AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aaron Lockhart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Aaron Lockhart   Dim 22 Juin - 4:40


      { Hello Stranger !

      Nom : Lockhart
      Prenom(s) : Aaron Chasey
      Surnom(s) : Depuis le décès de sa femme et de sa fille, les gens ont tendance à déformer son nom 'Lockhart' pour 'Locked Heart' en référence à sa tendence à se renfermer aux autres.
      Age : Vingt-Trois ans, vingt-quatre dans deux mois.
      Date & lieu de naissance : Le 21 Août 1984 à Lincoln au Nebraska.
      Nationalité : Américaine.
      Origine(s) : Ses grands-parents paternels sont anglais et sa mère a de lointaines origines irlandaises, mais il y a en son sang une domination américaine.

      { I Am What I Follow.

      Caractère : S'il y a bien quelque chose que les gens ne pourront jamais dire d'Aaron, c'est qu'il est un sale égoïste qui ne pense qu'à sa petite personne, indifférent à son prochain. Pour être franc, il est tout à fait le contraire, étant prêt à donner sa vie pour une personne qui lui est chère, prêt à faire des pieds et des mains lorsque ça en vaut la peine, ou parfois juste pour faire illuminer un visage. Mais pour avoir le droit à ces privilèges, il vous faudra le connaître très bien ou entrer dans ses bonnes grâces, car Aaron n'est pas du style à être très social. En effet, très peu bavard, il préfère écouter que parler, trouvant qu'il en dirait trop sinon. Il est très timide, contrairement à ce que l'on pourrait croire de lui. En effet, il a souvent l'air d'un dur ou d'un homme très méchant, mais c'est tout sauf ce cas-là. Aaron est sous sa coquille doux comme un agneau. Par contre, ne tentez pas de le provoquer, car il tombe facilement sous la défensive, car il n'aime pas trop qu'on le remarque. Ironique, ses remarques lorsqu'il en passe peuvent paraître un peu méchantes et vexantes, mais c'est une parure. Il ne veut simplement pas être blessé plus qu'il ne l'est, car au fond, Aaron est un homme très sensible. Aussi, il déteste la pitié. Il hait les gens qui pensent froncièrement bien faire et qui tentent de jouer avec lui les bons samaritains. C'est déconseillé d'agir ainsi avec lui, il pourrait se montrer alors colérique, une autre facette de sa personnalité. Il peut devenir furieux si quelque chose qui lui déplaît se produit. Sinon, Aaron ne pense pas vraiment à lui, mettant les autres en priorité. Lui, il passe après, et là encore il ne passe pas vraiment. Depuis la mort de Sarah et Emmy, il est négligé à un tel point, massacrant son physique et sa santé. Il semble se moquer de tout, et même s'il a l'air misérable, ça ne l'empêche pas de foncer lorsqu'il croit qu'il peut faire quelque chose, comme lorsqu'il est à la chasse aux vampires. En effet, ne manquant pas d'audace, il n'hésite pas à agir et n'a pas froid aux yeux. Beaucoup de front et un besoin de se donner pour le bien d'autrui, c'est ce qui définirait les points les plus forts d'Aaron.
      Physique : Des vêtements des plus banales, particulièrement des jeans et des chemises de chasse accompagnés d'un chapeau bien souvent font parti de son attirail habituel. Ces vêtements cachent un corps finement musclé, mince, et qui a tendance à bronzer assez facilement lorsqu'il est exposé au soleil. Aaron est assez grand, sans être l'homme le plus géant de la planète. Un mètre quatre-vingt-trois au total pour un nombre de kilos qu'il ne compte pas, se fichant éperduement de cela. En fait, vous trouverez rarement des gens aussi peu soignés qu'Aaron. Il se fout bien de son apparence, celle-ci le laisse indifférent. C'est pour cela que ses cheveux sont souvent coiffés soit n'importe comment ou bien ramenés vers l'arrière lorsqu'il doit daigner s'arranger un peu. Il a des cheveux foncés, d'ailleur, naturellement. Étonnement, sa fille n'a jamais hérité d'un de ces gènes, héritant seulement des yeux bleus perçants de son père. En effet, Aaron a des yeux d'un bleu qui vous traverse. Digne de l'eau la plus claire dans toutes les Caraïbes, on ne peut que le regarder dans les yeux. Il y a toujours cette lueur de tristesse qui luit, qui donne l'impression qu'il souffre terriblement, ce qui n'est pas faux. Certains disent que le regard est le reflet de l'âme. Pour lui, ce dicton est tout à fait exact, car toutes ses expressions passent par son regard. En un seul coup d'oeil, on peut très bien deviner qu'il est en colère. Il a tendance à prendre de longs soupires, aussi, lors de ces moments-là. Ce sont deux choses qui sont apparentées à lui, tout comme se glisser la main sur la nuque et la gratter légèrement lorsqu'il est pris au dépourvu. C'est un automatisme, il ne s'en rend même plus compte aujourd'hui. Aussi, Aaron a quelques cicatrices ici et là qui témoignent de ses nombreuses batailles et victimes, donc. Un seul vampire lui a échappé, d'ailleurs, celui qui a tué sa femme et sa fille. Sinon, pour terminer, il porte son alliance glissée autour d'une chaîne qu'il porte au cou, en gage d'amour à sa femme. Il garde aussi toujours avec lui le petit pendentif de sa fille. On pourrait dire que c'est un souvenir.

      { My Tastes.

      Ce que vous aimez : Aaron aime faire les choses par lui-même. Il est plutôt solitaire et aime mieux que les choses restent comme ça. Il aime aussi s'instruire et lire calmement. Il n'est pas particulièrment oisif pour autant, mais aime bien relaxer de temps en temps. Quelque chose par contre qu'il aime encore plus, c'est la chasse aux vampires où il se libère totalement, ne voulant alors plus qu'une chose : se vanger. En effet, lorsqu'il a en tête de massacrer cette race, plus rien ne l'en empêche. Une autre chose, totalement hors contexte, que Aaron adore : L'honnêteté.
      Ce que vous n'aimez pas : Aaron n'aime pas les restrictions. Il déteste aussi qu'on le surveille et qu'on tente de le faire parler. Il n'aime pas trop la compagnie des gens, sauf s'il la réclâme. Un peu indépendant, sans aucun doute. Il déteste évidemment les vampires et a horreur du mensonge. Il ne supporte pas ceux-ci.
      Ce qui vous effraie : La seule véritable peur que l'on pourrait attribuer à Aaron, ce serait probablement celle d'échouer dans sa nouvelle vocation. Ayant techniquement menti à sa fille en disant que les monstres n'existaient pas, il se sent coupable et compte bien exterminer la race entière, même s'il sait qu'il n'est pas le même chasseur. Il a terriblement peur de l'échec, c'est sa pire phobie.
      Votre genre de conquête : Au plan physique, Aaron n'a pas particulièrement de spécifité pour les femmes. Par contre, pour la psychologie, c'est plus assidu. Il ne veut pas d'une imbécile, et ne veut pas de quelqu'un qui a besoin toujours de constant mouvement. Il aime une partenaire plus calme, peut-être un peu fragile. Il aime pouvoir s'occuper de la personne, pouvoir se dévouer. Il aime faire plaisir aux autres, alors il aimerait quelqu'un qui voudra se laisser dorlotter. Il est intéressé en quelqu'un de franc, bien entendu, car il a horreur du mensonge, et de fidèle nécéssairement car être trompé à droite et à gauche ne semble pas vraiment être dans ses intérêts premiers.

      { Behind The Computer.

      Avatar & Groupe : Jared Leto , Les Chasseurs
      Pseudo & âge : Emesele, 18 ans.
      Comment vous avez découvert le forum : Top-Site, pour une fois que je m'en souviens mdr.
      Code règlement : Okay by Eva.
      Ce qui vous a poussé à vous inscrire : First de jouer Jared Leto, parce que Jared et moi c'est une histoire pleine de sensations fortes (xD) et parce que le personnage pour une fois était réellement profond et je sentais que je pouvais l'exploiter à fond.
      Votre avis sur le design : Très joli, sérieusement. Il est simple et sombre, semble s'accomoder avec le contexte..Je n'ai pas de critique à faire Wink
      Votre avis sur le contexte : Je l'adore. Ce n'est pas la première fois que je le vois, mais je le trouve très bien exploité et intéressant, de plus les personnages offerts sont bien exploités et on voit que l'intrigue a été assez bien sculptée.
      Présence sur le forum : Vu que c'est les vacances, je ne serai pas très présente dans les prochaines semaines, mais je vais tout de même tenter de passer tous les jours en pensant que je suis à l'heure de l'est au Canada.
      Suggestions eventuelles : Aucunes, mais j'en ferai part si j'en ai une. Ah. Par contre j'aimerais que l'on ne poste pas dans ma fiche avant que j'aie officiellement terminé ma fiche, parce que je fais assez souvent deux ou trois postes pour une fiche et je trouve toujours plus agréables que les messages se suivent.^^



Dernière édition par Aaron Lockhart le Lun 23 Juin - 22:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Aaron Lockhart   Dim 22 Juin - 18:18

    { This Is The Story Of My Life.

    Histoire :
    Introduction. Way before everything went wrong.

    Je suis le fils d'un père policier et d'une mère qui n'avait pas d'emploi. Elle s'est consacrée toute sa vie à ses fils, c'est-à-dire mon frère Rudy et moi. Rudy est plus âgé, mais il vit dans un appartement du Nebraska encore aujourd'hui. Il est alcoolique, et je ne l'ai pas vu depuis mon mariage avec Sarah. Bien sûr, nous n'en sommes pas encore là. Mais il faut toujours commencer en expliquant les choses comme elles étaient. Ainsi donc, j'ai été élevé par ma mère pendant que mon père travaillait. Il travaillait souvent, certes, mais chaque moment avec lui m'ont appris qu'il fallait tout faire pour ses en fants. Mes parents m'ont inculqué ce rêve de la vie de famille très jeune, je dois dire. Enfin. Je déborde. Voilà comment tout a commencé.

    Ma mère a eu d'énormes difficultés à tomber enceinte de mon frère. Elle a toujours dit qu'il était un miracle, car ensuite, elle m'a eu très rapidement. Comme si l'avoir l'avait aidé ensuite à retomber enceinte ou je ne sais pas trop quoi. Mes parents nous ont toujours considérés comme des bénédictions, mon frère et moi. Enfin, mon frère jusqu'à une époque. Moi, je fus toujours le gamin tranquille. Je ne cherchai pas vraiment les ennuis et j'obéissais à mes parents. Certes j'eus ma période 'rebelle' comme tous les adolescents, mais déjà tout petit, alors que je n'étais qu'un bébé, je démontrais une tranquilité impressionnante. Alors que mon frère avait des difficultés lui à faire ses nuits et était un enfant un peu pleurnichard, je ne prenais pas de place ou presque. C'était un certain réflexe, et petit, j'eus toujours le même réflexe. Je n'étais pas un enfant turbulant, ni un enfant qui avant besoin de plus d'attention d'un autre. J'étais simplement un peu réservé. On ne pouvait pas dire renfermé, car je pouvais très bien m'ouvrir aux autres.
    Mon enfance fut normale. Je n'étais pas particulièrement studieux, par contre. Je n'aimais pas trop l'école, pour tout dire, et encore aujourd'hui, je me dis que le seul avantage fut Sarah. Je l'ai rencontré à l'école, à la fin du lycée et je crois bien que si ce n'était pas d'elle, je pense que les choses seraient plutôt différentes. Mais ce n'est pas parce que je n'aimais pas l'école que je n'étais pas instruit. J'aimais apprendre les choses par moi-même, en faite, et l'école ne m'offrait pas ce luxe. Je trouvais les professeurs innutiles et j'aimais à me retrouver seul pour travailler. Mes notes à l'école étaient plutôt normales, dans la moyenne, mais les professeurs me trouvaient plutôt cultivée. Les opinions se partageaient pour que les gens disent que j'étais une enfant adorable. Je ne pourrais dire si je l'étais, en fait, puisque je n'ai jamais été vraiment du style à me vanter. C'était à peu près moi. Intelligent, effacé. J'avais des amis, mais pas une foule. Je n'étais pas populaire, et je ne recherchais pas la popularité. En fait, j'étais banal. Tout le monde ou presque s'accordait pour le dire

    Puis comme pour tout le monde, je passai par le dur chemin de l'adolescence. J'eus une adolescence assez brusque, car soudainement je réalisai qu'il fallait que je me ménage, que j'arrête de jouer au garçon invisible. J'expérimentai la drogue très jeune. À treize ans, j'avais tout fait ou presque. On se tenait avec moi uniquement parce que j'étais un 'rebelle' . Un rebelle pas tout à fait rebelle, pour tout dire, car contrairement aux types qui se prétendaient rebelles eux aussi, je ne sortais pas avec des filles. Aucune ne m'intéressait. Je ne recherchais rien ni personne à cette époque, je préférais rester seul. Faire la fête, boire, me droguer, c'était tout ce qui m'intéressait. Le sexe, contrairement à tous ces adolescents en pleine puberté, ne m'obsédait pas vraiment. Je faisais mine de, mais lorsque venait le temps de coucher avec une fille, il ne se passait pas grand chose. Certaines colportèrent que j'étais gay. Et ce fut au bal de la promotion qu'on me demanda finalement si c'était vrai. Une jeune fille blonde, les cheveux lui tombant aux épaules et ondulés. Elle avait les yeux verts, pétillants, rieurs. Tout chez elle insinuait qu'elle était amusée par la situation et lorsqu'elle se présenta devant moi pour me poser la fameuse question, j'eus un choc. Je crois bien que c'est à ce moment que j'ai compris que la jeune fille serait la mère de mes enfants. Car nous avions prévu bien sûr d'avoir d'autres enfants.
    Ce soir-là, je discutai longuement avec Sarah. Curieusement, je me fichais du reste, de la fête. J'étais venu seul, et à ma grande surprise elle aussi. Elle avait espéré trouver celui qui l'inviterait mais cette personne ne s'était pas manifestée. Ce fut à ce moment-là que je réalisai qu'en moins de quelques heures, j'étais tombé amoureux d'elle. Et à ma plus grande surprise, ce fut réciproque. Ce fut probablement la plus belle nuit de ma vie. Non, la troisième. Après mon mariage et la naissance de notre fille, à Sarah et à moi. Ce soir-là, je l'emmenai visiter la grange abandonnée tout près de chez moi. Alors que les autres jeunes allaient fêter leur après-bal, elle décida de me suivre moi. Elle me donna cette nuit-là toutes parcelles de son intimité, ne se souciant même pas qu'elle me connaissait à peine. Je crois qu'au fond, elle aussi savait. Nous savions tous les deux que nous étions faits pour être ensemble. Ce n'est que quelques mois après notre rencontre, sept mois, pour tout dire, que je fis ce que je devais faire. Elle accueillit ma demande en mariage avec hésitation. Elle était craintive, et je la comprenais.
    The beginning of it all.

    Elle disait que nous ne pouvions pas nous marier, que ce serait trop compliqué. Que nous n'en n'avions pas les moyens et que nous étions trop jeunes. Pourtant, ce jour-là, j'étais plus certain que jamais que nous devions le faire maintenant. Elle s'était assise sur le petit bureau en bois, le soleil entrait par la fenêtre de la cuisine de chez elle. On pouvait visiblement deviner qu'elle était pensive. Elle était magnifique, lorsqu'elle était pensive. Je l'embrassai sur l'épaule, tentant de la convaincre. Je peux encore aujourd'hui me rappeler de ses frémissements et de son petit rire alors que je lui murmurais mes explications, mes arguments pour qu'elle accepte de devenir Sarah Lockhart.

    -Je ne peux pas accepter. Aaron, tu imagines toutes les difficultés que ça nous emmènerait? Tu.. Tu n'as pas d'emploi stable, je n'ai même pas encore commencé l'université...On n'arriverait jamais à joindre les deux bouts.
    - Mais je te promets que les choses seront parfaites. Sarah, c'est la chance de notre vie. On partira, j'ai assez en banque pour nous payer un voyage de noces. On ira en Transylvanie, en Europe. Tu sais, le pays que tu veux tant voir?Je sais combien tu veux voyager. Je sais combien tes études te tiennent à coeur. Mais toi tu me tiens à coeur. Et notre vie aussi. Je veux des projets Sarah.

    Je crois qu'elle s'est ensuite précipitée dans mes bras et qu'elle a pleuré. Elle a accepté, bien sûr, et je pense qu'à ce moment là, j'ai été l'homme le plus comblé de la planète. Mes parents voyaient Sarah comme la femme parfaite pour moi. Mon comportement avait changé radicalement. Je ne touchais plus à la drogue et je n'étais plus aussi négatif, aussi froid qu'avant. Sarah me rendait vivant et mon frère le remarquait. Il a été jaloux, je crois, lorsque nous avons annoncé que nous allions nous marier. Je n'ai jamais compris pourquoi, sauf peut-être parce que soudainement c'était moi qui avait l'attention alors que lui cessait de briller. Mes parents virent le mariage d'un bon oeil. Ce furent les deux seules personnes à le voir ainsi. Mes supposés amis me laissèrent tomber pour la plupart, ou me répétèrent que je faisais la connerie de ma vie et que Sarah n'était pas mon genre du tout. Il était vrai que Sarah était parfaite, encore aujourd'hui je la vois comme un ange. Mon ange.

    Le jour du mariage, tout devait aller bien. Tout était parfaitement arranger, on avait tout prévu. Mon frère avait été invité parce que je ne voulais pas faire d'histoire. Sarah ne voulait pas particulièrement le voir, je m'en souviens bien. Elle avait eu l'air contrariée lorsqu'il était entré dans la chapelle. Je lui avais dit que tout irait bien, que ce serait uniquement pour aujourd'hui, et patati et patata. C'est lors de la réception que j'ai réalisé que je ne voulais plus jamais le revoir. Mon frère était un parfait imbécile.

    - Je voudrais porter un toast à...
    - Rudy, tais-toi, tu es complètement ivre.
    - Non, laisse-moi faire Aaron.
    - Ce n'est absolument pas nécéssaire, tu sais...
    - Sarah, j'insiste. Après tout, il faut bien que quelqu'un dise tout haut ce que les autres pensent tout bas!
    - Je t'avertis, si tu la fermes pas...
    - Tu feras quoi Aaron? Donc laissez-moi porter mon toast pour l'amour du ciel. Alors. Je voudrais porter un toast à Aaron et Sarah pour leur stupidité de vouloir tous les deux ruiner leur vie alors qu'elle vient à peine de commencer. Je vous félicite tous les deux et Aaron, j'espère que tu vas prendre enfin ton pied lors de ta nuit de noces, après tout il faut bien qu'une fois dans ta vie...

    C'est à ce moment-là que le poing est parti. Je me suis levé, Sarah était déjà dehors. La pluie allait certainement ruiner sa robe et sa coiffure tandis que les larmes se chargeraient du maquillage, mais je pense qu'elle s'en moquait. Elle s'en moquait. Je lui fis mes excuses les plus sincères, elle les méritait bien. C'est à ce moment-là que j'ai décidé que nous partions maintenant pour la Transylvanie comme premier arrêt dans notre itinéraire pour notre voyage de noces. Sans le dire à personne. Après qu'elle eut arrêté de pleurer, j'ai pris Sarah par la main et j'ai appelé un taxi. Premier arrêt chez elle, deuxième chez moi. Nous allions ramasser les valises que nous avions déjà prévu avant de nous diriger vers l'aéroport pour un vol de dernière minute. Nous sommes arrivés aux aurores et c'est là que nous avons décidé de recommencer notre mariage loin de tous. En Transylvanie, loin de tous ceux qui nous avaient blessé et qui avaient tenté de nous éloigner. Au matin, nous trouvions une chapelle qui pouvait nous marier. Sarah était encore plus belle sans la robe de mariée, au naturel, avec son jean et son t-shirt un peu trop grand et ses yeux verts pétillants, ses cheveux blonds bouclés tombant sur ses épaules. Cette nuit-là, à notre nuit de noces, nous ne savions pas que nous étions entrain de concevoir celle qui d'après moi serait devenue la plus belle petite fille au monde.

    Un mois plus tard. Nous rentrions au pays. J'avais loué un appartement, finalement, et nous avions enfin pu aménager. Mes parents tentèrent de me convaincre de reprendre contact avec mon frère mais j'en étais incapable après ce qu'il avait dit. Ce fut après une de ces longues discutions téléphoniques avec ma mère que Sarah qui était à la salle de bain se précipita sur moi, se jettant sur moi qui était sur le canapé, riant aux éclats, ses yeux verts pétillants d'une joie telle que je ne l'avais jamais vue encore. Elle brandissait ce que je ne reconnus pas tout de suite : Un test de grossesse. Mon coeur manqua un battement. Je crois que j'étais terrifié mais à la fois heureux. Heureux de savoir que nous allions aussi rapidement avoir une famille, mais terrifié à l'idée que Sarah et moi allions subir d'énormes difficultés financières. Je travaillais comme commis à la banque, dans ce temps-là. Combien d'heures supplémentaires j'ai dû faire, combien d'horaires impossibles j'ai dû endurer, mais je crois que ce matin du dix juin, lorsque je faisais les cent pas dans la chambre d'hôpital, encore affublé de mes vêtements de travail, je réalisai que ça en valait la peine. C'était à une des échographies de Sarah, on voyait très bien Emmy sur la télévision. Elle semblait presque nous parler, à Sarah et moi.

    - Vous la voyez bien? Sur l'écran.
    - Oui. Elle est magnifique. Elle a l'air en bonne santé d'après vous?
    - Elle est certainement très active en tout cas.

    Sarah parlait avec l'infirmière tandis que moi je ne pouvais cesser de contempler Emmy sur le téléviseur. Ce fut une des seules fois où j'ai pleuré dans ma vie parce que je prenais conscience que nous étions béni d'avoir le droit aussi rapidement à cet enfant. Chaque jour, il me semblait d'ailleurs que la fin s'étirait et qu'elle n'arriverait jamais. Comme lorsque je peinturais sa chambre, dans la nouvelle maison, car nous ne voulions plus d'un petit appartement. La chambre était rose et bleu pâle. Sarah et moi avions acheté un nouveau berceau ainsi que tout ce dont nous aurions besoin très à l'avance. Elle n'était pas née et déjà ses grands-parents la gâtaient. Les parents de Sarah lui avaient acheté une multitude de jouets et de poupée pour plus tard. Ils semblaient être revenus sur leur décision et croyaient fermement que je pouvais m'occuper de Sarah. Car je m'occupais d'elle du mieux que je pouvais entre mes horaires trop chargés et les préparatives pour le bébé. Je ne voulais pas qu'elle force trop et lui interdisais carément de bouger, vers les derniers mois de sa grossesse.

    - Aaron. J't'en prie. Une fois, une seule. J'ai envie de t'aider un peu dans cette chambre.
    - Non, tu restes ici. De toute façon, tu es immense, je ne pense pas que tu puisses accéder à la porte.
    - Pff. Comment tu peux dire une chose pareille à ta femme?!
    - Parce que je sais qu'elle ne pourra pas faire autrement que de me pardonner.
    - C'est valable. Mais s'il te plaît, laisse moi au moins placer les peluches sur les étagères.
    - Non.
    - C'que tu peux être rabbat-joie!
    - Ah bon, hein?

    C'était notre dispute habituelle, elle voulait m'aider et moi je ne voulais pas, même si j'étais crevé de fatigue et que j'aurais peut-être bien aimé de l'aide. Ensuite s'en suivaient les fausses-réconciliations et les longues heures le soir où nous regardions un film collés sur le canapé, elle sa tête sur mes cuisses qui s'endormait tellement rapidement qu'il fallait lui jurer au club vidéo qu'on avait déjà vu le film la veille et moi qui caressait son ventre à la quête de coups de pieds. Emmy était une bagarreuse, dans le ventre de Sarah. Elle donnait toujours des coups de pied. J'étais fou amoureux de ma fille alors que je ne l'avais jamais vue. Je savais simplement qu'elle serait la plus belle fillette du monde. D'ailleurs, je ne cessais de prendre des photos du ventre de Sarah pour les lui montrer lorsqu'elle serait plus vieille. Pour montrer à Emmy combien sa mère était énorme alors que ma fille était une minuscule petite chose lorsqu'elle sortit du ventre de sa mère. Tout le monde croyait que ma femme attendait des jumeaux, à l'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Aaron Lockhart   Dim 22 Juin - 18:22

    D'ailleurs, parlons de ce matin-là. Je me rappelle très bien que j'avais été appelé d'urgence au boulot et que je devais partir car Sarah avait brisé ses eaux. J'étais retourné rapidement à la maison, ce matin-là, trouvant Sarah pleurant, paniquée, détrempée. Ses contractions semblaient éloignées, à ce qu'elle me disait, alors je lui dis qu'elle pouvait aller prendre une douche, ce qu'elle fit sans protester. Nous n'avions pas préparé son sac pour l'hôpital, alors je m'en occupais durant sa douche, rapidement car Sarah voulait que je reste avec elle dans la salle de bain. Je tentais de garder mon calme, mais avec elle, c'était tout simplement impossible. Sarah me rappellait sans cesse qu'il fallait se hâter et lorsqu'elle fut couchée sur le lit d'hôpital, je réalisai réellement ce qui se passait. Ma femme allait accoucher et avoir un bébé. Mon bébé. Sarah me hurla de sortir de mes pensées et j'allai lui tenir la main, un peu amusé même si elle semblait souffrir le martyr. Les infirmières lui disaient de relaxer et d'attendre qu'on lui dise de pousser, et lorsqu'elle commença à pousser, on réalisa qu'on devrait lui faire une césarienne, le bébé ne se présentait pas par la tête. Sarah pleurait, terrorisée, pensant qu'elle perdrait le bébé, et moi je tentais de la rassurer. On la piqua pour qu'elle ne ressente rien puis après une dizaine de minutes et une immense flaque d'eau, car c'était probablement ce qui contenait le plus le ventre de Sarah, j'avais dans les bras une minuscule petite chose qui dormait déjà. Je tendis Emmy à Sarah et c'est là que nous choisirent le nom. Emmy Jane Lockhart.

    Les premières semaines, je tentais de faire le plus de tâches possibles pour rendre les choses plus faciles pour Sarah qui semblait épuisée depuis la naissance d'Emmy. Je restais souvent la nuit assis sur le canapé du salon, donnant le biberon à ma fille, la contemplant la larme à l'oeil, guettant chaque soupir de cette minuscule petite chose. Je m'émerveillais chaque fois qu'elle resserait sa petite main autour de mon doigt et me levais toujours prestement lorsqu'elle pleurait dans le moniteur. Puis Sarah goûta elle aussi à ces joies. Je pense que nous étions les parents les plus comblés du monde avec notre bébé. Et moi, j'étais doublement comblé par ma femme et ma fille. Les deux seules femmes à qui mon coeur appartenait pour toujours. D'ailleurs, pour le baptême d'Emmy, nous avions fait faire un pendentif avec ses initiales où il y avait la photo que nous avions pris, Sarah, Emmy et moi lorsqu'elle était bébé. Nous lui avions toujours dit que si elle se sentait effrayée, elle nous aurait toujours près d'elle.


    Sometimes life can be easy.


    Comme elle grandissait vite. Chaque pas qu'elle apprenait à faire, chaque mot qu'elle prononçait me rendait encore plus fou d'elle. Un jour, alors que nous étions allés prendre un petit déjeuner au restaurent, Sarah riait doucement à table d'Emmy qui était trop fatiguée pour manger le reste de ses crêpes que je lui tendais, fourchette à la main. La petite frimousse blonde était bien adossée dans son siège pour bébé et ne semblait pas vouloir nous donner de réactions, à notre grand amusement. Ce fut à ce moment là que l'homme s'approcha. Je ne me rappelle pas de son nom, je ne sais même pas s'il s'était présenté. Il nous a simplement demandé quel âge avait Emmy. Elle avait deux ans. Je lui coupais ses crêpes en minuscules morceaux, elle aimait beaucoup les crêpes. Elle avait fait une crise, le matin avant sa mort, pour manger des crêpes. Je lui avais dit que c'était trop compliqué en camping. Elle n'avait pas du tout aimé. Aujourd'hui, je crois que j'aurais fait tout pour elle. Je lui aurais fait ses crêpes.

    Emmy était taquine. Elle courait partout. Elle était une petite fille pleine d'énergie qui voulait toujours tout savoir. Elle fouinait partout, cherchait toujours notre attention, venait très tard la nuit se glisser dans nos draps car elle était persuadée qu'un monstre se cachait dans sa penderie. Je la recouchais toujours et j'allais dormir avec elle dans son minuscule petit lit, ou bien Sarah s'en chargeait. Parfois, nous dormions tous les trois ensemble dans le même lit, après avoir regardé un film de Disney. La petite sirène ou la belle au bois dormant. Elle adorait ces deux films-là. Je l'embrassais toujours sur le front et elle me réprimendait, disait que ma barbe la piquait et que je devais la raser. Sarah riait alors et lui disait de me laisser tranquille. Parfois, aussi, elle restait rivée devant la fenêtre pour attendre que je revienne du travail. Je trimais dûr, Sarah elle étudiait à la maison et s'occupait d'Emmy. Parfois, c'était ma mère ou la sienne qui s'occupait d'elle le temps qu'elle étudie pour ses examens. La plupart de ses amies s'étaient trouvé des petits amis qui les gâtaient et les gens disaient souvent que Sarah avait fait une erreur, que je ne la méritais pas. Je lui ai souvent dit que j'étais désolé de ne pas pouvoir lui donner plus, de ne pas pouvoir la gâter comme elle le méritait. Elle disait toujours qu'elle détestait lorsque je faisais ça, et qu'elle était comblée. Je ne sais pas si elle me mentait, je ne crois pas qu'elle aurait pu. Après tout, elle disait qu'elle avait bien mieux que tous les bijoux et voyages et voitures. Elle avait Emmy, et je crois que notre fille était vraissemblablement ce qui nous était arrivé de mieux même si nous avions dû faire de nombreux compromis et nous ajuster à un nouvel horaire Sarah et moi. Mais notre vie était parfaite comme ça.


    When everything went wrong.
    Il y a quelques mois encore de cela, pour l'anniversaire de Emmy. Elle voulait aller faire du camping dans les bois près de la maison. Nous avions décidé que c'était une bonne idée mais avions suggéré un autre endroit que la maison, par exemple un véritable camping en pleine nature, bien sûr sans se soucier de rien. Je ne croyais pas aux vampires, ni aux monstres à cette époque. Nous nous étions installés pour une semaine dans une forêt du Maryland, parce que Sarah voulait aller voir une amie qui habitait alors là-bas. Je me rappelle encore du voyage en voiture. Emmy nous demandait sans cesse quand nous allions arriver. Nous ne nous y sommes jamais rendu, en fin de compte. Nous avions décider un soir de nous arrêter pour dormir dans un petit boisée près de la route pour conduire à nouveau le lendemain pour arriver à Adamsville. Ce soir-là, nous nous étions plutôt bien amusés, il faut dire, même si Emmy était nerveuse de devoir dormir dans une tente en pleine forêt. Je me rappelle encore de lorsqu'elle est allée se coucher avec Sarah et qu'elle n'arrivait pas à dormir, venant me voir alors que je restais dehors pour alimenter le feu. Elle s'était assise sur mes genoux, sur ma chaise, et s'était mise à parler de sa petite voix enfantine et zézayante.

    - Papa..Est-ce que les monstres existent?
    - Non Emmy. Les monstres sont uniquement dans ton imagination.
    - Pourquoi est-ce que les monstres n'existent pas?
    - Parce que c'est comme ça.
    - Papa? Si les monstres n'existent pas, alors les fantômes, eux, ils existent?
    - Je ne pense pas, Emmy. Et s'il y en a, ce sont juste des gentils.
    - Des gentils? Comme Casper?
    - Oui. Comme Casper. Maintenant, va dormir. On a encore beaucoup de chemin à faire demain.
    - J'ai pas sommeil. Et j'ai peur des monstres dans la tente.
    - Il n'y a pas de monstres dans la tente, ma puce. Les monstres n'existent pas. Et je suis là pour te protéger, moi.
    - Tu es plus fort que les monstres?
    - Plus fort que tous les monstres, mon coeur. Maintenant au dodo. Je vais t'accompagner, je suis fatigué moi aussi.
    - Je peux dormir avec toi et maman, cette nuit?
    - Oui, Emmy. Mais il faut dormir cette nuit.

    Je l'ai entendu murmurer quelque chose cette nuit-là. Je ne sais quoi pour tout dire, et si j'avais su à ce moment-là, j'aurais tout fait pour la sauver, quitte à laisser ma vie. Au matin, je sentis contre mon dos et mon ventre deux corps froids. J'étais entouré des deux femmes de ma vie, innertes, sans vie. Ma petite princesse blonde semblait dormir paisiblement tandis que sa mère semblait terrorisée, sur le point de hurler. Toutes deux avaient ces traces étranges au cou. Des traces de crocs. J'eus la plus horrible des révélations ce matin-là. Non seulement j'avais menti à ma fille, mais je l'avais tuée. Je ne l'avais pas protégé contre les monstres. Depuis ce moment-là, j'ai compris que je devais tout faire pour les vanger. Je suis resté un mois complet dans la forêt. Jusqu'au frimas sur le sol en novembre, jusqu'à ce que les corps de Sarah et Emmy commencent à avoir cette odeur désagréable. J'étais à la recherche de ce qui avait fait ça. J'étais à la recherche de réponses. Je devenais complètement fou. C'est un matin que je me présentai à l'hôpital le plus près. Quelqu'un m'avait trouvé à l'entrée du bois, tout portait à croire que je m'étais évanoui. Je ne me rappellais alors plus de rien, pas même de ma propre identité. J'étais perdu, comme si rien n'était jamais arrivé. Comme si je n'avais jamais connu Sarah et qu'Emmy n'était jamais venue au monde.

    Amnesia. Memory loss usually due to brain injury, illness, or psychological disturbances


    - Ainsi donc, vous dites ne pas avoir de souvenirs de rien du tout. À quand remontent vos derniers souvenirs?
    - Je..Au bal de promotion. Oui. Il y avait cette fille.
    - Était-ce celle-ci? Écoutez, monsieur Lockhart. Je suis prêt à vous croire sur parole et je sais très bien que cela peut vous être très éprouvant, mais était-ce cette femme qui est sur la photo avec vous?

    Le psychiâtre était bien calé dans sa chaise et tenait entre ses mains un cadre. C'était la photographie de mon mariage avec Sarah. Cela faisait plusieurs mois que je faisais de la thérapie pour comprendre ce qui s'était passé et je n'étais encore jamais allé aussi loin. J'ai fixé le cadre et soudainement tout m'est revenu peu à peu. La rencontre au bal, cette nuit-là après le bal, lorsque elle et moi avons annoncé notre mariage. Le mariage devant nos proches puis dans la chapelle en Transylvanie. L'hôtel ou nous avions séjourné. Comment s'appellait-il. Wilshire. Wilshire Castle. C'était là-bas où nous avions séjourné. Je devais y retourner au moins une fois. C'était des vampires qui avaient tué Sarah et Emmy. Emmy. Je revoyais chaque moment important passé avec elle, chaque moment minime aussi. Sa vie défilait devait moi. Il me fallait les vanger. C'est dans le cabinet du psychiâtre que je le réalisai. J'étais devenu pâle, depuis qu'on m'avait trouvé dans les bois, je ne mangeais presque plus. Mais soudain, je trouvais une raison de vivre. Je devais vanger ma femme et ma fille. Les deux femmes de ma vie ne devaient pas être mortes pour rien. Pour nourrir des créatures ignobles. Je devais le faire. Je pris une grande respiration. Il le fallait. Pour elles. C'est seul et avec des livres et des recherches approfondies que je suis devenu chasseur. Depuis quelques mois, je compte à mon actif plus de cent vampires tués. Je ne les laisse pas faire. Je m'attaque au premier que je vois. Je ne leur laisse pas le choix. Ils n'en ont pas laissé à Sarah et Emmy. Ces créatures se cachent partout et ne servent qu'à détruire nos vies. Comme la mienne l'a été par leur faute, mais plus maintenant. Maintenant, cette vie a un sens. Débarasser l'espèce humaine de cette pourriture qu'est le monde vampirique.
    La Raison de votre venue à l'hôtel : Il y a presque cinq ans maintenant, une belle jeune femme blonde et son époux sont venus dans cet hôtel où ils ont vécu leur première nuit d'amour en tant que mari et femme. Cet heureux petit couple semblait pourtant destiné à un mariage gagnant, mais surprise aujourd'hui l'homme est revenu seul. Ce n'est pas à cause d'un divorce, mais parce que la jeune femme a perdu la vie. En revenant au début de leur bonheur, cet homme semble vouloir retrouver une certaine paix intérieure, même si chaque détail de l'hôtel lui rappelle sa femme disparue.
    Aujourd'hui : Aujourd'hui, une souffrance immense m'habite. Moi qui croyait qu'en venant ici, les choses seraient plus simples à oublier, je me suis complètement tromper. Les choses n'en sont que plus dûres et j'ai toujours cette impression obsédante qu'une partie de Sarah est ici. Ou des vampires. Je ne sais pas si je suis ici réellement pour des vacances ou si ces supposées vacances se transformeront en chasse aux vampires. Ce que je n'aimerais pas, car savoir que l'endroit où ma vie avec Sarah a commencé est profané m'horrifierait. En venant ici, aujourd'hui, j'espère tout le contraire. Du repos, la paix, mais jusqu'à présent tout semble être mis à épreuve. Le psychiâtre a dit que c'est la première étape à la guérison. Laissez moi être sceptique.

    Amour : La seule femme dont j'ai été amoureux est morte tuée par des vampires. Elle et moi étions mariés depuis quatre ans, et je n'ai jamais regretté ce choix. C'était le meilleur de ma vie, je crois que cela m'a fait avancé énormément. Sa mort me dévaste toujours. En fait, je ne pense pas pouvoir aimer à nouveau. Je suis marié après tout. Marié avec une morte, certes, mais il en reste que je suis amoureux d'elle. Amoureux de la mort. Cela semblerait macabre, mais si vous auriez connu Sarah comme je l'ai connu, vous ne seriez pas capable d'aimer à nouveau vous aussi. Elle était différente, elle était tout pour moi, sans elle les choses ne sont plus les mêmes. Mon coeur est donc déjà pris, même si j'ai cette étrange attirance sans plus, probablement beaucoup plus de la compassion qu'autre chose pour ces demoiselles Jennifer Holmes et Olivia Wood. Je ne connais pas trop la première et la deuxième me prend un peu comme mentor. Cette jeune fille a énormément souffert elle aussi, je le devine bien par ce qu'elle m'a longtemps raconté.
    Amitié : Il ne serait pas fou de dire que depuis la mort de ma femme et ma fille, je n'ai plus d'amis. Je me suis éloigné de tous, craignant d'être jugé et d'extérioriser mes sentiments. Je n'ai jamais particulièrement aimé être sous les feux des projecteurs, comme je l'ai déjà dit plus haut, mais c'était encore pire lorsqu'elles sont mortes. Je n'ai donc plus d'amis, et je n'en veux pas. Je me renferme pour faire mieux mon travail. J'ai des alliés, certes, mais jamais des amis. Les deux seules êtres encore humaines pouvant compter sur un minimum d'affection de ma part, si ce n'est pas plutôt du désir ou de l'attraction, sont Jennifer et Olivia. Pour le reste, rien.
    Famille : Je ne parle plus avec mon frère depuis mon mariage avec Sarah. Nous n'avons jamais pu renouer, je n'ai jamais été capable de lui pardonner ce qu'il a dit. Mon frère est égoïste et ne pense qu'à lui, incapable de se réjouir des autres. Mes parents ont bien souvent tenté de nous réunir, sans succès. Je ne vois d'ailleurs plus mes parents depuis la mort de Sarah et Emmy. Ma mère tentait toujours de me soutirer des informations tendis que mon père était sceptique quant à ma non-culpabilité sur leur mort. À un moment ou à un autre, ce sentiment d'être jugé toujours ou d'être sans cesse regarder m'a fait lâché prise. Je suis parti. Pour ce qui est de ma famille à moi, ma femme et ma fille sont décédées toutes les deux, assassinées par des vampires qui avaient probablement faim. Je le répéterai souvent, car cette histoire ne cessera jamais de me faire enrager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lockhart

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1037
Age : 28
Votre faiblesse : Le passé
Votre force : La vangeance
Humeur : Confused
Date d'inscription : 20/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Aaron Lockhart   Lun 23 Juin - 22:38

Voilà, j'ai terminé. Si vous pouviez maintenant supprimer les messages s'il vous plaît pour que mon texte ait du sens ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jillian Helsing
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2586
Age : 26
Votre faiblesse : Mon frère, Peter...
Votre force : Mon intuition
Humeur : Tourmentée
Date d'inscription : 23/05/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Aaron Lockhart   Lun 23 Juin - 22:42

Voilà j'ai supprimé les messages!Encore bienvenue^^
Ta présentation est sublime, on voit que t'étais inspiré dis donc!

Je te valide. Bon jeu,bon rp,bon flood!
N'oublie pas de remplir ta feuille de personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Wood
« Lovely little Bitch
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3605
Age : 28
Votre faiblesse : Moi même !
Votre force : La rage !
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 18/06/2008

{ Falling Inside The Black
{ Comment vous séduire ?:
{ Dark & Sweet RelationShips ::
{ Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Aaron Lockhart   Lun 23 Juin - 22:52

Bienvenue cher Aaron :smile: ! Je viens de finir la lecture de ta fiche et je dois dire que c'est un délice...bien que ça soit très lugubre...particulièrement la description de la mort de ta femme et de ta fille. Bref beaucoup de joueurs talentueux ici on dirait. Amuse toi bien !

_________________
[list]

OLIVIA ELISABETH WOOD
Bit me if you have guts !!![/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aaron Lockhart   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aaron Lockhart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aaron Leandre ♫♪
» [COURT]Archetype par Aaron Sims
» Aaron Johnson
» ¡ Hola, me llamo Aaron !
» I go back to black.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { Votre Identité } ::    » Le Check-In de L'Hôtel :: » Présentations Validées-
Sauter vers: