ses mains autour de son cou. Il eut à ce moment-là l'envie de lui faire l'amour une nouvelle fois, comme pour conclure leur dispute et leurs promesses. Il l'embrassa une nouvelle fois, plus fougueusement, puis commença à lui retirer son haut, murmurant contre sa bouche :

    Je t'aime, Olivia. Tu verras on sera heureux.

    Il lui retira complètement le vêtement et le jetta à nouveau parterre, embrassant Olivia dans le cou, lui mordillant le lobe de l'oreille avant de la regarder d'un air moqueur et de lui dire, l'embrassant à nouveau en parlant :

    Que dirais-tu d'une suite où l'on vivrait tous les deux avant de se trouver une maison? Je quitterais cette chambre, tu quitterais la tienne. On resterait au lit toute la journée et quand tu tomberas enceinte, on cherchera une maison. D'ailleurs à ce propos, il est pas question que tu fasses quoi que ce soit quand on déménagera. Je vais m'occuper de tout et toi tu vas te reposer. Je ne suporterais pas qu'il arrive quelque chose à ma femme ou mon bébé...

    Il avait dit le mot 'femme' avec une certaine fierté dans la voix et son regard s'était illuminé lorsqu'il avait parlé de grossesse. Il parlait en connaissance de cause et caressait cet avenir idéal avec une joie qu'il espérait faire connaître à Olivia. Il caressa le ventre de la jeune femme, traçant des motifs imaginaires, tout en frôlant chaque parcelle de son buste avec ses lèvres, croisant par moment le regard de la jeune femme il murmura au bout de quelques minutes à caresser la jeune femme, sans même réellement y penser:

    Si on ne devait pas aller lentement, je crois que je te ferais tout de suite notre petite fille aux yeux bleus. Il embrassa son ventre et détacha le pantalon d'Olivia avant d'ajouter: Là, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Mar 14 Oct - 23:11

    Les choses semblaient arrangées. Olivia venait de retrouver son besoin de stabilité qui était remonté à la surface, et elle se montrait plus réceptive vis à vis d'Aaron qui était à présent son fiancé attentionné. Bonne ou mauvaise chose elle l'ignorait pour le moment, et cela ne semblait pas la gêner. Elle était repartie pour se montrer tantôt cajoleuse, tantôt surexcitée par les gestes de cet homme qui avait le don de la rendre en feu. Ses besoins corporels et ses désirs passant avant sa conscience. Olivia revenue. Ainsi face à son baiser fougueux, elle lui répondit en le prolongeant, et ses mains baladeuses caressèrent une nouvelle fois son torse sans oublier la moindre parcelle de sa peau, se glissant même sans tarder dans son boxer. Elle s'apprêtait à le lui enlever quand il en faisait de même avec son haut, ce qui la mettait encore plus en état d'ébullition. Les choses semblaient être dessinées, ils étaient censées passer un nouveau moment rempli d'intensité, de fougue et de bonheur. Or, le chasseur dit une chose à sa partenaire qui l'arrêta une nouvelle fois, ce qui montrait qu'elle n'était peut-être pas encore prête : "je t'aime". Ce n'était pas étonnant vis à vis d'un homme qui venait de la demander un mariage, mais ça la chamboula. Jamais elle n'avait prononcé de tels mots, sa mère lui avait souvent interdit, ne lui avait pas donné l'occasion, et avec ses anciennes conquêtes, c'était différent. Elle ne l'avait jamais pensé. Et inversement, jamais personne ne lui avait dit. Mais le plus troublant, c'est qu'elle était incapable de lui dire la même chose alors qu'elle souriait lorsqu'il lui disait. Le sentiment d'Aaron était réciproque, c'était clair. Du moins elle le pensait réellement. Ils n'avaient pas passé énormément de temps ensemble, mais le si peu de temps passé avait été décisif pour leur vie entière. Peut-être qu'après tout ils étaient faits pour se rencontrer. Que c'était fusionnel. Certains ont le pouvoir de vous donner en quelques mois ce que personne d'autre n'a réussi à vous donner en plusieurs années. Le ressenti d'Olivia était là, il lui fallait sans doute un peu de temps pour retrouver confiance en elle, pour que cette peur au niveau sentiments disparaisse à tout jamais. Ainsi elle deviendrait probablement une mère et une femme exemplaire. Elle fut face à celui qui attendait sûrement une réponse gênée, peinée de lui provoquer une nouvelle blessure, mais aussi sincère. Sa plus grande qualité. Elle lui avoua donc son état d'esprit, ses lèvres frôlant toujours les siennes d'une manière si douce et voluptueuse...

    Je suis désolée mais je ne peux pas te répondre la même chose pour l'instant. Mais ça ne veut pas dire que je ne le pense pas...ne crois pas ça ! Laisse moi le temps d'accord ? Et puis je suis heureuse que tu me l'ai dit...je t'assure.

    Effrayée à l'idée de le vexer ou de lui faire du mal, elle l'embrassa presque aussitôt, voulant lui montrer ses sentiments enfouis au fond d'elle rien que par ses gestes. Devenant soudainement plus tendre après des légers gémissements poussés à chaque petit baiser, dans le cou, au niveau de son buste..., elle recommença à l'embrasser partout sur le visage, jusqu'à temps qu'après une tentative du chasseur, son pantalon déboutonné, ses mots si doux mais aussi si effrayants pour elle, elle se décide à ôter son soutient gorge, de se redresser dans le but de se serrer contre l'homme, torse contre poitrine pendant un moment semblant sans doute long, mais si plaisant. Si affectueux et excitant. C'était simple, elle s'abandonnait complètement dans ses bras, comme une petite fille qui possédait tant de blessures à soigner. Qui avait tant besoin qu'Aaron lui apprenne à aimer, à devenir quelqu'un de bien. Le chemin s'annonçait rempli d'embuscades, mais après tout ça en valait peut-être la peine. Il lui avait parlé de bébé et elle était une nouvelle fois sensibilisée. Il fallait la comprendre, elle venait de devenir fiancée et d'après l'homme allait devenir maman dans peu de temps. Beaucoup de choses en si peu de temps. Une partie d'elle voulait annoncer la nouvelle à tout le monde, faire connaître son immense joie, mais une autre demeurait éternellement apeurée, dans sa réserve. Et lui...il était profondément transporté, émerveillé à l'idée de fonder une nouvelle famille. Si seulement il savait à quoi s'attendre. Olivia ne serait jamais la femme idéale qu'était Sarah, que serait probablement Jennifer. Il fallait déjà qu'ils se battent contre tant d'éléments perturbateurs pour arriver jusqu'à une vie idéale, provoquant une jalousie sans pareille. Et puis surtout, pouvait-elle définitivement se marier avec lui, comme cela dans quelques jours ? Non il y avait bien trop de doutes...leur relation était si nouvelle. Et si on mettait un peu de distance, on pouvait voir qu'à part le fait d'avoir été dans les confidences, Olivia n'avait pas eu de relation divergeant avec les autres hommes en compagnie d'Aaron. Ils avaient fait l'amour...les relations sexuelles avaient un coté si déshonorant à ses yeux. Les choses les moins glorieuses qu'elle avait faite étaient sexuelles. Il lui fallait une preuve, un peu de temps, qu'ils testent mutuellement leur relation. Elle se retira donc de ses bras dans le but de le regarder dans les yeux, avant de lui dire ce qu'elle avait sur le coeur. Rien que son premier mot dit inconsciemment la trahissant sévèrement...

    Chéri...qu'est-ce qui te fait dire que nous deux ça va plus loin qu'une aventure sans lendemain ? Que ça marchera ? Faut être honnête on se connait à peine. Et le plus long moment qu'on a passé ensemble c'était sexuellement parlant. Je veux qu'on prenne notre temps, qu'on soit sûr de ne pas faire de grosse connerie tu comprends ? Après il sera trop tard pour faire marche arrière. Je veux qu'on ai la preuve que ce n'est pas juste physique entre nous...qu'on ne s'entretuera pas.

    Elle s'éloigna de lui pendant quelques instants, réenfilant ses vêtements avec un air déterminé, reboutonnant son pantalon. Si déterminé qu'elle ne laissait même plus l'excitation s'emparer d'elle. C'est alors qu'elle revint à lui. Anticipant sa réaction, elle mit sa tête sur une de ses épaules, glissant par la même occasion sa main dans ses cheveux.. Visiblement pas très joyeuse vis à vis de sa proposition à venir. Demander à un homme de ne pas lui faire l'amour, c'était réellement une grande première. Mais jamais elle ne s'était sentie triste de faire une telle chose face à un homme en particulier, un homme qu'elle semblait aimer. Bon il fallait aussi l'avouer, la belle n'était pas réellement sûre de tenir parole si Aaron acceptait. Parce que depuis leur première fois ensemble, et depuis leurs aveux, elle n'avait qu'une envie : recommencer. Se rapprocher plus encore. Bien que toujours cette autre partie d'elle faisait qu'elle le repoussait. Bien qu'avec de bonnes intentions cette fois ci.

    Je sais comment : toi et moi, plus de relations sexuelles pendant une semaine. Non c'est peut-être trop...3 jours ? Ca sera une sorte de test avant mariage. Ou alors il vaut peut-être mieux qu'on ne se voit pas tout court pendant quelques temps, qu'on réfléchisse chacun de notre coté, qu'on voit si on s'ai manqués. Dis moi ce que tu en penses. On prendra une chambre en commun un peu plus tard.

    En contradiction, elle serra la main d'Aaron avec une douceur telle qu'elle lui procura une sorte de bouffée de chaleur, le désirant toujours autant. Il lui fallait peu de choses pour craquer une bonne fois pour toute, et elle se retenait de lui dire qu'ils pourraient mettre leur plan à exécution après le dernier acte de la semaine. Son regard suppliant insistant...

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Jeu 23 Oct - 3:37

    Aaron semblait avoir dit les bonnes choses puisqu'elle resta près de lui et ne partit pas à la course comme il l'avait cru plutôt. Elle l'aimait finalement, ou du moins le désirait. Une légère inquiétude plannait, il ne voulait pas qu'elle joue avec lui. Il avait terriblement peur de cette perspective qui voudrait alors dire qu'il s'était ouvert à la mauvaise personne. Pourtant, il tentait de ne pas penser à ça et embrassait tout simplement Olivia, son esprit à la dérive. Il réfléchissait à cette nouvelle vie qui s'offrirait à lui. Une possibilité de recommencer à zéro. De ne pas trop précipiter les choses, car Olivia semblait effrayée par l'idée d'aller trop vite. Il fallait peut-être qu'il aille plus lentement pour elle. Mais il se disait que c'était la peur de l'inconnu. Il se jurrait de la protéger, de l'accompagner. De la faire plonger lentement dans cet univers qu'était la famille. Mais peut-être qu'il valait mieux attendre avant de se marier. Son mariage précoce avait peut-être engendré des problèmes pour lui. Les évènements avaient fait en sorte qu'il n'avait jamais profité de sa jeunesse. Il se sentait comme un homme de 27 ans et en avait uniquement 23. Il s'était parfois pris à faire l'amour par responsabilité plus que par désir, quoique sur le plan sexuel son couple n'avait pas vraiment été détruit par la naissance d'Emmy. C'était leurs seuls moments à eux deux, la petite demandait une attention constante. D'ailleurs, la venue de la cigogne avait usé rapidement leur couple. Ils n'étaient plus un ménage, mais des parents. Plus des amants, mais maman et papa. Plus il y pensait, plus l'alternative de prendre leur temps était tentante. Olivia avait raison, ils devaient commencer petit à petit. Profiter avant de passer à cette étape qui faisait tellement peur à la plupart des hommes mais qui pour lui était la preuve de son amour inconditionnel. Il avait murmuré à Olivia qu'il l'aimait mais n'avait pas porté attention à sa réponse qui aurait probablement été prise assez dûrement de la part d'Aaron s'il l'avait entendue. Il avait toujours adoré rappeler à Sarah qu'il l'aimait. Simplement pour la rassurer, celle-ci se faisant tant de fausses idées souvent mises en tête par des amies qui n'aimaient pas trop Aaron. C'était rapidement devenu un réflexe comme les baisers, les caresses et tous contacts qui auraient pu lui faire sentir ce qu'il ressentait. Le simple fait qu'Olivia ressente de l'incertitude quant à ses mots l'aurait inévitablement blessé énormément. Pourtant il n'eut pas le temps de l'être ni même de se rendre compte de ce qu'elle avait dit qu'elle l'embrassait avec une passion qui semblait vouloir dire "Moi Aussi" en quelque sorte. Il répondit à son baiser à son tour tandis qu'il lui enlevait son haut pour le jeter parterre, ses mains la caressant et ses lèvres descendant sur son cou et sur son visage la faisant gémir doucement, le faisant sourire en entendant ses réactions qui ne faisaient que l'encourager à faire plus. Aaron avait toujours aimé pousser à bout. Il passait ses lèvres sur le buste de la jeune femme, détachant son pantalon à la fois, et Olivia s'empara de son visage, déposant une multitude de baisers sur celui-ci. Caresses, baisers, soupirs et gémissements de temps à autres furent suivis du geste qu'elle fit pour détacher et se défaire de son soutien-gorge et du sien pour aller embrasser sa poitrine, s'y attardant particulièrement durant un long moment, avant qu'elle ne se colle à lui, torse contre ses seins. Long moment rempli de plénitude qui fit soupirer Aaron d'envie, sentant contre lui le corps chaud de son amante. Il ne se privait pas à présent de caresser ses bras et d'embrasser la moindre parcelle de peau, inspirant son odeur comme s'il tentait de s'en imprégner. Il voulu l'embrasser une fois de plus, la cajoler, mais Olivia se détacha de lui. Il se demandait ce qu'elle lui ferait comme remarque impossible cette fois-ci, mais il ne voulait pas passer de commentaire qui risquait de faire crier Olivia. Il savait comment ne pas faire enrager les femmes. Il la regarda commencer à se rhabiller et lorsqu'elle lui expliqua ce qui se passait il eut impression qu'elle lui avait glissé un bac de glaçons excessivement froids dans le pantalon. Le regard assombri, les esprits d'Aaron allaient à toute vitesse. Il s'inquiétait de ce qu'elle dirait.

    Elle voulait qu'ils gardent leurs distances, qu'ils s'éloignent pour mieux se retrouver. Bien sûr, pour elle, ça semblait comme une excellante idée, mais Aaron voyait la chose d'une autre façon. Comment apprendraient-ils à vivre ensemble en s'éloignant? De plus, il ne pourrait se détacher de son corps aussi facilement. Le chasseur la dévisageait avec un demi-sourire aux lèvres, toujours allongée, la regardant se faufiler à nouveau vers lui, cette fois rhabillée. Il l'embrassa alors qu'elle se nichait dans son cou, sur son épaule, et mordilla le lobe de son oreille en passant ses doigts dans ses cheveux tandis qu'elle faisait de même dans la longue tignasse emmêlée et foncée de l'homme. Elle se faisait cajoleuse, mais voulait qu'ils s'éloignent. Voulant lui prouver son désaccord, il glissa une de ses mains entre les jambes de la jeune femme, la rapprochant de lui un peu plus. Elle lui annonça qu'ils devraient arrêter de faire l'amour durant un certain moment. Amusé, il hocha la tête négativement, lui souriant effrontément alors qu'elle lui tenait la main et semblait le supplier d'aller en son sens. L'autre main, celle qui s'était immiscée entre les cuisses d'Olivia, fit en sorte qu'il releva la jeune femme et qu'elle serait à cheval sur lui. Il posa ses mains sur les hanches de la jeune femme et se releva un peu pour mieux retenir la jeune femme contre lui. Il l'embrassa tendrement, murmurant contre ses lèvres, son regard saisissant plongeant dans celui de sa future-femme.

    « Tu risques d'être furieuse contre moi, mais je refuse. Il faut être réaliste. Ce n'est pas en s'éloignant qu'on se rapprochera. Et pour une deuxième raison, celle que je t'ai dit tout à l'heure, tu es mon otage jusqu'à nouvel ordre. Ensuite, arrête de me faire une tête de supplications, tu sais aussi bien que moi que t'as envie de tout sauf que de te rhabiller et sortir d'ici.»

    Il lui sourit, effronté, l'embrassant à nouveau tout d'abord avec tendresse pour par la suite ajouter de la fougue à son baiser. Il noua ses mains aux doigts de la jeune femme après avoir eu rapproché leurs bassins. Il appuya la jeune femme vers la base du lit alors qu'il reculait et sans plus de cérémonie lui retira son haut. Il attrappa les menottes en bas du lit et se logeant entre les jambes de la jeune femme, attacha ses mains au lit pour qu'elle lui soit complètement soumise à son tour. Il faudrait bien la raisonner, puisque de toute façon il se doutait que ça ne plairait probablement pas à la jeune femme qui avait voulu qu'ils s'éloignent quelques jours. Aaron reprit son sérieux et prit son menton entre ses doigts pour qu'elle soit forcée de le regarder dans les yeux. Il embrassa la jeune femme sur le nez avant de descendre sur ses lèvres avant qu'il aide Olivia à écarter les jambes alors qu'il lui enlevait son pantalon. Bien sûr ce n'était que le début de leurs futurs actes qui ne seraient certainement pas les derniers, mais il se sentait excité comme jamais. Faire l'amour à une femme qui l'aimait, c'était quelque chose de merveilleux. Il s'approcha du bas-ventre d'Olivia et à la ligne qui séparaient sa peau du mince tissu, il l'embrassa. À cette limite qui valait en fait tout dire. Embrassant son intimité avant de faire glisser le bout de tissu sur ses hanches, il la débarassa entièrement du vêtement maintenant gênant et s'empara du pot de chocolat neuf que l'employée leur avait emmené. Il glissa une de ses mains sur l'intimité de la chasseuse, ses doigts d'avanturant aux endroits plus sensibles pour la faire gémir et soupirer, ce qui paraissait pour lui aussi excitant que le geste en lui-même. Il enduit son index de chocolat et en badigeonna les lèvres et les seins de la jeune femme, embrassant la bouche chocolatée avant de descendre s'emparer de sa poitrine. Pendant qu'une de ses mains s'occupait de celle-ci, l'autre s'activait à l'allumer aux endroits plus sensibles de son anatomie. D'ailleurs, Aaron cessa bientôt tout ce qu'il faisait pour se débarasser de son boxer, le jettant parterre alors qu'il se rapprochait à nouveau d'elle, se lovant contre la jeune femme, ne pensant pas à se protéger lorsqu'il se logea en elle, les mains sur les hanches d'Olivia alors qu'il se mouvait dans de longs coups de reins. Soupirant, il fit glisser une main sur le corps de la chasseuse, la cambrant et faisant cogner les menottes en changeant la position, et se remit à masser le point sensible, s'appliquant à ce qu'il faisait comme si c'était un art que de vouloir la faire jouir. Il embrassa ses lèvres une nouvelle fois et sourit à Olivia, lui bredouillant, se sentant un peu ridicule d'être aussi dûr avec elle et de sembler surtout ne penser qu'au sexe. Il s'arrêta un instant et haletant, prit la parole :

    « Tu..Ne m'en veux pas, n'est-ce pas? Je veux dire, j'ai le droit de continuer? »

    Il n'attendit pas longtemps avant de recommencer ce qu'il faisait, s'appliquant toujours avec une volonté d'acier. Il laissa finalement entendre un soupir évocateur mais resta en elle, ne se souciant pas de se retirer, ne se souciant de rien en fait, serrant simplement sa prisonnière entre ses bras qu'il finit par détacher pour l'allonger sur le lit, continuant ses mouvements avec plus de douceur. Au creux de son oreille, s'appliquant toujours à lui faire l'amour, il lui murmura:

    « On prendra tout le temps que tu veux pour t'habituer mon amour, pour que tu saches me dire que tu m'aimes. Et plus personne ne viendra te salir parce que je vais être là. Maintenant, c'est que des mauvais souvenirs. Y'a juste nous deux. Les autres, on s'en fout.»

    Il l'embrassa sur la joue, replaçant une mèche derrière son oreille, lui murmurant à nouveau qu'il l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Lun 27 Oct - 18:05

    La complication, ce caractère d'un ensemble d'éléments entretenant un des rapports nombreux et difficiles à saisir, Olivia ne la connaissait que très bien depuis qu'elle était en compagnie d'Aaron. C'était simple, rien qu'à leur première rencontre, il avait eu le don de la chambouler au point même qu'elle se mette à se montrer respectable pendant quelques secondes. Le vouvoyant au premier abord, sans savoir vraiment pourquoi, celui ci la rendant incapable de s'exprimer, troublée par sa froideur peut-être, ou par la douceur de son âme perçue. Bien sûr heureusement cela n'avait pas duré et il avait très vite pu voir la bête resurgir. Néanmoins, on pouvait quand même observer que même après des semaines, les choses n'étaient pas si différentes. Puisqu'en sa présence, elle était toujours aussi désorientée. Ses pensée se résumaient au fait de : partir, rester, partir, rester. Au fait de devenir femme au foyer, ou au fait de rester une éternelle rebelle. A ces questions, elle y avait secrètement répondue, dorénavant habillée en train de s'apprêter à quitter les lieux. Toujours lâche. Ou plutôt chiffonnée. Il y avait tant de choses dans la tête d'Olivia. Le sexe étant ce à quoi elle pensait à l'heure actuelle où le désir était monté à une trop grande échelle. Sa relation avec Aaron n'avait rien en commun avec celle qu'elle entretenait avec les autres hommes, excepté le sexe. Il y avait de quoi l'alerter et faire de cet acte sa phobie. En effet, une sexualité trop précoce était souvent synonyme de futurs ennuis, ayant passé des années à se dégrader elle même. Donc, quand elle retraçait une nouvelle voie, elle ne voulait plus voir ce mot faire partie de son vocabulaire, c'était logique. Sauf qu'en plus de lui avoir créé beaucoup d'ennuis, c'était un besoin naturel et l'acte le plus intime avec une personne aimée, dont elle ne pourrait pas se passer pour un long moment. Mais son fort caractère la poussait à tenter le coup et à se montrer en désaccord avec le chasseur. Seulement, Aaron contrairement à ses anciens prétendants était capable de se battre avec ses idéaux jusqu'à vaincre. Il ne l'abandonnait pas au premier soucis. Et il avait raison. Puisqu'il était clair qu'il ne fallait pas à Olivia de nombreuses choses pour craquer. Et étant donné qu'il avait empêcher tout comportement orgueilleux en craquant avant elle, il n'y avait plus aucune raison pour qu'elle se braque. Il triompha donc presque lorsqu'elle se retrouva à cheval sur lui, une main calée entre son entre jambes qui lui fit pousser son cri silencieux habituel, qui signifiait le sentiment de surprise qu'elle ressentait. Si elle s'était doutée que l'homme qui était à présent son fiancé serait aussi entêté et incapable de se lancer un tel défi. Bien que pour Olivia, ce n'était pas vraiment un défi, le sexe n'était pas un si grand problème, mais plus une excuse pour fuir cette relation qui devenait de plus en plus sérieuse. Comment prendre le dessus sur Olivia, qui serait capable de contredire cette tigresse ? Aaron apparemment puisqu'il en était à la contredire gentiment et à même penser à sa place. L'impensable s'était produit et une petite pointe de frustration vint s'emparer de la jeune femme qui détestait se faire gouverner. Habituellement elle avait la place de la gouvernante. Que pouvait-elle bien faire ? Montrer que le jeune homme avait raison, céder ? Surtout pas, elle continua de se montrer compliquée, caractère d'une femme en général, et à lui refuser ses bras, l'interrompant à chaque fin de baiser par un regard noir et une réplique pas convaincante. Chose contradictoire puisqu'elle les prolongeait tout de même et ne l'avait pas repoussé lorsqu'elle était à présent collée contre lui.

    "Non Aaron tu comprends pas je suis sûre que c'est une mauvaise idée. C'est pas le sexe qui va nous rapprocher, même si j'en ai autant envie que toi. Le sexe ça éloigne plus qu'autre chose réfléchis à ce que je dis. Ca a toujours été un problème pour moi."

    Elle était active au niveau de la parole mais totalement passive au niveau des gestes. Incapable de bouger et de se débattre en quelque sorte, quelque part réellement consentante. Pourtant Dieu sait que si elle l'aurait vraiment voulu, Aaron aurait certainement fini à terre, poussé du lit. La force n'était pas un problème, Olivia ayant passé les trois quarts de son existence à se battre. Au départ en tant que petite fille et adolescente rebelle, et puis ensuite en tant que tueuse de vampires. Et bien que l'homme était particulièrement fort, elle n'aurait peut-être pas tant de mal à lui faire quelques égratignures. Au lieu de ça, elle se retrouva menottée au lit à son tours. Dans l'incapacité la plus totale de riposter ou au contraire de se montrer tendre si sa bonne humeur était revenue. Un mélange donc de cette frustration, se sentant toujours dans le rôle de la dominée, et d'excitation la parcourue. Comment être complètement insensible aux gestes du chasseur qui se montrait de plus en plus brûlant avec elle ? C'est d'ailleurs alors qu'il était en train de se débarrasser de ses vêtements et de s'adonner au jeu auquel elle avait joué il y avait déjà pas mal de minutes de cela, voir même une petite heure qu'elle laissa échapper un soupire ainsi que son prénom "Aaron..." dans le but d'exprimer son désaccord mais plus encore son accord en fin de compte. Elle n'avait finalement pas le plus mauvais rôle dans l'histoire. Il était plutôt source de bonheur. Ainsi Aaron avait réussi à la calmer et à arrêter de la faire râler. Comme s'il avait été confronté à elle tout au long de sa vie, connaissant et les endroits les plus sensibles de la jeune femme provoquant un plaisir intense, et les mots à lui dire pour obtenir ce qu'il désirait d'elle.

    Avant qu'il commette un acte qui pouvait être qualifié d'irréparable. Il enleva la grande barrière qui était disposée entre deux, comme pour leur signaler que leur relation n'était peut-être pas concrète, pas sérieuse, ou trop récente. Cela allait de soit, ceci dérouta complètement Olivia qui n'avait jamais eu de rapport sans protection. Elle ne pouvait pas se rapprocher plus encore du chasseur, la dernière étape avait été franchie et ils ne pourraient peut-être plus reculer à présent. Parce que la jeune femme avait toujours été dans la prudence, prenant toujours le soin de se protéger avant rapports, ne risquant pas de se retrouver mère du jour au lendemain. Sauf qu'au niveau de la pilule, toujours de droite et de gauche, toujours en vadrouille, il allait de soit qu'elle n'était pas vraiment stable. Ainsi, avoir des rapports sexuels avec Aaron était aujourd'hui quelque peu fatal. Il était certain que ce n'était pas une fois qui allait la faire tomber enceinte mais si c'était tout de même cette fois là ? C'était connu, un malheureux accident pouvait vite arriver. Ainsi, lorsqu'il se logea en elle, elle ne pu que paniquer..."Non stp je t'assure que c'est mal j'ai pas...il faut pas j'ai pas..." Avant que le plaisir devienne si extrême qu'elle ne pu finir sa phrase et l'empêcher de continuer. Qu'il l'atténue au point qu'elle se mette à oublier tout ce qu'il y avait autour, absorbée par lui, la chaleur et sa tendresse. Plus encore lorsqu'il arrêta de prendre ses propres désirs en considération et qu'il privilégia le sien en priorité. Cela avait toujours été le cas jusqu'à présent au niveau des actes, mais pas au niveau des paroles. Lentement, en un seul regard, il la fit chavirer. Et si une partie d'elle trouvait que leur attitude pouvait être qualifiée de mal, elle s'était plutôt évaporée. Elle ne l'arrêta pas, au contraire lui montra seulement qu'il pouvait continuer ce qu'il faisait. L'encourageant d'ailleurs, détachée, l'enroulant amoureusement, ses mains se glissant quelques fois dans ses cheveux. Se contentant de lui lancer une phrase significative à quoi elle avait arrêté de songer."Tu ne sais pas dans quoi tu es en train de t'embarquer." Une future grossesse envisagée, un mariage, et tous les problèmes autour. Qui étaient en ce moment illusoires, mais à prendre tellement en considération lorsque les deux amants cesseraient de rêver. C'est d'ailleurs ce qui se passa après ce débordement de chaleur et la venue de cet inconnu aux yeux d'Olivia qui fit qu'il était réellement trop tard pour reculer. L'impensable s'était encore une fois produit. Et leur acte achevé, la jeune femme prit place sur le rebord du lit. Répondit aux si jolies phrases de son fiancé que quelques minutes ensuite, angoissée. Et par une chose beaucoup plus dramatique que le fait de se salir. Une chose qui changeait la vie de deux personnes au complet si elle se passait.

    "Ou plutôt nous trois. J'ai pas...au niveau de la pilule je suis pas très régulière."

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Dim 23 Nov - 5:05

Olivia semblait toujours inquiète à chacun de ses gestes. Aaron en était gravement vexé à l'intérieur mais simulait toujours cet entêtement qui lui était fidèle. Lui qui voulait l'aimer et lui prouver qu'il n'était pas un autre salaud qui userait d'elle comme si c'était un objet, il se faisait dénigrer, juger au premier moment. Il ignorait ce qu'elle lui disait, se disant qu'elle finirait par arrêter de s'en faire avec le temps. Pourquoi fallait-il qu'il tombe sur une femme si forte et si fragile en même temps? Il lui semblait que les choses seraient tellement plus aisées d'une autre façon. Elle était identique et différente à Sarah à la fois, quoique au lit en ce moment, hésitante et suppliant qu'ils arrêtent, elle était plus différente que similaire à sa défunte femme. Sarah ne protestait jamais pour faire l'amour. Pour tout dire, elle était souvent celle qui démarrait la provocation. Il s'amusait souvent en lui disant qu'elle était la femme idéale. Un peu fragile mais intelligente, aimante, jolie, s'occupant de leur fille avec un talent inné et en plus insatiable quand ils en venaient au lit. Ce temps-là lui semblait loin maintenant. Il aimait Olivia de tout son coeur, mais elle ne serait jamais Sarah. Sa chère et tendre Sarah. Il devait la vanger avant de se mettre à aimer Olivia. Mais il aimait déjà celle-ci, il ne pouvait pas risquer de la perdre en partant à la chasse aux vampires. Du moment qu'elle était en sécurité, il serait heureux. Il regarda le visage de la jeune femme et une boule se forma dans sa gorge. Il embrassa la jeune femme et entreprit de lui faire l'amour, ne se souciant que très peu de tous les commentaires qu'elle passait pour le décourager et le convaincre qu'ils faisaient une grave erreur. Il l'embrassait de temps en temps pour la faire taire, ressentant parfois un peu de culpabilité mais il ne fallait simplement pas trop y penser. Après tout, il ne faisait rien de mal, et il était persuadé qu'elle le pardonnerait. Il l'embrassa une dernière fois, atteignant le point de non-retour, et l'ayant détaché, il entreprit de lui dire des belles paroles. Pour qu'elle ne pense pas qu'il ne l'aimait pas. Pour qu'il ne se sente pas coupable, en fait, mais ça, c'était un tout autre détail. Lorsqu'il entendit la phrase si dramatique de la jeune femme, il ne sut quoi répondre en premier lieu. Ni en deuxième, si on y pensait bien. Il restait muet, puis alors qu'il allait lui répondre quelque chose, le téléphone vint lui sauver la peau. C'était étrange, qui donc voudrait donc l'appeler? Il se jetta littéralement sur le combiné, comme pour se détourner d'Olivia. Il décrocha et n'eut pas le temps de se prononcer qu'une petite voix féminine vint susurer dans le combiné. Il jetta un coup d'oeil à sa nouvelle flamme, un peu inquiet qu'elle écoute la conversation, et un peu surpris, il écouta le message de la voix familière qu'il avait pourtant connu dans des circonstances bien différentes.

Le visage du chasseur sembla prendre une couleur inquiétante. La babysitter. Comment avait-elle réussi à le joindre? Qui diable avait donc pu vendre la mèche dans les quelques personnes connaissant son voyage? Et qu'est-ce que la babysitter d'Emmy avait en tête pour vouloir l'appeler alors qu'il était au lit avec Olivia? D'ailleurs, qu'arriverait-il si celle-ci entrait encore dans une crise de paranoïa? Il ne savait pas lui-même ce qu'elle lui voulait, comment deviner ce qu'elle voulait faire et quel plan scandaleux elle avait en vie de mettre sur pied, pire, pourquoi voulait-elle l'inclure? Jusqu'à aujourd'hui, il n'avait jamais vraiment été plus qu'un employeur pour elle. Il se comportait gentiment, mais il n'avait jamais vraiment vu en elle plus que la gardienne qui venait aider de temps à autres. Il se rappelait par contre la fois où elle l'avait pincé dans la douche. Moment honteux, et pour lui plus que pour elle, excessivement gênant. Et lorsque cet épisode s'était déroulé, elle était encore mineure. Il trouvait trop étrange de se dire que peut-être elle en pinçait pour lui. Et c'était définitivement impossible. Il joua le jeu et tenta d'être amical, regardant Olivia dans les yeux, un peu perturbé. par l'évènement imprévu.

"Bailey? Comment vas-tu! Pour être franc, je n'ai pas trop de temps pour toi, là..."

Il caressa une jambe d'Olivia et l'attira vers lui pour l'embrasser sur la joue pendant que la voix continuait de bavasser au téléphone. Pour tout dire, il aurait préféré lui dire de se taire mais n'osait pas. Ce fut seulement au bout d'un long moment qu'il se décida à lui dire qu'il avait de la difficulté à l'entendre et qu'il raccrocha. Il regarda Olivia, et se rappela qu'il ne lui avait toujours pas répondu. Il ne sut pas vraiment quoi dire, pour être franc. Il se contenta de la serrer contre lui et de soupirer, murmurant alors contre elle, ses lèvres frôlant la chevelure brune de la jeune femme :

"Qu'est-ce que tu veux que je dise? On verra ce que l'on fera, alors, et le 'pire', si on peut dire ça comme ça, c'est que j'aie à vendre la maison plus rapidement pour que l'on trouve un endroit bien à nous un peu plus vite que prévu."

En repensant à la maison de banlieue, paisible et totalement inhabitée à ce moment-là, en pensant à tous les souvenirs qui y avaient eu lieu, il eut une crampe au ventre. Il ne serait jamais capable de refonder une famille là-bas. Mais il ne serait jamais capable de vendre la maison non plus, si on y pensait bien. Non, il ne pouvait pas s'imaginer sans cette maison. Ses yeux s'assombrirent et il regarda Olivia, l'air triste, voir même perturbé. Il ne pouvait pas supporter de savoir qu'il trahissait sa femme et d'un autre cas, sa fiancée. Pourquoi fallait-il que les choses soient si compliquées? Pourquoi n'était-il pas mort avec elles? Des souvenirs de cette maison ressurgirent de sa mémoire. Le pneu de Jeep qu'il avait attaché à l'arbre en guise de balançoire, Emmy qui le suppliait de la balancer alors qu'il peignait la clôture. Emmy qui le suppliait d'adopter le petit chien perdu alors que sa maman était allergique. Lui qui avait dû de peine et de misère la raisonner. Emmy qui courait dans la cour de la maison, chassant les insectes. Lui qui l'observait, fumant dehors, Sarah le critiquant parce qu'il montrait le mauvais exemple. Il devait arrêter de fumer. Lui et Sarah qui faisaient l'amour dans la piscine, une nuit alors qu'Emmy dormait. Emmy dans la piscine, sur sa baleine gonflable, qui lui montrait à quel point elle était courageuse en tentant de se lever debout sur le jouet et qui tombait à la renverse. Ses lunettes de plongée et son petit flotteur Barbie. Elle rafolait des poupées. Il avait prévu lui faire une maison pour celles-ci, mais Emmy était morte avant qu'il puisse se mettre au travail. Les larmes embuèrent sa vue et il se serra contre Olivia à la recherche d'un appui. Il n'aimait pas pleurer devant elle. Il détestait pleurer, point. Il avait envie de tout lui avouer avant qu'elle ne le prenne pour un fou, mais il en était incapable. Il la serra contre lui et hors de contrôle, cria presque tant il parlait fort.

"Olivia..Promets-moi que tu vas faire attention. Je..J'ai l'impression de te mettre en danger en te demandant d'être ma femme."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   Jeu 27 Nov - 0:02

    Olivia semblait toujours aussi tourmentée à l’idée d’avoir des relations sexuelles avec Aaron, particulièrement sans protection. Habituellement, lorsque survenait la nouveauté, il fallait aux individus de la distance afin de percevoir les choses avec un nouvel œil, dans le but de savoir où ils en étaient, de nager dans la certitude. Alors que là, la jeune femme qui venait de connaitre un énorme retenti n’avait pu avoir cet avantage. Elle paraissait changer de tout au tout, passait de la séductrice à la femme posée, quelqu’un d’indifférent à quelqu’un d’amoureux, de la folie à du sérieux. Et seulement en moins d’une journée, bien que la métamorphose avait tout de même pu débuter lors des premières rencontres du nouveau couple. Il allait donc de soit que par moments, elle était moins réceptive aux gestes d’Aaron, hésitante, ailleurs, un papillon de nuit égaré. Il lui faisait admirablement l’amour, et elle répliquait. Sauf bien sûr lors des moments propices où elle ne pouvait qu’exprimer le plaisir ressenti. Un plaisir qui s’était fait bien trop rare lors de ces dernières années. Parce qu’au fond si on réfléchissait bien, Olivia avait été vierge dans les bras d’Aaron. Jamais personne n’avait autant pris soin d’elle pendant cet acte que lui, jamais personne ne s’était donné la peine de glisser sa main dans ses cheveux dans le but de les replacer pour qu’elle ne soit pas gênée. Un détail qui était mince mais qui avait eu toute son importance pendant ces minutes intenses passées en compagnie de son partenaire, ou plutôt de son fiancé, ou de cet homme qu’elle commençait à considérer comme l’homme de sa vie. Celui qui avait pour pouvoir de lui briser le cœur en mille morceaux s’il le souhaitait, de faire d’elle une véritable épave. Epave elle l’avait été, toujours sous le choc du décès de sa sœur qui ne cessait de lui traverser l’esprit, sauf répit accordés grâce à la présence du chasseur. Il n’y avait eu que grâce à lui et à Jennifer qu’elle avait pu se rouvrir au monde extérieur. Semblant animal lorsqu’elle s’était rendue dans cet hôtel, comme hypnotisée, bouleversée à l’intérieur, en transe. Ces sentiments enfouis à l’intérieur d’elle lui permettant d’ôter la vie sans aucune gêne et de se comporter d’une manière inhumaine face même aux mortels. Bien qu’elle n’avait jamais été jusqu’à tuer un être humain. Ce n’était pas le courage qui manquait, pour quelqu’un qui avait tout perdu, qui se sentait si inférieur aux autres que la vie n’avait plus aucune raison valable d’être vécue. Une jeune femme qui se fichait de tout, de la morale, des principes, qui avait caché son cœur dans un endroit inaccessible. Pourtant, elle sauvait les êtres humains au lieu de les achever. Elle était différente des vrais assassins finalement. Peut-être restait-il une part d’humanité en elle, ainsi qu’une part d’espoir à exploiter. C’est-ce qu’avait fait Aaron, il l’avait probablement sans le vouloir arraché à ce coté sinistre, ramené vers la lumière. Et émerger était la nouvelle difficulté à surmonter. Pourtant, le chasseur ne semblait pas voir tout cela, ses tourments. Il n’était plus l’homme compréhensif et attentif qu’il avait été, quand pour la toute première fois, il était venu vers elle. Sûrement plein de pitié qui savait. Il ne l’écoutait plus, n’était plus empathique. Ce coté qu’elle aimait tant avait disparu. Etaient-ils dans une mauvaise passe ? Déjà, alors que leur histoire venait de si bien démarrer ?

    Aaron si intérieurement vexé, peut-être était-ce du à un manque soudain de communication. Ils s’étaient bien livrés ces dernières minutes, même énormément si on partait du principe que le chasseur avait raconté à la jeune femme toute son histoire. Que c’était peut-être la seule dans cet hôtel à la connaitre. Sauf qu’il faudrait un moment avant qu’Olivia en sache sur lui autant qu’en savait sa défunte épouse, avant qu’elle arrive à lire en lui rien qu’en un seul regard. Il était aussi là le problème, elle ignorait une grande majorité de sa vie et de sa personnalité. D’ailleurs c’est le sentiment qu’elle eu lorsqu’elle fut anéantie par son silence rempli de torture. Elle qui était terriblement effrayée à l’idée d’être mère aussi rapidement était face à son fiancé redevenu muet. Sentiment d’ignorance également lorsque le téléphone retentit. Qui donc fréquentait Aaron ? Là-dessus, elle ne pouvait pas laisser son instinct habituel et la fusion de sa relation avec lui prendre le dessus chez elle. Elle reçut de la frustration ainsi qu’un point d’interrogation au dessus de la tête. « Bailey », une femme ?? Une autre femme qu’elle et Sarah. Bien sûr une partie d’elle fut jalouse à l’instant même où il prononça le prénom d’une autre. C’était son coté de femme follement amoureuse. C’était un des trait de son caractère de feu peu enviable mais qui avait son charme selon certains. Mais il ne l’emporta pas cette fois ci. La jeune femme n’était plus dans la démesure, elle n’était plus anesthésiée. Le chasseur l’avait sorti de tout cela. Et leur relation bien que floue, normal vu que récente, avait un coté bien trop sérieux et onirique pour qu’elle lui fasse une scène de ménage telle une femme profondément immature et ridicule. Elle avait pris un coup de vieux en quelque sorte. Et son fiancé avait su gagner sa confiance. Et son amour. Elle se contint donc, de toute façon le problème n’était pas là. Il y avait plus de la gêne et une curiosité assoiffée, et oui une femme amoureuse voulait absolument tout savoir sur l’entiché. Taquine, elle ne voulu cependant pas perdre une minute d’attention de la part de son Aaron. Comme une gamine ne voulant cesser d’être au centre de celui qu’elle admirait, alors que précédemment elle était dans sa réserve, son coté de maligne refit son entrée, et pour le détourner de cette femme, elle utilisa les gestes qu’elle connaissait que trop bien. Ceux qu’elle émettait avec ses anciennes conquêtes qui tôt ou tard étaient confrontés à la réalité et devaient trouver une bonne explication pour ne pas rentrer toute de suite rejoindre leur foyer. Néanmoins, elle n’était plus la méchante de l’histoire. Elle était justement la compagne d’un de ces hommes. Qui lui par contre semblait être plus digne, plus droit, mais qu’en savait-elle au fond ? Qu’est-ce qui lui faisait croire qu’il ne se comporterait pas comme le salaud de service à la première occasion ? Après tout elle ne le connaissait pas depuis longtemps…l’intuition peut-être encore une fois. Et puis ne penser qu’à cela pouvait être synonyme de torture, de souffrance. Puisque selon cette brune pulpeuse, il n’y avait pas grand-chose de pire que l’infidélité. Elle avait côtoyé trop d’ordures de ce style pour se dire qu’elle allait se marier avec un de ces types. L’infidélité la répugnait, bien qu’elle possédait des défauts, sa plus grande qualité était la loyauté. Dans une relation, c’était tout au rien à ses yeux, elle s‘y donnait elle-même à fond lorsque celle-ci lui tenait à coeur. Tout être humain devait être capable de combattre ses faiblesses pour l’être aimé, faire passer son amour en priorité. Ou bien, aussi jalouse que rancunière, d’après elle, le compagnon ne devait pas être soumis à la tentation car il ne devait voir que sa femme. Ca c’était son idéal, ses principes de caractérielle bornée. Le chasseur ne semblait pas être très intéressé par cette conversation téléphonique, ayant l’air de préférer celle qu’il avait avec Olivia, un point pour elle ou pour lui, elle faisait de même, se laissait entrainer vers lui. Elle glissa ses mains sur son torse, d’une manière douce et sensuelle à la fois, avant de redescendre vers la partie sensible de son corps, pour le faire réagir plus vivement pendant qu’il se faisait câlin avec elle. Une excitation suprême : séduire un homme, ou plutôt son homme alors qu’il était gentiment occupé avec quelqu’un d’autre. Intentions de diablesse possessive. Combiné enfin raccroché, elle continua d’ailleurs sur cette lancée de provocatrice et d’amoureuse en le regardant avec son air malicieux, son sourire en coin…

    C’est qui cette fille, une admiratrice ? Je devrais être jalouse ?

    Malheureusement, ce petit jeu se termina aussitôt, puisqu’une discussion plus sérieuse devait le remplacer. Une éventuelle grossesse future. Aaron répondit à sa remarque d’une façon qui ne réjouit pas sa future femme. Ce mot « pire » la chiffonna. Bien sûr, sur le moment elle avait eu plus peur qu’autre chose, n’avait pas pensé au bonheur d’être maman. Avoir un enfant, ça bouleverse toute une vie. Plus d’intimité à deux, plus d’alcool, de drogue, plus de sorties, on fait passer les besoins d’autrui avant les siens. C’est-ce qu’elle s’apprêtait à faire avec celui qui était à ses cotés, son choix était déjà fait, seulement là tout se concrétisait. Elle ne savait pas si elle aurait la force d’aller jusqu’au bout, si faible au fond, il lui faudrait beaucoup de temps. Mais surtout en avait-elle vraiment envie ? Une partie d’elle non, c’était clair, elle avait un coté trop indépendant et sauvage. Mais une autre…probablement. A tel point que cette partie sensible venait de se faire une place particulièrement grande. La transformation paraitrait réelle et non onirique. Seulement au fond, elle n’avait rêvé que de cela. Fonder une famille. Elle n’avait jamais été membre d’un foyer solidaire, affectueux, il allait de soit que secrètement, elle avait souhaité ne pas reproduire la même erreur que ses parents et être heureuse dans sa vie, épanouie, aimée. Et puis lorsqu’on tombe amoureuse, prend place cette jouissance. Sauf que celui qui partageait sa nouvelle vie n’avait pas semblait emporté par la nouvelle. Il avait sûrement vu que le mauvais coté de la chose, le caractère effrayant de la nouveauté, ou pire, Olivia en était même à se demander s’il n’avait pas regretté sa demande en mariage, s’il n’était pas en train de douter d’elle tout court, insatisfait de sa future femme, ou peut-être ne possédant pas assez de sentiments à son égard. Elle n’était pas Sarah, elle ne le serait jamais. Elle n’était pas parfaite ! Elle avait tellement de choses à apprendre et à changer. Aaron était cependant toujours aussi tendre avec elle, ce qui était au fond positif, et malgré les faits et cette douleur secrète, la chasseuse en profita d’ailleurs pour se faire dorloter, essayant de se faire rassurer par les gestes et non par les paroles de celui ci, ses yeux se fermant. Avant qu’elle commence à lui livrer cette toute petite pointe de déception et ses désirs pouvant paraitre fous pour certains d‘être réellement la mère de ses enfants. Qu’elle lui avoue ce qu’elle aurait aimé entendre par-dessus tout, une petite partie de ses craintes. Elle était douce, cependant il y avait une toute petite pointe de représailles dans ses propos, qui ne pouvaient dissimuler une inquiétude. Son geste de poser la main d'Aaron sur son ventre aussi d'ailleurs.

    Qu’est-ce que je veux que tu dises…hé ba pour commencer que tu serais heureux si je tombais vraiment enceinte. Que tout irait bien. Quelque chose contraire au mot « pire » en tout cas. Je croyais que c’était ce que tu voulais, nous deux. Ba oui sinon pourquoi tu m’aurais demandé en mariage et pourquoi tu m’aurais fait l’amour sans protection ??!

    Soudainement, son caractère compliqué et son sentiment de déception se transforma en culpabilité et en compassion. Il pleurait devant elle. Est-ce que c’était elle qui avait déclenché cela ? Son cœur se serra à tel point qu’elle pensait qu’il allait finir par se déchirer. Qu’est-ce qu’elle pouvait être idiote, telle est la remarque qu’elle se fit à elle-même. Avoir un enfant n’était pas un fait non plus sensationnel, surtout quand le père était en période de deuil. Surtout quand il venait de se faire massacrer moralement par une tuerie dont il ne se remettrait jamais. Elle devait peut-être se montrer plus patiente envers lui, cacher son trouble, son malaise pour se consacrer au bonheur de l’homme qu’elle aimait. Il la serra contre lui et elle le serra encore plus, comme si elle allait l’étouffer, voulant pour une fois lui prouver ses sentiments, lui montrait qu’elle était là, malgré le fait qu’elle ne pouvait se résoudre à lui dire je t’aime. C’était trop tôt, elle en était pour l’instant incapable, elle n’avait jamais appris à dire une telle chose. Et puis que connaissait-elle de l’amour ? Bien sûr elle avait l’impression d’être follement amoureuse, elle n’avait jamais ressenti ce qu’elle ressentait pour ce chasseur, mais elle était persuadée qu’elle saurait au moment venu quand ça serait le moment de lui déclarer définitivement sa flamme. Les mots sortis de sa bouche avaient beaucoup de sens puisqu’elle ne disait que des choses qu’elle pensait, sincère. D’ailleurs elle s’exprima, lui murmurant à l’oreille : Je suis désolée. C’est ensuite qu’elle s’aperçu qu’il ne s’agissait pas de son attitude. Il y avait autre chose. Elle n’y comprenait rien. Dans quelle mesure Aaron la mettait en danger ? Les faits pouvaient être déchiffrés, la mort de sa femme et de sa fille pouvait paraitre étrange, « Le seul responsable dans cette histoire c'est cette...chose ». Cependant, elle était aveuglée. Elle ne voyait pas les signaux, justement trop transportée par cet homme. Au lieu d’essayer d’en savoir plus alors qu’elle fronçait les sourcils, elle pensa à son propre secret identique. Elle le mettait réellement en danger. Pensait même le mettre plus en danger qu’il ne la mettait. Il n’y avait pas pire que chasser les vampires question risques. Cependant, bien qu’elle voulait se débarrasser de ses défauts, dont sa soif de violence et de danger, elle ne pouvait pas abandonner. C’était une erreur d’oublier sa sœur. Elle devait continuer de lutter contre ces créatures pour elle, au moins pour lui faire honneur, et peut-être trouverait-elle le démon responsable de sa mort. Chasser était également une chose qui pouvait lui redonner confiance en elle, faire remonter son estime d’elle. Après tout elle faisait quelque chose pour la société, elle ne penserait pas qu’à elle. Que pouvait donc t-elle faire ? Quitter son fiancé avant que cela devienne complètement impossible ? Non elle ne voulait pas envisager cette perspective. Elle n’y arrivait pas, elle tenait bien trop à lui, il lui apportait tant, et elle lui apporterait tant. Elle ne voulait pas renoncer à cet amour inqualifiable tellement il faisait battre son cœur. Elle était dans un sale pétrin. Mal à l’aise avec elle-même, luttant pour garder deux choses qui lui étaient chers, elle se livra à nouveau. Quoi qu’il arrivait, elle savait que le plus difficile serait d’être séparée de cet homme qui, plus le temps passait, se situait en haut de l’échelle à ses yeux. Lorsqu’on tombait amoureux, la mort n’avait pas d’importance à coté de la flamme perdue à tout jamais. Son coté de passionnée parla pour elle, à sa surprise intérieure.

    Aaron c’est moi qui te met en danger, si tu savais à quel point d‘ailleurs. Mais je suis trop égoïste, et pour moi le pire qui pourrait arriver ça serait de te perdre. D’être loin de toi, que tu m’abandonnes. C’est là que viendrait le danger. Parce que je…je ne vois plus ma vie sans toi.

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite Surprise [PV Olivia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite Surprise [PV Olivia]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Père Noël rend visite à l'Annuaire...
» Visite chez Capitole
» Olivia Ong : Fly me to the Moon
» Surprise ,,,"Mes Poupées Vaudou ***
» [Astuce n°5] Suppression de date/heure /dernière visite (phpBB3)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Ridgecrest } ::    » Aile Est ::    » Les Chambres-
Sauter vers: